Titre obligatoire

Emissions à venir

avr
21
sam
2018
14:00 Top Tonic samedi
Top Tonic samedi
avr 21 @ 14:00
Top Tonic samedi
Top Tonic – Samedi de 14h à 15h Le samedi de 14h à 15h Top Tonic Le classement du Top Tonic ce sont les meilleurs tubes du moment. Le classement des 20 meilleurs hits du moment. Le[...]
15:00 Cinémagix – Claude et Pascale
Cinémagix – Claude et Pascale
avr 21 @ 15:00
Cinémagix - Claude et Pascale
Cinémagix – Samedi et Dimanche de 15h à 17h Le Samedi et le Dimanche Cinémagix avec Pascale Tous les samedis et Dimanche, Pascale vous présente Cinémagix Vous y retrouver toutes le nouveautés des salles …  Rejoins[...]

View Calendar

NASH : la maladie du foie gras

Le foie gras est un mets raffiné, mais il s’agit aussi du nom… d’une maladie. En anglais, on l’appelle NASH, ce qui signifie en français stéatose hépatique non alcoolique. De quoi s’agit-il ? Quels en sont les causes, les symptômes et les traitements ?

Le foie gras est dû à une accumulation de graisse dans le foie, qui s’accompagne d’une inflammation et d’une dégénérescence des cellules hépatiques, ce qui peut mener à une cirrhose, comme en cas de consommation excessive d’alcool ou d’infection virale (hépatite).

Souvent diagnostiquée lors d’une prise de sang de routine, cette maladie touche avant tout les personnes diabétiques, en excès de poids et/ou avec un taux élevé de lipides sanguins (hyperlipidémie). Dans la plupart des cas, elle évolue sans symptômes, mais certains patients se plaignent d’une perte d’appétit, d’un malaise abdominal, d’une jaunisse, de pieds gonflés…

Concernant les causes, la résistance à l’insuline, avec alors une difficulté d’assimilation du sucre par les cellules, crée des conditions favorables (hyperglycémie) au développement de la maladie. Le surpoids, l’excès de triglycérides, un tour de taille élevé et un faible taux de bon (HDL) cholestérol constituent des facteurs de risque.

Selon certaines estimations, 3% de la population européenne souffrirait de NASH : dans 10 à 20% des cas, la maladie peut évoluer ver la cirrhose, ou vers le cancer du foie.

Le traitement de la stéatose hépatique non alcoolique repose le contrôle des facteurs de risque métabolique : manger moins gras, moins sucré et pratiquer une activité physique pour lutter contre le surpoids. Des médicaments améliorent la sensibilité à l’insuline. La prise en charge de la stéatose hépatique non alcoolique au stade de la cirrhose porte les complications. Dans les cas les plus graves, il faut envisager la transplantation hépatique.

Source: http://www.passionsante.be         Barbara Simon

Mots-clefs : ,