Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
18
lun
2017
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
déc 18 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]
21:00 MAXI TOP
MAXI TOP
déc 18 @ 21:00
 

View Calendar

[Revue de presse] Tsipras devant le Parlement européen après un nouveau sommet sans résultat

Encore une fois, le sommet exceptionnel de la zone euro s’est achevé hier sans accord.

tsipras

La Grèce doit présenter ses propositions jeudi, avant une nouvelle réunion de l’Eurogroupe puis des dirigeants de l’ensemble de l’Union européenne ce week-end. Plusieurs médias reviennent également sur la visite d’Alexis Tsipras au Parlement européen ce matin.
Réunis hier à Bruxelles, les chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro se sont laissés jusqu’au week-end pour s’accorder sur un plan visant à maintenir la Grèce au sein de la monnaie unique. A condition que le Premier ministre grec soumette un plan détaillé de réformes d’ici là. Athènes doit en effet présenter mercredi une demande officielle pour un programme de prêt de deux ans accompagné d’une première liste de réformes détaillées jeudi.
D’après Reuters, les ministres de l’Eurogroupe, qui s’étaient quant à eux retrouvés plus tôt dans l’après-midi, « se sont plaints du fait que leur nouveau collègue grec Euclid Tsakalotos, bien que plus courtois que son prédécesseur Yanis Varoufakis, n’avait pas apporté de nouvelles propositions à la table des négociations ». Un comportement qui a « provoqué un sentiment de ‘consternation’ autour de la table (…) [et] provoqué la colère de nombreux responsables européens, trois jours après le non retentissant au référendum grec », ajoute l’AFP.
Le sommet de la soirée n’a donc pas pu déboucher sur des mesures concrètes. Sans surprise, la chancelière Angela Merkel « a souhaité obtenir dans la semaine suffisamment de propositions de la part d’Athènes pour demander au Bundestag d’approuver l’ouverture de discussions en vue d’un nouveau plan d’aide à long terme (…). Si elle n’a pas exclu un rééchelonnement de la dette grecque sur le long terme, elle s’est en revanche montrée intransigeante dans son refus d’une décote » jugée illégale [Reuters]. Elle s’est également déclarée favorable à un « programme d’aide sur plusieurs années, qui aille bien au-delà de ce que nous discutions il y a encore dix jours » [AFP].
Autre son de cloche de la part d’Alexis Tsipras, selon qui « la Grèce a formulé des propositions crédibles pour obtenir une promesse de financement appropriée d’ici à la fin de la semaine et pour mettre un terme définitif à la crise » [Reuters]. De son côté, François Hollande a répété qu’un accord était possible, précisant que la Banque centrale européenne assurerait « la liquidité minimale à la Grèce jusqu’à ce que les membres de la zone euro se prononcent sur un projet d’accord » [Reuters] et qu’il fallait « un programme à deux ans qui donne de la visibilité » [AFP].
Enfin, le président de la Commission Jean-Claude Juncker a affirmé qu’un scénario détaillé de Grexit était prêt, tout en s’opposant à une telle sortie : « Je suis fermement contre un Grexit mais je ne pourrai pas l’empêcher si le gouvernement grec ne fait pas ce qu’il doit faire », a-t-il averti [Reuters].
La presse rapporte l’intervention d’Alexis Tsipras ce matin dans l’hémicycle du Parlement européen de Strasbourg. Commentant le résultat du référendum de dimanche, celui-ci a souligné que « le choix du peuple grec n’était pas la rupture mais le retour aux principes fondateurs de l’UE, des principes de démocratie, de solidarité, de respect mutuel et d’égalité » [La Libre/AFP] et appelé à ce que « le fardeau soit supporté par ceux qui ont la capacité de le supporter » [Le Figaro]. Et de clore son discours en ces mots : « ce que nous appelons la crise grecque n’est que l’impuissance à trouver une solution définitive à la crise d’une dette qui s’autoalimente (…) nous voulons trouver un compromis honorable pour éviter une rupture avec la tradition européenne. Nous sommes conscients des enjeux et prêts à prendre notre responsabilité historique » [Le Point].
Une rencontre que détaillent précisément les « live » du Monde et du Figaro et qui, pour la députée européenne Sylvie Goulard qui signe une tribune dans Le Monde, « peut être un tournant de la crise ».
D’autres personnalités continuent par ailleurs de commenter la gestion européenne de la crise. Ainsi Dominique Moïsi, chroniqueur et conseiller spécial à l’ifri, appelle dans Les Echos à un plan Marshall pour la Grèce, tandis que BFMTV énumère les avis « d’experts » mettant en garde contre les conséquences non plus économiques mais géopolitiques d’un éventuel Grexit : « la balkanisation de la Grèce, l’amplification du phénomène migratoire, voire la menace islamiste ».
Enfin le philosophe Etienne Balibar s’interroge dans Libération sur les raisons qui poussent les Français à suivre « les épisodes successifs de la ‘crise grecque’ avec une telle passion, comme si leur propre sort en dépendait ? » et propose cinq réponses pour finalement conclure : « Comme les Grecs dans leur immense majorité, nous sommes pour la construction européenne, mais nous la voulons tout autre. Nous savons que c’est une chance à ne pas manquer. Merci Aléxis Tsípras de nous la donner. »

La Grèce : rien n'est toujours réglé, vers ou va l'Europe ?

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 9 juillet 2015

Mots-clefs : , ,