Titre obligatoire

Articles marqués avec ‘Cologne’

Après Cologne, un fait divers ravive les tensions autour des réfugiés en Allemagne

Le Monde.fr avec AFP

Plus d’un million de réfugiés ont été accueillis l’an dernier en Allemagne et Angela Merkel assure que le pays a les moyens d’assumer cette charge.

L’affaire Lisa F., une adolescente germano-russe qui a disparu, lundi 11 janvier, avant de réapparaître, mardi 12 janvier, cristallise les tensions en Allemagne et en Europe autour de la question des réfugiés.

L’adolescente, âgée de 13 ans, a affirmé à la police avoir été enlevée à proximité de la gare de la S-Bahn de Mahlsdorf, un quartier à forte population russophone dans l’est de Berlin, sur le chemin du collège. Des appels à témoin ont été placardés dans les rues et des pompiers volontaires ont participé aux recherches. Après avoir réapparu, elle a indiqué aux enquêteurs que trois individus de type « méridional » s’exprimant dans un mauvais allemand, l’avaient emmenée dans un appartement où elle aurait été battue et violée pendant plusieurs heures.

Instrumentalisation par les médias russes

Plusieurs chaînes de télévision russes proches du Kremlin – Zvezda, Ren-TV ou Perviy Kanal – se sont emparées de l’affaire touchant cette « compatriote » et sa famille. La chaîne NTV a diffusé une vidéo dans laquelle un homme raconte une agression contre une mineure. Cette chaîne, proche du Kremlin, indique aussi :

« Les habitants du quartier assurent que les problèmes avec les migrants du Proche-Orient ont commencé bien avant les événements de Cologne. […] En Allemagne et en Suède, des habitantes sont régulièrement violées par des réfugiés, il y a de nombreux cas d’agressions sexuelles mais les autorités locales et la police cachent ces faits et n’ouvrent pas d’enquêtes criminelles. »

Le site d’information pro-Kremlin Sputnik News a relayé, le 12 janvier, un article de Bild selon lequel les policiers allemands sont priés de ne pas chercher à arrêter les réfugiés prenant la fuite lors d’une tentative de contrôle de leurs papiers.


Une manifestation réunissant 250 personnes appartenant à la communauté russophone et aux milieux d’extrême droite allemand a eu lieu, mardi 19 janvier, dans le quartier de Berlin-Marzahn, non loin de celui de Mahlsdorf.

Une femme se présentant comme une cousine de la victime a accusé la police de vouloir étouffer l’affaire, comme à Cologne, et d’avoir manipulé l’adolescente pour qu’elle revienne sur ses déclarations.

Démenti de la police berlinoise et de l’avocat de la famille

Dans un communiqué publié sur Facebook, le 18 janvier, la police berlinoise, a tenté de rétablir les faits et a appelé à la prudence. La police confirme que si Lisa F. a bien disparu quelques heures, le reste de ses affirmations – séquestration et viol – a été réfuté (la police se refuse à donner des détails), ce qui vaut aux forces de l’ordre une avalanche de commentaires complotistes ou racistes.

« La jeune fille qui, au début de la semaine dernière a été brièvement signalée comme enlevée n’a été victime d’aucun ravisseur, contrairement à ce qu’ont dit de nombreux comptes rendus de presse et des rumeurs sur les réseaux sociaux. […] L’enquête conduite par la police criminelle régionale a également permis de constater que la jeune fille de 13 ans qui a refait surface mardi [12 janvier] n’avait pas non plus été violée. »

Alexej Danckwardt, l’avocat de la famille a indiqué, mercredi, que l’affirmation selon laquelle la victime a décrit ses agresseurs comme des « réfugiés » est infondée. Il ajoute que la famille est elle-même d’origine « immigrée » et ne veut pas politiser l’affaire.

Plainte contre un journaliste russe

Martin Luithle, un avocat établi à Constance (Bade-Wurtenberg), a décidé de porter plainte contre Ivan Blagoy, un journaliste de Perviy Kanal, l’accusant de diffuser des informations erronées et d’inciter les russophones établis en Allemagne (environ 3 millions de personnes) à la haine contre les réfugiés et trouble à l’ordre public.


Boris Reitschuster, l’ancien correspondant du magazine allemand Focus en Russie renchérit et critique la propagande diffusée par la télévision russe. Il signale que sur les réseaux sociaux russes se propage un appel disant « Achtung ! Wir befinden uns im Krieg ! » (« Attention ! Nous sommes en guerre ! ») qui appelle à manifester, dimanche 24 janvier, à proximité de la chancellerie, à Berlin, pour dénoncer l’attitude du gouvernement allemand, de la police et de la presse, soupçonnées de vouloir étouffer cette affaire.

Récupération du parti néonazi NPD

L’Allemagne a été scandalisée par une série d’agressions commises à Cologne, lors des festivités du Nouvel An et attribuées notamment à des migrants d’Afrique du Nord. Ce contexte est instrumentalisé par l’extrême droite allemande pour s’attaquer aux réfugiés et pourrait se traduire dans les urnes à l’occasion de trois scrutins régionaux prévus en mars. Espérant en profiter dans les urnes, le NPD, le parti néonazi, surfe sur le concept de « rapefugees » (« rape » signifiant viol en anglais) pour brocarder les réfugiés dans ses rassemblements.

Plus d’un million de réfugiés ont été accueillis l’an dernier en Allemagne et le chancelière, Angela Merkel, assure que le pays a les moyens d’assumer cette charge, ce qui suscite des divergences dans les rangs de son mouvement. Quarante-quatre députés du bloc conservateur CDU-CSU – le parti de la chancelière – ont adressé mardi une lettre à Mme Merkel pour la prier de changer de politique à l’égard des demandeurs d’asile.

« Nous faisons face à des demandes excessives pour notre pays. Nous pensons qu’il est urgent de changer d’attitude à l’égard des flux migratoires actuels et de revenir au strict respect des lois existantes ».

L’Allemagne divisée sur les réfugiés

Le scepticisme des Allemands vis-à-vis de la politique de la main tendue aux réfugiés d’Angela Merkel croît et près de la moitié de la population affirme avoir peur des migrants après les violences de Cologne, selon un sondage publié vendredi 15 janvier.

Cinquante et un pour cent des Allemands ne croient pas au mantra de la chancelière « Nous allons y arriver » en matière d’accueil des demandeurs d’asile, selon le baromètre DeutschlandTrend de la chaîne publique ARD publié vendredi, qui montre une augmentation de trois points en trois mois. En octobre, ils n’étaient en effet que 48 % à partager ce point de vue. Quarante-huit pour cent des personnes interrogées affirment en outre avoir peur des réfugiés, selon la même source, contre 50 % qui assurent n’avoir aucune crainte.

L’Allemagne va devoir augmenter les budgets de la police, de l’éducation et de la santé d’au moins 5 milliards d’euros pour réussir à intégrer le million de demandeurs d’asile arrivés l’an dernier sur son territoire et éviter des tensions au sein de la société, a déclaré lundi le vice-chancelier et ministre de l’économie, Sigmar Gabriel (SPD), partenaire des chrétiens-démocrates (CDU) d’Angela Merkel au sein de la « grande coalition ».

L'Allemagne toujour sous tension , on parle aussi de rapt.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur dimanche 24 janvier 2016

Allemagne: les agressions sexuelles du Nouvel An s’étendent bien au-delà de ce qui a été annoncé

Source: Afp

Plus de 1300 plaintes pour agressions sexuelles déjà actées en Allemagnes !

La police allemande a revu à la hausse l’étendue des agressions similaires à celles commises la nuit du Nouvel An à Cologne (ouest), un rapport révélant que douze des seize régions ont été touchées par ce phénomène, affirment samedi des médias allemands.

Allemagne: les agressions sexuelles du Nouvel An s'étendent bien au-delà de ce qui a été annoncé

La gare de Cologne le soir du 31 décembre. © Belga

 

Au total, « douze » des seize Länder (les Etats régionaux allemands) sont concernés par ces violences sexuelles combinées à des vols survenues la nuit du 31 décembre, notent le quotidien Süddeutsche Zeitung et les chaînes de télévision locales NDR et WDR, citant un rapport de la police judiciaire allemande (BKA).

Sollicité par l’AFP, le BKA n’a pas encore réagi.

Jusqu’à présent, l’attention s’était essentiellement focalisée sur Cologne, épicentre de ces violences, ou, plus marginalement, sur Hambourg (nord), où plus de 200 plaintes ont été déposées.

« Le phénomène des violences sexuelles, en partie liées à des vols, est plus important que ce que l’on savait jusqu’alors », relève la Süddeutsche Zeitung sur son site internet.

Le land le plus touché a été celui de Rhénanie du Nord-Westphalie (Cologne, Düsseldorf et Bielefeld), où un millier de plaintes ont été déposées. Dans une bien moindre mesure, des cas similaires ont été enregistrés en Hesse (centre, 31), en Bavière (sud-ouest, 27), dans le Bade-Wurttemberg (25), à Brême (nord, 11) et Berlin (est, six).

Un seul cas d’agression a été recensé en Basse-Saxe (nord-ouest), dans le Brandebourg, en Saxe (est), en Rhénanie-Palatinat et en Sarre (ouest).

A l’image de Cologne, où un millier de plaintes ont été déposées, ces agressions ont visé quasiment exclusivement des femmes. Les témoins ont assuré que les agresseurs étaient souvent des adolescents ou des hommes d’origine étrangère âgés de 17 à 30 ans.

Les agressions de Cologne, attribuées par la police à des jeunes gens originaires du Maghreb et d’autres régions du monde arabe, ont relancé le débat en Allemagne sur la politique d’accueil portée par la chancelière Angela Merkel, dont le pays a vu affluer plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015.

Samedi, Aydan Özoguz, qui est chargée des questions d’intégration, a estimé dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung que l’affaire avait « empoisonné » l’atmosphère en Allemagne. « Quelques centaines de criminels ne représentent pas un million de réfugiés », a-t-elle dit……..

Un policier brise le silence: « Nous ne pouvons même pas arrêter un migrant »

 Source: Bild

« Au début, il y avait surtout des familles avec des enfants. Ils étaient très polis et parlaient un bon anglais. Entre-temps, 95% des migrants sont des hommes célibataires. Que s’est-il passé? Aucune idée », précise un policier allemand qui a préféré garder l’anonymat. © epa.

vidéo Les migrants coupables d’un crime sont-ils traités différemment que les Allemands? Ce climat de suspicion a été renforcé par les confessions d’un agent de police allemand.

© ap.

Quand un migrant fuit lors d’un contrôle de police, nous ne pouvons pas l’arrêter. Ces ordres viennent d’en haut. Nous avons besoin de meilleurs contrôles, de plus d’agents de police et de plus de soutien au niveau politique. Sinon, ça risque d’exploser

Un policier allemand

© epa.
© epa.
© getty.

Un agent de police allemand a préféré garder l’anonymat dans Bild. Depuis six mois, il travaille à Passau (à la frontière avec l’Autriche) et il est parfois utilisé à la gare de Munich. Son témoignage vaut le détour alors que des agressions sexuelles en masse ont eu lieu à Cologne dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier.

« 95% de célibataires »
« Au début, il y avait surtout des familles avec des enfants. Ils étaient très polis et parlaient un bon anglais. Entre-temps, 95% des migrants sont des hommes célibataires. Que s’est-il passé? Aucune idée. Au cours de ces derniers mois, j’ai simplement enregistré une seule plainte d’un citoyen allemand. Pour le reste des plaintes, elles concernaient uniquement des migrants. Dans les rapports de police, on préfère parler de lésions corporelles graves plutôt que de tentatives d’assassinat. C’est mieux pour les statistiques. »

Toujours selon le témoignage de ce policier allemand de 22 ans, les femmes sont régulièrement harcelées à la gare de Munich.

« You are racist »
« Lorsqu’on intervient, les migrants nous crient: You are not my police, you are racist (« Vous n’êtes pas ma police, vous êtes raciste »). Quand un migrant fuit lors d’un contrôle de police, nous ne pouvons pas l’arrêter. Ces ordres viennent d’en haut. Nous avons besoin de meilleurs contrôles, de plus d’agents de police et de plus de soutien au niveau politique. Sinon, ça risque d’exploser », prévient l’agent de police.

Un ancien policier de Cologne s’est exprimé sur Facebook (voir sous l’article). Son message a récolté plus de 230.000 likes et 100.000 partages.

Article 53
« Le vol de sac à main est de loin le phénomène de criminalité le plus répandu à la gare de Cologne. Le plus surprenant est que les auteurs de ces faits sont des Nord-Africains dont les demandes d’asile sont toujours en cours », écrit-il sur Facebook.

Question: comment un demandeur d’asile peut-il agir de la sorte sans craindre d’être expulsé? La réponse est simple et se trouve dans l’article 53 de la loi sur le séjour en Allemagne. L’expulsion d’étrangers est uniquement possible dans « des cas gravissimes ». Dit autrement: tous les crimes pour lesquels une peine de prison de trois ans ou moins (avec sursis) est prononcée ne peuvent pas menacer une procédure d’asile. En Allemagne, le service Asile et Immigration accorde l’asile indépendamment des délits commis.

Source:7sur7.be

Révélation d'un policier allemand, tolérance envers les réfugiés….

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 13 janvier 2016

Violences à Cologne : les autorités dévoilent un premier rapport d’enquête

Violences à Cologne : les autorités dévoilent un premier rapport d'enquête

Des policiers à Cologne. © OLIVER BERG / DPA / AFP

Le rapport devrait éclairer des zones d’ombre en expliquant notamment comment des agressions ont pu avoir lieu alors que la police était à proximité.

Les autorités allemandes doivent dévoiler lundi le premier rapport approfondi d’enquête sur les violences de Cologne, à l’origine de plus de 500 plaintes de victimes désormais et qui fragilisent Angela Merkel sur la question des réfugiés.

Une communication critiquée. Le ministre de tutelle de la police de Cologne, Ralf Jäger, responsables des Affaires intérieures dans l’Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, sera auditionné à 10 heures devant le Parlement du Land. Il a promis un état des lieux complet sur l’enquête concernant les agressions en série du Nouvel An, visant des femmes en particulier. Ce sera le premier du genre car la police locale de Cologne depuis une semaine s’est distinguée par sa politique de communication confuse et très parcimonieuse sur les événements. Son chef en a d’ailleurs fait les frais en étant limogé.

19 suspects à Cologne. Le nombre de plaintes pour violences lors de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne ne cesse d’exploser jour après jour. Il atteint selon le dernier décompte de dimanche 516, dont environ 40% pour des faits d’agression sexuelle. Hambourg a également été le théâtre d’actes de violence et 133 plaintes, notamment pour agression sexuelle, sont répertoriées. 19 personnes sont pour l’instant considérées comme suspectes à Cologne. La police a jusqu’ici parlé principalement de réfugiés et immigrants illégaux originaires de pays d’Afrique du Nord, sans annoncer d’interpellations notamment pour les faits les plus graves, comme les viols.

Agressions planifiées ou improvisées ? De nombreuses zones d’ombre demeurent : comment les agressions ont-elles pu prendre une telle ampleur sans que la police n’intervienne alors qu’elle était à proximité ? Pourquoi a-t-elle attendu plusieurs jours avant d’en révéler l’ampleur ? Les violences étaient-elles planifiées ou le fruit de débordements dus à l’alcool le soir de la Saint-Sylvestre ? Sur ce dernier point le ministre de la Justice Heiko Maas a déjà tranché. « Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifié », a-t-il dit.

source: europe1.fr

516 plaintes à Cologne, 133 à Hambourg, où s'arrête la barbarie organisée?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 12 janvier 2016

Agressions sexuelles en Allemagne: « J’ai vu qu’une femme se faisait retirer la culotte »

koln
L’affaire suscite une forte émotion en Allemagne. Une centaine d’agressions sexuelles ont été commises la nuit du Nouvel an à Cologne. Elles sont attribuées à des « jeunes apparemment d’origine arabe ». Ces agressions sont attribuées à des groupes de 20 à 30 jeunes hommes ivres qui ont encerclé leurs victimes en profitant de la foule rassemblée autour de la cathédrale et de la gare centrale de Cologne. Mais la police a aussi signalé des dépôts de plaintes à Hambourg et Stuttgart.Certaines des victimes ont fait part dans la presse des harcèlements subis. »Nous nous apprêtions à partir et c’est là qu’un groupe d’une dizaine, vingtaine, trentaine de jeunes hommes étrangers s’en est pris à nous », a raconté une jeune femme sur le plateau de la chaîne d’information télévisée en continu N-TV. « Ils se sont mis à nous agresser, nous prenant l’entre-jambe, touchant nos décolletés, sous les manteaux », a-t-elle précisé, ajoutant que « seules les femmes » étaient visées et faisant également état de vols.Dans Der Spiegel, Anne, qui a débarqué à Cologne à 22h en provenance de sa ville d’Erftstadt, explique que, dès son arrivée à la gare, elle s’est sentie « mal à l’aise » face aux nombreux hommes qui la regardaient comme dans une foire aux bestiaux.

Egalement dans l’enceinte de la gare, Eveline, 24 ans, a elle été victime d’attouchements. « Je portais une jupe jusqu’au genou. Tout à coup, j’ai senti une main sur mes fesses, sous la jupe », décrit-elle dans Bild.

Linda, toujours dans Der Spiegel, assure qu’elle a vu des femmes tomber au sol et être tirées par les jambes. « J’ai même vu qu’une femme se faisait retirer la culotte. »

Dans le métro également, les choses ont mal tourné. Une victime raconte avoir senti des doigts se poser sur tout son corps, s’arrêtant particulièrement sur certains orifices. Elle dit avoir crié au secours mais n’avoir rencontré que les sarcasmes de ses agresseurs qui ont tenté de lui retirer sa veste et de lui voler son téléphone.

Johanna, 17 ans, et Isabel, 16 ans, ont été harcelées de façon similaire à Hambourg, au marché de Noël. Les lycéennes expliquent : « Ils sont arrivés par derrière, nous ont poussées. Nous étions en panique. Ils nous ont touchées partout. Dès que nous repoussions une main, une autre se posait sur nous, sur les seins, les fesses. »

Dans un pays où l’afflux de réfugiés a parfois suscité de vives tensions ces derniers mois, les autorités, sans vouloir minimiser l’importance de ces événements « intolérables », selon l’expression de la maire de Cologne, ont cherché à éviter toute stigmatisation.

La chancelière Angela Merkel a téléphoné mardi après-midi à la maire de Cologne Henriette Reker et lui a fait part de « son indignation face à ces actes de violence insupportables et à ces agressions sexuelles ».

Source: dhnet.be

 

Témoignages suite aux agressions à Cologne : j'ai vu une femme à qui on enlévait sa culotte !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 8 janvier 2016

Une Belge agressée à Cologne témoigne: « Ça a duré toute la soirée et toute la nuit »

Une internaute de LaLibre.be, présente ce soir-là avec une amie dans la ville allemande, a contacté nos confrères pour signaler que « pas mal d’éléments ne sont pas mentionnés dans les articles ».

Suite aux agressions sexuelles et aux vols subis le soir du Nouvel an à Cologne, de nombreuses Allemandes livrent leurs témoignages dans la presse. Elles font état d’attouchements, essentiellement dans la gare et à proximité de la cathédrale, par des groupes d’hommes perçus comme des « arabes » ou des « nord-africains ».Une internaute de LaLibre.be, présente ce soir-là avec une amie dans la ville allemande, a contacté la rédaction pour signaler que « pas mal d’éléments ne sont pas mentionnés dans les articles ». Préférant conserver l’anonymat, elle regrette que « les journaux ne précisent pas que les victimes n’étaient pas qu’allemandes. Mon amie et moi étions venues de Liège. De plus, les origines des individus nous semblent peu correctes, nous avons eu affaire à pas mal d’individus d’origine turque et du Moyen-Orient ».Elle souligne aussi que « les agressions ont eu lieu toute la soirée et toute la nuit. Ça a commencé de manière ‘légère’ dès notre arrivée à la gare et ça s’est aggravé en fin de soirée quand nous nous sommes décidées à rentrer dans l’appartement que nous avions loué, après que nous nous soyons réfugiées plusieurs heures dans un café-snack de la gare centrale pour éviter ces individus qui étaient partout dans la gare et aux alentours ».

La jeune femme se plaint en outre du manque de réactivité des forces de l’ordre. « Nous avons été, dès notre arrivée sur place, choquées par l’absence de contrôles, le manque de sécurité et la très faible présence de forces policières. Nous avons aussi été victimes de l’utilisation d’une bombe lacrymogène par un policier dont aucun article de presse ne parle. En fin de soirée lorsque nous essayions de rentrer, nous avons été agressées de manière très violente et avons été victimes d’un ‘guets-apens’, et il n’y avait aucun policier aux alentours. Nous avons cru pendant un instant que nous allions y rester. »

Elle ajoute finalement que « Mon amie et moi n’avons pas pu nous manifester à la police car nous ne venons pas d’Allemagne et pensions au moment-même que nous avions été victimes de manière isolée. Mais peut-être qu’il y a beaucoup plus de victimes ‘non-allemandes’ qui sont sous le choc comme nous, et qui sont touchées par l’imprécision de l’information ».

Source : dnnet.be

Des femmes belges témoignent des évènements à Cologne.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 8 janvier 2016

Les agressions sexuelles de Cologne « ont été coordonnées»

Selon le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, il est peu probable que ces événements se soient produits par hasard.

  • <br /><br />
Photo Reporters<br /><br />
    Photo Reporters

Quelques 90 plaintes pour agressions sexuelles et un viol ont été enregistrées à la suite de la Saint-Sylvestre dans la ville de l’ouest de l’Allemagne. Les agressions se sont produites vers minuit autour de la gare de Cologne, mais également à Hambourg, où 27 plaintes ont été déposées.

«Le tout semble avoir été coordonné», a déclaré le ministre allemand de la Justice Heiko Maas sur la chaîne télévisée ZDF. Selon lui, il est peu probable que ces événements se soient produits «  par hasard  ». La police a annoncé mercredi avoir trois suspects dans son viseur, sans donner plus d’informations.

Se basant sur les témoignages, la police estime que les suspects sont des hommes d’apparence nord-africaine, a indiqué mardi le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière. Mais peu de détails sont connus sur l’identité des assaillants et il n’est pas avéré qu’il s’agisse de demandeurs d’asile, soulignent différents médias allemands. Les événements créent néanmoins le malaise dans le pays, qui a accueilli un million de réfugiés en 2015. Plusieurs personnalités politiques ont exprimé leur crainte de voir apparaître des amalgames, comme n’hésitent pas à le faire le mouvement anti-islam Pegida et le petit parti d’extrême droite AfD.

source: lesoir.be

Agressions sexuelles à Cologne, le ministre de la justice ne pense pas au hasard !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 7 janvier 2016

Agressions sexuelles à Cologne : la maire appelle les femmes à adapter leurs comportements

Source: Reuters

Après les terribles événements survenus la nuit de la Saint Sylvestre à proximité de la gare de Cologne, la maire de la ville, Henriette Reker, a demandé aux femmes d’adopter des règles de comportement pour éviter les agressions.

L’histoire est à peine croyable et pourtant elle est vraie. Dans la nuit du 31 décembre, des dizaines de femmes ont été sexuellement agressées par de jeunes hommes âgés de 18 à 35 ans et pour la plupart originaires de pays arabes et d’Afrique du Nord. Pour empêcher de telles horreurs de se reproduire, l’édile de la ville n’a rien trouvé de mieux que d’ériger des règles de conduite pour ses citoyennes féminines.

Conférence de presse surréaliste

Alors qu’elle s’exprimait devant les journalistes, Henriette Reker a lourdement insisté sur les mesures de prévention. Elle a également fait référence au comportement des jeunes femmes qui doit être «mieux adapté». Elle souhaite même l’élaboration d’un «code de conduite».

Sa technique infaillible ? Que les femmes se tiennent à distance de bras d’un potentiel agresseur…

Pire, l’édile s’est indignée de l’attitude des jeunes victimes qui n’auraient pas appelé la police «par peur de se faire voler leurs smartphones». Indigent.

Lire aussi

Vague d’agressions sexuelles lors du nouvel an à Cologne

Henriette Reker n’a fait aucune allusion à l’origine des auteurs que de nombreux témoignages, vidéos et déclarations de police identifient comme étant des migrants. En 2015, l’Allemagne a accueilli plus d’un million de réfugiés, pour la plupart originaires de Syrie.

A la suite des événements, le chef de la police de Cologne déclarait : «La seule chose que sache les policiers, c’est qu’il s’agit de jeunes hommes âgés de 18 à 35 ans, d’origine arabe ou nord-africaine.» Ce qui concorde avec les descriptions faites par les victimes.

Un policier a informé le site web Express que huit suspects ont été détenus : «Ils étaient tous demandeurs d’asile et portaient leurs titres de séjour».

Pour l’instant, le gouvernement se refuse à toute déclaration concernant l’implication de migrants dans les événements et ne confirme ni les arrestations ni l’origine des agresseurs.

La maire se refuse d’ailleurs à tout amalgame. Pour elle, rien n’indique que les auteurs soient des migrants séjournant à Cologne.

Entre dérision et colère

Les réactions aux propos de la maire de Cologne ne se sont pas fait attendre, qu’elles viennent des politiques ou des internautes. Oliver Luksic, membre du FDP, s’est fendu d’un tweet teinté d’ironie : «Mot de l’année : code de conduite.»

Le réseaux social aux gazouillis a été le théâtre d’un déchaînement de réponses. Certains utilisant l’humour comme ce tweet montrant un Adolf Hitler effectuant un salut nazi et «perfectionnant» la technique de la distance de bras :

Ou encore cette photo d’Angela Merkel et Barack Obama, prise lors du G20 et censée, elle aussi, illustrer la trouvaille d’Henriette Reker

Mais plusieurs internautes n’ont pas pris les déclarations de la maire de Cologne à la légère et se situent sur le registre de l’indignation comme cette femme : «95% des hommes dans le monde se comportent normalement et à cause d’environ 5%, 100% des femmes doivent adapter leur comportement ?»

Source: francais.rt.com

Agressions sexuelles le jour du nouvel an à Cologne, la bourgmestre demande aux femmes de changer !!!

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 7 janvier 2016