Titre obligatoire

Emissions à venir

Articles marqués avec ‘Calais’

France: Manifestation pro-Piquemal interdite: l’organisateur propose aux participants de visiter Calais

Willy Destierdt

Une «promenade citoyenne» se substituera samedi à Calais au rassemblement refusé par la préfecture, en soutien au général Piquemal, interpellé lors d’une manifestation interdite organisée par le mouvement islamophobe Pegida le 6 février, a annoncé vendredi le co-organisateur.

«Tous les sympathisants sont invités à venir, pas pour se regrouper mais pour visiter Calais et ses monuments aux morts et y déposer des gerbes», au cours d’une «promenade citoyenne» en petits groupes, a affirmé Willy Destierdt lors d’un point presse devant la gare de Calais, vendredi midi.

Il a suggéré aux participants, parmi lesquels il espère voir «d’anciens militaires en Opex» (opérations extérieures), de se rendre notamment au stade du Souvenir, lieu de rendez-vous pour le rassemblement initialement prévu.

Se présentant comme un ancien militaire, ex-Calaisien résidant à présent dans une autre région, Willy Destierdt a précisé qu’il prendrait lui-même la parole samedi à 14H00, probablement devant le monument du Souvenir français face à la mairie.

La préfecture du Pas-de-Calais a interdit jeudi le rassemblement, «manifestement organisé, selon l’arrêté préfectoral, par des individus appartenant à la même mouvement d’ultra-droite (que celle) à l’origine de la manifestation du 6 février». Sa tenue rendrait «une contre-manifestation hautement prévisible» de «l’ultra-gauche», ajoute cet arrêté.

Le 6 février, lors d’une manifestation hostile aux migrants organisée par le mouvement islamophobe Pegida à Calais — qui était elle aussi interdite par la préfecture — une vingtaine de personnes avaient été interpellées.

Parmi elles, le général Christian Piquemal, 75 ans, poursuivi pour «participation à un attroupement qui ne s’est pas dissout après sommation». Son procès doit avoir lieu le 12 mai au tribunal de Boulogne-sur-Mer.

Source: nordlittoral.fr

 

 

Une manifestation interdite à Calais, l'organisateur remplace celà par une promenade touristique…..

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 20 février 2016

Les islamophobes envisagent de manifester à Calais samedi

3058132597

 

Le mouvement Pegida aura-t-il le droit de manifester dans les rues de Calais samedi ? Le premier essai calaisien de ces « patriotes européens » qui luttent contre l’islamisation de l’Occident, le 8 novembre dernier, avait été un véritable plaidoyer pour la haine. Les manifestants avaient défilé dans les rues de Calais aux cris de « sale bougnoule », la « France aux Français » ou encore « l’Islam dehors ! ». Un coran avait même commencé à être brûlé.

Le parquet de Boulogne-sur-Mer a d’ailleurs ouvert une enquête à ce sujet pour identifier l’auteur du délit. Une pétition réclamant « l’ouverture d’une instruction judiciaire pour autodafé du Coran », avait également été lancée sur la plate-forme avaaz.org. Elle a recueilli 2 125 signatures.

Parmi les membres présents à l’époque : des militants de Sauvons Calais ou encore de la Dissidence française, un mouvement politique dont les propos « antirépublicains » et « antisémites » de ses membres avaient été épinglés en novembre 2014 dans l’émission Spécial Investigation diffusée sur Canal +.

Cette fois-ci encore, on devrait retrouver en plus de mouvements externes, des acteurs bien connus de l’ultra-droite calaisienne comme Sauvons Calais toujours mais aussi Les Calaisiens en colère et Calais Libre.

Le site islamophobe Riposte Laïque, proche de l’extrême droite et du Bloc identitaire, confirme d’ailleurs la présence de la fondatrice du mouvement Les Calaisiens en colère, ce dimanche, à Rungis au lendemain de la manifestation pour évoquer le quotidien dans une ville submergée par « les migrants » .

« En ces temps d’invasion, de saccages, d’agressions des migrants envers nos compatriotes, nous ne nous laisserons plus jamais faire ! ! ! Nous n’accepterons plus aucun étranger chez nous, la révolution est en marche » précise l’appel « Tous à calais ! Français réveille toi ton pays se meurt ! » 8 000 personnes ont été invitées. 390 ont déjà confirmées leur venue.

Source: nordlittoral.fr

 

Manifestation anti-Islam ce samedi à Calais ?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 2 février 2016

Calais : Des migrants refusent un repas – un associatif se met en colère

Une fois de plus :
Une distribution de repas a été annulée lundi soir après le refus de certains migrants de manger un plat qu’ils estimaient pas assez épicé. Un caprice, s’énerve le président de Salam, une association d’aide aux migrants.

Voilà des mois que l’association Salam distribue chaque soir au moins 700 repas aux migrants de Calais. Mais l’opération a tourné court lundi soir, quand quelques migrants ont refusé de manger le plat qu’ils estimaient pas assez épicé. «Des ‘meneurs’ ont voulu faire un coup de force. Mais on leur a montré que ce comportement n’avait pas sa place sur le lieu de distribution, qui est un lieu de paix», explique au Figaro Jean-Claude Lenoir, président de l’association Salam qui vient en aide aux migrants. «C’était certes pas très épicé, mais ce n’est pas une raison pour refuser de manger et gâcher toute cette nourriture. C’est inacceptable», poursuit-il. Le repas chaud de lundi soir comprenait de la viande, des légumes et du riz assaisonné de jus de citron frais, avec du pain et une banane. «Habituellement, on met un tas d’épices qui coûtent très cher, mais ils doivent garder les pieds sur terre. Beaucoup de Calaisiens ne mangent pas aussi bien tous les jours», estime Jean-Claude Lenoir. «Je trouve qu’ils sont tout de même un peu trop chouchoutés par moment.»
«Dédramatiser»

Le président de l’association Salam s’attache cependant à dédramatiser la portée de l’incident. Les meneurs n’étaient pas plus d’une vingtaine, observe-t-il. L’annulation s’est faite sur un «mauvais concours de circonstance». Les réfractaires ont bloqué la file, il pleuvait, et les autres se sont laissés entraîner, raconte-t-il. Mais il n’y a eu aucun débordement. Beaucoup d’entre eux sont venus s’excuser auprès des volontaires, ajoute Jean-Claude Lenoir. «Cela fait quinze ans que je les aide, donc je peux me permettre de les recadrer quand il le faut», estime-t-il avant de conclure: «Je suis certain que la distribution de ce soir se passera sans aucun problème.» Entre 1400 et 1500 migrants clandestins, essentiellement des Erythréens et des Soudanais se trouvent actuellement à Calais dans l’espoir de passer en Grande Bretagne. Chaque soir, les associations Salam ou Auberge des migrants distribuent entre 600 et 850 repas. «Dans ces conditions, un rien peut générer des tensions», reconnaît Jean-Claude Lenoir.

Source: lefigaro.fr

 

Des migrants refusent des repas à Calais…..

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 2 février 2016

Week-end sous haute tension à Calais !

Altercations, intrusion de migrants sur un ferry… Les incidents se succèdent à Calais depuis samedi. Bernard Cazeneuve s’engage à « assurer l’ordre public » dans la ville.

Un Calaisien brandit un fusil de chasse en direction de migrants en marge de la manifestation en soutien à ces derniers, à Calais, le 23 janvier 2016. (Frederik Sadones/Pacific Press/SIPA)
Un Calaisien brandit un fusil de chasse en direction de migrants en marge de la manifestation en soutien à ces derniers, à Calais, le 23 janvier 2016. (Frederik Sadones/Pacific Press/SIPA)

Une maire de Calais excédée, un président du port qui demande une « réunion de crise extrêmement rapidement » : que se passe-t-il depuis samedi 23 janvier dans la ville du Pas-de-Calais, où plusieurs dizaines de migrants sont montés à bord d’un ferry en début de soirée ?

Retour sur un week end sous très haute tension sur fond de crise des migrants :

# Une manifestation qui dégénère

La manifestation programmée samedi à Calais en soutien aux migrants du camp de la « Jungle » promettait d’être pacifique. Elle l’a été, au début… avant de dégénérer.

Des actes d’hostilité de part et d’autre ont notamment été constatés. Une habitante de Calais a apostrophé en termes violents les manifestants depuis sa fenêtre, a observé un photographe de l’AFP.

Plus violent encore, un Calaisien, excédé, a été photographié un fusil à la main, à quelques mètres seulement de migrants. En retour, il a été la cible de projectiles :

En outre, dans le centre-ville, la statue à l’effigie du général de Gaulle et de sa femme Yvonne a été taguée d’un « Nik la France » inscrit en lettres rouges. Une dégradation aussitôt dénoncée par la maire LR de la ville, Natacha Bouchart, et rapidement effacée.

Mais dimanche, cet acte de vandalisme provoquait encore de vives réactions sur les réseaux sociaux. Ici, celle du maire LR de Tourcoing Gérald Darmanin :

# Des migrants qui s’invitent sur un ferry

Fait rarissime, des migrants sont parvenus à s’introduire dans un ferry, provoquant le blocage du port pendant plus de trois heures.

Les faits se sont déroulés à l’issue de la manifestation, en fin d’après-midi, lorsque des groupes ont forcé un barrage pour monter à bord du « Spirit of Britain », en provenance de Douvres et stationné dans le port.

Sur les quelque 150 personnes qui ont pénétré dans l’enceinte du port, plusieurs dizaines ont réussi à gagner le navire :

Au cours de la nuit, ce sont 350 personnes qui ont été évacuées du port par les forces de l’ordre, a fait savoir le ministère de l’Intérieur dimanche.

Trente-cinq personnes ont été interpellées – 26 migrants pour embarquement frauduleux sur un navire, et 9 militants du collectif « No Borders » – et 15 ont été placées en garde à vue, a-t-on appris de même source.

« Il appartient maintenant à la justice de se prononcer », ajoute la place Beauvau dans son communiqué.

# Des autorités locales en burn-out

Ces incidents ont pour conséquence d’excéder au plus haut point la maire de Calais Natacha Bouchart. Depuis les débordements de samedi, l’édile multiplie les messages sur Twitter pour condamner les incidents et appeler le gouvernement à « protéger Calais et les Calaisiens ». Extraits :


« J’avais déjà prévenu tous les services de l’État que ce genre d’événement arriverait », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse donnée dimanche matin, et dont « La Voix du Nord » se fait l’écho.

De son côté, le président du port de Calais Jean-Marc Puissesseau demande « une réunion de crise extrêmement rapidement […] avec les responsables locaux, régionaux, parlementaires et du gouvernement », estimant « que ça ne pouvait plus durer ».

Même son de cloche du côté du Conseil régional NPDC-Picardie. Son président, Xavier Bertrand, réclame des « sanctions » contre les « No Borders à Calais » et des « renforts militaires », et appelle à une « réunion de crise en urgence » au niveau du département :

# Le gouvernement au pied du mur

Face à la situation, le gouvernement est sommé de réagir. C’est chose faite : dimanche après-midi, l’Intérieur a fait savoir que la maire de Calais Natacha Bouchart serait reçue le 3 février par le ministre Bernard Cazeneuve et son homologue de la Justice Christiane Taubira.

« Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, rappelle la détermination totale du gouvernement à assurer l’ordre public à Calais« , avait indiqué la place Beauvau, plus tôt dans la journée, dans un communiqué :


Dans ce texte sont rappelées les mesures déjà mises en œuvre pour faire face à la crise. Ainsi du versement de 50 millions d’euros dans le cadre d’un « contrat territorial », ou du renforcement des mesures de maintien de l’ordre, à travers, notamment, la mobilisation depuis plusieurs mois de 17 unités de forces mobiles.

Le communiqué évoque aussi les « importants travaux de sécurisation du tunnel et du port » depuis l’été dernier, ainsi que la mise en place de « solutions humanitaires » qui « ont permis de ramener le nombre de migrants présents à 4.000, contre 6.000 il y a quelques mois.

Dimanche, quelque 2.000 personnes, selon la préfecture, ont défilé à nouveau dans les rues de Calais. Mais pour « soutenir les emplois » des commerçants et professionnels du port confrontés à la présence de nombreux migrants.

E.H. avec AFP

Calais a été sous haute tension ce weekend, l'anarchie va-t-elle prendre place complètement ou l'ordre et le calme vont-il revenir ?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur dimanche 24 janvier 2016

Calais: la préfecture veut «que plus aucun migrant ne dorme» dans la Jungle

buccio

La préfecture du Pas-de-Calais a affirmé vendredi sa volonté que «plus aucun migrant ne dorme dehors» dans la «Jungle» de Calais, dont elle entend «réduire la taille» et où 1.500 places d’hébergement en dur vont être mises à disposition lundi.

«La lande de Calais n’est ni un lieu d’hébergement ni un projet de vie. Notre objectif est que plus aucun migrant ne dorme dehors sur la lande», a déclaré la préfète Fabienne Buccio, sans donner d’échéance, à l’issue d’une réunion en sous-préfecture à Calais avec les associations oeuvrant sur place, pour leur en faire part.

Lundi, 1.500 places d’hébergement, réparties en 125 containers de 12 places (dont 12 réservés à des familles) seront proposées, s’ajoutant aux 400 autres places en dur du centre d’accueil Jules-Ferry pour les femmes et les enfants.

Ces chiffres confirment que la préfecture entend limiter à environ 2.000 le nombre de migrants dans ce camp. Ceux qui ne bénéficieront pas d’hébergement en dur se verront proposer un transfert «dans le reste de la France dans les centres d’accueil et d’orientation (CAO)» qui sont «au coeur de notre stratégie humanitaire», et qu’ont déjà rejoint 1.895 personnes, selon les chiffres fournis vendredi. «Une solution d’hébergement est désormais proposée à tous», assure Mme Buccio.

«Parallèlement, la taille du campement de la lande sera réduite. La priorité est d’éloigner les migrants de la rocade, pour leur propre sécurité, celle des usagers de la route mais aussi des forces de sécurité qui la protègent. Il s’agit de les éloigner également des habitations riveraines de la route de Gravelines afin de préserver la tranquillité des habitants», a encore expliqué la représentante de l’Etat.

Source :nordlittoral.fr

La préfecture de Calais veux reduire le nombre de migrants dans la"jungle".

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 9 janvier 2016

Migrants : l’intrigant journal de bord d’un CRS de Calais

Un texte non signé se propage sur la toile

Calais-un-CRS-blesse-a-la-tete-par-un-jet-de-pierre-lors-d-une-evacuation-de-mig

Un texte non signé et non authentifié mais jugé crédible par les CRS interrogés et se présentant comme le « journal de bord » d’un membre des forces de l’ordre en faction à Calais, tourne actuellement sur la toile. Le groupe « Les Calaisiens en colère » l’a épinglé sur sa page Facebook.

Le lien renvoie à un article du nationaliste Luc Sommeyre intitulé « Paroles de flic » publié le 3 janvier dernier sur son site minurne.org.

Le texte décrit le quotidien des CRS à Calais, le « manque de repos », l ‘« enchaînement incessant des services à différents horaires, de jour comme de nuit », le « dégoût à ne pouvoir faire du travail de police… »

Le CRS résume l’une de ses interventions non datée. Prise de service à 23 h 30 jusqu’à 7 h le lendemain.

En fond sonore, une radio embarquée dans l’un des véhicules-recueil est active, précise le texte qui raconte : « sur le point Golf-Alfa-2, ils sont au contact. (Les migrants) lancent des barres de fer et des pierres. Un de chez nous est touché légèrement. Avons utilisé une dizaine de grenades MP7. » […] « Deux poids lourds accidentés à cause de blocs de béton sur les voies rapides. Les avons dégagés. Demande renfort de 2 véhicules .»

Vers 2 h 45 du matin, « sur les ondes et partout alentour, on entend hurler que de nombreux camions sont arrêtés, assaillis par des vagues de 50 migrants, dont certains accidentés sur la voie rapide. À pied en courant, nous venons prêter main forte à l’effectif originaire de l’information; dessous, une multitude de véhicules immobilisés, presque au contact les uns des autres qui, miraculeusement, ne se sont pas percutés les uns les autres ».

Grenades MP7, lanceur de 40, lanceur Cougar, le dispositif d’intervention est présenté avec beaucoup de précision.

Plus tard, le journal décrit une « zone de guerre » où les CRS zigzaguent « entre les véhicules arrêtés et des débris de toute sorte. Sur les ondes, ordre nous est donné de remonter sur le même axe pour prêter main forte aux collègues qui se trouvent en niveau bas de grenades, à quelque 300 mètres plus haut. À leur hauteur, nous sautons de notre véhicule encore en marche car nous constatons qu’un effectif se trouve contre la rambarde de sécurité. Des projectiles arrivent à les atteindre. Les objets sont jetés depuis une zone boisée sans que l’on puisse distinguer les individus… Seuls des cris venant des fourrés dans des dialectes inconnus. Parfois un nique la police ou fuck the police se mêle aux Allah Akhbar! et à leur slogan favori: vive Daesh ».

Le rapport long de cinq pages évoque « une vraie stratégie de guérilla » orchestrée par les No Border, qui « incitent les migrants à tendre des embuscades » aux CRS pour « prendre des photos et des vidéos pour dénoncer des failles dans notre manière d’intervenir ou des images pour nous mettre en cause. Mais surtout, ils espèrent faire un maximum de blessés dans nos rangs. »

L’inquiétant monsieur Sommeyre

Le « journal de bord » épinglé sur la page des Calaisiens en colère a été publié sur le site minurne.org créé par Luc Sommeyre.

Il a également été partagé par de nombreux sites de « réinformation » de la fachosphère et de soutiens au forces de l’ordre.

Une page Facebook intitulé « UNSA Police POLE CRS » l’a également repris.

« Le journal de bord nous a été transmis par un collègue des CRS en poste à Calais aux abords de la plus officielle des zones de non-droit que notre gouvernement tolère et ne se résout pas à nettoyer », précise Luc Sommeyre sur son site. Ce texte, il aurait « hésité » avant de le mettre en ligne parce que « le Grand Public, certains lecteurs, vont croire être fondés à faire la part des choses. Ils auraient tort. » Jusqu’au-boutiste, lui n’est visiblement pas prêt à faire la part des choses.

Début d’une « guerre civile »

« Ne pensez surtout pas que nous puissions nous laisser abuser par des propos mensongers ou tendancieux : nous avons les moyens de vérifier nos sources. Nous ne publierons que des documents authentiques tout en préservant évidemment le strict anonymat de leurs auteurs », ajoute-t-il.

Peut-on lui faire confiance ? Le journal de bord donne des précisions sur la situation calaisienne mais est écrit non comme un rapport mais comme une histoire presque. Et le vocabulaire utilisé par le supposé CRS s’il s’avère qu’il en est un, comme le terme « gremlins » pour qualifier les migrants interpelle. Les insultes « Vive Daesh » intriguent. Tout comme le fait que ce journal de bord n’apparaisse que sur des blogs ou sites non officiels.

L’ancien candidat FN des Yvelines lors des départementales de 2015, ancien membre du Bloc identitaire, qui se présente comme un ancien flic, est ensuite un habitué des sorties scandaleuses. Comme lorsqu’il parlait il y a quelque temps du péril blanc par exemple : « Aujourd’hui, les Blancs ne sont pas «obligés » d’épouser un(e) Noire ou vice-versa, mais progressivement ils y seront fortement incités (avantages fiscaux, primes à la diversité, etc.) Politique-fiction ? – Pour le moment, oui. Patience… »

D’ailleurs, pour lui, ce qui se passe à Calais est le « début de la guerre civile qui a commencé sur notre sol. Pour le moment, cette guerre civile est contenue dans le périmètre de « La Jungle » à Calais. Comme nous le prévoyons, attendez-vous à ce qu’elle se propage dès que sera donné le signal de l’assaut général. Un assaut minutieusement préparé contre la France. Contre notre civilisation. Contre vous. »

Source : nordlittoral.fr

Un CRS donne des confidences sur ses journées à calais face aux migrants.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 9 janvier 2016

Madame la Maire de Calais répond à Marine Le Pen sur situation de Madame Nadine Guerlach

La Mairie de Calais nous informe de la situation réelle de madame Nadine Guerlach suite aux articles parut dans la presse :

La presse et les réseaux sociaux ont évoqué la situation de Madame Nadine Guerlach, résidant au 99 chemin des dunes à Calais. De nombreuses précisions doivent être apportées devant une manipulation évidente des faits à but électoral.

nadine guerlach youtube

Dans la presse du jour, il est mentionné un « avis d’expulsion ». Il s’agit là d’une lourde erreur sémantique. Un « avis d’expulsion » est une décision de justice prononcée à l’encontre d’un locataire n’ayant pas respecté ses devoirs. En l’espèce, la Ville de Calais n’a pas engagé de procédure judiciaire à l’encontre de Madame Guerlach, par conséquent aucune décision de justice ne peut avoir été rendue. S’exprimer sur un sujet aussi sensible implique d’être précis sur le sens des mots pour respecter les faits.

Pour comprendre la situation il convient d’établir l’historique des faits. La Municipalité s’y était refusée jusqu’à ce jour pour préserver l’intimité de Madame Nadine Guerlach et éviter la polémique.

Depuis le 1er octobre 1988, Monsieur Marceau Guerlach a été locataire de la Ville de Calais pour une maison à usage d’habitation ainsi que des dépendances situées au 99 chemin des Dunes. Après le décès de Monsieur Guerlach, un avenant a été passé à la convention pour permettre à Madame Guerlach de rester dans la maison.

Il est important de bien noter que la Ville de Calais s’est rendue propriétaire de cette maison en 1988 en prévision de la création de la Zone des Dunes. Monsieur et Madame Guerlach ont alors sollicité la Ville de Calais pour rester temporairement dans cette maison, jusqu’au moment où la Ville de Calais aurait besoin de récupérer son bien. C’est ainsi qu’une « convention d’occupation précaire » a été conclue entre la Ville de Calais et les époux Guerlach. Cette convention ne constitue pas un bail classique et mentionne expressément que « Monsieur Guerlach s’engage à libérer les lieux dans le mois où la Ville de Calais le mettra en demeure de le faire par lettre recommandée avec accusé de réception ». Le loyer extrêmement modéré demandé par la ville, qui s’élève à ce jour pour information à 268.80€/mois, constitue la contrepartie du caractère précaire de la convention.

Monsieur et Madame Guerlach ont donc bénéficié depuis 1988 d’une habitation pour un loyer extrêmement modéré qu’ils avaient accepté de quitter dans le mois où la ville le leur demanderait.

Par courrier en date du 25 mars dernier, Monsieur Régnier, gendre de Madame Nadine Guerlach, époux de Madame Sarah Guerlach, a sollicité la Ville de Calais pour procéder à l’achat de la maison. La Ville de Calais a décliné compte tenu de la destination de démolition de la maison qui avait prévalu à son achat en 1988. Les services de la Ville se sont alors aperçus que Monsieur Régnier avait établi son entreprise de démolition sur les lieux. Des engins de chantier ainsi que des matériaux ont pu être stockés sur le terrain attenant à la maison. La convention ne permet pas d’avoir une d’activité professionnelle sur les lieux. Par courrier du 18 mai 2015, la Ville de Calais a demandé à Monsieur Régnier de cesser tout stockage de gravats et de procéder au nettoyage du terrain. Nous ne sommes pas en mesure de préciser si le lieu a effectivement été déclaré comme lieu d’activité de la société de Monsieur Régnier, notamment à l’administration fiscale pour le paiement des taxes correspondantes.

Après la publication d’une vidéo sur Internet en août dernier, vidéo dans laquelle Sarah Guerlach présentait la situation de sa mère Nadine Guerlach, en omettant de mentionner le caractère d’occupant précaire d’un bien de la Ville de Calais, la Municipalité avait choisi de ne pas réagir publiquement mais d’inviter Sarah Guerlach à une rencontre.

Pour rappel la vidéo :

Madame Sarah Guerlach, accompagnée de Monsieur Régnier, ont ainsi été reçus le 15 septembre dernier à 11h par le Premier Adjoint, Monsieur Emmanuel Agius. La proposition d’achat de la maison a de nouveau été formulée. Monsieur Agius a renouvelé le refus de la Ville. Quelques minutes après avoir énoncé le fait de vouloir acheter la maison, Madame Sarah Guerlach énonçait que sa mère, Madame Nadine Guerlach, y vivait dans des conditions effroyables que la Ville ne pouvait accepter. N’étant pas en charge de l’ordre public et de la sécurité, compétences d’État, Monsieur Agius a indiqué que la Ville de Calais ferait des propositions de relogement à Madame Nadine Guerlach. Madame Sarah Guerlach a alors déclaré que sa mère ne quitterait le logement sous aucun prétexte.

Par conséquent, aucune solution ne s’offrait à la Ville de Calais :
– En maintenant Madame Nadine Guerlach dans les lieux, la Ville de Calais la soumettait – à entendre sa fille – à des conditions indignes.
– Toujours d’après la fille de Madame Guerlach, la formulation de propositions de relogement aurait rendu la Ville de Calais responsable du tourment de sa mère.
– Seule solution possible pour Madame Guerlach : la vente, à prix bien sûr extrêmement modeste. Une demande qui semble bien paradoxale après les violentes critiques formulées sur l’environnement.

Chacun devra reconnaître ici que la Ville de Calais a dû faire face à une situation particulièrement inextricable et dont certains ont manifestement pensé pouvoir tirer parti. En effet, il convient de porter à la connaissance de tous le fait que Monsieur Régnier et Madame Guerlach fille ont récemment procédé à des investissements sur les lieux pour leur société (qui n’est officiellement pas autorisée sur les lieux). Ils ont pu indiquer à Monsieur Agius qu’ils ne pouvaient pas quitter les lieux compte tenu de leurs investissements. Est-ce donc bien Madame Nadine Guerlach que l’on cherche à protéger ou ses investissements ?

Guidée par le seul objectif de protection de Madame Nadine Guerlach, Madame le Maire de Calais lui a indiqué par courrier le souhait de la Ville de voir le logement se libérer sous 6 mois, conformément à la convention mais en portant le délai à 6 mois au lieu d’un seul. De même, le courrier mentionne expressément le fait que la Ville de Calais proposera un relogement à Madame Nadine Guerlach.

Les commentateurs et les agitateurs des réseaux sociaux, qui ont omis de mentionner cette proposition de relogement, se rendent clairement coupables de manipulation. La connaissance complète de l’historique de cette situation complexe donne à voir une réalité bien différente.

Qui protège Madame Nadine Guerlach ? Madame le Maire de Calais, qui souhaite la reloger dans de meilleures conditions, ou bien ceux qui utilisent cette dame âgée pour leurs affaires ou à des fins politiques ?

Aujourd’hui, Marine Le Pen a mentionné ce dossier, sans le connaître, lors de l’enregistrement du débat des têtes de listes régionales pour France 3. Natacha Bouchart dénonce fermement l’utilisation que la candidate du Front National cherche à faire de la situation dramatique de Mme Nadine Guerlach.

A quelques jours du scrutin, s’il en fallait un, voici l’exemple même de ce qui distingue Natacha Bouchart et Marine Le Pen : quand Madame le Maire de Calais assume ses responsabilités et protège ses habitants, y compris contre leur entourage et en restant discrète pour préserver la vie privée des personnes, la Présidente du Front National, quant à elle, cherche à faire sa com’ à tout prix sur le dos d’une situation humaine difficile. Les électeurs doivent le savoir.

La Maire de Calais remet les choses en place sur Nadine Guerlach et notamment ce qu'en a dit Marine Le Pen.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 4 décembre 2015

Calais : la fillette enlevée cet après-midi retrouvée morte et dénudée ; son agresseur présumé interpellé

Ce mercredi en début d’après-midi, une fillette de 9 ans a été enlevée dans le quartier du Beau-Marais, à Calais. Son corps a été découvert vers 17 h 30, dénudé, dans un bois à proximité du port. L’auteur de l’enlèvement a été interpellé.

Police_nationale,_gare_de_Strasbourg_janvier_2014

 

La fillette, âgée de 9 ans, a été retrouvée dénudée dans le bois Dubrulle, en face de l’usine Tioxide, à l’angle de la rue du Nord et de la rue des Garennes. Son corps porterait des traces de strangulations.

Selon Denis Hurth, du syndicat UNSA Police, la fillette aurait été violée puis tuée. « Un suspect de nationalité polonaise a été interpellé et placé en garde à vue ». D’importants moyens de police et de gendarmerie étaient rassemblés en fin d’après-midi à proximité du lieu où a été découvert le coprs. L’ensemble de la zone a été bouclée pour permettre le travail des enquêteurs.

L’enlèvement de la fillette a été signalé ce mercredi en milieu d’après-midi. Le parquet de Boulogne-sur-Mer avait aussitôt confirmé l’information. Selon plusieurs sources proches de l’affaire, la fillette aurait été enlevée par un individu conduisant une voiture immatriculée en Belgique. Selon nos informations, elle aurait été enlevée au niveau de la rue Chateaubriand, non loin du lieu où son corps a été retrouvé.

La police judiciaire de Coquelles a été saisie de l’enquête. D’importants moyens de recherche ont été déployés dans l’après-midi pour tenter de la retrouver.

 

Source : La Voix du Nord

Une fillette de 9 ans retrouvée morte et dénéudée à Calais.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 15 avril 2015