Titre obligatoire

Emissions à venir

sept
20
jeu
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
sept 20 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
sept 20 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.
13:00 LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
sept 20 @ 13:00
LES TUBES DANS LA RADIO - Wallace
Les tubes dans la radio – Lundi au vendredi de 13h à 14h Le meilleur des tubes,80’s,90’s,2000’s Des souvenirs inoubliables, débarquent du lundi au vendredi à 13h pour un bond dans le passé. Un retour dans l’histoire[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘SIDA’

Daniel Senesael : Traitement préventif du VIH – VIDEO Dépôt d’une proposition de résolution

Daniel Senesael dépose une proposition de résolution visant à permettre
le remboursement du traitement prophylactique pré-exposition du VIH
daniel senesael sida
Ce jeudi 1erdécembre,journée mondiale de lutte contre le sida,la proposition de résolution
visant à permettre le remboursement du traitement prophylactique pré-exposition du VIH déposée par Daniel Senesael
et consorts sera prise en considération en séance plénière.
On le sait, chaque jour ce sont près de trois nouveaux cas d’infection au VIH qui sont diagnostiqués en Belgique. Parmi les moyens mis en place pour lutter contre cette épidémie, il existe un Plan national de lutte contre le Sida
qui a vu le jour en 2013, lequel, dans son volet prévention, plaide notamment pour le développement d’«un cadre pour les projets pilotes de PrEP et une recherche opérationnelle pour évaluer la faisabilité de la PrEP».
La PrEP, prophylaxie préexposition est un processus ayant pour but de prévenir l’apparition du VIH/Sida. En 2011, des chercheurs français ont ainsi découvert et testé l’intérêt du Truvada, médicament actuellement utilisé dans le cadre du traitement post-exposition mais qui sous forme de PrEP s’avère également efficace pour prévenir l’apparition du VIH/SIDA.
Alors que l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) préconise « la PrEP comme option de prévention pour les personnes exposées à un risque important d’infection par le VIH, dans le cadre d’une association d’approches préventives»,la Conférence internationale sur le sida qui s’est tenue à Durban en juillet 2016 a également consacré l’efficacité de la PrEP.
La Commission européenne a quant à elle validé la mise sur le marché du Truvada, comme outil de prévention.
Depuis janvier 2016, nos voisins français ont ainsi décidé de rembourser intégralement le Truvada en PrEP. Chez nous, une étude concernant l’utilisation du Truvada en prévention est actuellement menée par l’Institut de médecine tropicale d’Anvers où 200 personnes y seront suivies durant 18 mois. Ce projet qui a débuté en septembre 2015,
dénommé BE-PReP-ared, devrait se terminer fin 2017.
A travers cette proposition de résolution, Daniel Senesael et ses collègues demandent au
gouvernement, d’une part, de permettre l’usage de la PrEP afin de prévenir le VIH/Sida dans
le cadre d’une prise en charge et d’un suivi médical spécifique mais aussi d’un
accompagnement adéquat par des travailleurs communautaires et d’autre part,de permettre le remboursement de la PrEP pour le groupe-cible des hommes ayant des relations avec d’autres hommes et d’étend
re ce remboursement à d’autres groupes en fonction des disponibilités budgétaires et des études scientifiques.
Actuellement, le coût actuel du Truvada est de 17 € par comprimé. Si la mise en œuvre de
cette résolution demande évidemment de pouvoir dégager certaines marges budgétaires, elle relève avant tout d’un choix politique et de santé publique. En effet, il faut mettre ce coût en regard de celui que représente le traitement du VIH qui peut s’élever à plus de 1000 € par mois. A plusieurs titres, et comme souvent, il vaut donc mieux toujours prévenir que
guérir, d’autant qu’à l’heure actuelle on ne guérit toujours pas du VIH/SIDA

 

L’ Urban Arts Solidarity Festival recherche des volontaires !

Pour sa toute première édition, le nouveau festival de prévention gratuit de l’été,organisé par SIDA’SOS, avec le soutien de la Commune d’Ixelles, aura lieu sur la place Flagey le vendredi 19 août 2016, de 14h à 21h.

Pour faire de cet événement un succès, Sida’sos est à la recherche de volontaires, de tous âges et de tous horizons !

urban arts festival

SIDA’SOS
7A Square de l’Aviation
Anderlecht 1070
Belgium

N’hésitez pas à nous rejoindre sur l’événement Facebook et à surfer sur notre site www.solidarityfestival.be !

 

L’AMOUR ÇA SE PROTÈGE ! UNE CAMPAGNE PREVENTION SIDA

LE PRÉSERVATIF, LE BON RÉFLEXE POUR SE PROTÉGER DU VIH/SIDA ET DES IST*.

Une campagne de prévention à l’occasion de la Saint-Valentin

prevention sida

Depuis 25 ans, le Petit Spirou est l’un des personnages les plus populaires de la bande dessinée.
Il demeure un modèle d’anticonformisme et d’humour sans tabou.
La Plate-Forme Prévention Sida est une association belge travaillant depuis plus de 15 ans en Région wallonne et en
Région bruxelloise, sur la prévention du VIH/sida et des autres IST.
À l’occasion de la Saint-Valentin, les éditions Dupuis et la Plate-Forme Prévention Sida continuent leur association
pour (re-)faire du Petit Spirou, gamin farceur et candide, l’icône d’une campagne de prévention contre le VIH/sida.
En Belgique, 3 personnes par jour découvrent leur séropositivité, notamment dans un contexte de fatigue ou de
lassitude concernant le port du préservatif. L’épidémie reste à un niveau élevé depuis le début des années 2000.
De l’innocence à la prise de conscience, les auteurs Tome & Janry ont réussi le difficile exercice de la double lecture :
là où un enfant sera touché par la sensibilité du personnage, un adulte comprendra la véritable portée du message
« L’amour ça se protège ! ». Car, en effet, le dessin permet d’engager plus facilement la discussion en famille ou en
classe.
Les actions de prévention des IST/sida doivent rester une priorité.
Rappeler tout au long de l’année que le VIH/sida est toujours présent dans notre pays, qu’il ne se guérit pas encore
et que le préservatif reste un outil important pour se protéger lors des relations sexuelles demeure essentiel pour
faire reculer la propagation des diverses IST.
La Saint-Valentin semble être un moment adéquat pour rappeler nos messages de prévention. En effet, le 14 février,
c’est la fête des amoureux et à cette occasion, il est utile de rappeler que proposer et mettre un préservatif peut
être un petit geste d’amour, un geste de respect. L’amour ne suffit pas pour se protéger du VIH/sida et des autres
infections sexuellement transmissibles. Sous l’effet d’un coup de foudre, de l’intensité et de l’euphorie du moment
ou de l’alcool, la prévention peut être mise de côté et le préservatif restera ainsi dans la table de nuit. Parce qu’on
pense que ce moment durera tout le temps …. Ou parce qu’on pense que le VIH/sida ce n’est pas pour soi mais bien
pour les autres …
Partagez un maximum les outils de cette campagne.
Le visuel de la campagne est décliné sous différents supports : affiches, cartes postales et vidéo.
Des affiches seront envoyées aux services de promotion de la santé et présentes dans le réseau « sportif » de
Boomerang à Bruxelles et en Wallonie (clubs de fitness et de sports). Boomerang distribuera aussi des cartes
postales dans les établissements HORECA bruxellois et wallons. Un mini clip sera diffusé sur internet (youtube,
facebook,…) pour être partagé un maximum. Cette vidéo sera aussi visible sur des réseaux d’écrans afin de toucher
un public le plus large possible. Enfin, des banners pour les sites web seront aussi produits et diffusés.
En parallèle, un concours sera lancé à partir du 9 février sur la page facebook de la Plate-Forme Prévention Sida. Le
public est invité à devenir un acteur de prévention en partageant la campagne et ainsi en renforcer l’impact et la
visibilité sur les réseaux sociaux.

Plus d’infos ? Editions Dupuis : Sophie Dumont, 071-600.593 ou 0496-555.754, dumont.s@dupuis.com
Rue Destrée, 52, 6001 Marcinelle
www.dupuis.com
Plate Forme Prévention Sida, Rue Jourdan, 151 – 1060 Bruxelles
02/733 72 99, info@preventionsida.org
www.preventionsid

Pacifique FM en partenariat avec prévention SIDA vous informe.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 5 février 2016

Action contre le SIDA Pacifique FM, l’IESPP et le planning La Famille Heureuse se mobilisent

3 acteurs, la radio de Wallonie Picarde, l’IESPP de Tournai et ses étudiants ainsi que le planning familial La Famille Heureuse, se sont réunis pour produire 3 spots pour la lutte contre le SIDA, découvrez ci-dessous les 3 spots créés à Tournai grâce à cette collaboration.
Ces spots seront diffusés sur l’antenne de Pacifique FM durant tout le mois de décembre 2015 et aléatoirement en 2016, car la lutte contre le SIDA c’est tout le temps qu’elle se passe !

iespp tournai

Action anti-SIDA avec 3 partenaires à Tournai

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 1 décembre 2015

La Lutte contre le SIDA c’est aussi à Wattrelos au Centre Hospitalier

Le Centre Hospitalier de Wattrelos était aux couleurs de la lutte contre le SIDA ce mardi 1 décembre pour la journée mondiale contre cette maladie qui continue de proliférer.

2015-12-01 12.33.00

« Un petit quizz , monsieur, madame » c’est comme celà qu’une bénévole nous accueillait, après ce quizz pertinant, un docteur, bénévole lui aussi expliquait toutes les réponses.

Les statistiques mondiales de l’épidémie de VIH/sida.

Un virus à peine moins meurtrier grâce à une meilleure couverture virale.

A l’approche de la Journée mondiale de lutte contre le sida, l’Onusida a publié le 24 novembre son rapport annuel présentant les statistiques mondiales sur l’épidémie de VIH/sida. Dans certaines zones, notamment en Europe, le nombre de nouvelles infections et de décès continue de croître de façon préoccupante.

 

15,8 millions de personnes vivant avec le VIH sont désormais sous traitement antirétroviral, estime l’Onusida. Cette thérapie sert non seulement à prévenir les maladies et les décès liés au sida, mais permet aussi de réduire sensiblement le risque de transmission du virus. « Une réalisation jugée impossible il y a 15 ans » se félicite l’organisme. En conséquence, le nombre de personnes vivant avec le virus continue d’augmenter, et s’élève désormais à 36,9 millions.

Si les nouvelles infections à VIH ont « chuté » de 35% depuis 2000, c’est surtout parmi les moins de 15 ans qu’elles ont diminué, en raison des progrès pour prévenir la transmission mère-enfant. Chez les adultes, la baisse des nouvelles infections est hélas nettement moins conséquente : 1,8 million en 2014 contre 2 millions en 2008. « Un nombre inacceptablement élevé de nouvelles infections à VIH et de décès liés au sida surviennent encore chaque année », rappelle l’organisation onusienne. 2 millions de personnes au total ont en effet été infectées par le VIH en 2014 tandis que 1,2 million est décédé du sida. Chaque jour, 5600 personnes sont donc nouvellement infectées. Parmi elles, un tiers a entre 15 et 24 ans, et 12% sont des enfants.

Le rapport présente donc une « stratégie d’accélération » pour atteindre l’objectif de mettre fin à l’épidémie, qui consiste en une action ciblée sur les zones les plus à risque d’infection. Michel Sidibé, directeur exécutif d’Onusida, assure que « nous ne pouvons gagner contre le VIH en restant au niveau global ». 50 expériences locales aux résultats encourageants sont ainsi listées pour étayer cette approche. 9 milliards de dollars manquent néanmoins actuellement pour la mettre en œuvre.

Malgré les avancées constatées, le combat reste à mener en Afrique subsaharienne, région du monde la plus touchée où 25,8 millions de personnes vivent avec le VIH dont 2,3 millions d’enfants.

Par ailleurs, la situation demeure « effrayante » – selon les mots prononcés par Michel Sidibé dès 2010 – en Europe orientale et en Asie centrale. Dans un communiqué publié le 26 novembre, l’OMS Europe a signalé « un nombre record de nouvelles infections à VIH en une année [142 000], jamais vu depuis les débuts de l’épidémie dans les années 1980 ». En 14 ans, cette région a vu son nombre de nouvelles infections exploser (+30 %), faute « d’un environnement sûr, respectueux, (…) et sans discrimination ». Même constat alarmant au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, avec 26 % de nouvelles infections. Pour ces deux zones, la couverture antirétrovirale ne dépasse respectivement pas les 18 et 14 %, ce qui explique pourquoi le nombre de décès a triplé depuis 2000.

 

Les chiffres à retenir :

  • 36,9 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde.
  • 17,1 millions de personnes ignorent qu’elles sont porteuses du VIH.
  • 2 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH en 2014, soit 5600 nouvelles infections par jour dont un tiers concerne des jeunes entre 15 et 24 ans.
  • 15,8 millions de personnes porteuses du VIH avaient accès à un traitement antirétroviral en juin 2014. Mais 22 millions n’ont toujours pas accès à cette thérapie contre le VIH.

 

Source : rapport mondial Onusida 2014

1 décembre 2015, ACtion de sensibilisation à la lutte contre le SIDA au Centre Hospitalier de Wattrelos.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 1 décembre 2015

Sida : les autotests en vente dès mardi en pharmacie en France.

Un dispositif est prêt pour aider les patients à pratiquer cet examen et pour les orienter vers un traitement précoce si le résultat est positif.

Initialement prévue à la fin 2014, puis au début de l’été 2015, la commercialisation des autotests de dépistage du sida commencera effectivement mardi 15 septembre. Ce temps aura notamment permis à l’ensemble des acteurs de santé de se former à la vente de ce produit bien particulier et à l’accompagnement des personnes qui vont choisir de l’utiliser seules, après l’avoir acheté en pharmacie ou sur le site internet d’une officine. Ajoutons que, d’ici à quelques mois, les associations habilitées comme les centres de dépistage anonyme et gratuit et l’association Aides devraient pouvoir le proposer gratuitement aux publics les plus vulnérables.

C’est en avril dernier que la société française AAZ a obtenu la norme CE pour son « Autotest VIH ». Un label nécessaire à la commercialisation en France et qui assure la conformité du produit avec les normes européennes. Vendu entre 25 et 28 euros, cet autotest permet, à partir d’une goutte de sang prélevée au bout du doigt, d’identifier en quinze minutes la présence ou non d’anticorps spécifiques témoignant de l’infection par le virus du sida.

Tout résultat positif doit être confirmé en laboratoire

Il est recommandé aux pharmaciens d’officine de recevoir les patients souhaitant acheter ce produit au sein d’un espace de confidentialité. Ils pourront alors leur donner des conseils concernant son utilisation et leur dispenser des informations sur les maladies sexuellement transmissibles. Surtout, ils devront systématiquement souligner que l’examen n’est pertinent que s’il intervient trois mois après la prise de risque, que les tests ne sont pas fiables à 100 % et que tout résultat positif doit être confirmé en laboratoire. Dernier point, ils devront remettre à la disposition des patients des collecteurs de boîtes à aiguilles pour y placer le test une fois celui-ci effectué, ces « déchets infectieux » ne devant pas être mis à la poubelle avec les ordures ménagères.

L’association Aides se félicite de l’arrivée de l’autotest, qui permettra de renforcer un peu plus l’accès aux personnes les plus exposées et de toucher de nouveaux publics, éloignés des associations ou des centres de dépistage classiques. « Lorsque vous avez 30 000 personnes en France qui ignorent être porteuses du virus, tout ce qui peut diversifier l’offre de dépistage est bon à prendre », note Aurélien Beaucamp, président d’Aides. D’autant plus que la lutte contre cette maladie est « entrée dans une nouvelle ère : celle de la perspective d’une fin de l’épidémie », grâce à une mise sous traitement précoce.

« Des traitements performants existent, un avenir aussi »

Pour aider les personnes qui vont parfois découvrir, seules, le résultat tant redouté, tout comme les professionnels de santé (médecins, sages-femmes, infirmiers), les travailleurs sociaux et les associations de patients, la Haute Autorité de santé (HAS) a diffusé, il y a quelques mois, des documents d’information sur les autotests du VIH et notamment un « questions-réponses » destiné en premier lieu aux pharmaciens.

De plus, une ligne d’écoute est assurée 24 heures sur 24 par Sida Info Service et les militants de AIDES sont présents partout en France pour accompagner les personnes dans leurs démarches de prise en charge. « Le message que nous souhaitons faire passer est clair, conclut Aurélien Beaucamp : n’ayez pas peur, dépistez-vous, choisissez le mode de dépistage qui vous convient et si jamais le résultat est positif, ne restez pas seuls avec cette nouvelle. Venez nous en parler, des traitements performants existent, un avenir aussi. Votre vie ne s’arrête pas là. »

 

source: lepoint.fr

Autotest pour le Sida disponible en France

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 15 septembre 2015

Vous aviez oublié l’existence de cette chose ? Elle ne vous a pas oublié…et vous devez vous en méfier !( vidéo )

sida sexe

Cette chose c’est malheureusement le SIDA. Le nouveau spot de l’association AIDES nommé « Je Suis Là » emprunte la voix de Gaspard Proust qui incarne le virus. Le spot attire notre attention sur le fait que notre vigilance face au virus du SIDA ne doit pas baisser. Aucun remède ni traitement préventif n’existe contre le SIDA, alors il ne faut pas penser qu’il n’y a pas de risques. Ne vivons pas dans le déni. Le SIDA est là, il nous le dit et nous nous devons de garder cela en tête. Une seule « solution » existe c’est se protéger ! Sortez couverts, car lui, il ne nous oublie pas !

 

PRÉSERVATIF. DÉPISTAGE. TRAITEMENT. LES BONS RÉFLEXES POUR SE PROTÉGER DU VIH/SIDA ET DES IST ( vidéo )

« PRÉSERVATIF. DÉPISTAGE. TRAITEMENT.
LES BONS RÉFLEXES POUR SE PROTÉGER DU VIH/SIDA ET DES IST. LA PRÉVENTION ÉVOLUE. RENSEIGNEZ-VOUS »

A l’occasion de l’été 2015, la Plate-Forme Prévention Sida lance une toute nouvelle campagne de prévention du VIH/sida et des autres Infections Sexuellement Transmissibles. Celle-ci vise le grand public de la région de Bruxelles-Capitale et de la Wallonie et aborde la notion de prévention combinée.

affiche-06-big affiche-07-big affiche-04-big affiche-05-big

Pour imager ce concept de prévention combinée, un parallèle peut-être fait avec la prévention routière qui combine plusieurs outils pour réduire la mortalité sur la route. Ainsi, en voiture, on attache sa ceinture, mais on ajoute la protection de l’airbag en cas de choc, on améliore l’état des routes, on perfectionne le freinage : on combine plusieurs outils qui s’ajoutent les uns aux autres. La prévention combinée repose sur le même principe : mettre un préservatif, aller se faire dépister aussi souvent que nécessaire, prendre un traitement si cela est souhaitable.

LE CONCEPT DE LA CAMPAGNE
La notion de prévention combinée est abordée avec une approche décalée, originale et positive à travers tous les outils de la campagne. Concrètement des personnages « prévention », composés des trois éléments de la prévention combinée (tête en préservatif, corps en éprouvette de dépistage et bras et jambes en médicaments), sont mis en situation afin de bien insister sur la combinaison de ces trois éléments pour se protéger efficacement.
Cette accroche visuelle forte, suggestive et colorée favorise un impact plus fort de la campagne et l’utilisation d’icônes permet une plus grande identification du public puisqu’on ne sait pas si les personnages mis en scène sont des hommes, des femmes, des jeunes, des moins jeunes, des hétérosexuels, des homosexuels, des belges, des non belges, …

Le slogan « Préservatif. Dépistage. Traitement. Les bons réflexes pour se protéger du VIH/sida et des IST (Infections Sexuellement Transmissibles). La prévention évolue. Renseignez-vous. » se veut positif et valorisant. La notion de bons réflexes permet d’aborder la prévention comme une bonne habitude que l’on pratique au quotidien, comme un automatisme. La notion d’évolution montre qu’il y a du nouveau et permet d’interpeller à nouveau le grand public qui souvent ne se sent pas vraiment concerné par les messages de prévention, pensant déjà connaître le nécessaire. Les trois éléments de la prévention combinée sont repris sous forme de pictogrammes dans 3 post-it de couleur afin de favoriser leur mémorisation.
De plus, l’idée est d’insister sur le fait que ces trois outils de prévention ne s’opposent pas mutuellement, mais doivent être combinés en les adaptant à chaque situation individuelle pour limiter la transmission du virus.

La Plate-Forme Prévention Sida a également fait participer le public cible de la campagne à sa création en organisant de nombreux focus groups de pré test des idées et outils à développer. Au total, 122 personnes aux profils divers ont été sondées : hommes, femmes, parents, jeunes, hétérosexuels, homosexuels, séropositifs, séronégatifs, belges , migrants, de Bruxelles et de la Wallonie

• Un site internet de la campagne www.les-bons-reflexes.org

Une nouvelle campagne de prévention SIDA/IST est lancée.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 7 juillet 2015