Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
24
ven
2017
18:30 En Quête de l’Au Delà – Wallace
En Quête de l’Au Delà – Wallace
nov 24 @ 18:30 – 20:00
En Quête de l'Au Delà - Wallace
Laurent, Jasmine et Patrick vous emmènent dans l Au delà, de l’autre côté du voile, où on y rencontre les « esprits » mais aussi ils vous parlent des grands mystère de l’humanité, et de spiritualité.
20:00 Au delà du Mystère – Jasmine et ...
Au delà du Mystère – Jasmine et ...
nov 24 @ 20:00
Au delà du Mystère - Jasmine et Wallace
Au delà du Mystère – Vendredi 20h à minuit Le vendredi de 20h à minuit Wallace et son équipe répondent à vos questions  Les médiums vous répondent en direct sur vos doutes, vos angoisses, vos[...]
nov
25
sam
2017
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
nov 25 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Pesticides’

Greenpeace contre les pesticides dans les grandes enseignes.

greenpeace leclerc

Cela fait plus d’un an et demi que Grenpeace a lancé la Course zéro pesticide et qu’il demande aux six principales enseignes françaises de la grande distribution de s’engager dans la réduction des pesticides.

Parmi elles, une seule n’a jamais souhaité  répondre et fait preuve d’une opacité totale vis-à-vis des consommateurs : E.Leclerc. L’enseigne se positionne par conséquent en dernière position de la Course zéro pesticide, quand ses concurrents ont préféré la transparence et la bonne volonté.

Michel-Edouard Leclerc, le PDG de l’enseigne, affirme défendre les intérêts des consommateurs français. N’est-ce pas justement dans leur intérêt de proposer des fruits et légumes exempts de toutes substances toxiques, telles que les pesticides qui sont utilisés en masse lors de leur production ?

  Geenpeace s’est rendu dans le fief de la famille Leclerc, à Landerneau dans le Finistère, afin d’adresser un message directement à Michel-Edouard Leclerc : “il faut qu’on parle pesticides !” A la veille du festival de musique “Fête du bruit dans Landerneau”, les militants ont placardés près de 300 affiches dans la ville adressées à Michel-Edouard Leclerc et distribué plus de 500 flyers. L’intéressé a immédiatement réagit et affirme sur son blog que leur enseigne “est complètement disponible pour travailler [à la réduction des pesticides]”. Effet d’annonce ou réel engagement ? En attendant de le savoir, Greenpeace a répondu point par point et réitère sa demande de rendez-vous au leader de la grande distribution.
Pour lire cette réponse : http://agriculture.greenpeace.fr/michel-edouard-leclerc-il-faut-quon-se-voit?utm_source=email&utm_medium=160818_PushInfo_ReponseLeclercLanderneau&utm_campaign=Agri-Market-Leclerc

 

La cour d’appel de Lyon a confirmé la responsabilité de Monsanto dans l’intoxication aux pesticides de Paul François, céréalier de Bernac. C’est une première en France.

emu-aux-larmes-paul-francois-espere-que-sa-victoire-permettra-a-dautres-agriculteurs-de-briser-lomerta-et-de-faire-valoir-leurs-droits

Il a gagné. Huit ans de combat. « De souffrance et de pression. » Mais hier, la cour d’appel de Lyon a remis tout le monde à sa place: oui, Paul François, le petit gars de Bernac, céréalier du Ruffécois, est une victime. Et oui, Monsanto, le géant américain de l’agrochimie, producteur du Lasso et du Roundup notamment, est responsable.

 Responsable de l’intoxication de Paul François, de ses pertes de connaissance, de ses crachats de sang, de ses troubles de la mémoire, de la parole, de l’équilibre. La cour d’appel a dit ce que le TGI de Lyon avait déjà dit.

Fin du combat? Paul François n’y croit pas: « Vu leur comportement depuis huit ans, je pense qu’ils vont aller en cassation. Ils vont faire durer le plaisir car vu ce qu’ils m’ont fait endurer, ça a l’air d’être un plaisir pour eux de faire souffrir et de mettre la pression sur un petit citoyen comme moi. »

Paul François, épuisé par les procédures, les larmes aux yeux, dit: « Je suis content car on a montré, aussi, qu’on pouvait avoir confiance en la justice française. Que de grandes firmes aussi puissantes soient-elles ne pouvaient pas l’influencer, contrairement à ce qu’on me laissait entendre. »

Pour Marie-Monique Robin, auteur du film « Le Monde selon Monsanto », du livre-enquête « Notre poison quotidien », cette décision est « historique »: « C’est la première fois qu’un agriculteur fait condamner Monsanto. »

Le petit citoyen a gagné et c’est l’agrochimie triomphante qui est dans le viseur. Prochaine étape, outre la cassation: une procédure judiciaire pour faire évaluer le préjudice subi par Paul François. Un préjudice physique, moral, économique. « Car même si la société décide de se pourvoir en cassation pour contester sa condamnation, ça n’empêche pas le tribunal de se prononcer sur une indemnisation J’espère un résultat dans l’année« , a indiqué François Lafforgue, l’avocat de Paul François.

« Ce combat me dépasse »

La cour d’appel de Lyon a confirmé tous les attendus du premier jugement et reconnu la responsabilité pleine et entière de Monsanto dans l’intoxication de Paul François (lire ci-dessous). Désormais, les portes des tribunaux s’ouvrent pour toutes les victimes silencieuses des pesticides.

C’est le rêve, le sens de la lutte de l’agriculteur charentais, Petit Chose qui a fait trébucher l’ogre cynique. « Ce combat n’est pas que le mien. Il me dépasse désormais », reconnaît Paul François, prenant comme dernier baromètre le flot incessant d’appels reçus hier. « ça dépasse les frontières », dit-il avec le vertige. « Son parcours est emblématique », renchérit Marie-Monique Robin.

Emblématique au point de devenir un étendard. « Je voudrais vraiment que cette décision permette aux agriculteurs - et j’ai été un agriculteur conventionnel qui utilise la chimie - de sortir de l’omerta. » Il le répète, pour lui, ses collègues: « Les agriclulteurs doivent cesser de ce sentir stigmatisés. Il n’y a pas de honte à avoir utilisé la chimie. Elle était là, elle s’offrait à nous, on l’utilisait. Ils ont été trahis, ils sont les premières victimes. »

Il a montré la voie, montré que c’était possible. « Le cabinet de mon avocat a au moins 30 dossiers en cours », décrit Paul François qui, pour structurer les actions et épauler les victimes, a créé l’association « Phyto’Victim ».

« Il faudrait des class actions »

Marie-Monique Robin, experte du fonctionnement Monsanto, veut croire que cette victoire sur le terrain judiciaire permettra aux agriculteurs français de relever la tête, de ferrailler avec les firmes de la chimie. « Cette décision va faire jurisprudence. Mais le plus dur, c’est de sortir de l’anonymat pour se battre », souligne-elle. Elle se rappelle: « Quand j’ai rencontré Paul François pour la première fois, en 2007, il était seul, démoralisé. »

Elle croise les doigts pour une révolution culturelle dans le monde agricole, un éveil des consciences, une fin de la terreur chez les victimes. « J’espère que ça va donner à d’autres le courage de s’organiser et de lancer des procédures. » Elle plaide pour une évolution législative en France. « Il faudrait un outil comme les class actions (actions groupées, N.D.L.R.) qui permettent à plusieurs agriculteurs victimes de se fédérer et d’attaquer ensemble. Corinne Lepage avait tenté d’oeuvrer dans ce sens. ça permettrait aux victimes d’être plus fortes », explique-t-elle. Aux États-Unis, Monsanto a dû faire face à plusieurs procédures de ce genre.

Pour le céréalier de Bernac, en cours de conversion bio, il est temps de prendre l’air. « Je suis très fatigué, mais ça valait le coup. Je vais partir en vacances en famille d’ici 48 heures. J’ai besoin de repos. »

Source : http://www.charentelibre.fr/2015/09/11/paul-francois-terrasse-monsanto,2016549.php

Quels pesticides dangereux sont utilisés en France ? ( carte )

Les équipes de « Cash Investigation » et de francetv info ont dressé la carte de France des départements qui utilisent le plus de pesticides dangereux.


Chaque année, près de 100 000 tonnes de pesticides classés dangereux ou potentiellement dangereux sont utilisés en France. Les équipes de « Cash Investigation » et de francetv info ont analysé le détail des ventes de ces pesticides qui mettent en danger la santé de nos enfants.

Les données avec lesquelles nous avons travaillé proviennent du ministère de l’Écologie. Le ministère de l’Agriculture exerce également un droit de regard sur leur publication. Elles sont confidentielles et couvrent une période qui s’étend de 2008 à 2013.

Plusieurs milliers de pesticides différents ont été vendus sur le marché français pendant cette période. Si certains ne présentent pas de risques, d’autres contiennent des substances actives qui ont d’ores et déjà été identifiées comme présentant un risque probable ou avéré pour l’être humain. Certaines ont même été interdites au cours de la période observée, mais la plupart d’entre elles sont encore autorisées.
La Gironde, la Marne et la Loire-Atlantique en tête

Nous avons identifié 71 substances qui sont jugées dangereuses ou potentiellement dangereuses par des organismes américain (Environmental Protection Agency) et européen (base de données gérée par la Commission européenne) ou le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l’OMS.

Puis nous avons dessiné la carte des départements qui consomment ces substances en plus grandes quantités : les départements de la Gironde, de la Marne et de la Loire-Atlantique arrivent largement en tête de notre classement, avec des ventes de pesticides dangereux trois fois et demie supérieures à la moyenne de l’ensemble des départements français.

pesticides en france

La menace que présente une substance n’est pas évaluée de la même façon selon les instituts, qui ne concluent pas toujours au même niveau de dangerosité. Pour chaque substance, nous avons choisi de retenir l’évaluation la plus critique. Lorsqu’une substance est jugée probablement cancérogène, des preuves limitées ont été constatées entre l’exposition à celle-ci et l’apparition d’un cancer. Ces preuves sont positives mais des facteurs extérieurs n’ont pas été complèment évacués par les scientifiques. Lorsqu’une substance est jugée possiblement cancérogène, des preuves de causalité ont été constatées chez l’animal mais pas encore chez l’homme.

pesticides nord

« Cash investigation » consacre un numéro aux pesticides dangereux et à leurs effets sur la santé, diffusé mardi 2 février à 20h55. Une émission à suivre en direct sur France 2 et francetv info.

source :francetvinfo.fr

 

Carte des pesticides dangereux en France + détails sur le Nord ( 59 )

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 2 février 2016

Les 11 fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides

les 11 fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides

L’utilisation des pesticides tels qu’on les connaît (insecticides, fongicides et herbicides) a commencé dans les années 70. Quarante ans plus tard, cette pratique est devenue règle d’or et de nombreux résidus de pesticides se trouvent dans nos aliments. Rappelons que selon de récentes études, ils peuvent être la cause de cancers et présenter des menaces pour la fertilité masculine et le développement du foetus.

Chaque année, l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) analyse quelque 70000 aliments pour connaître leur teneur en résidus de pesticides. Voici ce qu’elle a trouvé, tel que le résume le livre de l’ingénieur agronome Claube Aubert, Manger bio, c’est mieux!:

– Les résidus de 338 pesticides différents dans les légumes
– 319 dans les fruits
– 93 dans les céréales
– 34 dans les produits animaux

Cependant, tous les fruits et légumes ne sont pas logés à la même enseigne. Parmi les mieux lotis: les oignons, les échalotes et l’ail (avec seulement 13,6% des échantillons contaminés), les épinards (24,5%), les asperges et poireaux (24,6%) ou les légumes racines, tels que les pommes de terre ou les radis (26%). Claude Aubert explique:

« L’essentiel des pesticides, et particulièrement des insecticides, sont utilisés à l’extérieur. Ils sont déposés sur les fruits et légumes via un pulvérisateur. C’est pourquoi les végétaux poussant à l’intérieur de la terre, tels que les pommes de terre, sont moins susceptibles d’être contaminés. »

Malheureusement tous les végétaux ne poussent pas sous terre et certains font les frais de l’omniprésence des pesticides. C’est pourquoi Claude Aubert recommande de manger bio le plus possible, car pour certains des végétaux en question, le taux de pesticides est divisé par 10 s’ils proviennent de l’agriculture bio.

« La peau des fruits est la zone où se concentrent le plus d’antioxidants et de vitamines. Mais on ne peut la consommer que si le fruit est bio, car dans le reste des cas, c’est aussi dans la peau que se concentrent les pesticides.’

 

Pesticides et nitrates, des ennemis redoutables

« On trouve des pesticides dans tous les fruits et les légumes, même s’ils sont issus de l’agriculture biologique (AB), mais en quantité beaucoup moins importante. Ceux qui en contiennent le plus sont les carottes, les pommes de terre et les poireaux », commente Valérie Espinasse.
Les pesticides ont raison de nous faire peur… Aussi appelés produits phytosanitaires, ils regroupent des herbicides, des fongicides, des insecticides, des rodenticides (contre les rongeurs) et des molluscicides (contre les escargots). « Les nitrates, quant à eux, représentent de grands toxiques neurologiques, même s’ils empêchent le développement des parasites sur les végétaux », précise Valérie Espinasse.

Pour ce qui est des fruits et légumes les plus contaminés voici la liste:

1/ Les concombres et courgettes
Plus d’un tiers (37,7%) des concombres et courgettes seraient contaminés, selon l’EFSA.
Mais, selon Claude Aubert, le simple fait de les éplucher permet de se débarrasser d’une bonne partie des pesticides. Rappelons que ceux-ci sont pulvérisés de l’extérieur.

2/ Les légumes secs (pois, haricots, lentilles,etc.)
Près de 40% des pois, haricots et lentilles seraient contaminés.
3/ Les fruits à noyau (avocat, abricot, mangue,etc.)
Attention, c’est là que ça devient très inquiétant: plus de la moitié des fruits à noyau (54,8%) seraient porteurs de résidus de pesticides. Il faut savoir que ces fruits, très attaqués par les insectes, font l’objet de nombreux traitements.
4/ Les fruits à pépins (pommes, poires,etc.)
« La pomme est extrêmement attaquée par les vers et autres insectes, rappelle Claude Aubert. Elle est la plante la plus traitée en France. » Résultat: 65,2% des échantillons de pommes et poires, rangées dans la catégorie des fruits à pépins, étaient porteurs de résidus de pesticides.
5/ Les poivrons
Les poivrons, qui sont eux aussi très attaqués par les insectes, font donc l’objet d’un traitement intensif: Les deux tiers (66%) seraient porteurs de résidus de pesticides, à égalité avec…
6/ La salade
Environ les deux tiers des échantillons de laitue analysés présentaient des résidus de pesticides.
Mais pourquoi? « La laitue est cultivée sous serre, ce qui pourrait expliquer que les pesticides ne se dissipent pas dans l’air », explique Claude Aubert.
Ce qui expliquerait pourquoi, à l’échelle mondiale, la salade est le végétal le plus contaminé.
7/ Les fraises
Pour la même raison que la salade, la fraise est elle aussi sujette aux pesticides: 71,3% des échantillons analysés présentaient des résidus.
8/ Les agrumes
75% des citrons et oranges seraient porteurs de résidus de pesticides.
9/ Les framboises
75,9% des framboises seraient contaminées.
10/ Les raisins
A l’échelle mondiale, seuls 73,8% des raisins seraient porteurs de pesticides. Mais en France, ils seraient plus de 81%. « Le raisin porte le triste record du nombre de pesticides utilisés: 26 à lui seul, déclare Claude Aubert. En plus le raisin présente un vrai désavantage: on ne peut pas l’éplucher comme d’autres fruits, alors que c’est sur la peau que se dépose le plus grand nombre de pesticides. »
11/ La pomme de terre
L’utilisation de pesticides pour les cultures de pommes de terre est en augmentation dans les pays en développement, avec l’intensification de la production et l’extension géographique et temporelle des cultures au-delà du cadre traditionnel de production du tubercule. Les produits chimiques utilisés sont fréquemment très toxiques et appliqués avec un habillement protecteur minime, voire nul. Pour cette culture, certains pesticides et herbicides des plus nuisibles pour l’homme sont encore autorisés en Europe et partout dans le monde. Achetez les françaises, un des seuls pays à avoir interdit certains de ces produits..
Préférez le  bio ce n’est parfois pas beaucoup plus cher et vous consommerez aussi plus modérément. Consommer bio signifie que vous avez décidé d’accorder du temps et de l’attention à votre alimentation et à vos courses. Que vous êtes prêts à vous investir. Par exemple de faire un potager ou planter des arbres fruitiers chez vous.

Source : Le HuffPost

Attention aux fruits et légumes que vous mangez !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 30 décembre 2015

Alerte pesticides :Delhaize demande de rapporter en magasin les chicons de marque « Delhaize » provenant du producteur « Marcus Adams »

DELHAIZE

Delhaize demande à ses clients de rapporter dans leur magasin les chicons de la marque Delhaize, uniquement du producteur Marcus Adams (voir identification du producteur concerné sur l’emballage), repris ci-dessous.

Les dates d’emballage des produits concernés sont le 5/12/2015 et 12/12/2015.

Des analyses de contrôle de la qualité de ces produits ont révélé la présence de diméthoate et d’ométhoate (pesticides).

Ces produits sont donc rappelés.

En concertation avec l’AFSCA, il a été décidé de rappeler auprès du consommateur ces produits suspectés de contenir de la diméthoate et de l’ométhoate.

Entretemps, Delhaize a déjà retiré de ses magasins tous les produits concernés. Il est demandé aux clients qui ont acheté ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter dans un magasin Delhaize.

L’ingestion de diméthoate (un pesticide) n’engendre de problèmes de santé qu’en cas de consommation répétée, prolongée et en grande quantité. Les symptômes possibles d’une intoxication sont des nausées et des vomissements.
Pour éviter tout risque, nous recommandons toutefois de ne pas consommer ce produit, vu qu’une utilisation prolongée peut être néfaste pour la santé.

Info produits :

Nom : Chicon court plein terre 300g
Marque : Delhaize
Code EAN : 5400357006550
Dates d’emballage: le 5/12/2015 et 12/12/2015
Producteur: Marcus Adams
Période de commercialisation : de 5/12/2015 jusqu’à 20/12/2015

Nom : Chicon plein terre extra 500g
Marque : Delhaize
Code EAN : 5400357006505
Dates d’emballage: le 5/12/2015 et 12/12/2015
Producteur: Marcus Adams
Période de commercialisation : de 5/12/2015 jusqu’à 20/12/2015

Identification du producteur concerné sur l’emballage:

Conseils et informations destinés aux consommateurs :

Que faire si vous avez déjà acheté le produit ?
Ne consommez pas le produit et rapportez-le à votre magasin Delhaize. Les marchandises vous seront remboursées.

Que faire si vous avez déjà consommé le produit ?
Si vous avez consommé ces produits et vous avez des problèmes de santé, consultez votre médecin.

Pour de plus amples informations, les clients peuvent s’adresser à notre service Clients au numéro gratuit : 0800/95 713.

 

Alerte pesticides dans des chicons ( endives ) chez Delhaize !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 19 décembre 2015

« Monsanto est plus puissante que le gouvernement », dit le ministre de l’Agriculture canadien

Source : http://ici.radio-canada.ca
Les explications de Thomas Gerbet

Le gouvernement du Québec se dit très préoccupé par notre enquête qui révèle une utilisation record de pesticides dans l’agriculture. Plusieurs de ces produits sont reconnus pour leurs risques pour l’environnement et la santé. Le ministre de l’Agriculture promet d’agir, mais il avoue que ce ne sera pas facile.

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

« Ils sont encore plus puissants que le gouvernement du Québec. », reconnaît le ministre Pierre Paradis en parlant des compagnies de pesticides comme « Monsanto et les autres de ce genre ». La pression économique sur les agriculteurs est très forte, notamment dans le contexte des accords commerciaux internationaux.

Sa déclaration à l’antenne du 98,5 FM témoigne de la difficulté du gouvernement à atteindre son objectif de réduire de 25 % la présence de ces produits chimiques sur les champs. C’est même tout le contraire qui se produit.

« Ça a des effets sur la santé et les premiers concernés sont les agriculteurs. » — Pierre Paradis, ministre de l’Agriculture

Le ministre de l’Agriculture compte miser sur la formation du milieu agricole, la prévention et l’éducation. Il promet aussi de mieux informer le public sur les étiquettes alimentaires. Certains fruits et légumes peuvent contenir des dizaines de traces de pesticides.

Le ministre de l'Environnement David Heurtel, à Québec
Le ministre de l’Environnement David Heurtel, à Québec  Photo :  PC/Jacques Boissinot

Une stratégie sera annoncée « très bientôt »

Le ministre Paradis a téléphoné à son collègue de l’Environnement, mercredi, en lui demandant d’être « sévère » à ce sujet avec le milieu agricole. Interrogé à la sortie du caucus libéral, David Heurtel assure qu’une stratégie de meilleure gestion des pesticides est en préparation.

« On est sur le dossier, on va déposer la stratégie très rapidement. Pour nous, c’est un problème important qu’il faut régler et on va le régler. » — David Heurtel, ministre de l’Environnement du Québec

L’exemple de l’Ontario

Le ministre de l’Agriculture du Québec doit rencontrer son homologue de l’Ontario aujourd’hui. « On va suivre les traces de l’Ontario, on est un petit peu en arrière. On a du rattrapage à faire », dit Pierre Paradis.

L’Ontario a promis de presque éradiquer les néonicotinoïdes de son territoire d’ici 2017. Ces insecticides sont très controversés en raison de leur impact sur les colonies d’abeilles.

Pierre Paradis veut aussi s’assurer que les semences non traitées sont vendues et facilement accessibles aux producteurs. Plusieurs se plaignent de ne pas y avoir accès ou difficilement.

Réaction du Parti québécois et d’Équiterre

Le porte-parole du Parti québécois en matière d’Environnement, Mathieu Traversy, demande à voir la stratégie du ministre Heurtel. Il lui reproche son manque de transparence. « Est-ce toujours légitime d’utiliser ces pesticides sur le territoire québécois et est-ce toujours sécuritaire ? », demande-t-il.

Pour sa part, le directeur général d’Équiterre, Sydney Ribaux est très surpris de la déclaration du ministre de l’Agriculture sur le puissance de Monsanto. « Québec a le pouvoir de réglementer la vente et l’usage des pesticides », rappelle-t-il.

Monsanto est plus puissante que le gouvernement !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 4 novembre 2015

Greenpeace France : une action supplémentaire contre la chaîne Leclerc

N° 1 du secteur de la grande distribution en France, Leclerc doit assumer ses responsabilités

Des prix imbattables pour des fruits et légumes parfaits toute l’année : voilà ce que se vante de proposer Leclerc à ses clients. Mais ce que l’enseigne ne dit jamais, c’est que derrière cette offre si alléchante se cache une réalité bien sombre : celle d’agriculteurs qui n’ont actuellement pas d’autre choix que d’utiliser des pesticides pour fournir les volumes nécessaires qui satisferont les exigences démesurées de Leclerc. Le numéro 1 de la grande distribution en France, et champion des prix bas, connu pour la férocité de ses négociations commerciales, se garde bien de communiquer sur l’envers du décor : les conséquences environnementales et sanitaires des pesticides. »

Leclerc trompe les consommateurs en se présentant comme un défenseur de leurs intérêts. Car, dans le même temps, l’enseigne prend bien soin de dissimuler la réalité obscure aux yeux des consommateurs : des milliers d’hectares de terres et de litres d’eau contaminés, et la destruction de la biodiversité animale et végétale dans nos champs. Ce manque de transparence lui vaut d’être dernier de notre Course Zéro Pesticide mettant en concurrence les 6 principales enseignes françaises de la grande distribution.
Concrètement, que doit faire Leclerc ?

Nous demandons à Leclerc :

d’éliminer en priorité les pesticides les plus dangereux (pour les abeilles et la santé humaine) dans la production des pommes et des pommes de terre,
de soutenir les agriculteurs qui s’engagent à produire sans pesticides,
d’être transparent vis-à-vis des consommateurs sur le recours aux pesticides dans la production de notre alimentation et le soutien aux agriculteurs.

Pour signer la pétition : http://greenpeace.fr/leclerc-obscur/?utm_source=email&utm_medium=campaign&utm_term=leclerc%20obscur,non%20signataires&utm_campaign=Food&__surl__=Ig2PG&__ots__=1445686184414&__step__=1

Chez Leclerc les pesticides gratuits : Greenpeace France continue son action.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 24 octobre 2015

France : Interdiction totale des pesticides dans les jardins en 2019

Interdiction des pesticides : 2017 pour les espaces publics, 2019 pour les particuliers

L’interdiction des pesticides, on en parle depuis quelques temps, mais celle-ci va devenir réalité plus tôt que prévu. La date de l’entrée en vigueur de cette interdiction a en effet été avancée : l’Assemblée Nationale a adopté, le 22 juillet 2015, une loi prévoyant :

L’interdiction de l’utilisation des pesticides dans les espaces publics dès le 1er janvier 2017 (au lieu de 2020, comme le prévoyait initalement la proposition de loi) : Etat, collectivités locales et établissements publics ne pourront plus employer de produits phytosanitaires sur les voiries, dans les espaces verts, les forêts et les promenades ouvertes au public ;
L’interdiction de l’utilisation de pesticides par les particuliers, donc dans les jardins, sur les balcons, les terrasses… à partir du 1er janvier 2019 (au lieu de 2022).

Ça change quoi dans les rayons des jardineries ?

Si l’interdiction totale de vente de produits phytosanitaires aux particuliers ne prend effet qu’en 2019, il faut savoir que dès le 1er janvier 2017, ces produits ne seront plus que vendus « sous clef » : ils ne seront plus en libre-service dans les rayons, et ne seront accessibles aux clients qu’après délivrance d’un conseil personnalisé dispensé par du personnel formé. En clair : il faudra faire appel à un vendeur qui vous remettra le produit souhaité après vous avoir informé sur les conditions de son utilisation, les dosages, les précautions à prendre…

Attendez-vous à voir les rayons des jardineries être modifiés dès 2016, car les points de vente devront appliquer un programme de retrait de la vente en libre-service dès le 1er janvier 2016, afin que la vente sous clef soit opérationnelle dès le 1er janvier 2017.
Quels produits échappent à cette interdiction ?

Seuls les produits phytosanitaires (ceux qu’on appelle « pesticides » au sens large : fongicides, insecticides, nématicides, acaricdes, herbicides et autres biocides d’origine chimique) sont concernés par cette interdiction. Les produits de biocontrôle (c’est-à-dire de lutte biologique intégrée), les produits à faible risque (type purins et autres PNPP) et les produits autorisés en agriculture biologique ne sont pas soumis à cette interdiction.

Source : gerbeaud.com

Les pesticides c'est bientôt finit en France.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 23 octobre 2015

Agro-écologie : l’Inde produit plus avec moins de pesticides

Peut-on répondre à la faim dans le monde sans l’utilisation de semences génétiquement modifiées tout en utilisant moins de produits chimiques? C’est ce que tend à démontrer l’exemple de l’Inde. Le riz y est cultivé avec succès par des méthodes innovantes d’agro-écologie. inde En Inde des millions d’agriculteurs obtiennent des récoltes abondantes par des techniques plus saines pour l’environnement et peu coûteuses.Une approche scientifique croisée avec les données de l’agriculture locale permettent d’excellents résultats. Cette méthode de production particulière d’agro-écologie est appelée Système de Riziculture Intensive (SRI). Le SRI a été mis au point dans les années 1980 à Madagascar par le Père Henri de Laulanié. Actuellement, le SRI est considéré comme l’une des avancées majeure de ces 50 dernières années: 

Ce sont plus de 500 millions de petits agriculteurs et deux milliards de personnes qui dépendent de ce système agro-écologique.

Le SRI c’est quoi?

agro-écologie   Le principe de ce système d »agro-écologie réside essentiellement dans de judicieux changements de la gestion des plants, du sol, de l’eau et des éléments nutritifs dont les rizières ont besoin.     Les « plants de 2 feuilles » sont repiqués précocement (à 8 jours) en étant davantage espacés. Cela encourage leur croissance rapide et augmente considérablement leur rendement. Ces principes ont été plus récemment appliqués à d’autres cultures comme le blé, la pomme de terre, la canne à sucre ou le millet. L’eau est gérée intelligemment. Son utilisation s’applique à des moments précis. Le fumier est régulièrement introduits pour maintenir la structure du sol et le développement microbien.

Et pour demain?

Les initiatives se multiplient à travers le monde respectant les principes de développement durable, tout en renforçant la productivité de l’agriculture. Ces solutions aux problèmes de malnutrition et de contamination des sols existent. Elles nous démontrent, s’il en est encore besoin, que l’industrie chimique, ses pesticides et fertilisants, mais aussi les organismes génétiquement modifiés (OGM) ne sont pas la solution que les peuples attendent. C’est pourtant celles qui retiennent l’attention de nos médias et responsables politiques, n’oublions pas qu’il y a d’énormes enjeux financiers pour l’industrie et la haute finance. Cependant aux quatre coins de la planète, des êtres bienveillants résistent et inventent l’agriculture de demain. agro-écologie Sources :

<div id= »fb-root »></div><script>(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3″; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));</script><div class= »fb-post » data-href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/456555107853628″ data-width= »500″><div class= »fb-xfbml-parse-ignore »><blockquote cite= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/456555107853628″><p>Moins de pesticides ? c&#039;est possible , voici une solution.</p>Posted by <a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm »>Pacifique FM – Officiel</a> on <a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/456555107853628″>samedi 30 mai 2015</a></blockquote></div></div>