Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
21
mer
2018
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
nov 21 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘François Hollande’

Hollande a rencontré Fidel Castro au cours d’une visite historique à Cuba !

Le président français François Hollande a réussi un coup d’éclat en obtenant lundi un entretien de près d’une heure avec Fidel Castro, le père de la Révolution cubaine qui à 88 ans est rarement vu en public, à l’occasion d’une visite sans précédent à Cuba.

françois hollande

M.Hollande s’est aussi longuement entretenu avec Raul Castro, frère de Fidel et président cubain en exercice. Le dirigeant français a souligné que son déplacement s’inscrivait « dans un contexte particulièrement important mais encore incertain » pour Cuba, dans la foulée du dégel avec les Etats-Unis annoncé endécembre. M.Hollande a tenu à donner des gages de solidarité aux autorités cubaines. Il a notamment plaidé pour la fin de l’embargo économique américain, qui selon lui « a tant nui » au développement de l’île.

L’entrevue à huisclos a duré environ 50 minutes selon l’Elysée.Le site officiel d’information Cuba Debate a ensuite publié des photos de la rencontre où l’on voit Fidel Castro en train de converser avec M.Hollande. »J’avais devant moi un homme qui a fait l’histoire. Il y a forcément débat sur ce qui a pu être sa place, ses responsabilités, mais venant à Cuba je voulais rencontrer Fidel Castro », a ensuite expliquéM. Hollande.
En soirée, le président français s’est aussi entretenu avec son homologue Raul Castro, qui a succédé à son frère Fidel en 2006, dans une ambiance visiblement cordiale.Selon l’Elysée, M. Castro a « souligné l’idée que la France peut avoir un rôle de premier plan dans la relation entre Cuba et l’UE ». M. Hollande, qui est parvenu à devancer les autres chefs d’Etat occidentaux séduits par les perspectives d’ouverture dans l’île, a pris soin d’éviter toute fausse note lors de ce déplacement dépourvu de rencontre avec des dissidents.Selon l’Elysée, le président français n’a été saisi d’aucun cas de prisonnier politique à Cuba alors qu’Amnesty international en arecensé au moins un depuis les 53 libérations concédées dans le cadre durapprochement avec Washington.

Le premier geste de François Hollande lundi matin a toutefois été de remettre la légion d’honneur au cardinal Jaime Ortega. Au milieu de sa visite, M. Hollande a improvisé une promenade sur le Prado où ils’est offert un bain de foule. Après le dîner offert par Raul Castro, le président français a aussi effectué une marche nocturne dans le srues pavées de la vieille Havane. Dixième partenaire économique de l’île, la France entendait aussi lors de cette visite ne pas laisser passer le train de l’ouvertureéconomique.Plusieurs contrats avec des entreprises françaises (Accor,CMA-CGM…) ont été signés à cette occasion, mais M. Hollande a affirmé vouloir surtout aider Cuba dans son développement et profiter de son influence sur le continent latino-américain. »Nous ne sommes pas venus faire des affaires », a-t-il insisté. »Nous sommes venus pour, avec les Cubains, faire un développement économique qui puisse être utile à Cuba, à la France et à la zone Caraïbes ».
Par ailleurs, le président français a tenu à évoquer avec les autorités cubaines la prochaine conférence de Paris sur le climat (29nov-11 déc), où la France souhaite aboutir à un accord sur la limitation des émissions de gaz à effet de serre.La tournée de cinq jours de M. Hollande dans les Caraïbes, une desplus longues de son quinquennat, doit s’achever mardi en Haïti.

Le président français François Hollande a obtenu un entretien de près d'une heure avec Fidel Castro !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 12 mai 2015

Un amour retrouvé entre la France et l’Allemagne !

Le conseil des ministres franco-allemand qui s’est tenu hier à Berlin a été l’occasion pour la presse française de revenir sur les relations, d’abord houleuses et aujourd’hui renforcées, entre les deux pays depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande.

angela et francois

France et Allemagne se sont mis d’accord sur des projets économiques : l’occasion pour le ministre de l’Economie français Emmanuel Macron de s’exprimer sur l’économie européenne et son avenir. Un diplomate allemand a déclaré aux Echos que la relation entre le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel s’est « considérablement améliorée » malgré des débuts très difficiles. Elle serait désormais « fluide », « facile », « faite de connivence spontanée ».

Il est vrai que la France et l’Europe en général ont été touchées par de nombreuses tragédies : entre les attentats djihadistes à Paris en janvier, le conflit armé en Ukraine et le crash de l’avion A320, M. Hollande et Mme Merkel ont à plusieurs reprises eu l’occasion de se soutenir et se rapprocher. Assez, en tout cas, pour faire honneur à l’amitié franco-allemande. Même l’économie ne serait plus un thème conflictuel : l’Allemagne s’est rapprochée du système français en instaurant le revenu minimum, et elle a montré son soutien envers la France auprès de la Commission européenne au sujet de la baisse du déficit public français.

Le Figaro est moins enthousiaste et parle d’un « couple sans passion soudé par les épreuves ». Quoiqu’il en soit, pour Le Monde, l’accord ‘Minsk 2′ signé en février et instaurant un cessez-le-feu en Ukraine est une preuve de la réussite des relations franco-allemandes et pourrait bien faire partie des événements majeurs liant les deux pays. Mais ce succès est particulièrement dû à la coopération étroite entre les ministres des Affaires étrangères de chaque pays : Laurent Fabius et Frank-Walter Steinmeier : « depuis son entrée en fonctions en décembre 2013, le ministre allemand n’a eu de cesse de chercher à davantage coopérer avec son homologue », estime Le Monde, qui insiste largement sur leur relation. Le quotidien rappelle toutefois que la France et l’Allemagne ont toujours quelques désaccords, notamment sur les interventions en Afrique ou sur le nucléaire iranien.

Néanmoins, ce qui a surtout été abordé lors du 17ème conseil des ministres franco-allemand d’hier – qui a réuni le président de la République, la chancelière fédérale et une partie des ministres français et allemands – c’est l’économie. La Croix en fait le bilan et rapporte qu’ »il s’agissait de lister des projets communs qui s’inscriront dans le cadre européen. Ils doivent en effet venir en soutien au grand plan d’investissements de la Commission européenne ». Les projets franco-allemands qui ressortent de cette réunion sont nombreux et portent surtout sur l’énergie et le numérique : financement de réseaux transfrontaliers d’électricité et de gaz, fonds commun de l’UE visant à promouvoir les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, partenariat franco-allemand en matière de réseaux énergétiques intelligents, soutien au développement numérique d’entreprises PME et de taille intermédiaire, investissement dans des secteurs industriels clés tels que la nanoélectronique ou les biotechnologies, etc.

Cet angle des négociations a permis au ministre de l’Economie français d’apparaître sur le devant de la scène. Les médias sont nombreux à reprendre ses déclarations. M. Macron s’est exprimé sur l’euro et son avenir dans un discours intitulé ‘Un New Deal pour l’Europe’ : il plaide pour une « Europe à deux vitesses, ou à plusieurs vitesses », c’est-à-dire une Europe où des décisions seraient prises uniquement entre pays de la zone euro, et non entre les 28 Etats membres de l’Union européenne. Il souhaite en outre renforcer « la zone euro avec de nouveaux outils, comme un budget et une assurance chômage coordonnée » et la création de nouvelles institutions [Le Figaro]. Pour les Echos, c’est lui qui « illustre le mieux la volonté retrouvée des deux pays de jouer un rôle moteur en Europe ».

France-Allemagne : c'est de nouveau l'amour après des relations tendues entre les 2 pays

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 1 avril 2015

Un succès pas si tonitruant que ça pour le FN

Alors que la montée du FN semblait inexorable, c’est surtout l’UMP qui sort grand gagnant de ces élections départementales au dépend de la gauche.

lepen  SarkozyHollande

 

Le retour fracassant de Sarkozy, la descente inévitable du président Hollande, le FN qui ne prend aucun département à son compte malgré une nette amélioration dans les suffrages, voilà sans doute ce qui ressortait de ce deuxième tour des départementales françaises.

Sur les 101 départements présents en France, 64 sont tombés dans l’escarcelle de l’UMP alors qu’il n’en avait que 41 en sa possession au départ ! Le parti socialiste est, quant à lui, le grand perdant de cette soirée électorale en passant de 60 à une trentaine de départements et ce net recul démontre à ceux qui en doutaient que la gauche risque de se faire passer devant aux prochaines élections présidentielles de 2017. Pour le FN, même si le parti ne s’impose dans aucun département, Marine Le Pen voit ces départementales comme « un magnifique succès » avec une nouvelle montée dans les suffrages.

À noter que le taux d’abstention ne cesse de monter avec plus d’un Français sur deux qui ne s’est pas présenté aux urnes dimanche. Sans doute une des raisons qui explique l’échec de la gauche aux élections.

L'UMP grand gagnant, le FN qui monte sans avoir de département, et le PS qui s'écroule

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 30 mars 2015