Titre obligatoire

Emissions à venir

Articles marqués avec ‘racisme’

La MJ Masure 14 et « les jeunes donnent de la voix » contre le racisme

Un mois contre le racisme : Unia lance sa campagne #DonneMoi1Minute à Tournai

unia logo
Avec comme point de mire la Journée mondiale de lutte contre le racisme (21/03), le mois de mars
est l’occasion de mener une réflexion globale et des actions de terrain sur le sujet. Cette année,
Unia a décidé de lancer un campagne de sensibilisation et de réflexion sur le racisme en marge
d’actions locales ciblant en particulier les jeunes de 15 à 25 ans. Comme dans plusieurs villes
wallonnes, les jeunes auront la parole à Tournai.

masure 14
Si la lutte contre le racisme est un combat quotidien, l’approche du 21 mars, consacrée Journée
mondiale contre le racisme, donne l’opportunité de mener des actions sur cette problématique.
Cette année, Unia a décidé d’impliquer les jeunes de 15 à 25 ans qui ont envie de donner leur avis sur
la question, de témoigner de leur vécu, de raconter ce qu’ils voient. Ils pourront le faire via les
réseaux sociaux en utilisant le « hashtag » #DonneMoi1Minute. Donne-moi une minute pour… me
présenter, te dire qui je suis, t’écouter. Donne-moi une minute… en chantant, dansant, slamant,
filmant, jouant etc.
Des actions locales
Parallèlement à cette campagne sur les réseaux sociaux, Unia organise ou participe à des actions
locales dans différentes villes de Wallonie. Des actions de sensibilisation, performances artistiques,
ateliers participatifs, débats sont au programme.
A Tournai, ce sont la maison de jeunes Masure 14 et le collectif « Les jeunes donnent de la voix » qui
s’empareront de la thématique. Le graff et la vidéo seront leur moyen d’expression pour donner leur
version et le interprétation de #DonneMoi1Minute

Discriminations dans l’accès au logement: Unia lance son outil de testing pour les candidats locataires

Lorsqu’un candidat locataire se voit refuser un logement, ou même une simple visite, il n’est pas toujours évident pour lui d’apporter la preuve qu’il s’agit d’une discrimination. Certains candidats, surtout en raison de leur origine, sont en effet encore trop souvent écartés du marché locatif privé. C’est pour quoi Unia lance un outil en ligne qui permet aux candidats locataires de prouver que le motif réel du refus est une discrimination.

discrimination logement
« Nous sommes très vigilants quant à la manière pour certains propriétaires de rédiger leurs
annonces. Certaines sont tout à fait illégales car présentant un caractère discriminatoire. Mais
aujourd’hui, les choses se font de manière plus subtiles : on demande à l’agent immobilier de faire un
« tri », ou on prétexte un bien déjà loué. Il est donc devenu de plus en plus difficile d’apporter des
éléments de preuve quand on se sent discriminé. Notre outil de testing en ligne aide à changer cela »,
argumente Patrick Charlier, directeur d’Unia.
Etablir la preuve
L’outil en ligne est une feuille de route à suivre et utiliser, que ce soit par les associations de terrain
ou les candidats locataires. « L’objectif est de donner des scénarios possibles selon que les démarches
se font par téléphone ou e-mail, avec une marche à suivre concrète, et ainsi donner le plus de chances
possibles à une éventuelle plainte en justice (ou à un signalement chez Unia) en cas de
discrimination.», détaille Patrick Charlier. « Grâce à ces éléments de preuve, ce sera au propriétaire
de prouver qu’il n’y a pas de discrimination, et non l’inverse, ce qui change profondément la donne ».
Chiffres
En 2015, Unia a reçu 154 signalements pour des discriminations dans le domaine du Logement en
lien avec l’origine des locataires, soit 16 de plus qu’en 2014.
Par ailleurs, une étude d’Unia(*) met en évidence le rôle des agents immobiliers : 42% d’entre eux
ont déjà répondu favorablement à la demande de propriétaires d’écarter les candidats d’origine
étrangère. Seuls 14% d’entre eux refusaient explicitement une demande discriminatoire sur base de
l’origine.
« Les tests de situation, s’ils sont appliqués avec une méthodologie rigoureuse, peuvent contribuer de
manière significative à l’objectivation de comportements discriminatoires. », conclut Patrick Charlier.
Unia plaide notamment pour que d’une part les testings soient mieux encadrés par le législateur, de
façon à réduire l’incertitude sur la valeur probante de ces tests, et, d’autre part, pour que l’autorité
publique prenne en charge elle-même l’organisation de ces testings, par exemple via les services
d’inspection du travail ou du logement, dans des secteurs identifiés préalablement comme
problématiques en termes de discrimination (emploi et logement surtout).

Plus d’infos ?
Lien vers la procédure en ligne : http://unia.be/fr/sensibilisation-et-prevention/outils/prouverune-discrimination-raciale-au-logement-comment-le-prouver
(*) Baromètre de la diversité dans le Logement (2014) : http://unia.be/fr/publications-etstatistiques/publications/barometre-de-la-diversite-logement
 

Le président du MRAX traite le secrétaire d’état Théo Francken de raciste !

Communiqué du MRAX

Théo Francken n’a plus aucune excuse!

« Ik bied basic-preopvang aan. 14 gaan erop in. Ze willen gewoon nt. Tentenkampje te knus blijkbaar. Kritiek stopt hier. Excuses welkom. Dank. »

Par ce commentaire, Monsieur Théo Francken démontre une nouvelle fois son inaptitude à endosser les charges et les responsabilités inhérentes à sa fonction de Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration.

La – courte – carrière politique de Monsieur Francken est parsemée d’une suite d’actes et de propos qui lèvent tout doute sur l’hypothèse d’une quelconque maladresse et sur une absence d’intention. Assimilant les « Marocains » à des « petits cons », s’amusant de l’idée d’expulser tous les musulmans hors de Bruxelles, mettant en doute la « valeur ajoutée » de la diaspora « marocaine, congolaise ou algérienne », chantant l’éloge d’un ancien collaborateur de l’occupant nazi, criminalisant les immigrés « illégaux », et hier, démontrant tout son mépris à l’égard d’une population fuyant la guerre, la vision du monde de Monsieur Francken est explicitement raciste et nous y sommes confrontés quotidiennement de par la propension de Monsieur Francken à épancher ses états d’âme sur les réseaux sociaux plutôt que d’agir et de communiquer comme il est attendu d’un membre du Gouvernement.

11999796_10153513687250115_3134107909777920352_o

Nous prenons acte de la déclaration récente de Monsieur le Premier Ministre Charles Michel de ne pas « agiter le poison du racisme ou de la xénophobie ». Au vu de l’urgence de la situation, nous engageons aujourd’hui l’ensemble de son Gouvernement à agir en conséquence en confiant la gestion de l’accueil des réfugiés à un responsable capable d’agir avec sérénité, dans le respect de la dignité de tous les êtres humains, quels qu’ils soient, et dans un esprit de concertation avec l’ensemble des acteurs concernés.

 

Carlos Crespo

Président du MRAX

0485/311658

Théo Francken défini comme raciste par le MRAX

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 14 septembre 2015

Nouveau scandale en Amérique : Un policier blanc tire 8 fois dans le dos d’un homme noir !

Mardi, à North Charleston en Caroline du Sud, un policier blanc a été arrêté et inculpé pour meurtre pour avoir tiré 8 fois dans le dos d’un homme noir non armé qui semblait fuir samedi après un banal contrôle routier!

tir dans le dos

Selon la vidéo diffusée par le New York Times et envoyée par un témoin, Michael Slager, le policier, a tiré 8 fois dans le dos d’un homme noir alors qu’il venait de se faire arrêter pour un simple contrôle routier car l’un des feux du véhicule ne fonctionnait plus. Dans la suite de la vidéo, le policier marche calmement vers le corps de la victime, Walter Scott, et lui met les menottes alors que l’homme ne bouge déjà plus. L’homme meurt quelques instants après.

Alors que certains journaux évoquent une possible confrontation entre les deux hommes juste avant les tirs du policier, le tireur risque la peine de mort ou 30 ans d’emprisonnement. Alors que l’homme a été transféré au centre de détention du comté de Charleston, son mandat d’arrêt précise que « Thomas Slager a illégalement et avec préméditation tué sa victime ».

Pour sa défense, le policier affirmait que Walter Scott l’avait agressé et qu’il avait tenté de lui prendre son Taser mais le frère de la victime se défend en disant : « S’il n’y avait pas eu de vidéo, connaîtrions-nous la vérité? Maintenant nous connaissons la vérité ».

Alors que l’Amérique vit déjà dans un contexte de tensions raciales, cet incident risque plus que probablement de raviver les souvenirs douloureux qui ont secoué les Etats-Unis où de nombreux hommes noirs ont été tués ou violentés par des policiers blancs.

On se rappelle, par exemple, de l’affaire à Ferguson, dans le Missouri, au début du mois d’août de cette année où un jeune homme noir avait été tué par un policier blanc. Un acte qui avait choqué toute la population et qui avait provoqué des manifestations dans tout le pays pour dénoncer les violences policières à l’encontre des noirs. Faute de preuves, le policier n’avait pas été poursuivi mais cette affaire avait engendré de nombreuses démissions à la police et chez les responsables de la municipalité.

Le meurtre de samedi risque donc encore de faire grand bruit et il risque, sans doute, de ne pas apaiser les tensions déjà bien présentes dans le pays.

Aux Etats-Unis, un policier blanc tue un homme noir en lui tirant dans le dos !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 8 avril 2015

Le chauffeur noir de De Wever trouve que les propos de son patron ne sont pas racistes

Alors que Bart De Wever, président de la NVA, avait eu, lundi, des propos à la limite de la xénophobie qui avaient choqué bon nombre de personnes, ce n’est en tout cas pas le cas de Joël Njengo, chauffeur et garde du corps attitré de De Wever qui n’a pas été atteint par les récents propos de son patron.

Chauffeur De Wever

Alors que de nombreux partis n’ont pas hésité à tackler le président de la NVA, son chauffeur est venu à sa rescousse en écrivant sur Twitter : « Démontrer une différence de mentalité entre des gens de différentes cultures ne fait pas d’un homme un raciste. »

Mais qui est ce Joël Njengo? D’origine camerounaise, il est arrivé en Belgique dès l’âge de 3 ans, dans la région d’Anvers. Joël a suivi des études à l’Athénée royale de Schoten, petite commune néerlandophone située en Région flamande dans la province d’Anvers. Il a ensuite décidé d’entrer dans l’armée et a, par la même occasion, suivi une formation chez les paras pendant 9 mois. Voulant devenir footballeur pro, il se voit obligé d’oublier son objectif car sa femme tombe dans le même temps enceinte et lui sans réel travail. C’est à ce moment là qu’il se voit proposer un boulot et pas n’importe lequel : devenir le chauffeur attitré de Bart de Wever. Cela fait maintenant plus de 2 ans qu’il est son chauffeur, son bodyguard et… son ami.

Pour rappel, Bart De Wever disait lundi que le racisme n’était pas une cause de la radicalisation, mais que ce problème devrait plutôt être attribué aux problèmes que connait la société. Lors de son discours, quelques phrases ont choqué comme : »Je n’ai encore jamais rencontré un migrant asiatique qui se dise victime de racisme » ou encore « Surtout les Berbères. Ce sont des communautés fermées, avec une défiance envers les autorités. »

Les propos de Bart De Wever ne choquent pas son chauffeur

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 27 mars 2015