Warning: Declaration of WarpMenuWalker::start_lvl(&$output, $depth) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_lvl(&$output, $depth = 0, $args = Array) in /customers/7/f/1/pacifiquefm.be/httpd.www/wp-content/themes/solarr/warp/systems/wordpress/helpers/system.php on line 678 Warning: Declaration of WarpMenuWalker::end_lvl(&$output, $depth) should be compatible with Walker_Nav_Menu::end_lvl(&$output, $depth = 0, $args = Array) in /customers/7/f/1/pacifiquefm.be/httpd.www/wp-content/themes/solarr/warp/systems/wordpress/helpers/system.php on line 678 Warning: Declaration of WarpMenuWalker::start_el(&$output, $item, $depth, $args) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array, $id = 0) in /customers/7/f/1/pacifiquefm.be/httpd.www/wp-content/themes/solarr/warp/systems/wordpress/helpers/system.php on line 678 Warning: Declaration of WarpMenuWalker::end_el(&$output, $item, $depth) should be compatible with Walker_Nav_Menu::end_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array) in /customers/7/f/1/pacifiquefm.be/httpd.www/wp-content/themes/solarr/warp/systems/wordpress/helpers/system.php on line 678 Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/7/f/1/pacifiquefm.be/httpd.www/wp-content/themes/solarr/warp/systems/wordpress/helpers/system.php on line 61 OMS Archives | Pacifique FM
Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
16
dim
2018
01:00 The Laurent Schark Selection
The Laurent Schark Selection
déc 16 @ 01:00
The Laurent Schark Selection
The Laurent Shark Selection – Dimanche 01h – 02h Laurent est Dj résident dans un club sur Londres (Palm Beach Club, concept parties au Proud Gallery, 93 Feet East, etc…), en plus de son booking[...]
08:00 Salut les sixties
Salut les sixties
déc 16 @ 08:00
Salut les sixties
Salut Les Sixties – Dimanche 09h – 10h L’actualité musicale des années Sixties en compagnie de NIKY et JC. Retrouvez ou découvrez les années d’insouciance ! Salut les Sixties vous propose un retour sur le[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘OMS’

Danger alerte OMS : Zika, ce virus qui menace les bébés et débarque en Europe

Après l’Amérique centrale et du sud, cette maladie non mortelle mais pouvant causer des malformations foetales gagne les Antilles françaises. Comment se transmet-elle ? Quelles sont les conséquences ?

C’est la maladie qui inquiète depuis le début de l’année 2016. Après l’Amérique du sud et l’Amérique centrale, où l’OMS dit s’attendre à « 3 à 4 millions de cas », le virus Zika se propage à présent en Europe. Plusieurs pays du vieux continent viennent de découvrir des cas suspects. Parmi eux, les Antilles françaises, l’Italie, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suisse, les Pays-Bas et le Danemark.

Le Zika « se propage de manière explosive », alerte l’Organisation mondiale de la santé ce jeudi 28 janvier. L’institution, qui s’inquiète de la « possibilité d’une propagation au niveau international », annonce par ailleurs réunir son comité d’urgence lundi prochain. La ministre de la Santé Marisol Touraine a même recommandé aux femmes enceintes de ne pas se rendre en Martinique, ni en Guyane et dans les autres territoires d’outre-mer afin de limiter les risques. Le virus est en effet responsable de malformations du foetus.

Découvert pour la première fois dans une forêt africaine d’Ouganda en 1947 chez un singe, le virus Zika n’a été diagnostiqué chez l’Homme qu’en 1968, explique l’OMS. Si elle est très rarement mortelle, il n’existe cependant pas de vaccin ni de traitement spécifique pour lutter contre cette infection.

# Quels sont les pays touchés ?

(Source : OMS)

Le virus est particulièrement présent en Amérique centrale et du sud, dans plus de 20 pays. Le Brésil est le plus touché même si il ne communique pas le nombre de patients atteints de Zika, mais seulement les cas suspects de microcéphalie (taille réduite de la boîte crânienne chez le foetus, néfaste au développement intellectuel) : environ 4.000. La Colombie est le deuxième pays le plus affecté avec 13.500 cas de personnes affectées par le virus. L’épidémie inquiète également les Etats-Unis, où 12 personnes sont pour l’heure touchées.

Aucun cas n’a été signalé en France métropolitaine, mais des cas autochtones (infections contractées sur place) ont été recensés en Guadeloupe, Martinique et Saint-Martin, dans les Caraïbes ainsi qu’en Guyane française.

# Quels sont les symptômes ?

Selon l’OMS, près de 80 % des personnes infectées ne présentent pas de symptôme. En cas d’infection visible, les premiers signes du virus Zika sont similaires à ceux de la dengue ou du chikungunya. Ainsi une personne contaminée peut souffrir de fièvre, d’éruptions cutanées, de conjonctivite, de douleurs musculaires et articulaires, d’un état de malaise général et de maux de têtes.

# Comment le virus se transmet-il ?

Le virus Zika se transmet à l’être humain par l’intermédiaire d’une simple piqûre de moustique-tigre infecté du genre Aedes aegypti. Toutefois la transmission de personne à personne n’est pas possible.

# Quelles conséquences pour l’Homme ?

Il n’existe pas de traitement spécifique ni de vaccin pour le virus Zika mais cette infection est généralement bénigne. Les personnes atteintes doivent beaucoup se reposer, boire suffisamment et prendre des médicaments courants (antalgiques) contre la douleur et la fièvre. En cas d’aggravation des symptômes, la consultation d’un médecin est nécessaire.

Si la maladie n’est pas directement mortelle, elle peut être à l’origine de complications graves, notamment chez les femmes enceintes. Touchant le fœtus, le virus empêche le développement optimal du cerveau et peut être à l’origine de problèmes neurologiques entraînant une paralysie progressive. De même, le virus Zika peut engendrer des malformations telle que la microcéphalie.

Le virus Zika a également un impact social important. Au Brésil, l’épidémie est responsable la résurgence du débat sur l’avortement, raconte « Le Monde ». L’IVG est en effet illégale dans le pays, sauf en cas de viol, de mise en danger de la vie de la mère ou d’anencéphalie. Au regard de la loi, elle n’est pas autorisée dans les cas de microcéphalie – mais le virus Zika est responsable d’une recrudescence des avortements illégaux, y compris dans des conditions déplorables. Plusieurs carnavals ont également été annulés et l’épidémie menace de perturber les Jeux olympiques en août prochain.

# Quels sont les outils de prévention ?

Le ministère de la Santé donne ses recommandations pour limiter la propagation du virus. Il préconise de détruire les larves ainsi que les gîtes potentiels de reproduction des moustiques autour et dans l’habitat, par exemple les soucoupes sous les pots de fleurs et de faire la chasse à l’eau stagnante. Des recommandations qui existent déjà aux Antilles pour lutter contre la dengue et chikungunya. L’Etat recommande de se protéger des piqûres de moustiques en portant des vêtements longs et amples.

L’usage de répulsifs cutanés est également fortement encouragé ainsi que la mise en place de moustiquaires, notamment pour protéger les nouveau-nés et nourrissons, ou des diffuseurs électriques et tortillons.

D’après l’OMS, le Zika va continuer à s’étendre, « un sérieux sujet d’inquiétude ». Aucune infection n’a cependant été rapportée chez les femmes enceintes en Europe et l’hiver devrait empêcher la prolifération du moustique sur le continent.

Edouard Lamort

Source: tempsreel.nouvelobs.com

 

Le virus Zika est en Europe, notamment en Hollande, attention aux moustiques !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 28 janvier 2016

Journée Mondiale sans Tabac – 31 mai 2015 – Positionnement du FARES asbl à l’égard de la cigarette électronique

Chaque année, lors de la Journée Mondiale sans Tabac (31 mai), l’Organisation Mondiale de la Santé souligne les risques liés à l’usage de tabac et plaide en faveur de politiques efficaces pour réduire cette consommation. A cette occasion, le Fonds des Affections Respiratoires (FARES) qui a pour mission la prévention du tabagisme et l’aide aux fumeurs a choisi de marquer cette journée par un positionnement à l’égard de la cigarette électronique.
Chaque année, lors de la Journée Mondiale sans Tabac (31 mai), l’Organisation Mondiale de la Santé souligne les risques liés à l’usage de tabac et plaide en faveur de politiques efficaces pour réduire cette consommation. A cette occasion, le Fonds des Affections Respiratoires (FARES) qui a pour mission la prévention du tabagisme et l’aide aux fumeurs a choisi de marquer cette journée par un positionnement à l’égard de la cigarette électronique.

cigarette-electronique-ego

L’usage de la cigarette électronique (e-cigarette), qu’elle contienne ou non de la nicotine, est un phénomène spontané et mondial dont la popularité est croissante. Il existe un nombre considérable de dispositifs qui peuvent être alimentés par un nombre tout aussi considérable d’e-liquides. Actuellement, nous ne disposons d’aucune standardisation ni de réglementation spécifique à ce produit. Des normes européennes sont en cours d’élaboration.

Nous partageons le point de vue de l’OMS lorsqu’elle dit que : « Les inhalateurs électroniques de nicotine (IEN) se situent entre promesse et menace. Les éléments d’appréciation et les recommandations sont donc susceptibles de changer rapidement » et « Il est très probable qu’en moyenne, l’utilisation des IEN soit à l’origine de plus faibles expositions à des substances toxiques que les produits combustibles ». Pour ce qui est de leur efficacité dans l’aide à l’arrêt du tabagisme, « les données scientifiques sont limitées et ne permettent pas de tirer des conclusions…. » …(Le) seul essai contrôlé randomisé (IEN)/patches)…conclut : « ces 2 méthodes sont d’une efficacité similaire, à savoir faible, pour arrêter de fumer. »

L’e-cigarette, qu’elle contienne ou non de la nicotine, ne devrait concerner que les fumeurs ayant échoué par les moyens reconnus, même s’il est clair que dans cette indication la préférence des fumeurs va à celle contenant de la nicotine auquel cas son utilisation doit être encadrée, afin d’arriver non seulement à l’arrêt du tabac mais aussi, dans la mesure du possible, à l’arrêt de la nicotine. En effet, si la toxicité de cet alcaloïde est mineure au regard des multiples composants de la fumée de tabac, il faut rappeler que la nicotine a sa propre toxicité, particulièrement pour la femme enceinte et l’adolescent. Le comportement des vapoteurs, donne à penser que certains d’entre eux pourraient utiliser des doses extrêmement élevées de ce produit dont les effets sur la santé humaine n’ont pas encore été évalués.

Pour les fumeurs susceptibles de développer de graves maladies mais incapables ou non désireux d’arrêter leur consommation, nous considérons que l’e-cigarette avec nicotine constitue, très probablement une notable réduction du risque dans le cas où l’arrêt du tabac est obtenu. Il est, néanmoins important de noter que seule une diminution supérieure à 85% des cigarettes fumées semble apporter un gain de santé au moins chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Dans le cas d‘une consommation mixte de tabac et d’e-cigarette, la preuve de cette réduction du risque n’est pas encore obtenue.

Le danger d’une distribution tout azimut et d’une banalisation de l’e-cigarette serait de détourner du réseau d’aide à l’arrêt tabagique, les patients, qui bien accompagnés, auraient pu se défaire du tabac et de la nicotine. Nous estimons que les recommandations belges devraient limiter le recours à l’e-cigarette à cette population spécifique en difficulté d’arrêt et interdire son utilisation par les femmes enceintes et les adolescents.

En dehors des fumeurs qui veulent arrêter le tabac, notre positionnement vise également à ne pas considérer comme un public-cible privilégié de la vente d’e-cigarette les adultes non-fumeurs d’une part, ainsi que les enfants et les adolescents, d’autre part. Pour ces derniers, il faudrait garantir que l’e-cigarette ne puisse devenir l’initiation de l’acte de fumer et le premier contact avec la nicotine. Chez l’adolescent, prévenir voir interdire l’usage de l’e-cigarette quelle que soit sa forme est une priorité. Par ailleurs, plusieurs études montrent qu’une utilisation de l’e-cigarette contenant de la nicotine, en milieu fermé, expose l’entourage du vapoteur à des concentrations de nicotine dans l’air.
En conclusion, outre le fait que la vente d’e-cigarettes avec nicotine est interdite en Belgique, nous pensons qu’il faut la règlementer de manière adéquate (contrôle du produit y inclus fixation de normes techniques et d’une signalisation d’interdiction adaptée). Toute publicité devrait être interdite.

Pour de plus amples informations : contacter le Prof. Pierre Bartsch (0476/ 450 478) ou le Dr. Vincent Lustygier (0486/ 107 252).

31 mai journée sans tabac, la cigarette électronique? oui, mais…

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 26 mai 2015

Ebola: le cap des 10.000 décès est franchi

Ebola: l’OMS et le Programme alimentaire mondial unissent leurs forces

11 mars 2015 — L’OMS et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies unissent leurs forces dans le cadre d’un nouveau partenariat dans les pays où sévit le virus Ebola, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. Ce dispositif associe la puissance logistique du Programme alimentaire mondial à l’expertise de l’OMS en santé publique pour aider à ramener à zéro le nombre des cas d’Ebola dans la flambée qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest. A cette date, le total des décès vient de dépasser les 10.000 .