Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
15
jeu
2018
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
nov 15 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.
13:00 LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
nov 15 @ 13:00
LES TUBES DANS LA RADIO - Wallace
Les tubes dans la radio – Lundi au vendredi de 13h à 14h Le meilleur des tubes,80’s,90’s,2000’s Des souvenirs inoubliables, débarquent du lundi au vendredi à 13h pour un bond dans le passé. Un retour dans l’histoire[...]
14:00 WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
nov 15 @ 14:00
WARM UP - Bob,Laurent et Wallace
Le Warm up c’est de la musique pour agrémenter votre après-midi, mais aussi………de la musique et encore de la joie !  

View Calendar

Articles marqués avec ‘stockage’

Cueillir et stocker les fruits de l’été.

Si la nature est généreuse, elle a tendance à tout donner d’un coup et au même moment, au grand dam du jardinier qui se retrouve les mains chargées de toutes sortes de fruits dont il ne sait que faire… jusqu’à aujourd’hui !

fruits pommes

En ce qui concerne le stockage des fruits, si les possibilités sont multiples – séchage, remisage, bocaux, congélation, transformation… – le temps, lui, vous est compté. Il va falloir faire face à cette manne subite qui récompense les longs mois de patience précédents. Si certains fruits ne peuvent se conserver qu’après une préparation culinaire – pêches, prunes, mûres… – d’autres ont l’avantage de pouvoir se conserver sans préparation – les poires et les pommes –, moyennant tout de même quelques précautions lors du ramassage et de l’entreposage.

 

Nous allons voir comment cueillir et stocker simplement des poires et des pommes, et préparer des pêches pour une conservation la plus naturelle possible afin d’éviter de trop en altérer le goût. L’idéal est de cueillir les fruits après quelques jours de beau temps, afin qu’ils ne soient pas trop gorgés d’eau et que leurs sucres ne soient pas dissous.

Pour stocker le plus longtemps possible – et dans la limite de nos moyens, c’est-à-dire loin des procédures industrielles –, le prérequis sera de disposer d’un local. Idéalement situé au nord, sombre, aéré avec une hygrométrie moyenne (idéale comprise entre 65 et 70% d’humidité) et une température fraîche (comprise entre 6 et 7°C). Bien évidemment, peu d’entre nous peuvent offrir un séjour aussi luxueux aux fruits de leur jardin. Pour cette raison, mais aussi en fonction des variétés, la durée de conservation peut varier très sensiblement.

Difficulté : facile
Coût : moins de 5 euros
Outillage nécessaire :
– cire à cacheter pour les poires
– cageots, fruitiers ou caisse à claire-voie
– bocaux et sacs de congélation

Etape 1 : La cueillette

Les pommes :

Les pommes se cueillent le plus tard possible dans la saison, mais aussi dans la journée, idéalement ensoleillée.

Ramassez-les quand elles se détachent facilement en les faisant tourner sur elles-mêmes.

Vous ne conserverez pas les pommes véreuses, ni celles tombées au sol qu’il faudra manger rapidement, par exemple en réalisant une délicieuse compote maison.

Les poires :

Selon les variétés, le moment de la récolte varie sensiblement. Les poires d’été doivent se cueillir 1 à 2 semaines avant leur complète maturité afin de pouvoir les conserver quelques jours, car elles mûriront rapidement de toute façon. Si vous les cueillez en pleine maturité, elles deviendront blettes avant même que vous ayez pu les consommer ou les préparer ! Procédez en deux fois, ou plus si possible, les plus grosses d’abord, puis la semaine suivante celles qui auront fini leur croissance. Les poires d’hiver, dites « de garde », se récoltent pour leur part en octobre. Si vous cueillez une poire d’hiver trop tôt, elle risque de se flétrir, ou rester verte sans développer de réelle valeur gustative.

Pour cueillir une poire sans l’abîmer, soulevez-la en faisant levier : si son pédoncule cède, c’est que son moment est venu. Contrairement à la pomme, une simple rotation de la poire peut vous induire en erreur, car elles se détachent moins bien de cette façon et que vous risquez alors d’abîmer la poire à la base du pédoncule, et donc de provoquer son pourrissement prématuré. De même, fiez-vous à votre odorat : le parfum de la poire arrivée à maturité est parfaitement reconnaissable !

Sachez enfin que, tout comme pour les pommes, il est inutile d’espérer conserver une poire tombée au sol.

Les pêches :

Le meilleur moment pour les cueillir est le matin, après la rosée. Plus sensibles encore que les poires, elles demanderont tous vos égards si vous voulez avoir le temps de les préparer. Un geste malheureux à éviter… celui de les pincer pour tester leur maturité.

Les pêches tombent toutes seules, et cela même avant d’être mûres. Aussi faites particulièrement attention à la météo et aux coups de vent ravageurs, sachant qu’elles finiront de mûrir même après la cueillette.

Etape 2 : La conservation

Les pommes :
Si vous souhaitez en donner autour de vous, ou que vous projetez un voyage (au camping, chez belle-maman…), vous pouvez les cueillir quelques jours avant maturité.

Laissez-les sécher quelques jours à l’abri avant de les entreposer. Comme pour les poires, il est possible de les stocker dans un fruitier qui sera placé dans un endroit sec, frais et obscur. De cette façon, vous les conserverez longtemps.

Essayez, autant que faire se peut, de conserver les pommes avec la peau. En effet, si les pommes du commerce doivent être pelées à cause des différents traitements, les pommes de votre jardin sont saines et la peau regorge de trésors excellents pour la santé (quercétine, vitamine C, fibres, sels minéraux…).

Les poires :

Si vous souhaitez conserver quelques mois vos poires d’hiver, il est une étape optionnelle, dont l’efficacité semble relative, mais suffisamment amusante pour ne pas l’omettre, qui consiste à enrober de cire le pédoncule afin d’éviter le dessèchement. Une précaution : n’utilisez pas vos ustensiles de cuisine habituels, car la cire tache.

Les poires seront conservées dans un local ni trop humide (risque de pourrissement), ni trop sec (risque de flétrissement), à l’abri de la lumière et le plus frais possible. N’espérez pas les conserver plus de 3 mois dans ces conditions. Comme il n’est pas facile de faire tenir une poire debout, placez-les côte à côte, sans les serrer, et surveillez régulièrement leur état en retirant systématiquement toute poire qui donnerait des signes de faiblesse.

Etape 3 : La transformation

Pour les pommes et les poires, les recettes sont nombreuses, mais nous ne souhaitons utiliser que des techniques de conservation qui permettent leur réutilisation dans des recettes variées.

Les pêches :
Point de miracle, pas d’autres solutions que d’en passer par des conserves ou la congélation. Dans tous les cas, il faudra les peler, les couper en deux pour les dénoyauter.

Pour les bocaux : placez les morceaux dans les bocaux, et tassez bien – les fruits peuvent perdre la moitié de leur volume –, et ne rien rajouter, ni eau, ni sucre. Refermez et placez au bain-marie, 30 minutes à 75°C.

Pour la congélation, il faut procéder en deux étapes. La première consiste à « geler » chaque demi-pêche séparément. Pour cela, placez chaque moitié de pêche sur une plaque métallique, dont la taille permet l’insertion au congélateur. A défaut, l’utilisation de papier sulfurisé est possible. La deuxième étape consiste à décoller chaque moitié de la plaque métallique (ou papier sulfurisé) le plus rapidement possible, de façon à remplir des sacs que l’on remettra au congélateur. Ainsi, vous garderez la possibilité d’utiliser chaque moitié séparément, en fonction de vos besoins. A consommer dans l’année qui suit.

Source : deco.fr

 

Les fruits de l'été : comment les stocker et les transformer.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 15 juillet 2015

Perdre des hanches : le guide pratique

Pourquoi stocke-t-on de la graisse sur les hanches ?

Pourquoi stocke-t-on de la graisse sur les hanches ?

La hanche est une articulation qui permet de relier la cuisse au bassin. C’est la partie où se loge ce que l’on nomme familièrement les «poignées d’amour». Les adipocytes, des cellules présentes dans les tissus adipeux (= gras), sont responsables du stockage de la graisse. Une mauvaise alimentation, trop riche en lipides par exemple, ou la sédentarité peuvent causer un grossissement ou une multiplication des adipocytes.
Ce gain de masse graisseuse se retrouvera principalement sur les fesses, les hanches et les cuisses chez la femme. La morphologie peut également être en cause. Certaines femmes sont de type « poire », c’est-à-dire que leurs hanches sont plus larges que leurs épaules. Elles ont une prédisposition à prendre davantage de graisse sur les hanches. En cas de grossesse, c’est également l’un des premiers endroits où vous prendrez du poids. La rétention d’eau peut aussi être la cause de prise de masse sur les hanches