Belgique : Fedasil dénonce dans la presse les mesures prises par le bourgmestre de Coxyde à l’encontre du centre d’accueil de migrants.

Ce vendredi, la direction de Fedasil s’est exprimée dans le quotidien De Standaard à propos du lockdown imposé par Marc Vanden Bussche, le bourgmestre de Coxyde, à notre centre d’accueil. Le même bourgmestre a également imposé un test Covid-19 pour chaque enfant du centre qui souhaite reprendre le chemin de l’école.

“Les mesures du bourgmestre sont disproportionnelles et stigmatisantes” a réagit notre directeur général Jean-Pierre Luxen. “Déjà, lors de la crise des réfugiés de 2015 (lorsque le centre était temporairement ouvert), le bourgmestre de Coxyde stigmatisait les étrangers.”

‘Il continue à prétendre qu’il y a une épidémie dans le centre. Ce n’est pas la vérité”, rajoute notre directeur opérationnel Michael Kegels. ‘Le dernier résident qui présentait des symptômes et que nous avons considéré comme positif, est sorti de sa chambre d’isolement le 22 avril. Nous avons entre-temps placé deux autres résidents en quarantaine, mais uniquement par précaution car leur test était négatif.”

“On se pose des questions sur l’interprétation des tests (les résultats étaient connus en seulement 3 heures) et sur les conséquences qui ont été tirées par le bourgmestre”, poursuit Michael. “Il a pointé un bazooka vers le centre d’accueil. D’après nous, s’il a utilisé les grands moyens, c’est uniquement dans le but de forcer le test généralisé de tous les résidents du centre. […] Mais ce n’est pas une décision que nous pouvons prendre à la demande d’un seul bourgmestre. Fedasil s’en tient aux directives de Sciensano et du RMG. Un grand nombre de mesures sont appliquées dans tous les centres d’accueil, afin que les mesures de distanciation sociale puissent être respectées. C’est pour ça aussi que la situation dans les 79 centres d’accueil a pu rester sous contrôle.”

 

www.fedasil.be

 

Laisser un commentaire