Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
16
sam
2017
14:00 Top Tonic samedi
Top Tonic samedi
déc 16 @ 14:00
Top Tonic samedi
Top Tonic – Samedi de 14h à 15h Le samedi de 14h à 15h Top Tonic Le classement du Top Tonic ce sont les meilleurs tubes du moment. Le classement des 20 meilleurs hits du moment. Le[...]
15:00 Cinémagix – Claude et Pascale
Cinémagix – Claude et Pascale
déc 16 @ 15:00
Cinémagix - Claude et Pascale
Cinémagix – Samedi et Dimanche de 15h à 17h Le Samedi et le Dimanche Cinémagix avec Pascale Tous les samedis et Dimanche, Pascale vous présente Cinémagix Vous y retrouver toutes le nouveautés des salles …  Rejoins[...]

View Calendar

Tournai et les migrants: débat serein et instructif.

Ce mardi 8 septembre en soirée a eu lieu, dans l’hôtel de ville, un débat ouvert et à cœur ouvert entre les citoyens Tournaisiens et différentes personnalités ayant un lien direct avec l’arrivée des migrants si bien du monde politique que du monde privé.

01
Très vite, une question est posée à notre Bourgmestre : pourquoi ce changement soudain d’avis? La réponse est claire : Sans demander d’avis, de hautes personnalités ont décidé qu’une nombre impressionnant de personnes devaient être pris en charge mais où donc les mettre pour qu’il y ait un minimum de sécurité pour eux mais aussi pour les citoyens sans les parquer comme du bétail? Mais une fois ce souci résolu, on ne pouvait ignorer l’appel à l’aide!

D’emblée, on annonce la couleur : il s’agit d’une crise humanitaire. Beaucoup d’idées reçues ont été très vite éclaircies. Nos migrants ne viennent pas ici pour le plaisir. Ils fuient une guerre, un oppression mettant leur vie et celle de leur famille en péril. Il s’agit d’un acte de dernier recours. Ils ne sont pas arrivés sans risque sur nos terres. Cette fuite a duré 3 mois. Ils ont d’abord séjourné longtemps près de chez eux avec tout les risques que l’on se doute. La famine pour commencer, la violence et la malhonnêteté de passeurs et nous nous passerons d’autres détails. Contrairement à une autre idée reçue, les migrants ne sont pas rentré sans raison valable dans notre pays. Une enquête minutieuse et rigoureuse est effectuée sur chacun. Un vrai interrogatoire soulignera-t-on à tel point que des journalistes qui l’ont suivi en étaient visiblement choqué de par sa sévérité. Il faut savoir que les migrations économiques sont interdites.

DSCN0992

On nous rappellera aussi que dans notre histoire, nous avons également connu l’exode mais que nous avons aussi attiré des étrangers chez nous ayant eu un impact très positif sur notre économie. On rappellera 1946 avec l’appel de nos amis Italiens pour les mines de charbon et en 1964 pour nos amis Turcs et marocains. La plupart d’entre eux sont maintenant bien intégrés. Parlant d’intégration, Mme Rita Leclercq, présidente du CPAS et Freddy Simon, directeur du centre ouvert sont formels : la première préoccupation de nos hôtes est de comprendre et de se faire comprendre. C’est donc avec un intérêt certain que l’apprentissage de la langue est leur priorité. D’ailleurs, ils sont immédiatement pris en charge dans ce sens en commençant par la scolarisation rapide des enfants. On retiendra d’ailleurs le discours d’un papa migrant voulant absolument que leurs enfants aient la chance d’aller à l’école, chance qu’il n’ont pas eu.

DSCN1010

Un autre sujet a été abordé. Le salaire. La croix rouge reçoit 38€ par personne afin de leur donner un minimum de condition de vie. Cela comprend les frais de fonctionnement du centre et non leur argent de poche. Par semaine, un adulte reçoit 7,40€, à peine prix d’un paquet de cigarette soulignera intelligemment et avec humour l’un des intervenant. Par contre, oui, les migrants ont les même droits que nous mais aussi des obligations comme l’apprentissage de la langue et une réelle volonté de s’intégrer sous risque d’un retour envoyeur si on ne respecte pas cette charte (dans des conditions humaines). Le centre a actuellement un « contrat » de 3 mois qui devrait se renouveler vu l’arrivée de l’hiver à ce moment-là. Et, pas de souci, la plupart ne resteront pas dans Tournai. Certains repartiront au plus vite chez eux et d’autres s’éparpilleront dans le territoire. Mais n’oublions pas un détail! La plupart de nos migrants sont diplômés et donc porteur d’expériences enrichissantes pour notre Pays et donc un échange riche et varié culturellement parlant et qui sait gustativement parlant..

DSCN0993

 

On soulignera aussi les débats qui font rage sur les réseaux sociaux. On retiendra, une phrase venant de notre bourgmestre : « pour sa santé mentale, ne vivons pas que de Facebook ». On parlera assez vite d’un sujet qu’il y a un an encore on rejetait violemment. Nos SDF et nos plus démunis. Il aura fallu attendre l’arrivée massive de nos victimes de guerre pour voir naître en nous un tel élan de générosité. Et, bizarrement, on voit apparaître un attrait certain pour nos malheureux en les utilisant comme bouclier cachant trop souvent une peur, une crainte, un choc culturel dû entre autre à un effet de masse (trop d’un coup) mais surtout à un manque d’informations graves faisant naître très vite de fausses vérités malheureusement non contredites ou partiellement.

DSCN1000

Mais il est clair que la solidarité ne doit pas s’arrêter aux réfugiés. Cette solidarité doit continuer au delà et se propager comme un virus car c’est avec la solidarité que l’on créera un monde meilleur. Pensons à un simple citoyen, qui dégoûté de par les propos haineux a proposé de parrainer l’un d’entre eux et qui a propagé son idée à tel point que chacun d’entre eux ont maintenant un parrain et marraine, ou encore ce regroupement de personne qui travaille immensément sur l’accueil de ces échappés de la guerre. Où même un simple citoyen aussi lassé par les propos haineux et négatif de sa ville qui décide d’ouvrir un groupe de paix et de tranquillité mettant cette fois l’accent sur les richesse de sa ville. Cette force est dans chacun de nous! Arrêtons de vivre chacun pour soi. La bonté ramène bien plus que la haine!

2

Mais l’actualité est claire. Nous vivons une crise économique si forte que cette semaine, un des centre d’entraide est incapable de fournir de la nourriture à ses protégés et que d’autres maisons frôlent la même situation hors que d’autre ont un logement chauffé et sont nourris. Nos loyers sont bien trop excessifs, nos charges tout autant et aucun remède existe ou du moins ne sont cherchés. On souligne aussi l’éjection de « chômeurs » pour faire des économies dépensées en énième fois pour des réfugiés. Mais on oubliera de dire que la plupart de ces chômeurs éjectés ne cherchaient pas de travail ou travaillait au noir afin de toucher 2 salaires. On parle de créer de l’emploi pour les réfugiés et que 90% d’entre eux en trouveront mais on pense  qu’un centre tourne tout seul, sans engagement de personnels. Un membre du public souligne même un fait. Beaucoup de ces nouveaux arrivants sont diplômés et même parfois hautement diplômés mais beaucoup (mais pas tous) de nos malheureux ne le sont pas toujours. Par contre, nos jeunes et moins jeunes tournaisiens diplômés ne trouvent pas malgré de hauts (trop haut?) diplômes …

DSCN0996

Notre bourgmestre est clair. Il a mal de voir tant de malheureux, tant de SDF malmené (mieux apprécié depuis quelques mois). Et notre monde politique est clair : On continue la chasse aux fraudeurs mais des citoyens souligneront vite que l’exode fiscale vers notre pays et l’allégement fiscale de très riches sociétés sont des situations illogiques et démesurées. Les plus riches doivent absolument intervenir car la population s’appauvrit ce qui est loin d’être un effet positif.

DSCN0997

De belles interventions vont aussi avoir lieux concernant une meilleure communication avec les citoyens, de stopper net des rumeurs au lieu de les laisser courir ou encore une des dernières intervention qui soulignera que l’on se plaint facilement sur le net mais que pour une seconde fois, aucun opposants extrémistes ont pointé leur nez dans la salle ; juste des citoyens inquiets mais ouvert aux dialogues.

DSCN1002

Débats sur nos réfugiés

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 8 septembre 2015

Photos et reportage : Durieux Olivier

Mots-clefs : , , ,