Titre obligatoire

Emissions à venir

sept
23
sam
2017
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
sept 23 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]
18:00 Funk Anthology
Funk Anthology
sept 23 @ 18:00 – 19:00
Funk Anthology
Funk Anthology – Samedi de 21h à 22h Samedi de 21h à 22h Funk Anthology présenté et animé par DJ Vibe DJ Vibe officie sur la scène funky depuis prêt de 25 ans. Il se[...]

View Calendar

Trois recettes pour redécouvrir les légumes oubliés

Les légumes oubliés ont réussi un retour en force sur les étals des primeurs et dans les rayons des supermarchés.

légumes

Parmi les plus populaires, on compte le panais, la racine de persil et le topinambour. Laissez vos papilles gustatives (re)faire connaissance avec ces trois aliments remplis de vitamines. Découvrez-les grâce à un plat ultra classique et facile à préparer : la purée.

Pourquoi de la purée ?

La purée ne doit pas forcément être cuisinée avec des pommes de terre. Il y a moyen de réaliser un succulent écrasé avec des légumes d’hiver. Tout le monde connaît la purée de céleri-rave, mais le panais, la racine de persil et le topinambour constituent aussi une base idéale pour cette préparation très appréciée.

La purée constitue une manière idéale d’inscrire au menu ces légumes oubliés, parfois mal-aimés et souvent méconnus. Il s’agit d’un plat goûteux, doux et onctueux, qui fond dans la bouche.

La racine de persil

Le légume

Il s’agit d’une variété du persil traditionnel que l’on connaît tous. Elle est surtout cultivée pour sa racine de couleur blanche, mais son feuillage est également comestible. Son goût se situe entre celui du panais et du céleri-rave. Il s’agit d’un véritable passe-partout en cuisine. Râpé, elle peut être dégustée crue ou cuite (comme base pour de la soupe ou de la purée), mijotée ou au wok. Avec ses 22 kcal/100 g, elle obtient d’ailleurs un franc succès dans le cadre d’un régime amincissant.

L’histoire

La racine de persil s’est popularisée partout en Europe (principalement en Allemagne) à partir du 16ème siècle, pour ensuite tomber dans l’oubli. Ce n’est qu’en Europe de l’Est, en Scandinavie et dans les pays baltes qu’elle a traversé les modes et les années.

Les propriétés médicinales

La racine de persil contient une quantité élevée d’acides aminés, beaucoup de protéines, du calcium, du fer, du bêta-carotène et des vitamines B2 et C. Parmi ses principales vertus : elle est diurétique, purifie le sang et soulage les crampes d’estomac et les douleurs menstruelles.

La purée

Ingrédients : 600 g de racines de persil pelées et coupées en morceaux, un quart de pomme pelée et coupée en blocs, 2 dl de lait entier, du poivre et de la fleur de sel, du persil (classique) haché en guise de garniture.

Préparation : cuisez les morceaux de racines et de pomme dans le lait. Passez ensuite au mixer et assaisonnez (poivre et sel). Si vous désirez obtenir une purée plus consistante, retirez d’abord un peu de lait de la préparation avant de la mixer. Vous pourrez utiliser le lait ainsi prélevé dans une soupe. Garnissez la purée avec du persil finement haché.

Le panais

Le légume

Il s’agit d’une carotte de couleur crème qui appartient à la famille des légumes racines. Le goût s’assimile à celui d’une combinaison de céleri-rave et d’anis. Le déguster cru n’est pas très intéressant, mais cuit, mijoté, frit (chips) ou gratiné, il devient vraiment goûteux. Il affiche 80 kcal/100 g.

L’histoire

Cette carotte blanche est arrivée en Europe de l’Ouest durant le Moyen-Âge en provenance du sud. Elle était très populaire en cuisine avant de tomber progressivement en désuétude au profit de la pomme de terre.

Les propriétés médicinales

Le panais contient de nombreux antioxydants, beaucoup de minéraux (principalement du manganèse et du potassium), ainsi que des vitamines (C et K). Il représente surtout une belle source d’acide folique (vitamine B11), qui aide à lutter contre la démence sénile, l’ostéoporose et les problèmes cardiaques. Le panais est riche en fibres, ce qui peut être bénéfique pour stabiliser le taux de glucose. C’est un excellent diurétique, qui stimule les reins, et il permet de lutter contre le rhumatisme.

La purée

Ingrédients : 600 g de panais pelés et coupés en morceaux, 200 g de lait entier, 200 g de crème, une noix de beurre, du poivre et de la fleur de sel, un filet d’huile de noix, des noix écrasées.

Préparation : cuisez les morceaux de panais dans le lait et la crème. Ajoutez le beurre et passez au mixer. Assaisonnez (poivre et sel). Servez la purée sur l’assiette accompagnée d’un filet d’huile d’olive et éventuellement de quelques noix qui auront été préalablement écrasées et émiettées.

Le topinambour

Le légume

Il s’agit d’un tubercule osseux de couleur rosâtre avec une peau comestible (et saine !) qui donne une belle fleur de couleur jaune vif. Le goût est doux et intense et fait penser à celui des noix (du panais cru principalement) ou à celui de l’artichaut. Le tubercule est comestible sous toutes ses formes : cru, au wok, mijoté… Dans sa forme cuite, le topinambour a un goût très doux, ce qui permet de l’utiliser comme garniture pour les desserts et les pâtisseries.

L’histoire

Le topinambour était une constante en cuisine chez les Indiens d’Amérique. Le légume est arrivé en Europe au 16ème siècle, importé par les Français depuis le Canada. Il fut particulièrement populaire jusqu’au moment où la pomme de terre est apparue sur la scène culinaire.

Les propriétés médicinales

Le topinambour est un légume intéressant parce qu’il ne stocke pas de nitrates. Il a des effets salutaires en matière de rhumatismes et de goutte, et il est aussi indiqué en cas de constipation. A l’instar du panais, le topinambour est diurétique et il aide à combattre l’ostéoporose. Consommé cru, il est particulièrement approprié pour les personnes diabétiques en raison de sa teneur en inuline, un hydrate de carbone de forme fibreuse qui ne peut pas être assimilé par l’être humain (elle n’est donc pas transformée en glucose), ce qui fait que le taux de glucose n’augmente pas. Les fibres ralentissent le processus de digestion et favorisent la satiété, ce qui entraîne un effet bénéfique sur le taux de glucose. Les fibres d’inuline fermentent, ce qui a une influence positive sur la flore intestinale. Enfin, 100 g de topinambour équivalent à seulement 72 kcal.

La purée

Ingrédients : 350 g de topinambours (pelés), une noix de beurre, un quart de cube de bouillon de champignons, 2 généreuses cuillerées à café de fromage à la crème (cream cheese), à la truffe ou autre, du poivre et de la fleur de sel. Ces quantités sont suffisantes pour préparer une purée qui servira de garniture pour 2 personnes.

Préparation : coupez immédiatement le topinambour en morceaux après l’avoir pelé (sans quoi il se décolorera) et laissez mijoter dans un beurre luisant et fondu. Emiettez le quart de cube de bouillon, ajoutez de l’eau et laissez à nouveau mijoter le topinambour pendant cinq minutes dans une casserole sans mettre le couvercle. Piquez de temps à autre avec une fourchette dans les légumes pour vérifier la cuisson et éviter qu’ils mijotent trop longtemps. Passez au mixer, assaisonnez (poivre et sel) et mélangez-y deux généreuses cuillerées à café de fromage à la crème.

Il est plus qu’évident que les légumes oubliés sont très bons pour la santé ! Et lorsque vous les goûterez, vous remarquerez qu’ils sont étonnamment délicieux. Tirez-les de l’oubli, ils méritent une place de choix dans toutes les recettes familiales.

Source: www.passionsante.be

 

Mots-clefs : , ,