Titre obligatoire

Emissions à venir

Politique d’impulsion du gouvernement belge en vue de maîtriser la radicalisation violente

Source:

Service de presse de Jan Jambon, Vice-Premier ministre et ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, chargé de la Régie des bâtiments

jan_jambon

Sur proposition du ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Jan Jambon, le Conseil des ministres a approuvé un projet d’arrêté royal relatif à la mise en oeuvre d’une politique d’impulsion unique en vue de projets pilotes visant à maîtriser la radicalisation violente et à lutter contre le radicalisme.

Depuis 2013, dix villes et communes bénéficient de moyens fédéraux supplémentaires pour leurs projets de prévention de la radicalisation violente. Un premier projet d’arrêté royal approuvé par le Conseil des ministres du 23 octobre 2015 a octroyé, via une politique d’impulsion unique, un soutien financier supplémentaire d’un million d’euros, réparti entre ces dix communes. Ce premier arrêté royal a été publié au Moniteur belge le lundi 23 novembre 2015. Grâce à ce deuxième projet d’arrêté royal, approuvé par le Conseil des ministres aujourd’hui, cinq autres villes et communes recevront un soutien financier grâce à la politique d’impuslion unique.

Le soutien complémentaire visé par cette politique d’impulsion a pour objectif de renforcer l’expertise actuelle afin de mettre les connaissances existantes à la disposition d’autres entités qui sont confrontées à la même problématique, et d’implémenter des initiatives au niveau supralocal.

Un budget de 425.000 euros sera réparti entre les cinq villes et communes concernées.

Le gouvernement belge veut maîtriser la radicalisation violente

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 28 novembre 2015

La police vous prévient :Nouveau type de fraude – PAYSAFECARDS

Nouveau type de fraude – PAYSAFECARDS
Les services de police tiennent à mettre la population en garde d’un nouveau type de fraude.
Des victimes, souvent des dames isolées et âgées de plus de 55 ans, sont harcelées téléphoniquement par des appels en provenance de pays étrangers.

A chaque appel décroché, l’interlocuteur raccroche sans parler.
Les appels proviennent principalement des pays du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, d’Europe de l’est et même des Etats-Unis.


Après cette période de harcèlement, un prétendu juge ou avocat appelle la victime et lui signale qu’un procès, intenté par l’Etat belge, a été gagné au profit d’un ensemble de victimes de faits d’harcèlement. A ce titre, la victime aurait droit à un dédommagement financier plus ou moins conséquent.
L’arnaque consiste à faire acheter aux victimes des PAYSAFECARDS (cartes de réserve d’argent) pour plusieurs centaines d’euros et les faire débloquer par des codes bancaires. Cet argent servirait soi-disant à faire face aux frais.
L’argent, ainsi débloqué, crédite un compte que les malfrats ont préalablement communiqué.
Et la victime, quant à elle, ne touche jamais le dédommagement financier promis.
Il est demandé aux personnes de ne pas accéder à cette demande et surtout de ne pas acheter ces cartes PAYSAFECARDS.

Publié le 28/11/2015 à la requête du Parquet du Hainaut – division Charleroi.

Témoignages
Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.
Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

Attention nouvelle arnaque, la cible les + 55 ans, prévenez vos ainés !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 28 novembre 2015

Attention à cette nouvelle escroquerie par téléphone: Philippe a failli se faire arnaquer de plusieurs centaines d’euros

Victime d’une tentative d’escroquerie par téléphone, Philippe Thiriet a eu le bon réflexe en ne donnant pas suite à cet appel mystérieux reçu sur son GSM. Le Wavrien s’est tourné vers le SPF Économie afin d’introduire une plainte et témoigne dans le but d’alerter la population sur ces pratiques.

<br /><br />
La vigilance est de mise si vous recevez un appel mystérieux.<br /><br />

Photo News

La vigilance est de mise si vous recevez un appel mystérieux.

On peut supposer que si Philippe Thiriet avait mordu à l’hameçon, il aurait été délesté d’une belle somme d’argent. Jeudi dernier, le Wavrien a reçu un appel sur son téléphone portable. Le numéro, étrange de par sa composition, l’a tout de suite interpellé. «  J’étais occupé sur mon ordinateur lorsque mon GSM a sonné. Il était 15h34 précisément et l’appel provenait du numéro +88233010228. Je n’ai même pas eu le temps de dire Allô qu’un message préenregistré se lançait. »

« Je n’ai rien commandé ! »

En substance, son « interlocuteur » lui explique que le colis qu’il a commandé est arrivé. «  On me dit que je dois raccrocher, former le numéro entrant et fournir le code 3125. Une fois cette manœuvre effectuée, je saurai où se trouve mon colis pour aller le rechercher. »

Ayant bien compris quel tour on était en train de lui jouer, Philippe a raccroché et n’a pas donné suite. «  J’ai vite senti l’arnaque, n’ayant de toute façon rien commandé ! Bien qu’il m’arrive souvent de le faire par Internet, je prends toujours mes précautions pour ne pas me faire berner. »

Au lieu de rappeler, cet habitant de Limal a choisi d’alerter les autorités compétentes. «  Je me suis rendu sur le site Internet du SPF Économie où j’ai introduit une plainte. Je leur ai fourni les coordonnées et éléments en ma possession. » Une arnaque qui peut coûter plusieurs centaines d’euros selon le SPF Economie.

Source: sudinfo.be

Nouvelle tentative d'escroquerie à dénoncer

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 10 novembre 2015

AB InBev recrute 40 nouveaux stagiaires au sein du Benelux

AB InBev recrute 40 nouveaux stagiaires au sein du Benelux

Le rêve d’AB InBev est d’être la meilleure Entreprise Brassicole unissant les individus pour un monde meilleur. Afin de cultiver ce rêve, le groupe offre des opportunités à de jeunes diplômés entreprenants, ambitieux, talentueux et prêts à développer une carrière internationale fulgurante. Le mois passé, 40 stagiaires d’exception ont été accueillis parmi lesquels 12 Global Management Trainees (tous originaires de Belgique), 6 Supply Management Trainees (dont 5 sont Belges) et enfin et 22 Market Visionaries (dont 14 Belges). Tous sont prêts à vivre au sein d’AB InBev et à développer une carrière professionnelle prometteuse.

Les jeunes diplômés peuvent tenter leur chance afin de pouvoir participer à l’un des programmes d’AB InBev spécialement dédiés aux gradués. A cet effet, le brasseur n° 1 cherche régulièrement à recruter des jeunes gens formés dans des écoles et universités reconnues. Des personnes talentueuses ayant le potentiel de croître dans l’organisation et qui trouveront certainement un job leur convenant parfaitement parmi les trois programmes proposés.

Global Management

“Pour le stage de Global Management, nous sommes continuellement à la recherche de collaborateurs talentueux qui deviendront les futurs dirigeants de notre entreprise”, déclare Aurélie Piette, People Director Benelux au sein d’AB InBev.

“Le programme débute à St.-Louis, aux Etats-Unis. Ensuite, les stagiaires suivent une formation intensive de 10 mois qui combine la théorie et la pratique au sein de différents départements de l’entreprise”.

Supply Management

Etant donné qu’AB InBev brasse de la bière en Europe, le stage de Supply Management est l’occasion ultime pour de jeunes diplômés d’apprendre tous les aspects du processus de production, dont la logistique, les opérations brassicoles etc.

“Ce programme de sept mois permet aux jeunes diplômés de marier leurs connaissances théoriques de la croissance, du service et des coûts à la pratique et de garantir ainsi à AB InBev un avantage compétitif”, déclare Aurélie Piette.

Market Visionaries

Pour le programme Market Visionaries, AB InBev recherche de jeunes talents intéressés par la vente et le marketing afin de renforcer ses différentes marques. Au cours de ce programme d’une durée de deux ans, les diplômés pourront acquérir de l’expérience commerciale dans les départements On Trade (Horeca) ainsi qu’Off Trade (Retail) et travailler sur certains projets en marketing.

Le programme permet aux diplômés de se développer dans des domaines relatifs au marketing ou commerciaux afin d’apprendre à connaître en profondeur l’organisation commerciale, de se faire un première expérience en ‘leadership’ et de livrer des résultats.

Postuler en ligne

“Le processus de sélection pour ces trois programmes de grande qualité a déjà débuté pour la rentrée de février 2016 (uniquement le Market Visionaries Program) ainsi que pour la rentrée de septembre 2016 (Global Management Traineeship, Supply Management Traineeship & Market Visionaries Program)”, explique Aurélie Piette.

“Les candidats peuvent poser leur candidature pour un programme spécifique via notre site web dédié aux jeunes diplômés.” Les candidats intéressés peuvent s’inscrire jusqu’au 30 novembre 2015.

Enfin, AB InBev est continuellement à la recherche de jeunes étudiants souhaitant effectuer un stage dans l’un de ses départements. Cet été, le groupe a accueilli une soixantaine de stagiaires en Europe, dont 24 en Belgique. Vous trouverez de plus amples informations relatives aux programmes pour jeunes diplômés sur www.bestbeerjob.com et www.facebook.com/ABInBevGraduates

(wk)

AB Inbev engage 40 stagiaires !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur lundi 2 novembre 2015

Vous ne comprenez rien aux reproches faits à la ministre Galant? Jean-Marc Nollet les résume pour vous (vidéo)

Le député écolo Jean-Marc Nollet était l’un des invités de Christophe Deborsu dans l’émission C’est pas tous les jours dimanche. Il s’est prononcé sur le « Galantgate », l’affaire dans laquelle la ministre Jacqueline Galant n’aurait pas respecté les règles des marchés publics et aurait menti aux députés.

Nollet galant

Jean-Marc Nollet fait partie de ceux qui réclament la démission de la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant. Mais que lui reproche-t-on ? En quoi a-t-elle menti ? En quoi est-ce grave ?

« Elle a choisi un seul cabinet d’avocat »

« Il y a d’abord quatre infractions sur la loi sur les marchés publics », explique Jean-Marc Nollet sur la plateau de l’émission « C’est pas tous les jours dimanche ». « Premièrement, il n’y a pas eu de concurrence. Elle a choisi un cabinet d’avocat alors que la loi dit qu’il faut constater et tester plusieurs cabinets d’avocats. »

« Il y a donc infraction par rapport à la loi »

« Deuxièmement, elle n’a pas été à l’inspection des finances, troisièmement, elle n’a pas demandé l’avis du ministre du budget et quatrièmement, elle aurait dû passer – vu les montants qui sont en jeux – au gouvernement. Elle ne l’a pas fait », résume le ministre. « Il y a donc une infraction par rapport à la loi, c’est un premier élément. »

« Deuxième élément, elle a gaspillé l’argent public »

« Le deuxième élément est qu’elle a gaspillé l’argent public », ajoute le ministre Nollet. « Ce sont des montants énormes qui sont en jeu. On parle de 400 à 500.000 euros alors qu’on aurait pu faire avec beaucoup moins, notamment avec l’appui de l’administration. »

« Enfin, elle a menti devant le Parlement et caché des documents »

« Trois, elle a menti au parlement », explique Jean-Marc Nollet. « Elle a menti au parlement en cachant des pièces, puisque ces pièces, ces documents que les écologistes ont amené après la séance au parlement alors qu’elle avait dit qu’elle avait tout donné. Les mails s’arrêtaient au 5 novembre. Nous avons été chercher un document du 7 novembre. Elle n’a donc pas tout donné au Parlement. »

Jean-Marc Nollet ne s’arrête pas là. « Deuxième élément de mensonge : quand elle a voulu remettre la faute sur l’administration. Or c’est elle et elle seule qui a décidé d’engager ce cabinet. Elle a dit « non, non, l’administration m’avait dit que je pouvais faire comme ça, c’est faux. »

« C’est grave »

« Nous avons les pièces, aujourd’hui les faits sont avérés. C’est pour cela que je dis que c’est grave », conclu le ministre. « L’administration a attiré son attention, certes pas au début mais l’administration a attiré son attention sur ce qu’elle doit respecter comme procédure, et elle ne le fait pas tout en disant « non non, l’administration avait dit le contraire… C’est faux! »

Source:RTL.BE

Pourquoi la ministre Galant devrait-elle démissionner ? Jean-Marc Nollet l'explique.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur dimanche 1 novembre 2015

Réfugiés: de nouvelles mesures de sécurité dans les centres d’accueil, « un badge pour les réfugiés?

Le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), était l’invité de L’Acteur en Direct dans Matin Première ce mardi. Il annonce de nouvelles mesures de sécurité dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile.

jan_jambon

Le ministre de l’Intérieur veut rassurer les communes. Plusieurs sont inquiètes. Coxyde, par exemple, a imposé des mesures particulièrement sévères ces derniers jours pour les demandeurs d’asile sur son territoire.

Jan Jambon veut mieux encadrer l’accueil, dit-il.

Ce que le ministre propose

D’abord, les demandeurs d’asile doivent être plus facile à identifier. Ils porteront donc désormais un badge. S’ils se promènent à Liège, par exemple, alors qu’ils sont hébergés dans un centre en Flandre, la police saura qui c’est…

Deuxième mesure : un contrôle renforcé des visiteurs à l’entrée des centres d’accueil. Ils devront s’enregistrer sur une liste auquel la police aura accès.

Jan Jambon veut aussi plus de communication entre les polices locales et fédérale. Il y aura une analyse détaillée du profil de chaque demandeur d’asile à Bruxelles, les résultats seront transmis aux communes.

Et puis, dernière mesure : la police fédérale pourra venir en renfort dans les centres en cas de besoin. Mais il n’y aura pas de régime d’exception. Les règles seront les mêmes que dans n’importe quel lieu privé. Une maison par exemple.

Des réfugiés stigmatisés

Pour Philippe Hensmans d’Amnesty International, ces mesures annoncées par Jan Jambon sont des mesures « stigmatisantes« . Pour lui, ce sont les fous, l’extrême droite, qui s’attaquent aux centres d’accueil et ce sont eux qui posent les problèmes de sécurité, pas les réfugiés.

Jan Jambon présentera ces nouvelles mesures ce mardi avec Theo Francken, le secrétaire d’État à la Migration, dans le cadre d’un journée d’étude de l’Office des Étrangers.

Source : rtbf.be

Un badge pour les réfugiés? c'est la proposition de Jan Jambon.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 27 octobre 2015

Jean-Luc Crucke VS FGTB  » on ne fait pas la loi dans la rue !!  » (vidéo)

Le face à face des Décodeurs mettait en présence ce dimanche Thierry Bodson, secrétaire général de l’Interrégionale wallonne de la FGTB et Jean-Luc Crucke, vice-président du MR. Le débat a tourné autour des éventuelles limites à mettre au droit de grève. Regardez la vidéo.

 

crucke fgtb

http://www.rtbf.be/video/detail_jean-luc-crucke-ce-n-est-pas-dans-la-rue-qu-on-fait-la-loi?id=2054142

Source: rtbf.be

Jean-Luc Crucke ne ménage pas ses mots contre la FGTB ( vidéo )

Posté par Pacifique FM – Officiel sur dimanche 25 octobre 2015

Anderlecht: 20 jeunes s’attaquent à une patrouille de police

Deux policiers intervenant pour une affaire de vol ont été obligés mardi de fuir devant une vingtaine de jeunes déchaînés.

Il est 19h30 ce mardi soir lorsqu’une patrouille de police arrive au croisement de la rue Jorez et de la rue de la Clinique, juste à côté de la station de métro Clémenceau. Les deux agents en question arrivent sur place après le signalement d’un vol de portefeuille. Une intervention qui aurait très bien pu se terminer de manière dramatique, puisque la patrouille a été encerclée et attaquée par pas moins de 20 jeunes du quartier !

En effet, les policiers et la victime ont à peine le temps d’embarquer dans leur véhicule qu’une dizaine de jeunes surgit de nulle part et entoure la voiture de police. Plusieurs coups de pieds sont alors donnés à la carrosserie, tandis qu’un jeune donne également un coup en direction d’un des deux agents, brisant la vitre arrière gauche du véhicule.

Alors que les agents demandent du renfort au dispatching, ils tentent alors une marche arrière afin de tenter d’intercepter un individu. Mais c’est peine perdue. Un jeune leur barre alors la route, les empêchant de reculer. La situation prend alors une tournure plus inquiétante, une dizaine d’autres jeunes, ayant mis leur capuche pour ne pas qu’on les reconnaisse, rejoignent en effet ceux déjà présent sur place…

Les deux policiers décident de quitter les lieux avant que leur véhicule ne subisse davantage de dégâts. Tandis que la voiture se fraie un passage à travers le groupe, le rétroviseur gauche est encore endommagé. Les policiers n’ont finalement pas été blessés lors l’attaque. Une enquête est en cours, indique Marie Verbeke, la porte-parole de la zone Midi.

source : lalibre.be

La police attaquée par une bande jeunes suite à un vol.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 6 octobre 2015

Ce qu’il faut savoir sur la manifestation du 7 octobre et……..la grève SNCB du 9 octobre

Ce mercredi 7 octobre prendra place une manifestation nationale à Bruxelles sur le thème « Rien que des miettes pour nous ». Si on ne connaît pas encore son étendue, on doit s’attendre à quelques perturbations. Le point sur la question, mais aussi sur la grève à la SNCB de ce 9 octobre.

Le front commun syndical FGTB, CSC, CGSLB, a choisi comme slogan pour la manifestation nationale de mercredi « Rien que des miettes pour nous ». Les syndicats se sont refusés à donner une estimation précise du nombre de personnes attendues dans les rues de Bruxelles. « Nous espérons être le plus nombreux possible », s’est notamment contenté de dire le porte-parole de la CSC François Reman. Il y a près d’un an, le 6 novembre 2014, la dernière manifestation nationale avait rassemblé plus de 100.000 personnes.

15 manifestations en un an pour rien ?

Depuis un an, et 15 manifestations, les revendications des syndicats sont les mêmes et de l’aveu même des syndicats, rien ou presque, n’a pourtant été obtenu. Par exemple le retrait de la pension à 67 ans a été refusé et n’a aucune chance de l’être. Tout comme la suppression du saut d’index, l’impôt sur la fortune, le retrait de la limitation dans le temps des allocations d’insertion ou encore la fin des économies dans les services publics et la Sécurité sociale. La lassitude risque de gagner du terrain d’autant plus que les syndicats n’ont plus de vrais relais au gouvernement et celui-ci compte bien faire avancer ces projets coûte que coûte tant il y a une cohésion sur le domaine socio-économique.

Comme le précise Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC, dans Le Soir : « On a déjà dû manifester rien que pour se trouver autour de la table, et quand nous avons conclu des accords avec les employeurs, ils n’ont pas été respectés. » Mais nuance tout de même : « il ne faut pas analyser cela sur le très court terme. Dans le passé, on s’est déjà retrouvé durant plusieurs années sans accord interprofessionnel. La pire des choses serait de se poser en victime. » Et Marc Goblet, le secrétaire général de la FGTB, de préciser, toujours dans Le Soir : « On peut toujours dire que ça ne sert à rien, mais si on ne bouge pas, rien ne changera. La résistance continue. »

Une manifestation pour fêter les un an de du gouvernement Michel

Le front commun syndical entend de cette manière « fêter » le premier anniversaire du gouvernement Michel. « Le gouvernement Michel aura un an le 11 octobre prochain. Pour les grandes entreprises et les nantis, cela a été une année très profitable. En revanche, pour les travailleurs, les pensionnés, les malades, les chômeurs, les femmes et les jeunes, bref pour une grande majorité de la population, cela a été une année noire », clame la CSC. « Depuis un an, les mesures du gouvernement ne touchent que les travailleurs, les pensionnés, les personnes qui ont besoin d’une allocation pour vivre et les jeunes qui représentent l’avenir de ce pays », s’insurge la FGTB, ajoutant que le glissement fiscal opéré en juillet par le gouvernement fédéral est « injuste et déséquilibré ». « Les employeurs et les lobbies financiers sont dans un fauteuil », renchérit la CGSLB.

A l’occasion de cette manifestation, le front commun syndical a décidé de proposer une série de mesures alternatives à celles proposées par le gouvernement Michel. Celles-ci portent sur l’emploi, le pouvoir d’achat, les pensions, la fiscalité et la sécurité sociale. Parmi les revendications phares figurent « le respect de l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales ainsi que la liberté de négociation », « le rétablissement de l’âge de la pension légale à 65 ans » et « la prise en compte de la pénibilité au travail pour déterminer la durée de carrière et l’âge de départ » ou encore la demande d’une « contribution plus importante des revenus du capital et des revenus immobiliers au lieu d’une augmentation des taxes sur la consommation ». « Cette manifestation est dirigée contre les mesures d’austérité prises par tous les gouvernements, régionaux y compris », a précisé Didier Seghin, porte-parole du syndicat libéral CGSLB, évoquant notamment une forte mobilisation des fonctionnaires de la Région flamande.

Outre les front commun syndical, le mouvement « Tout Autre Chose », la Fédération des Etudiants Francophones (FEF), les partis d’opposition PS, PTB et Ecolo ont notamment annoncé leur présence dans le cortège.

Départ vers 11h30 de la gare du Nord

Le départ du cortège est prévu à 11h30 de la gare du Nord à Bruxelles. Les manifestants rejoindront la gare du Midi via le boulevard Albert II, le boulevard du Jardin Botanique, les boulevards Pacheco, Berlaimont, de l’Impératrice et de l’Empereur, la rue des Alexiens et le boulevard Lemonnier. Les discours des leaders syndicaux sont attendus entre 13h00 et 15h00, à l’issue de la manifestation. Sur demande de la police, le cortège évitera le piétonnier du centre-ville de Bruxelles pour raison de sécurité, a-t-on appris à bonne source.

Pas de grève générale, mais de grosses perturbations

Ce mercredi ce n’est pas une journée de grève nationale, mais seulement de manifestation. Il y aura bien des grèves, mais elles seront ponctuelles. Si certaines entreprises seront fermées, c’est parce que la plupart du personnel sera à la manifestation et couvert par un préavis de grève.

Des perturbations sont attendues dans de très nombreux secteurs: transports en commun, administrations, enseignement, industrie, entreprises publiques, dont Bpost et Proximus. L’accueil des enfants sera assuré dans les crèches, les écoles et un service minimum sera assuré dans les hôpitaux. « Cela dépend de nos centrales régionales », a précisé Minervina Bayon, porte-parole de la FGTB. L’ampleur des mouvements sera donc à évaluer au cas par cas.

Les réseaux TEC et Stib fortement perturbés mercredi

Le trafic sera fortement perturbé mercredi sur les réseaux de transports en commun TEC (Wallonie) et Stib (Bruxelles) ont annoncé les deux compagnies dans des communiqués distincts. « La Stib s’attend à de fortes perturbations du réseau de bus, trams et métros, le mercredi 7 octobre en raison de la manifestation nationale organisée en front commun syndical à Bruxelles pour protester contre les mesures du gouvernement fédéral. Des collaborateurs de la Société bruxelloise de transport public, dont des conducteurs et des chauffeurs, participeront à la manifestation », a annoncé la société bruxelloise de transports dans un communiqué. « La Stib conseille vivement à ses clients qui en ont la possibilité de prévoir des alternatives pour se déplacer. Elle mettra tout en oeuvre pour informer au mieux les voyageurs en temps réel, sur ses différents supports de communication, et cela dès 06h00 du matin », a-t-elle ajouté. Lors de la précédente manifestation nationale, le 6 novembre 2014, le réseau bruxellois n’avait finalement été perturbé que partiellement. Du côté du TEC, il est conseillé de s’informer via le site internet www.infotec.be. De « grosses perturbations » sont d’ores et déjà annoncées au TEC Charleroi et au TEC Liège-Verviers. Du côté du TEC Brabant wallon, le réseau ne sera perturbé que partiellement, les bus Conforto et Rapido notamment circuleront normalement.

La SNCB prévoit sept trains supplémentaires pour acheminer les manifestants ce 7 octobre

Sept trains supplémentaires circuleront mercredi matin en direction de Bruxelles, à l’occasion de la manifestation nationale prévue dans la capitale, a annoncé lundi la compagnie ferroviaire. L’itinéraire du cortège prévoyant un passage devant la gare de Bruxelles-Central, l’accès à celle-ci sera limité entre 12h00 et 17h00. La SNCB s’attend à ce que la majorité des manifestants rejoignent Bruxelles en train ce mercredi. Des mesures ont dès lors été prises. Un billet spécial pourra être acheté et des trains supplémentaires seront mis en service au départ d’Ostende, Namur, Mons, Charleroi, Anvers, Liège et La Louvière à destination de Bruxelles-Nord, point de départ de la manifestation. Les équipes de Securail et de la police des chemins de fer seront renforcées ce mercredi dans les gares bruxelloises. Le parcours de la manifestation empruntant les boulevards situés juste au-dessus de la jonction ferroviaire nord-midi, l’accès aux gares de Bruxelles-Congrès, Bruxelles-Central et Bruxelles-Chapelle sera limité afin d’y contrôler au mieux les flux de voyageurs. Entre 12h00 et 17h00, l’accès à Bruxelles-Central sera uniquement possible via l’entrée Horta, celle menant à la Grand-Place. Les autres accès seront provisoirement fermés.

La mobilisation devrait être particulièrement forte à Charleroi

Le front commun syndical FGTB-CSC-CGSLB de la région de Charleroi s’attend à une forte mobilisation lors de la manifestation nationale. Les responsables des trois organisations syndicales ont souligné que la grève déclenchée le 15 décembre dernier avait été un aboutissement, après une série de grèves perlées organisées dans les différentes régions. Pour les syndicats, c’est le manque d’avancées positives qui conduit à la grève du 7 octobre.

Or, disent-ils, les conséquences des mesures gouvernementales se font particulièrement ressentir à Charleroi, où on a relevé que 800 exclus du chômage avaient fait appel au CPAS. Dans les différents secteurs qui suivront le mot d’ordre de grève, la mobilisation va croissant, notent les responsables des trois syndicats, qui rappellent que 10% des manifestants venaient de la région en décembre dernier. Seront fortement touchés les transports et la logistique ainsi que les hôpitaux avec le débrayage annoncé de plus de 250 travailleurs.

L’aéroport ne sera pas fermé, mais connaîtra des perturbations. Le secteur du commerce sera lui aussi touché. Les transports en commun (bus, métro) seront à l’arrêt, ce qui ne sera pas le cas des trains, d’autant qu’un train spécial est prévu pour acheminer les manifestants vers Bruxelles, outre les trains habituels. Le rassemblement des manifestants est prévu à 08H00 à la gare de Charleroi-Sud.

SNCB : la grève du 9 octobre

L’action annoncée par le CGSP Cheminots sur le rail le 9 octobre prochain risque de perturber « gravement » le trafic ferroviaire. Elle touchera uniquement le district de Bruxelles et débutera le jeudi 8 octobre à 22h00 pour se terminer le lendemain, à la même heure, selon le syndicat socialiste, qui entend protester contre le plan stratégique pour le rail de la ministre Galant, et particulièrement contre « l’hémorragie de personnel statutaire qu’il faut à tout prix arrêter ».

L’action n’aura cependant pas lieu en front commun qui s’effrite à vue d’oeil. La CSC-Transcom, surtout son aile flamande, semble en effet ménager le gouvernement. Du coup, pas de grève générale des chemins de fer. Cependant, compte tenu de la position centrale de Bruxelles et de l’interconnexion du réseau ferroviaire belge, l’action du 9 octobre risque de provoquer de graves perturbations du trafic ferroviaire entraînant également des conséquences en dehors de la capitale, souligne dans un communiqué la SNCB, qui conseille dès lors à sa clientèle « de ne pas compter uniquement sur le train » et l’invite « à prévoir d’autres alternatives pour rejoindre la capitale ce jour-là ».

Il est également à noter que la CGSP Cheminots a d’ores et déjà prévu d’autres actions, les 19 et 20 octobre, mais aucun préavis n’a jusqu’à présent été déposé.

 

Source :levif.be

 

Manifestation ce mercredi 7 octobre et grève SNCB ce vendredi 9 octobre.Voici ce qu'il faut en savoir.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 6 octobre 2015