Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
17
dim
2017
22:00 Hard Times – Ugo
Hard Times – Ugo
déc 17 @ 22:00
Hard Times - Ugo
Hard Times – Dimanche de 22h à minuit Le Dimanche de 22h à minuit Hard Times présenté par Ugo Avec Ugo le métal sous toutes ses facettes + concerts Rejoins les fans Facebook de Hard Times
déc
18
lun
2017
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
déc 18 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
10:00 Santé,Bien être, La Vie au Natur...
Santé,Bien être, La Vie au Natur...
déc 18 @ 10:00 – 12:00
Santé,Bien être, La Vie au Naturel - rediffusion
Rediffusion de notre émission du jeudi avec Jasmine et Patrick James Wallace, on y aborde les thérapies alternatives, l’ecologie, le bien manger, le bio, etc…  

View Calendar

Articles marqués avec ‘santé’

Le rapport 2016 de l’Institut Scientifique de Santé Publique viennent de sortir en Belgique

Le nombre de nouvelles contaminations au VIH continue à diminuer.

vih pied

Le rapport 2016 de l’Institut Scientifique de Santé publique « Epidémiologie du SIDA et de l’infection à VIH en Belgique » vient de sortir[1].  Il confirme la tendance à la baisse des nouveaux diagnostics de VIH en Belgique pour 2016. Ce résultat encourageant est le fruit des efforts intensifs d’information et de prévention menés ces dernières années. Des efforts qui doivent être poursuivis et renforcés, car la bataille contre le VIH n’est pas encore gagnée : de nouvelles infections continuent à être diagnostiquées chaque jour.

Rapport disponible sur https://www.wiv-isp.be/fr/coin-presse/la-baisse-des-nouveaux-diagnostics-de-vih-se-confirme-en-2016

 

Les dangers du micro-ondes et votre santé

123-keuken-microgolf-07-17.jpg

conseil Partie intégrante de nos cuisines, le micro-ondes fait encore l’objet d’interrogations sur d’éventuels effets nocifs liés aux rayonnements et aux modifications de la nourriture. Qu’en est-il réellement de ces risques ? Voici cinq questions – réponses.

1° – Les rayons du four à micro-ondes sont-ils nocifs pour la santé ?

Les micro-ondes sont des rayonnements électromagnétiques : en d’autres termes, des ondes d’énergie électrique et magnétique qui se déplacent dans l’espace. Elles sont de faible énergie et présentent trois caractéristiques qui permettent la cuisson de l’alimentation :

• elles sont réfléchies par le métal
• elles passent sans problème à travers le verre, le papier et le plastique
• elles pénètrent la nourriture jusqu’à 2 ou 3 cm de profondeur

Les micro-ondes provoquent une vibration des molécules d’eau dans la nourriture. Cette vibration transforme l’énergie électromagnétique en énergie thermique et cuit ainsi la nourriture.

Une longue exposition à fortes doses aux micro-ondes peut poser des problèmes de santé tels que la cataracte. Pour empêcher cela et satisfaire aux exigences légales, les fabricants ont fait en sorte qu’aucun rayonnement ne puisse s’échapper du four, notamment par la vitre de la porte. Et si celle-ci est ouverte, l’appareil s’arrête automatiquement.

Un appareil mal entretenu ou endommagé (par exemple une fissure dans le verre) peut être dangereux. Il faut donc le nettoyer régulièrement et éviter que la porte ne se ferme pas hermétiquement à cause de dépôts de saleté.

2° – Les nutriments sont-ils altérés par la cuisson aux micro-ondes ?

En cuisant des aliments au micro-ondes, on ne fait pas plus diminuer leur valeur nutritive qu’avec une cuisson traditionnelle. Bien au contraire.

Ainsi, la valeur nutritive des protéines végétales s’améliore. En outre, les vitamines (notamment C) et les minéraux sont mieux conservés parce que le temps de cuisson est plus rapide, la température relativement basse et car il ne faut pas ou pas beaucoup d’eau.

Des études montrent qu’au micro-ondes, les légumes perdent moins de fibres que quand ils sont cuits à la vapeur. Quand les nutriments des aliments se dégradent au micro-ondes, c’est parce qu’on les a cuits trop longtemps ou à température trop élevée.

3° – Des substances cancérigènes sont-elles produites lors de la cuisson au micro-ondes ?

Les changements chimiques qui se produisent lors de la cuisson (de manière générale) peuvent être nocifs, en particulier en cas de forte chaleur directe, de grillade, de friture…

Au micro-ondes, il n’y a pas de chaleur directe et la température ne s’élève pas à plus de 100 °C. Il y a donc moins de substances nocives produites. Et rien n’indique que des changements chimiques s’opèrent dans les aliments.

Et pour être très clair, la nourriture préparée dans le micro-ondes n’est pas contaminée par la radioactivité. Les micro-ondes n’ont rien à voir avec la radioactivité.

4° – Certains emballages peuvent-ils s’avérer dangereux ?

Tous les contenants ne sont pas adaptés au micro-ondes. Il existe certaines preuves que les produits chimiques présents dans un sachet en plastique peuvent pénétrer dans la nourriture pendant une cuisson au micro-ondes. Si l’emballage précise qu’il peut aller au micro-ondes, il est sans danger. Dans rien n’est indiqué, utilisez de préférence un récipient approprié.

Les récipients en verre ou en plastique spécial (dur) peuvent être utilisés en toute sécurité. Le métal n’est pas autorisé car il peut agit comme bouclier, renvoyant les ondes vers les parois du four avec un risque d’étincelles. Faites attention aux récipients qui contiennent du métal ou des dorures. Sauf si le fabricant l’autorise, il est préférable de mettre les aliments contenus dans de l’aluminium dans un autre récipient.

Si vous mettez des récipients hermétiquement fermés au micro-ondes, ils risquent d’exploser à cause de la vapeur. Trouez-les pour la laisser s’échapper ou trouvez un autre moyen pour qu’elle puisse s’évacuer.

5° – Les bactéries sont-elles détruites ?

Au micro-ondes, la nourriture cuit à une température moyenne relativement basse (par rapport à d’autres modes de cuisson), sachant en plus que l’énergie est inégalement répartie.

En fonction de la répartition des ondes dans le four, du type de nourriture et de la taille des portions, les produits alimentaires ne chauffent pas uniformément. Ces fluctuations de température peuvent, en fonction de la position de la nourriture, affecter la qualité microbiologique des aliments. Ceci peut être partiellement évité en posant la préparation sur une plaque tournante et en mélangeant régulièrement la nourriture qui cuit.

Si la nourriture est contaminée par des bactéries, les micro-ondes ne les détruisent pas, et en tout cas pas toutes. Ceci vaut également pour d’autres méthodes de cuisson. Une bonne conservation des aliments est la clé pour réduire ces risques.

Gardez à l’esprit que les restes doivent être réchauffés à fond pour éviter une intoxication alimentaire.

Source : www.passionsante.be

 

6 aphrodisiaques naturels à mettre au menu

Les vertus du gingembre sur le désir sexuel sont connues mais il n’est pas le seul ingrédient à proposer des propriétés stimulantes. Nous avons sélectionné 6 aphrodisiaques naturels à mettre dans l’assiette pour pimenter sa vie sexuelle.

Le cacao

Le cacao est capable d’augmenter les taux d’agents chimiques de l’organisme qui mettent de bonne humeur. Parmi ces substances chimiques figurent des neurotransmetteurs comme la sérotonine et les endorphines qui ont des propriétés euphorisantes1. Le corps est plus réceptif et plus tonique, ce qui peut développer le désir sexuel.

Le safran

Particulièrement réputé, le safran est une épice qui possèderait des qualités aphrodisiaques. Il renforcerait le désir sexuel et possèderait des propriétés stimulantes sur les zones érogènes en raison de sa teneur en phytostérols (= composants naturels, présents en faible quantité dans les végétaux)2. Le safran aiderait également à la lubrification des muqueuses vaginales.

Le clou de girofle

Originaire d’Indonésie, le clou de girofle serait l’aphrodisiaque naturel le plus puissant. Il augmenterait l’afflux sanguin et donnerait du tonus. Cette augmentation de l’afflux sanguin permettrait une érection plus puissante et exacerberait les sens des partenaires. Il posséderait en plus des vertus antalgiques (= qui réduit la douleur) et anti-inflammatoires et permettrait de lutter contre les infections urinaires.

Bois bandé

Véritable aphrodisiaque naturel grâce à ses qualités vasodilatatrices (= dilatation des vaisseaux sanguins), le bois bandé faciliterait l’érection et la rendrait plus durable. L’écorce de bois bandé provoquerait aussi des montées de désir chez la femme.
Souvent consommé avec de l’alcool, sous forme de cocktail à base de rhum, il serait un stimulant sexuel puissant. En petite quantité les effets désinhibants de l’alcool peuvent également pimenter la vie sexuelle mais en quantité trop importante, il peut avoir des répercussions négatives sur l’érection. Consommé trop régulièrement et à trop fortes doses, l’alcool peut également avoir des effets nocifs sur la santé.

Le ginseng

Le ginseng est composé de plusieurs principes actifs qui stimuleraient l’organisme. Parmi les principes actifs contenus dans le ginseng, on retrouve les ginsénosides et des alcaloïdes qui stimuleraient le système nerveux, physique et intellectuel et augmenteraient la résistance physique. En plus de ses vertus tonifiantes, le ginseng serait aussi un excellent vasodilatateur (= qui permet de dilater les vaisseaux sanguins). La consommation de ginseng entraînerait un meilleur afflux de sang dans le sexe masculin et donc, des érections de meilleure qualité.

L’anis

L’anis contient une grande quantité d’anéthole, une substance dont les effets ressemblent à ceux de l’œstrogène (= hormone sexuelle féminine), ce qu’il fait d’elle un bon stimulant pour les femmes mais aussi pour les hommes. Même si l’œstrogène est une hormone féminine, elle pourrait, chez les hommes, avoir un effet androgénique (= lié aux hormones sexuelles masculines).

Source : http://www.passeportsante.net

 

Famivélo 2017 : la famille en vélo ce 25 juin !

Le dimanche 25 juin , Famivélo roulera pour …
Le Centre de planning familial « Le Safran»
Le Service d’Aide et d’Interventin Educatie « Le Nijoli Trémo»

famivelo 2017

cliquez sur l’image pour l’agrandir
Comme vous le savez, chaque année, le part socialiste de l’entié de Péruwelz organise une balade fami-
liale en vélo appelée « Famivélo ».
Dès la première éditin, les bénéfies de l’actiité ont été distribués à une associatin ayant la famille, l’en
fance et l’aide sociale au centre de ses actiités.
Cett volonté de partager, d’aider perdure.
Cett année, le PS a décidé, suite à un appel à projets, de réparti les bénéfies de l’actiité « Famivélo »
sur deux associatins diffrentes.
Toutes deux implantées à Péruwelz, elles agissent toutes les deux au bénéfie de la populatin Péruwel
zienne et aident essentillement un public en diffilté. L’enfance, la famille et l’éducatin sont leur leitmo-
ti.
Grâce à Famivélo Le Safran proposera des consultatins plus adaptées (achat de matériel pour les en
fants) mais aussi la gratuité des séances psychologiques et juridiques.
Grâce à Famivélo , Le Nijoli Trémo va mette en place des ateliers multiédia avec les jeunes et leurs fa-
milles au sein de l’instiutin
Infos pratiues:
Rendez- vous à la maison de village de WASMES-AUDEMEZ-BRIFFOEIL
Famivélo 2017
organisatin: L’USC du Péruwelzis
Quand ? Dimanche 25 juin 2017 accueil à parti de 9 h
Où ? À la Maison du village de Wasmes-Audemez-Briffeil, rue de la Gare 4B à Wasmes-A-B
Quoi ? Balade vélo familiale de 24 km, accueil à parti de 9 h pour un départ en groupe à parti
de 10h (3,00 € par partiipant, avec le peti-déjeuner offrt). Sur place : peti-déjeuner, buvett,
repas du terroir à parti de midi…
contact : 0475 98 91 40 – usc.du.peruwlezis@gmail.comwww.famivelo2017.sitew.be
Page Facebook PS Péruwelz et Famivelo2017

 

 

 

La betterave peut modifier la couleur de votre urine

Avec un aspect plutôt rouge, la betterave peut provoquer une modification de la coloration de l’urine et des selles 

beetroot-687251_960_720

 

Les betteraves, de couleur rouge-rose, contiennent un pigment riche en bétalaïne. C’est ce pigment qui donne cette couleur à la betterave. Il est tellement puissant qu’on l’utilise comme colorant en cuisine. Mais attention, c’est sans danger ! Ce phénomène survient lorsque les pigments de la betterave sont absorbés par l’intestin au lieu d’être dégradés. C’est notamment le cas lorsque la digestion est trop rapide, pour ce faire il est conseillé de mastiquer longuement les morceaux de betterave afin que le légume soit bien assimilé par le système digestif.

Source : http://www.passionsante.be/index.cfm?fuseaction=art&art_id=14848

 

Samedi 22 avril 2017, la 2ème édition de la balade-santé de la Maison médicale le Gué à Tournai

Ce samedi 22 avril 2017, la 2ème édition de la balade-santé de la Maison médicale le Gué partira cette année à la découverte des alentours du village de Froyennes. 

 

marche

Les participants feront d’abord une petite étape sur le site des Horizons Nouveaux pour découvrir les projets nature mis en place par les résidents dans le quartier : permaculture, jardin potager, étang pédagogique, etc.

Ensuite, la balade emmènera les marcheurs et les cyclistes dans les villages de ce superbe coin de la Wallonie Picarde.

L’arrivée pour tous est prévue à la Maison des Jeunes Port’Ouverte (avenue Minjean, 9) pour un moment convivial : thé à la menthe, café, cacao et crèpes-party pour petits et grands !

Détente et bons moments en famille seront donc au programme de cette balade organisée par le groupe « Gué-ProjetS » de la Maison médicale, composé d’affiliés et de membres de l’équipe.

Programme :

Accueil pour tous à partir de 13h à la Maison médicale (rue St-Piat, 56 à Tournai).

  • Pour les marcheurs : départ en bus vers 13h30, direction les Horizons Nouveaux pour la visite du site ; de là, départ à pied pour une boucle d’environ 4 km et arrivée à la MJ Port’Ouverte vers 16h30-17h00.
  • Pour les cyclistes : départ à vélo vers 13h30, direction les Horizons Nouveaux pour la visite du site ; de là, départ pour un circuit d’environ 20 km en suivant les « points-noeuds » et arrivée à la MJ Port’Ouverte vers 16h30-17h00.

Participation gratuite, activité pour tous, organisée en partenariat avec la Maison des Jeunes Port’Ouverte, son antenne Luch’Ouverte, l’ASBL Biciklo et les Horizons Nouveaux.

Infos/réservation souhaitée pour le 20 avril par sms : 0498​/88 62 56

NASH : la maladie du foie gras

Le foie gras est un mets raffiné, mais il s’agit aussi du nom… d’une maladie. En anglais, on l’appelle NASH, ce qui signifie en français stéatose hépatique non alcoolique. De quoi s’agit-il ? Quels en sont les causes, les symptômes et les traitements ?

Le foie gras est dû à une accumulation de graisse dans le foie, qui s’accompagne d’une inflammation et d’une dégénérescence des cellules hépatiques, ce qui peut mener à une cirrhose, comme en cas de consommation excessive d’alcool ou d’infection virale (hépatite).

Souvent diagnostiquée lors d’une prise de sang de routine, cette maladie touche avant tout les personnes diabétiques, en excès de poids et/ou avec un taux élevé de lipides sanguins (hyperlipidémie). Dans la plupart des cas, elle évolue sans symptômes, mais certains patients se plaignent d’une perte d’appétit, d’un malaise abdominal, d’une jaunisse, de pieds gonflés…

Concernant les causes, la résistance à l’insuline, avec alors une difficulté d’assimilation du sucre par les cellules, crée des conditions favorables (hyperglycémie) au développement de la maladie. Le surpoids, l’excès de triglycérides, un tour de taille élevé et un faible taux de bon (HDL) cholestérol constituent des facteurs de risque.

Selon certaines estimations, 3% de la population européenne souffrirait de NASH : dans 10 à 20% des cas, la maladie peut évoluer ver la cirrhose, ou vers le cancer du foie.

Le traitement de la stéatose hépatique non alcoolique repose le contrôle des facteurs de risque métabolique : manger moins gras, moins sucré et pratiquer une activité physique pour lutter contre le surpoids. Des médicaments améliorent la sensibilité à l’insuline. La prise en charge de la stéatose hépatique non alcoolique au stade de la cirrhose porte les complications. Dans les cas les plus graves, il faut envisager la transplantation hépatique.

Source: http://www.passionsante.be         Barbara Simon

Quels aliments sont riches en oméga-3 ?

Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés dits essentiels, c’est-à-dire que l’organisme ne peut pas produire et dont il a absolument besoin pour fonctionner correctement. La source, c’est l’alimentation. Quels sont les aliments avec la plus forte teneur en oméga-3 ?

omega-3-300x198

Le bénéfice le plus connu des oméga-3 porte sur leur contribution à la prévention de la maladie cardiovasculaire. Ils diminuent le taux de triglycérides, préviennent la formation de caillots, baissent la pression artérielle et régulent le taux de bon (HDL) cholestérol. Ils interviennent également dans la constitution des cellules, favorisent l’équilibre du système nerveux et pourraient avoir des effets préventifs contre la maladie d’Alzheimer et certains cancers.

Les sources alimentaires

On trouve des oméga-3 en grande quantité dans les poissons gras, comme le saumon, le maquereau, le hareng ou la sardine, ainsi que dans leurs huiles. Il est conseillé de consommer du poisson deux ou trois fois par semaine, et au moins une fois un poisson gras. Les oméga-3 d’origine végétale sont fournis en particulier par les graines de chia, le lin, les noix, le colza ou le soja, ainsi que par l’huile de tournesol, de pépins de raisin, de colza ou de sésame.

Et les compléments ? Ils ne sont pas nécessaires si les apports alimentaires sont satisfaisants. Si vous souhaitez néanmoins entamer une cure, demandez conseil à votre médecin.

Source: Barbara SimonLes oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés dits essentiels, c’est-à-dire que l’organisme ne peut pas produire et dont il a absolument besoin pour fonctionner correctement. La source, c’est l’alimentation. Quels sont les aliments avec la plus forte teneur en oméga-3 ?

Le bénéfice le plus connu des oméga-3 porte sur leur contribution à la prévention de la maladie cardiovasculaire. Ils diminuent le taux de triglycérides, préviennent la formation de caillots, baissent la pression artérielle et régulent le taux de bon (HDL) cholestérol. Ils interviennent également dans la constitution des cellules, favorisent l’équilibre du système nerveux et pourraient avoir des effets préventifs contre la maladie d’Alzheimer et certains cancers.

Les sources alimentaires

On trouve des oméga-3 en grande quantité dans les poissons gras, comme le saumon, le maquereau, le hareng ou la sardine, ainsi que dans leurs huiles. Il est conseillé de consommer du poisson deux ou trois fois par semaine, et au moins une fois un poisson gras. Les oméga-3 d’origine végétale sont fournis en particulier par les graines de chia, le lin, les noix, le colza ou le soja, ainsi que par l’huile de tournesol, de pépins de raisin, de colza ou de sésame.

Et les compléments ? Ils ne sont pas nécessaires si les apports alimentaires sont satisfaisants. Si vous souhaitez néanmoins entamer une cure, demandez conseil à votre médecin.

Source: Barbara Simon
www.passionsante.be

Comment soulager un mal de gorge ?

Le mal de gorge est un symptôme typique d’une série d’infections hivernales. Quel comportement adopter ? Et quels sont les traitements ou les remèdes permettant de soulager la douleur qui peut être sévère, en particulier lorsqu’on avale ?

Boire en abondance. De l’eau plate bien entendu, mais également des boissons chaudes comme du potage, des tisanes (notamment au thym), des infusions aux fruits, du lait chaud, du chocolat chaud, du café, du thé avec du miel et du citron pour adoucir la gorge. Certaines boissons très froides, ainsi que les sorbets et les glaçons, peuvent atténuer la douleur lors de la déglutition.

• Ne vous laissez pas tenter par les boissons alcoolisées (style grog).

• Diluez une cuillerée à café de sel dans un verre d’eau chaude et pratiquez des gargarismes plusieurs fois par jour.

• Sucez des bonbons durs ou un glaçon afin d’activer la production de salive.

• Si la déglutition est pénible, optez pour des purées, des compotes, du flan, du pudding ou des boissons lactées.

• Ne vous exposez pas à des sources d’irritation de la gorge : ne fumez pas, ne fréquentez pas les endroits surchauffés, les espaces saturés de fumée de tabac et évitez d’élever la voix.

• S’il s’agit d’une laryngite, parlez le moins possible. Laissez votre voix au repos et contentez-vous de chuchoter.

Les médicaments

• Un antidouleur classique. Privilégiez le paracétamol. S’il n’est pas suffisamment efficace, passez à l’ibuprofène.

• Des pastilles au menthol, à l’eucalyptus, au miel ou encore aux plantes des montagnes adoucissent la gorge.

• Vous pouvez également anesthésier la gorge douloureuse avec des sprays, des pastilles ou des gélules à sucer.

• L’administration d’antibiotiques n’est généralement pas recommandée. Une antibiothérapie ne sera prescrite qu’en cas de risques manifestes de complications, en particulier chez les patients sous chimiothérapie, ceux souffrant d’une maladie cardiaque ou pulmonaire, ou dont le système immunitaire est affaibli.

 

Source : www.passionsante.be