• Titre sur antenne:

    pacifique-fm-bann

    95.1 FM - Radio Wallonie Picarde, une région sur les ondes

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

     

  • Titre sur antenne:

    banniere WALLONIE PICARDE

    VOTRE MEDIA LOCAL EN RADIO OUVERT SUR LE MONDE

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    Wapi-Reveil

    Chaque jour de la semaine à partir de 7h réveille-toi en musique et retrouve nos rubriques infos
    Culture,horoscope, santé et bonne humeur.

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    tubes-radio-13h-760x280
    Les tubes dans la radio, le meilleur des  80's 
    du lundi au vendredi à 13h

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    VOYANCE FABIENNE MERCREDI2

    Votre voyance gratuite au  +32.69.730.332 ( numéro non-surtaxé )
    Avec Fabienne trouvez la réponse à vos questions, parlez à vos défunts.

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    banderole-la-voie-du-coeur 2

    la Voie du Coeur une émission  avec Jasmine et Patrick James Wallace à l'initiative de Lindaly.

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    Mystere coeur au dela
    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    notvision banderole
    La WebTV de vos émissions radio

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    Be Wapi

    Du lundi au vendredi "soit Wapi" et retrouve  Wallace sur le 95.1 FM dans Be Wapi
    au programme vie économique, tourisme et découverte de la Wallonie Picarde entre 16 et 18h

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    Notele-1024x370

    Chaque jour à 18h retrouve le journal de No Télé sur le 95.1 FM en Wallonie picarde,le samedi à 13h00 ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

  • Titre sur antenne:

    11198398_932319673456461_464415312_n

    Un geste, un don à cette association contre une maladie .

     

    ENVIE DE REJOINDRE NOTRE EQUIPE ? CONTACTE LE +32.497.78.98.59

BIENVENUE SUR PACIFIQUE FM VOTRE RADIO EN WALLONIE PICARDE - ECOUTEZ-NOUS SUR 95.1 EN FM -UNE INFO A DIFFUSER ? UNE REACTION ? APPELEZ LE 0032.497.78.98.59 - ENVOYEZ VOS PHOTOS ET VIDEOS SUR manager@pacifiquefm.be OU PARTAGEZ SUR FACEBOOK PACIFIQUE FM OFFICIEL

Alerte santé :Colruyt rappelle ses bâtons de chocolat au lait fourrés banane et fourrés praliné Boni Selection

Lors de contrôles, des morceaux de plastique bleu (d’environ 0,5 cm à 1 cm) ont été détectés dans les bâtons de chocolat au lait fourrés banane et fourrés praliné Boni Selection. Ces produits sont vendus dans les magasins Colruyt, Spar, OKay et Alvo.

C’est pourquoi Colruyt a décidé en concertation avec l’AFSCA (l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire) de rappeler ces produits et de les retirer de la vente.

Description des produits

Bâton de chocolat au lait fourré banane 

  • Numéro d’article Colruyt : 20109.
  • N° de lot : 1604725.
  • Vendu du 1/2 au 24/6/2016 inclus.
  • À consommer de préférence avant le 15/2/2017 ou le 16/2/2017.
  • Poids : 3 x 46 g.

Bâton de chocolat au lait fourré praliné

  • Numéro d’article: 20103
  • N° de lot : 1604725.
  • Vendu du 1/2 au 24/6/2016 inclus.
  • À consommer de préférence avant le 15/2/2017.
  • Poids : 3 x 45 g.

Information pour le consommateur

Colruyt demande à ses clients de ne pas consommer les bâtons de chocolat au lait fourrés banane et fourrés praliné Boni Selection et de les rapporter au magasin, où les produits leur seront remboursés. Entre-temps, ils ont été retirés des rayons des magasins concernés.

Seuls ces lots présentent un problème. Aucun autre produit n’est concerné.

En cas de problèmes d’estomac ou d’incommodités, les clients sont invités à consulter leur médecin traitant.

Pour plus d’informations, les clients peuvent appeler le
02 360 10 40.

À l’occasion de son changement de nom, l’asbl Lire et Ecrire ouvre ses portes le 1 er juillet

Lire et Ecrire Hainaut occidental devient Lire et Ecrire Wallonie picarde.

lire et ecrire
Pour cette asbl créée en 1985 par les mouvements ouvriers chrétiens et socialistes, c’est
l’occasion de faire le point sur 31 ans de lutte pour le droit à l’alphabétisation et sur les enjeux
des années à venir.

Expositions, diffusions audiovisuelles, représentations théâtrales et animations sont au
programme de 14H à 18H ; heure à laquelle la parole sera donnée à :
Monsieur Rudy Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et Bourgmestre de Tournai
Madame Rita Leclercq, Présidente du CPAS de Tournai
Monsieur Jacky Quintart, Secrétaire fédéral du MOC HO et Président de Lire et Ecrire Wallonie Picarde
Un verre de l’amitié viendra conclure cette journée sous le signe de la bonne humeur dans une
ambiance musicale et conviviale. A ce jour, on estime que plus de 300 personnes (apprenants,
partenaires, sympathisants, voisins, …) devraient prendre part à l’évènement.

Adresse du Jour : 15 rue des Sœurs de Charité à 7500 Tournai
Contact : Samuël Colpaert 0491/37.50.17

Les employés ‘malades’ sont-ils protégés contre le licenciement ?

De plus en plus de travailleurs tombent en incapacité de travail de longue durée. Les causes fréquentes à la base de ce phénomène sont les suivantes : charge de travail croissante, manque de motivation ou encore soucis physiques. Mais êtes-vous protégé contre le licenciement lorsque vous êtes souvent ou longtemps absent pour raisons de santé ?

Tomber malade est difficilement contrôlable et n’arrive jamais au bon moment. Bien sûr que cela peut arriver mais, d’un autre côté, un travailleur souvent malade ou en incapacité de travail à long terme est un véritable souci pour l’employeur, tant sur le plan financier qu’organisationnel. Celui-ci préfèrera un jour ou l’autre le voir partir.

Causes de licenciement valables

Beaucoup de travailleurs oublient qu’il n’y a aucune protection légale contre le licenciement pour cause de maladie. Même s’il y a un tas de règles à respecter, le licenciement est bien autorisé. Quelles sont ces règles ?

  • Ne pas discriminer les travailleurs sur base de leur état de santé ;
  • Ne pas être manifestement inéquitable ;
  • Ne pas être arbitraire.

Tout abus de droit sera proscrit mais, si l’employeur a une raison valable (n’ayant rien à voir avec la maladie) de licencier un travailleur, celui-ci pourra parfaitement être remercié pendant son incapacité de travail. Voici quelques exemples de raisons valables :

  • le comportement du travailleur
  • les aptitudes du travailleur
  • les cas de force majeure de nature économique (manque de travail, réduction du chiffre d’affaires, etc.)

On ne peut donc déclarer la maladie elle-même comme raison.

Absence de longue durée

Des incapacités de travail répétées ou de longue durée peuvent être invoquées comme raisons de licenciement si cela a un effet négatif sur l’organisation du travail. Cette absence fréquente force les autres travailleurs à prester plus d’heures ? L’employeur devra prendre des dispositions. En cas d’accident lourd ou de maladie de longue durée, il n’aura pas d’autre choix que de remplacer le travailleur.

 

Si l’employeur met fin à la collaboration pendant l’absence du travailleur malade, il sera tenu de payer des indemnités de rupture ou de faire prester le délai de préavis. Ce préavis ne peut démarrer qu’une fois que le travailleur revient au travail.

 

Auparavant, un employeur pouvait rompre unilatéralement le contrat de travail après une absence de six mois consécutifs pour cause de maladie. Il devait simplement payer des indemnités égales au délai de préavis qui restait à prester. La maladie pouvait alors être mentionnée comme raison de licenciement. Depuis le 1er janvier 2014, ce n’est plus possible : cela va à l’encontre de la règle d’anti-discrimination en matière de santé.

Exceptions

La possibilité est en revanche maintenue pour les contrats à durée déterminée de minimum 3 mois. Il est généralement admis que la maladie de longue durée (> 6 mois) perturbe l’exécution ou l’organisation du travail. Dans ce cas, des indemnités doivent également être payées. Celles-ci sont égales à la période restante prévue dans le contrat (maximum 3 mois) moyennant déduction du salaire garanti.

 

La convention de travail couvre une période inférieure à 3 mois ? Dans ce cas, celle-ci peut être rompue dès le 8ème jour d’absence. Si la période pendant laquelle un préavis peut être signifié (la première moitié de la convention de travail) est expirée, il n’est pas nécessaire de verser une indemnité ou de ménager une période de préavis.

 

Le travailleur a déjà remis son préavis par lui-même et tombe malade ? L’employeur peut immédiatement mettre fin au contrat et invoquer ceci en tant que ‘raison valable’. Des indemnités de rupture doivent néanmoins encore lui être versées.

 

En cas de force majeure de nature médicale, déterminée par la médecine du travail, l’employeur peut automatiquement dissoudre le contrat. Dans ce cas, il n’y a ni préavis à octroyer, ni indemnités de rupture à verser, à moins que les conclusions de la médecine du travail ne déclarent le collaborateur inapte à vie d’effectuer son travail ou même d’exercer une fonction de remplacement.

 

Source : Partena

Question d’Armand Boite au Conseil Provincial sur les rieux de la région Tournaisienne et inondations de juin 2016

Question de Monsieur le Conseiller provincial A. BOITE –
Séance du 28/6/2016

amand boite
Madame la Présidente,
Monsieur le Gouverneur,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Chers Collègues,
Mesdames,
Messieurs,

La Wallonie Picarde a été touchée ces 30 mai et 6 et 7 juin par des épisodes pluvieux d’une intensité exceptionnelle.
Les résultats des pluviomètres font état de plus de 60 litres par m² en très peu de temps.

Ces pluies ont causé des dégâts inestimables pour certaines familles dont les biens immobiliers, mobiliers et même leur intimité ont été touchés.

J’ai, en tant qu’Echevin des travaux de la Ville de Tournai, été confronté au désarroi des habitants tournaisiens.

J’ai pu entendre et comprendre toutes les critiques de personnes blessées moralement.

Notre Province gère de nombreux cours d’eau sur le territoire de la Wallonie Picarde et donc, sur Tournai.

A cette tribune, je me suis déjà exprimé sur le bassin versant du Rieu d’amour et sur l’étude Naquia de ce site.

Monsieur le Député peut-il de nouveau et avec de nouvelles informations nous dresser le suivi de cette étude et sur l’état de l’exutoire de ce rieu qui, je le rappelle, est voûté sous Tournai.

Quelles sont les dispositions envisagées par le Collège provincial pour retenir les eaux en amont de l’entrée de ce pertuis.

Après ces pluies exceptionnelles, pouvez-vous nous dresser l’état d’envasement de ce pertuis ?

Un autre rieu a engendré une situation catastrophique sur Ere et Willemeau.

Sur Ere, je vous parlerai du Rieu de Barges. Ce cours d’eau est intégré dans le réseau de mesures régionales sur les cours d’eau : Aqualin. D’après des commentaires entendus sur place, Saphir a fonctionné. En effet, certains habitants auraient reçu le SMS d’information mais je pense que la soudaineté et l’ampleur de la crue étaient telles que les riverains n’avaient pas pu anticiper les inondations. Plus de cent habitations ont été impactées par ces débordements. Pour certaines, on a pu voir 1m50 d’eau dans les demeures.

De plus, le niveau de l’Escaut était tel que le rejet se faisait difficilement.

Il me revient qu’un projet de modification de tracé du rieu de Barges a été envisagé, il y a de nombreuses années.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus quand on sait que la population incrimine cette sinuosité aux abords du confluent avec le fleuve. Est-ce vraisemblable de relancer ce dossier ?

Je suis bien au courant, Monsieur le Député en charge du HIT, des difficultés de pouvoir canaliser une telle quantité d’eau mais je sais aussi que « Prévenir, c’est guérir ». Deux bassins d’orage sont en projet sur Willemeau et Rumes mais, à ce jour, rien n’est visible. Où en sommes-nous ?
Pouvez-vous nous dresser un état des lieux complet de la situation des cours d’eau en Wallonie picarde en commentant les études Naquia ?

La presse a relayé différents propos relatifs à la problématique du bassin d’orage de Jollain (entité de Brunehaut). Pouvez-vous nous en donner les considérations de ce bassin et l’influence que ce débordement a pu avoir sur les environs de Tournai ?

Y-a-t il déjà d’autres inscriptions budgétaires prévues sous forme d’un plan pluriannuel ?

Parmi d’autres personnes souvent incriminées lors de ces inondations figurent les agriculteurs. Ceux-ci, par leurs modes de culture, sont souvent attaqués par les riverains touchés par ces inondations. De certaines réunions organisées, notamment avec le Giser, il appert que des mesures peuvent être envisagées pour limiter les coulées de boue souvent dévastatrices. Je parle de fascines, tournières, bandes enherbées, cultures en damiers .

Bien sûr, ces mesures ont un coût.

Monsieur le Député, en charge de l’agriculture, peut-il me renseigner sur l’aide que peut apporter la Province et ce, dans le cadre de la supracommunalité, aux communes afin de pouvoir soutenir le monde agricole dans la réalisation de techniques visant à réduire le risque d’érosion.

Avant de conclure, je ne peux que terminer sur une note positive. Malgré tous les problèmes, je remercie la diligence et la rapidité des interventions des Services techniques du H.I.T. dans le suivi des nettoyages des cours d’eaux.

La population serait un peu rassurée par les réponses à ces nombreuses questions que vous voudrez bien nous apporter.

Je vous en remercie.

Armand BOITE

Belgique : Chiffres du budget économique 2016-2017

Le Conseil des ministres a pris connaissance des chiffres du budget économique 2016-2017, communiqués par l’Institut des comptes nationaux (ICN), en application de la loi du 21 décembre 1994.
Chambre_Belgique_interieur
La zone euro, où l’activité économique est soutenue par des prix pétroliers toujours bas et une politique monétaire extrêmement accommodante, afficherait une croissance de 1,6%, tant en 2016 qu’en 2017. Les principales incertitudes qui entourent ce scénario international tiennent notamment aux risques d’un atterrissage brutal de l’économie chinoise et d’une augmentation du prix du pétrole qui dépasserait nettement celle retenue dans ces prévisions, ainsi qu’à l’impact de la normalisation progressive de la politique monétaire américaine.

En 2016, la croissance du PIB belge fléchirait jusqu’à 1,2%. En effet, le contexte international moins dynamique freine les exportations, et partant, pèse sur les dépenses intérieures. En outre, les exportations et la consommation des particuliers sont influencées négativement par les attentats du 22 mars à Bruxelles. D’après nos calculs, ces attentats freinent la croissance du PIB à hauteur de 0,1 point de pourcentage en 2016, mais n’impacteront plus l’activité économique en 2017. L’an prochain, la croissance du PIB belge atteindrait 1,5% sous l’impulsion d’une demande intérieure plus dynamique.

En 2016 et 2017, l’emploi dans le secteur marchand est influencé favorablement par les mesures visant à limiter le coût du travail. En outre, on peut supposer que le ralentissement de la croissance économique intervenu au premier semestre 2016 sera en grande partie absorbé par une baisse temporaire de la productivité horaire du travail et de la durée du travail et n’aura, par conséquent, qu’un impact limité sur l’emploi. L’emploi intérieur total devrait ainsi croître de 0,8% tant en 2016 qu’en 2017, ce qui représente, cumulativement pour les deux années, une création nette de plus de 74 000 emplois. Compte tenu de l’augmentation de la population active, le nombre de chômeurs (y compris les chômeurs complets indemnisés non demandeurs d’emploi) diminuerait au total de plus de 27 000 unités au cours de la période 2016-2017.

L’inflation belge devrait atteindre 1,9% en 2016. En effet, la contribution négative du prix du gaz naturel et des produits pétroliers est totalement neutralisée par la contribution positive du prix à la consommation de l’électricité. En outre, l’inflation sous-jacente devrait être plus élevée en 2016 qu’en 2015. En 2017, l’inflation devrait se tasser pour atteindre 1,6%. D’une part, le prix du pétrole brut augmenterait mais, d’autre part, l’inflation sous-jacente fléchirait – sous l’effet, notamment, des mesures de réduction du coût du travail – et les pression à la hausse qui découlent des mesures qui affectent le prix de l’électricité devraient en grande partie disparaître. L’indice santé augmenterait de 2% en 2016 et de 1,4% en 2017. L’indice pivot actuel pour les traitements de la fonction publique et les allocations sociales (103,04) serait dépassé en décembre 2017.
Source: Service de presse de Kris Peeters, Vice-Premier ministre et ministre de l’Emploi, de l’Economie et des Consommateurs, chargé du Commerce extérieur

Soutien aux CPAS pour l’intégration des réfugiés reconnus et des personnes bénéficiant de la protection subsidiaire

Sur proposition du ministre de l’Intégration sociale Willy Borsus, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi visant une mesure exceptionnelle pour aider les CPAS à répondre à leurs besoins matériels et organisationnels, dans le cadre de l’intégration des réfugiés reconnus et des personnes bénéficiant de la protection subsidiaire.

willy borsus

L’avant-projet prévoit, pour les CPAS, l’octroi d’une subvention complémentaire équivalente à 10% du montant subventionné de l’aide sociale ou du revenu d’intégration. Cette subvention, exceptionnelle et provisoire, est limitée aux années 2016 et 2017.

Cette mesure vise à favoriser une intégration sociale plus rapide des réfugiés reconnus et des personnes bénéficiant de la protection subsidiaire et doit en premier lieu permettre aux CPAS de s’organiser de manière à ce qu’ils puissent accompagner ces personnes, par exemple dans la recherche d’un logement, d’écoles pour leurs enfants ou de formations.

L’avant-projet s’inscrit dans le cadre du suivi postérieur à la procédure d’asile afin de permettre aux CPAS de suivre l’accompagnement des réfugiés et des personnes qui bénéficient de la protection subsidiaire, et qui sollicitent l’aide du CPAS pour la première fois en 2016, consécutivement à la crise de l’asile.

L’avant-projet de loi est transmis pour avis au Conseil d’Etat.

Source: Service de presse de Willy Borsus, ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture, et de l’Intégration sociale

Inondations du 7 juin : Tournai demande une reconnaissance par le fonds des calamités

Le Collège communal de Tournai a décidé ce matin de solliciter le Gouverneur de la Province de Hainaut pour qu’il introduise une demande de reconnaissance des intempéries du 7 et 8 juin comme calamité publique.

Tournai hotel de ville

Si, ensuite, le Gouvernement wallon les reconnaît comme telles et si les biens endommagés se trouvent dans la zone délimitée comme sinistrée, les victimes des inondations pourront introduire une demande d’aide à la réparation pour des dégâts qui n’étaient assurables.
Le mardi 7 juin, des pluies diluviennes se sont abattues sur notre ville provoquant d’importantes inondations dans toute l’entité et particulièrement dans les villages de Kain, Esplechin, Willemeau, Havinnes, Béclers, Vaulx, Froidmont, Blandain, Marquain, Hertain, Warchin, Rumillies, Chercq, Gaurain…
Maisons où l’eau est montée à plus d’un mètre, coulées de boues impressionnantes : il a fallu déclencher le plan communal d’urgence. Près de 700 interventions de pompiers ont été enregistrées, l’armée comme les services communaux ont été mobilisés pour venir en aide aux victimes. Passé le moment des premiers secours et de l’urgence, vient celui des indemnisations.
Depuis le 1er mars 2007, les compagnies d’assurance indemnisent, via l’assurance-incendie, la majorité des sinistres « ordinaires » : maisons d’habitation et leur contenu endommagés par des inondations, tremblements de terre, débordements ou refoulements d’égouts, glissements/affaissements de terrain.
Depuis janvier 2015, la Wallonie gère le Fonds des Calamités pour des dégâts qui n’entrent pas dans ces catégories. Face à l’ampleur des dégâts, le Collège a estimé qu’il était indiqué de solliciter la Service des Calamités du Gouverneur de la Province de Hainaut afin qu’il introduise une demande auprès du Gouvernement wallon. C’est le Centre régional de Crise qui évaluera le caractère exceptionnel de ces intempéries, à savoir la quantité d’eau tombée en une heure.

Les « Tourelles » réinstallées dans les locaux de la Dorcas à Tournai

Particulièrement touché par les inondations du 7 juin, le Service provincial d’accueil et d’aide éducative « Les Tourelles » a dû être relogé dans l’urgence au sein d’une aile de l’ancien hôpital « La Dorcas » de Tournai, demeurée propriété provinciale.

tourelles

Devant l’ampleur des dégâts constatés à Chercq, le Collège provincial a décidé d’autoriser l’investissement de 180 000 € pour accueillir durablement sur ce site de « La Dorcas » les enfants confiés aux « Tourelles » par l’Aide à la Jeunesse. Une étude complémentaire a été confiée au Service technique des Bâtiments et Constructions de la Province (STBC) pour déterminer les conditions d’implantations futures des « Tourelles » mais les pensionnaires du service disposent déjà des aménagements indispensables à leur accueil, comme l’a confirmé une visite récente des services de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Communiqué suite à des vols de bijoux dans la région WAPI

A la demande de Monsieur A. BLONDIAUX, Juge d’Instruction auprès du Parquet de MONS.
PARQUET DE MONS GOOGLE MAPS

Photo:googlemaps
Entre le 1er décembre 2015 et le 27 avril 2016, divers vols dans habitations ont été commis
sur les communes situées entre Mouscron, Lessines, Ath, Bernissart et Tournai. Les
préjudices se composaient essentiellement de bijoux en or. En charge de cette enquête, les
enquêteurs du Service Local de Recherches de la zone de police du Tournaisis tentent
d’identifier toutes les victimes de ces vols afin de leur présenter des photographies de
bijoux.

A cette fin, toutes les personnes ayant été victimes d’un vol dans habitation durant cette
période et au cours duquel des bijoux y ont été dérobés peuvent prendre contact avec nos
services au 069 / 250 236.