Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
10
lun
2018
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
déc 10 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]
déc
11
mar
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
déc 11 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Le pen’

Marine Le Pen présidente du FN se paye la tête de la Région Nord – Pas de Calais

Marine Le Pen est la grande gagnante de ce premier tour des élections dans la Région. Nier la réalité,  ne changerait rien. C’est un fait. Avec plus de 41 % des suffrages exprimés et même si près de 50 % des habitants de notre région ont boudé les urnes, la chef de file du Front National a rassemblé à peine moins de voix que Xavier Bertrand (Les Républicains) et Pierre de Saintignon (Parti Socialiste) réunis. Ce qui donne déjà une indication sur le second tour : c’est le report de voix des petits partis et éventuellement un sursaut de participation qui permettront peut-être à Xavier Bertrand de l’emporter face à Marine Le Pen au second tour.

Certes la victoire de Marine Le Pen est à relativiser : elle ne réalise que 22 % des voix des inscrits. En 2010, la participation au premier tour dans le Nord-Pas-de-Calais avait été de 44,5% et en Picardie de 45,57%. Cette fois-ci, elle aura été de 55,5 %, soit 10 points de plus qu’il y a cinq ans.

La nation, pas la région

D’aucuns diront que c’est une excuse pour relativiser la victoire de Marine Le Pen. Cette participation relative ne doit pas cacher la réalité, celle d’une région qui a basculé et qui bascule encore.

En 2010, Daniel Percheron (PS) était arrivé en tête dans le Nord-Pas-de-Calais avec 29,16% des suffrages exprimés, devant Valérie Létard (UMP), 19% et Eric Dillies (FN) 18,31 %.

En Picardie, Anne Ferreira (PS) avec 26,64 % des suffrages exprimés était arrivée juste devant Christophe Coulon (UMP), 25,94% et Franck Briffaut (FN) avec 15,81% des suffrages.

Cette fois-ci, c’est le FN qui mène la danse. Le deuxième tour confirmera ou infirmera ce résultat. Mais Marine Le Pen a d’ores et déjà pris rendez-vous pour… 2017.

Et c’est bien là le problème. Dans son discours d’hier soir, la chef de file du Front National a surtout parlé de la nation, de la France réunie.

« Le Front national est le seul front véritablement républicain car il est le seul à défendre la nation et sa souveraineté », s’est exclamée Marine Le Pen hier.

« Le FN est le seul à défendre une République authentiquement française, une république de l’intérêt national. Le FN s’appuiera pour ce faire sur la restauration de l’État, de ses moyens, de son autorité », ajoute-t-elle.

Est-ce là un programme pour la région ? Non. Marine Le Pen annonce clairement le début d’un mouvement destiné à s’amplifier dans les mois qui viennent : «Chacun doit avoir à l’esprit qu’il n’y aura aucun changement si on ne change pas les hommes. Chacun doit avoir à l’esprit qu’il n’y aura aucun changement si on ne change pas les façons de gouverner. Les nationaux ont vocation à rassembler les Français, de toutes origines, dans un grand projet collectif. Nous avons vocation à réaliser l’unité nationale dont le pays a besoin.»

Les hommes, les Français, l’unité nationale, derrière sa possible victoire aux Régionales, Marine Le Pen pense sans cesse national. Elle fait de sa victoire à Calais un symbole mais en tant que chef du parti, elle se réjouit déjà de la suite, qui n’est pas la tête de la région mais les présidentielles de 2017. Et pour cela, elle espère bien pouvoir compter sur « tous les Français » qui « ont leur place, à nos côtés, dans ce grand mouvement de redressement populaire et national. » Car « c’est le peuple français qui est une chance pour la France ! »

Un discours de candidate à la présidentielle. Mais pas de région. Les mots ont un sens. Et Marine Le Pen a une fois de plus fait tombé le masque hier.

Rendez-vous dimanche prochain pour le second tour.

Source : nordlittoral.fr

 

La région Nord – Pas de Calais vire au FN pour le premier tour des élections régionales en France.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur dimanche 6 décembre 2015

Madame la Maire de Calais répond à Marine Le Pen sur situation de Madame Nadine Guerlach

La Mairie de Calais nous informe de la situation réelle de madame Nadine Guerlach suite aux articles parut dans la presse :

La presse et les réseaux sociaux ont évoqué la situation de Madame Nadine Guerlach, résidant au 99 chemin des dunes à Calais. De nombreuses précisions doivent être apportées devant une manipulation évidente des faits à but électoral.

nadine guerlach youtube

Dans la presse du jour, il est mentionné un « avis d’expulsion ». Il s’agit là d’une lourde erreur sémantique. Un « avis d’expulsion » est une décision de justice prononcée à l’encontre d’un locataire n’ayant pas respecté ses devoirs. En l’espèce, la Ville de Calais n’a pas engagé de procédure judiciaire à l’encontre de Madame Guerlach, par conséquent aucune décision de justice ne peut avoir été rendue. S’exprimer sur un sujet aussi sensible implique d’être précis sur le sens des mots pour respecter les faits.

Pour comprendre la situation il convient d’établir l’historique des faits. La Municipalité s’y était refusée jusqu’à ce jour pour préserver l’intimité de Madame Nadine Guerlach et éviter la polémique.

Depuis le 1er octobre 1988, Monsieur Marceau Guerlach a été locataire de la Ville de Calais pour une maison à usage d’habitation ainsi que des dépendances situées au 99 chemin des Dunes. Après le décès de Monsieur Guerlach, un avenant a été passé à la convention pour permettre à Madame Guerlach de rester dans la maison.

Il est important de bien noter que la Ville de Calais s’est rendue propriétaire de cette maison en 1988 en prévision de la création de la Zone des Dunes. Monsieur et Madame Guerlach ont alors sollicité la Ville de Calais pour rester temporairement dans cette maison, jusqu’au moment où la Ville de Calais aurait besoin de récupérer son bien. C’est ainsi qu’une « convention d’occupation précaire » a été conclue entre la Ville de Calais et les époux Guerlach. Cette convention ne constitue pas un bail classique et mentionne expressément que « Monsieur Guerlach s’engage à libérer les lieux dans le mois où la Ville de Calais le mettra en demeure de le faire par lettre recommandée avec accusé de réception ». Le loyer extrêmement modéré demandé par la ville, qui s’élève à ce jour pour information à 268.80€/mois, constitue la contrepartie du caractère précaire de la convention.

Monsieur et Madame Guerlach ont donc bénéficié depuis 1988 d’une habitation pour un loyer extrêmement modéré qu’ils avaient accepté de quitter dans le mois où la ville le leur demanderait.

Par courrier en date du 25 mars dernier, Monsieur Régnier, gendre de Madame Nadine Guerlach, époux de Madame Sarah Guerlach, a sollicité la Ville de Calais pour procéder à l’achat de la maison. La Ville de Calais a décliné compte tenu de la destination de démolition de la maison qui avait prévalu à son achat en 1988. Les services de la Ville se sont alors aperçus que Monsieur Régnier avait établi son entreprise de démolition sur les lieux. Des engins de chantier ainsi que des matériaux ont pu être stockés sur le terrain attenant à la maison. La convention ne permet pas d’avoir une d’activité professionnelle sur les lieux. Par courrier du 18 mai 2015, la Ville de Calais a demandé à Monsieur Régnier de cesser tout stockage de gravats et de procéder au nettoyage du terrain. Nous ne sommes pas en mesure de préciser si le lieu a effectivement été déclaré comme lieu d’activité de la société de Monsieur Régnier, notamment à l’administration fiscale pour le paiement des taxes correspondantes.

Après la publication d’une vidéo sur Internet en août dernier, vidéo dans laquelle Sarah Guerlach présentait la situation de sa mère Nadine Guerlach, en omettant de mentionner le caractère d’occupant précaire d’un bien de la Ville de Calais, la Municipalité avait choisi de ne pas réagir publiquement mais d’inviter Sarah Guerlach à une rencontre.

Pour rappel la vidéo :

Madame Sarah Guerlach, accompagnée de Monsieur Régnier, ont ainsi été reçus le 15 septembre dernier à 11h par le Premier Adjoint, Monsieur Emmanuel Agius. La proposition d’achat de la maison a de nouveau été formulée. Monsieur Agius a renouvelé le refus de la Ville. Quelques minutes après avoir énoncé le fait de vouloir acheter la maison, Madame Sarah Guerlach énonçait que sa mère, Madame Nadine Guerlach, y vivait dans des conditions effroyables que la Ville ne pouvait accepter. N’étant pas en charge de l’ordre public et de la sécurité, compétences d’État, Monsieur Agius a indiqué que la Ville de Calais ferait des propositions de relogement à Madame Nadine Guerlach. Madame Sarah Guerlach a alors déclaré que sa mère ne quitterait le logement sous aucun prétexte.

Par conséquent, aucune solution ne s’offrait à la Ville de Calais :
– En maintenant Madame Nadine Guerlach dans les lieux, la Ville de Calais la soumettait – à entendre sa fille – à des conditions indignes.
– Toujours d’après la fille de Madame Guerlach, la formulation de propositions de relogement aurait rendu la Ville de Calais responsable du tourment de sa mère.
– Seule solution possible pour Madame Guerlach : la vente, à prix bien sûr extrêmement modeste. Une demande qui semble bien paradoxale après les violentes critiques formulées sur l’environnement.

Chacun devra reconnaître ici que la Ville de Calais a dû faire face à une situation particulièrement inextricable et dont certains ont manifestement pensé pouvoir tirer parti. En effet, il convient de porter à la connaissance de tous le fait que Monsieur Régnier et Madame Guerlach fille ont récemment procédé à des investissements sur les lieux pour leur société (qui n’est officiellement pas autorisée sur les lieux). Ils ont pu indiquer à Monsieur Agius qu’ils ne pouvaient pas quitter les lieux compte tenu de leurs investissements. Est-ce donc bien Madame Nadine Guerlach que l’on cherche à protéger ou ses investissements ?

Guidée par le seul objectif de protection de Madame Nadine Guerlach, Madame le Maire de Calais lui a indiqué par courrier le souhait de la Ville de voir le logement se libérer sous 6 mois, conformément à la convention mais en portant le délai à 6 mois au lieu d’un seul. De même, le courrier mentionne expressément le fait que la Ville de Calais proposera un relogement à Madame Nadine Guerlach.

Les commentateurs et les agitateurs des réseaux sociaux, qui ont omis de mentionner cette proposition de relogement, se rendent clairement coupables de manipulation. La connaissance complète de l’historique de cette situation complexe donne à voir une réalité bien différente.

Qui protège Madame Nadine Guerlach ? Madame le Maire de Calais, qui souhaite la reloger dans de meilleures conditions, ou bien ceux qui utilisent cette dame âgée pour leurs affaires ou à des fins politiques ?

Aujourd’hui, Marine Le Pen a mentionné ce dossier, sans le connaître, lors de l’enregistrement du débat des têtes de listes régionales pour France 3. Natacha Bouchart dénonce fermement l’utilisation que la candidate du Front National cherche à faire de la situation dramatique de Mme Nadine Guerlach.

A quelques jours du scrutin, s’il en fallait un, voici l’exemple même de ce qui distingue Natacha Bouchart et Marine Le Pen : quand Madame le Maire de Calais assume ses responsabilités et protège ses habitants, y compris contre leur entourage et en restant discrète pour préserver la vie privée des personnes, la Présidente du Front National, quant à elle, cherche à faire sa com’ à tout prix sur le dos d’une situation humaine difficile. Les électeurs doivent le savoir.

La Maire de Calais remet les choses en place sur Nadine Guerlach et notamment ce qu'en a dit Marine Le Pen.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 4 décembre 2015

Nord de France : Régionales 2015 : « La Voix du Nord » s’engage contre le FN, qui menace de lui couper les subventions

La Voix du Nord publie, lundi 30 novembre en « une », une image de Marine Le Pen sous le titre « Pourquoi une victoire du FN nous inquiète », faisant référence aux régionales des 6 et 13 décembre. Dans leurs pages, le quotidien et Nord Eclair (autre quotidien du groupe, les deux journaux publient la même double page sur le sujet) énumèrent les raisons de son opposition au parti de la présidente du FN, donnée vainqueur au premier tour dans la région Nord – Pas-de-CalaisPicardie.

Elle recueillerait 42 % des intentions de vote, devant Xavier Bertrand (LR) à 24 % et Pierre de Saintignon (PS) à 17 %, selon un sondage BVA pour La Voix du Nord.

Dans son éditorial, Jean-Michel Bretonnier écrit :

« Le Front national n’est (…) pas la solution, mais il apparaît pourtant aux yeux de beaucoup d’électeurs comme leur dernière chance. Dans notre région notamment, le parti de Marine Le Pen surfe sur le rejet violent de la classe politique, droite et gauche confondues. S’installe alors cette fausse logique qui veut que le FN réussisse là où les autres ont failli, puisqu’il est différent. Or, tout n’a pas échoué depuis trente ans, et le pire est toujours possible. »

« Un tract du Parti socialiste », pour Mme Le Pen

La présidente du Front national a réagi, sur RTL, qualifiant de « profondément scandaleuse » cette décision éditoriale.

« Ils font deux pages aujourd’hui, ils feront deux pages demain. C’est un tract pour le Parti socialiste, mais c’est la contrepartie des 9 millions de subventions qu’ils ont touchés de la part du conseil régional socialiste. »

En représailles, elle annonce son souhait de supprimer ces subventions qui posent, selon elle, un « problème éthique et déontologique ».

« Ces médias sont achetés par un exécutif et, le moment venu, ils rendent la monnaie de l’énorme subvention qu’ils ont touchée. Nous considérons que les 1,5 million qui sont accordés par an au groupe La Voix du Nord ne correspondent pas à un intérêt régional dans une région où il y a un million de pauvres. C’est la raison pour laquelle ils nous attaquent, ils cherchent à défendre leurs subventions alors qu’il y a un million de pauvres dans notre région. »

Dans la matinée, l’équipe de campagne de Marine Le Pen a diffusé un communiqué disant qu’elle « n’a[vait] pas été contactée, n’a[vait] pu exposer son point de vue, exer[çait] dès aujourd’hui son droit de réponse et prépar[ait] un référé devant le TGI de Lille en cas de non-parution ».

Outrance et approximation

 

Pour Jean-Michel Bretonnier, la présidente du Front national est « dans l’outrance et l’approximation », explique-t-il sur Europe 1. « Il faut que les choses soient très claires, nous ne recevons aucune subvention directe du conseil régional », souligne le rédacteur en chef. Il s’agit d’aides à la production pour des courts et longs-métrages ensuite diffusés sur la chaîne de télévision Weo, qui appartient au groupe Rossel-La Voix.

La Voix du Nord est dans son rôle qui est « d’informer et d’expliquer », ajoute son rédacteur en chef : « Nous sommes dans une situation inédite avec un Front national qui est désormais aux portes du pouvoir d’une région. On a le droit de voter pour le Front national et nous avons le droit, en fonction de nos convictions, de notre passé et de notre vision de l’avenir, de considérer qu’il y a là un danger pour la région », explique-t-il. Et de conclure que les journalistes de La Voix du Nord ne sont pas, selon lui, « des acteurs politiques ».

Au début du mois de novembre, La Voix du Nord s’en était pris aux propositions du FN en matière de santé en signalant celle consistant à « éradiquer toute immigration bactérienne ». Cette position avait suscité l’indignation de ses adversaires, le FN parlant d’« un lapsus ».

source : lemonde.fr

Revue de presse Européenne : Marine Le Pen réussit à s’imposer à Strasbourg

marine le pen
Peu y croyaient, mais le Front national a réussi à créer un groupe politique au Parlement européen : « Europe des Nations et des Libertés ». La presse ironise sur cette « Arlésienne » qui a fini par devenir réalité et permettra au parti d’augmenter sa manne financière.
Après de longues difficultés, le Front national est parvenu à son objectif strasbourgeois : former un groupe politique. Le Monde rapporte que la présidence du Parlement européen a reçu hier la demande de constitution de groupe et que la leader du parti Marine Le Pen devrait en faire l’annonce officielle aujourd’hui.

Les conditions pour former un groupe politique exigent de rassembler au moins 25 eurodéputés d’au moins 7 nationalités différentes. Mme Le Pen s’était assurée du soutien de 37 députés européens, mais ceux-ci ne venaient que de cinq pays différents, rappelle Libération.

Le FN compte déjà parmi ses alliés les Néerlandais du PVV et son dirigeant Geert Wilders, les Italiens de la Ligue du Nord, le parti d’extrême-droite autrichien FPÖ et le belge Vlaams Belang.

Bien que les membres du parti frontiste refusent pour le moment de divulguer les nationalités des nouveaux membres, le site Mediapart affirme de son côté que le groupe compterait 36 eurodéputés, dont deux élus d’extrême-droite KNP polonais ainsi qu’une ancienne membre du parti europhobe britannique UKIP.

Le Monde rejoint ces pronostics en ajoutant que le parti lituanien Ordre et justice « pourrait avoir aussi été approché ».

Néanmoins, le fondateur du parti et père de l’actuelle leader n’en fera a priori pas partie. Et, citée par L’Obs, Marine Le Pen assure qu’aucun eurodéputé hongrois du parti Jobbik (jugé infréquentable, tout comme le parti néonazi grec Aube dorée) ne rejoindra sa formation politique.

Le groupe s’appellera « Europe des Nations et des Libertés » [Le Figaro].

Le Point note à juste titre que, si la naissance de ce groupe offre à ses membres « une plus grande visibilité, d’éventuelles présidences de commissions ou de sous-commissions », elle assure surtout « entre 20 et 30 millions d’euros de subventions au cours des cinq années suivantes, hors salaires et avantages des députés ».

Pour L’Obs, cette annonce « est une victoire autant politique que financière », un vrai « jackpot ». Les eurodéputés de « Europe des Nations et des Libertés » auront une réelle influence au Parlement: ils pourront déposer des amendements en séance plénière et auront plus de temps de parole.

Mme Le Pen s’auto-congratule auprès du Figaro : « Ce résultat est évidemment une très bonne nouvelle pour le Front national et une très mauvaise pour nos adversaires ».

Le quotidien insinue cependant que la récente exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national pourrait avoir aidé à la formation de ce groupe : « la constitution d’un groupe avait été perturbée par une polémique lancée à l’époque par Jean-Marie Le Pen », accusé de propos antisémites, ce qui posait problème lors des négociations avec les eurodéputés d’extrême-droite.

Le but de Mme Le Pen est de « construire un groupe solide et durable ». Mais rien n’est moins sûr pour L’Obs, qui prévient que « ce groupe d’europhobes doit tenir sur la durée. Et entre extrémistes, l’union est difficile ».

Un groupe d'extrème droite est créé au parlement Européen à Strasbourg

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 16 juin 2015