Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
17
ven
2017
18:30 En Quête de l’Au Delà – Wallace
En Quête de l’Au Delà – Wallace
nov 17 @ 18:30 – 20:00
En Quête de l'Au Delà - Wallace
Laurent, Jasmine et Patrick vous emmènent dans l Au delà, de l’autre côté du voile, où on y rencontre les « esprits » mais aussi ils vous parlent des grands mystère de l’humanité, et de spiritualité.
20:00 Au delà du Mystère – Jasmine et ...
Au delà du Mystère – Jasmine et ...
nov 17 @ 20:00
Au delà du Mystère - Jasmine et Wallace
Au delà du Mystère – Vendredi 20h à minuit Le vendredi de 20h à minuit Wallace et son équipe répondent à vos questions  Les médiums vous répondent en direct sur vos doutes, vos angoisses, vos[...]
nov
18
sam
2017
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
nov 18 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Quebec’

Un jeune ado de 15 ans trouve une cité perdue Maya

William Gadoury, un adolescent de Saint-Jean-de-Matha dans Lanaudière, est devenu une petite vedette à la NASA, à l’Agence spatiale canadienne et à l’Agence spatiale japonaise, alors que sa découverte est sur le point d’être diffusée dans une revue scientifique.

Passionné des Mayas depuis plusieurs années, il a analysé 22 constellations mayas et s’est aperçu que s’il reliait sur une carte les étoiles des constellations, la forme de chacune d’entre elles correspondait au positionnement de 117 cités mayas. Aucun scientifique n’avait encore découvert une telle corrélation entre les étoiles et l’emplacement des villes mayas.

Le génie de William a cependant été d’analyser une 23e constellation. Celle-ci contenait trois étoiles et seulement deux cités correspondaient sur la carte. Selon sa théorie, il aurait donc dû y avoir une 118e cité maya dans un endroit reculé et inaccessible dans la péninsule du Yucatan, au Mexique.

Une des 5 plus grosses cités

Des analyses à partir des satellites de différentes agences spatiales internationales ont révélé qu’il y avait effectivement une pyramide et une trentaine de bâtiments à l’endroit précis identifié par le jeune homme.

Le Journal a eu accès aux images satellites où l’on voit différentes structures de ce qui pourrait bien être une ancienne cité. «Des formes géométriques, comme des carrés ou des rectangles, sont apparues sur ces images, formes qui peuvent difficilement être attribuées à des phénomènes naturels», affirme le spécialiste en télédétection à l’Université du Nouveau-Brunswick, Dr Armand LaRocque.

Non seulement il aurait découvert une nouvelle cité maya, mais il s’agirait d’une des cinq plus grosses.

«Quand le Dr LaRocque m’a confirmé, en janvier dernier, que l’on distinguait une pyramide et une trentaine de structures, c’était extraordinaire», a dit le jeune homme.

Il a nommé cette cité perdue K’ÀAK’ CHI’ soit «Bouche de feu» en français.

«Je ne comprenais pas pourquoi les Mayas avaient construit leurs cités loin des rivières, sur des terres peu fertiles et dans les montagnes, a indiqué William Gadoury. Il fallait qu’il y ait une autre raison, et comme ils adoraient les étoiles, l’idée m’est venue de vérifier mon hypothèse. J’ai vraiment été surpris et excité quand je me suis rendu compte que les étoiles les plus brillantes des constellations correspondaient aux plus grandes villes mayas».

Il veut y aller

Pour l’instant, personne ne s’est encore rendu dans la jungle pour voir la Bouche de feu.

William a parlé à deux archéologues mexicains à qui il a présenté ses travaux, mais ceux-ci ne s’y sont pas rendus.

«C’est toujours une question d’argent. Organiser une expédition coûte horriblement cher», a dit le Dr Armand LaRocque.

Les archéologues ont promis à William de l’amener lors de leurs fouilles. C’est le souhait le plus cher du jeune homme.

«Ce serait l’aboutissement de mes trois années de travail et le rêve de ma vie», a-t-il dit.

Les étoiles lui ont donné la clé

William Gadoury s’est intéressé aux Mayas à la suite de la publication du calendrier maya annonçant la fin du monde en 2012.

L’ado a trouvé 22 constellations dans un Codex Maya de Madrid.

En reliant les étoiles des constellations pour créer des formes et en appliquant avec des transparents les constellations sur une carte Google Earth, il a constaté que cela correspond aux cités mayas de la péninsule du Yucatan.

Au total, les 142 étoiles correspondent à 117 cités mayas.

Les étoiles les plus brillantes représentent les plus importantes cités.

De plus, la méthode utilisée par William fonctionne avec les civilisations aztèques, incas et harapa en Inde.

23e constellation

Il a trouvé dans un livre de référence maya une 23e constellation qui était manquante. En reliant les trois étoiles, il s’est aperçu qu’il manquait une cité maya sur la carte.

Il a partagé cette découverte avec l’Agence spatiale canadienne qui lui a fourni des images satellites de la NASA et de l’agence japonaise JAXA.

Il a visité aussi une centaine de sites web distributeurs d’images satellites qui lui ont permis de mettre la main sur des images datant de 2005, une année où un grand feu avait dévasté la région, ce qui a rendu plus visibles les vestiges de sa cité perdue.

Les scientifiques impressionnés

Photo courtoisie
Daniel De Lisle
Agence spatiale canadienne

SAINT-JEAN-DE-MATHA | Les experts et scientifiques sont unanimes. La découverte de William Gadoury est exceptionnelle.

«Ce qu’il y a de fascinant dans le projet de William, c’est la profondeur de sa recherche. Faire le lien entre la position des étoiles et la localisation d’une cité perdue et l’utilisation des images satellitaires sur un tout petit territoire pour y déceler des vestiges enfouis sous une végétation très dense, c’est tout à fait exceptionnel!» a dit Daniel De Lisle, de l’Agence spatiale canadienne. Il a d’ailleurs remis une médaille de mérite au jeune homme.

L’Agence spatiale a contribué à l’avancement des recherches du jeune homme en fournissant des images satellites qui lui ont permis de trouver sa cité perdue.

Pas facile

Le Dr Armand LaRocque, un spécialiste en télédétection de l’Université du Nouveau-Brunswick à Frédéricton a joué un rôle majeur dans l’analyse des images radar.

«La découverte de structures humaines cachées par la jungle du Yucatan n’a pas été chose facile, mais l’utilisation d’images satellites, ainsi que l’apport du traitement d’images numériques ont permis de faire ressortir ces structures et de confirmer leur possible existence, bien qu’elles aient été oubliées depuis plusieurs centaines d’années.»

La Cité Perdue

Photomontage
  • Nom: La Bouche de feu
  • Pyramide de 86 mètres
  • Superficie totale de 80 à 120 km carrés
  • Localisation: 17 ° Nord 90 ° Ouest
  • Réseau important d’allées et de rues
  • 30 structures visibles de l’espace
  • 4e plus importante cité maya

Qui sont les mayas ?

Photo Fotolia
  • La civilisation maya a existé de 2600 av. J.-C. à environ l’an 1000 apr. J.-C.
  • Elle occupait le sud du Mexique, le Guatemala, le Bélize et le Honduras
  • Elle excellait en astronomie, a mis au point un calendrier très précis et maîtrisait l’écriture
  • Elle s’est distinguée par son architecture composée de beaucoup de détails et par ses pyramides qui permettaient de s’approcher des dieux.
  • Excellents agriculteurs qui défrichaient la forêt tropicale pour cultiver la terre et nourrir les cités.
  • L’effondrement de la civilisation n’a pas une cause unique. La révolte des paysans, des guerres internes ou un changement climatique pourraient expliquer l’abandon des villes.

Source : Michel Harnois www.lejournaldemontreal.com

Une jeune wallonne de 12 ans se suicide !

Jeudi dernier, Morgane, une jeune liégeoise de 12 ans, s’est suicidée dans la maison familiale de La Malbaie, au Quebec.

Quebec

L’école secondaire Le Plateau où était inscrite Morgane est sous le choc après l’annonce du suicide de la jeune fille. Originaire de la région liégeoise, l’adolescente vivait au Quebec avec sa soeur et ses parents depuis plus de dix ans.

La presse québecoise est également sous le choc. Même le journal le plus lu dans le pays, « Le Journal de Quebec » a publié en une : « Une communauté bouleversée par un suicide. »

Rien ne laissait présager ce terrible drame : Morgane avait un sourire contagieux, aimait le sport et avait de nombreux amis selon les témoignages de proches. Ses amis n’ont d’ailleurs pas tardé à laisser de nombreux messages sur sa page Facebook.

Néanmoins, alors que le Facebook de la jeune fille semble être comparable aux Facebook des autres jeunes filles de son âge, une photo intrigue : celle d’une rose dans la neige maculée de sang accompagnée d’un petit texte : « Laissez faire, vous n’avez pas le sens du romantisme. »

La Sûreté du Quebec (SQ) qui enquête sur la mort de la jeune fille précise qu’elle ne subissait pas d’intimidation, le porte-parole de la SQ signale toutefois que « c’est plutôt une conjoncture d’événements, de plusieurs conflits de différents niveaux et dans différentes sphères de sa vie. »

Même si le suicide chez les jeunes est rare, cet acte ajouté à celui du jeune garçon de 11 ans à Namur démontre tout de même que malheureusement, certaines familles s’y retrouvent parfois confrontées…

À 12 ans, une jeune liégeoise se donne la mort à La Malbaie, au Quebec.

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 16 avril 2015