Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
15
jeu
2018
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
nov 15 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.
13:00 LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
nov 15 @ 13:00
LES TUBES DANS LA RADIO - Wallace
Les tubes dans la radio – Lundi au vendredi de 13h à 14h Le meilleur des tubes,80’s,90’s,2000’s Des souvenirs inoubliables, débarquent du lundi au vendredi à 13h pour un bond dans le passé. Un retour dans l’histoire[...]
14:00 WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
nov 15 @ 14:00
WARM UP - Bob,Laurent et Wallace
Le Warm up c’est de la musique pour agrémenter votre après-midi, mais aussi………de la musique et encore de la joie !  
16:00 Santé,Bien-être, la Vie au Naturel
Santé,Bien-être, la Vie au Naturel
nov 15 @ 16:00 – 18:00
Santé,Bien-être, la Vie au Naturel
Avec Jasmine et Patrick James Wallace, on y aborde les thérapies alternatives, l’ecologie, le bien manger, le bio, etc… On y reçoit des spécialistes, des scientifiques. 1 fois par mois, soit le 3 ème vendredi[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Salamandre’

Alerte nature : un désastre menace nos salamandres et tritons

Les organisations européennes de protection de la nature tirent la sonnette d’alarme : un champignon agressif menace d’exterminer des populations entières de salamandres et de tritons. Il progresse en Europe via les Pays-Bas, l’Allemagne et la Belgique. Les associations demandent urgemment à la Commission Européenne de réagir.

salamandre

Les organisations européennes de protection de la nature tirent la sonnette d’alarme : un champignon agressif menace d’exterminer des populations entières de salamandres et de tritons. Il progresse en Europe via les Pays-Bas, l’Allemagne et la Belgique. Les associations demandent urgemment à la Commission Européenne de réagir.

Le champignon asiatique Batrachochytrium salamandrivorans dévore littéralement la peau des salamandres et tritons, les conduisant à la mort. La maladie fait sa première apparition aux Pays-Bas en 2010. La contamination devient rapidement dramatique : en quelques années, 99,9% de la population néerlandaise de salamandre tachetée disparaît. La situation est d’une gravité telle que les autorités néerlandaises décident de maintenir en quarantaine des individus non-contaminés en espérant une solution.

salamandre 2

Entretemps, le champignon frappe également en Belgique et en Allemagne, et il s’avère que les tritons peuvent aussi mourir des suites de la maladie. En région wallonne, des individus morts sont retrouvés à Eupen, Robertville et au Sart-Tilman. Hélas, à l’heure actuelle, malgré l’urgence de la situation et les recommandations des naturalistes de terrain, les moyens dégagés pour étudier la situation et essayer d’y apporter des solutions sont dérisoires. Nous craignons que le pathogène soit déjà bien plus répandu que ces 3 cas identifiés. Ailleurs en Belgique, des animaux contaminés et morts sont également découverts loin de la zone des 3 frontières, à Duffel (province d’Anvers).
Cette dangereuse mycose a été introduite par l’intermédiaire d’animaux asiatiques de collections privées. De nouveaux foyers d’infection peuvent continuer à apparaître par le biais de ces importations, mais le pathogène se propage aujourd’hui dans la nature. C’est ainsi que les chaussures des promeneurs sont suspectées d’être un des vecteurs de propagation du pathogène. Maintenant que les premiers cas sont constatés en Allemagne aussi, il est clair que le temps presse pour prendre les mesures adéquates.

L’Europe compte près de quarante espèces de salamandres. Certaines d’entre elles sont répandues sur tout le contient, d’autres ont une aire de répartition très réduite (par exemple certaines îles de la méditerranée ou des régions des Pyrénées ou des Alpes). Si la maladie apparaît au sein de ces populations vulnérables, ces espèces pourraient disparaître de la faune européenne en quelques années.
25 organisations de protection de la nature et 17 scientifiques provenant de toute l’Europe ont donc interpellé la Commission Européenne. Dans une lettre commune, ils demandent instamment de mettre en exécution les mesures qui sont recommandées par le célèbre comité de la “Convention de Berne”, assurant la préservation des espèces animales et végétales sauvages en Europe. Ils insistent sur 6 points :
1. Soutien à la recherche sur la maladie et les salamandres contaminées. Plus nous en saurons sur la maladie, sur la façon dont elle se propage et dont on peut la traiter, plus les chances sont grandes de pouvoir ralentir sa progression.

2. Limitation immédiate du commerce international des salamandres et tritons afin d’éviter de nouveaux foyers de la mycose, et organisation de screenings scientifiques dans le commerce des animaux.

3. Lancement du monitoring actif des populations de salamandres et tritons dans les zones à risques et libération de moyens en suffisance en vue de cet objectif. Cela doit se faire à proximité des zones où la maladie s’est déclarée et là où vivent des espèces vulnérables endémiques comme les Alpes, les Pyrénées et les îles de la Méditerranée.

4. Développement accéléré de plans d’action d’urgence qui peuvent offrir une réponse efficace au cas où la maladie perce en direction des populations vulnérables. Nous pensons ici à la capture préventive et le placement en quarantaine des espèces endémiques les plus vulnérables.

5. Élaboration rapide d’un protocole de sécurité efficace à l’intention des chercheurs de terrain et des visiteurs des zones abritant les espèces de salamandres et tritons les plus vulnérables.

6. Développement et mise en pratique de campagnes de communication visant à la prévention, la sécurité biologique et la surveillance.

Comment les citoyens peuvent-ils agir ?

• Si vous visitez des bois et des zones naturelles, nettoyez et séchez vos chaussures avant de vous promener ailleurs. Veillez à éliminer la boue et laisser sécher vos chaussures. En effet, les spores des moisissures provoquant la maladie sont sensibles à la dessiccation.

• Si vous constatez des morts suspectes (en dehors donc des morts causées par le trafic routier), prenez une photo et notez le nombre d’animaux, l’espèce, la localisation et la date, et congelez les animaux séparément. Pour la Wallonie, prenez alors contact avec salamandre@natagora.be. Nous procéderons à des investigations plus poussées si nécessaire et nous vous mettrons en contact avec les services de la région wallonne qui achemineront les dépouilles jusqu’au laboratoire de Gand.

• Plus d’info sur : www.natuurpunt.be/salamanderziekte

 

Source: natagora

Alerte nature : salamandres et tritons en danger !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 12 février 2016