Titre obligatoire

Emissions à venir

juil
21
sam
2018
14:00 Top Tonic samedi
Top Tonic samedi
juil 21 @ 14:00
Top Tonic samedi
Top Tonic – Samedi de 14h à 15h Le samedi de 14h à 15h Top Tonic Le classement du Top Tonic ce sont les meilleurs tubes du moment. Le classement des 20 meilleurs hits du moment. Le[...]
15:00 Cinémagix – Claude et Pascale
Cinémagix – Claude et Pascale
juil 21 @ 15:00
Cinémagix - Claude et Pascale
Cinémagix – Samedi et Dimanche de 15h à 17h Le Samedi et le Dimanche Cinémagix avec Pascale Tous les samedis et Dimanche, Pascale vous présente Cinémagix Vous y retrouver toutes le nouveautés des salles …  Rejoins[...]
17:00 Into The Mixx
Into The Mixx
juil 21 @ 17:00
Into The Mixx
Into The Mixx – Samedi de 22h à 23h Samedi de 22h à 23h Into The Mixx avec DJ Moustik   Chaque semaine  DJ Moustik vous propose de revivre l’ambiance musicale des années 80 en[...]
18:00 Funk Anthology
Funk Anthology
juil 21 @ 18:00 – 19:00
Funk Anthology
Funk Anthology – Samedi de 21h à 22h Samedi de 21h à 22h Funk Anthology présenté et animé par DJ Vibe DJ Vibe officie sur la scène funky depuis prêt de 25 ans. Il se[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Peruwelz’

Le Parc Naturel des plaines de l’Escaut recherche des étudiants jobistes

resized_8_1342426098

Fonction

– Accueil, information des visiteurs de la Maison du Parc naturel des Plaines de l’Escaut
– Gestion des équipements ouverts au public : l’Escale forestière et le Promenoir des cimes
– Répondre au téléphone, effectuer du secrétariat, classement…
– Gestion d’une caisse, d’une billetterie et d’une petite boutique

Conditions

– Contrat d’étudiant
– Périodes : week-ends, vacances scolaires, jours fériés (en alternance)

Divers

– Formation interne et écolage assurés par l’équipe technique
– Etudes suivies IMPERATIVEMENT dans le niveau supérieur (bac ou master), et de préférence dans le domaine touristique
– Une sensibilité environnementale est un plus
– Excellent relationnel
– Bonne présentation
– Personne rigoureuse et motivée sachant travailler de manière autonome

Envoyez lettre de motivation et c.v. avant le 31 mars 2015.

Renseignements
Parc naturel des Plaines de l’Escaut,
Rue des Sapins 31 à 7603 Bon-Secours,
Tél. 069.77.98.70 Fax. 069/77.98.11
cherpoel@pnpe.be
Formation prévue entre le 7 et le 9 avril (1 journée).

Coups de couteau à Péruwelz – assises du hainaut 2 ème journée

rue pont à la faulx

L’étau se resserre sur l’accusé Johan Guilbert, cependant aucune personne ne l’a vu porter le coups de couteau fatal.Les principaux témoins, d’abord dans l’a rue Astrid menant à la gare et ensuite ceux de la rue Pont à le Faulx quant à eux n’ont aucun doute que c’est bien l’accusé qui a porté les coups de couteau à Ludovic Neyts.Dans les témoins un couple a vu un homme qui s’acharnait à frapper un autre recroquevillé sur le sol, notamment en lui balancant un coup de pied violent dans la tête avant de fuir avec un autre comparse qui se trouvait à une dizaine de mètres .Les deux jeunes accompagnants Ludovic Neyts n’ont plus beaucoup de souvenir de cette nuit là, à leur âge avoir des trous de mémoire est quand même malheureux.

Et pour terminer , la « maîtresse de Ludovic Neyts qui avait identifié sur des photos l’accusé prétend que c’est bien lui qui l’avait agressée dans la rue Astrid avant de porter des coups de couteau à son amant.

La défense quand à elle on noircit la vie et l’image de la victime ce qui choque la famille de celui-ci.

Assises du Hainaut : des points plutôt étranges pour commencer le procès Guilbert

guilbert - belga

Quelques surprises pour la Cour ‘d’assises du Hainaut ce matin,

l’accusé nie avoir donné un coup de couteau à la victime, son beau-frère qui l’accompagnait a été inculpé de meurtre et il n’est cité que comme………..témoin et en troisième, la maitresse de la victime se porte partie civile alors que son épouse ne l’a pas fait.

Johan Guilbert, 27 ans est accusé d’homicide volontaire sur Ludovic Neyts 29 ans le 29 janvier 2012 à Péruwelz.

L’accusé , devant la Cour, confirme qu’il avait bu, mais qu’il était conscient mais qu’il avait « peur » et qu’il était en colère, il dit également qu’il a été blessé à la main droite alors qu’en 2012 il parlait de la main…gauche.

Beaucoup d’incohérences ont étés entendues lors de cette première journée de la part de l’accusé.

L’accusé dit être sorti seul de l’auto. «J’ai demandé une cigarette à l’un des petits jeunes lors du premier arrêt. Mon beau-frère s’est ensuite arrêté une seconde fois à hauteur d’une banque. Une fille est arrivée à gauche et trois hommes à droite de l’auto. Je suis sorti pour demander ce qui se passait. Je me suis senti agressé quand la fille a mis sa main dans sa poche. J’ai agressé cette fille avant de remonter dans l’auto car Neyts menaçait de me mettre plusieurs coups de hachette. Je n’ai pas accepté de me faire agresser et je leur ai dit que la police allait arriver, afin de les faire fuir.»

Il dit qu’il y a eu une accolade avec Ludovic Neyts et que celui-ci lui aurait dit, menaçant: «vous avez de la chance d’être des gens du voyage, comme moi, sinon je vous découpe». Ensuite, les insultes ont repris, «car je lui ai dit que je n’avais pas peur de lui. J’ai eu peur, j’étais fâché et je ne voulais pas en rester là. Je suis retourné vers la victime et le groupe et j’ai crié police, police. Je les ai poursuivis. Au rond-point, la victime, qui était cachée derrière des panneaux publicitaires, est sortie avec une arme et m’a blessé à la main droite. L’important pour moi était de le désarmer. Je me suis défendu avec les mains».

«Je ne sais pas comment cela est arrivé»

M. Guilbert dit avoir désarmé la victime de sa hachette qu’elle tenait dans la main droite, par différents coups. Il nie avoir porté un coup de couteau à la victime. Il dit avoir appris plus tard que la victime avait été tuée par un coup de couteau, «mais je n’ai jamais mis un coup de couteau à cette personne. Je ne sais pas comment cela est arrivé». Il dit que son beau-frère l’a suivi, en une fraction de seconde, après avoir repris le couteau «qu’il m’a montré et qu’il comptait faire fondre».

Le procès a démarré de manière fort étrange. En effet, un témoin de moralité est actuellement détenu en France. La défense a sollicité sa comparution car cet homme prétend que l’accusé est auteur du coup de couteau mortel alors qu’il n’était pas présent sur la scène de crime. «C’est difficile car l’Europe judiciaire n’existe pas», a répondu l’avocat général, bien qu’il a mis tout en œuvre pour cette comparution attendue mercredi matin.

Enfin, la jeune femme qui accompagnait Ludovic Neyts la nuit des faits s’est constituée partie civile. Qualifiée de «très proche» de Ludovic Neyts, elle était en réalité sa maîtresse. Cette nuit-là, elle avait été insultée et frappée par l’accusé. «Cette constitution est étrange d’autant plus que l’épouse de la victime ne s’est pas constituée partie civile», note Me Fabian Lauvaux, avocat de la défense, qui précise que son client avait été remis en liberté sous conditions avant le procès. «S’il comparait détenu, c’est en raison d’une prise de corps prise pour ce procès.» L’accusé est domicilié en France.

Source : Belga

 

 

Meurtre à Péruwelz , coups de couteau mortels

Meurtre à Péruwelz , coups de couteau mortels ,en janvier 2012 Johan Guilbert suite à une bagarre tue Ludovic Neyts le procès en assise débute ce lundi.
ludovic neyts

Dimanche 29 janvier 2012, vers 4 h 30. Un homme s’écroule à deux pas de la Grand-Place de Péruwelz , rue Pont-à-la-Faulx. Frappé d’un coup de couteau ou de hachette, Ludovic Neyts n’y survivra pas. L’enquête confiée à la police judiciaire  permet d’établir que la victime a été agressée dans une artère débouchant sur cette place  par trois individus. Mais c’est la saisie d’images enregistrées par la caméra de vidéosurveillance d’un commerce qui va ostensiblement orienter le travail des enquêteurs.

Les débats sur le fond de l’affaire commenceront le lundi 9 mars, à 9h00, par la lecture de l’acte d’accusation. Le crime s’était produit dans la rue Pont-à-la-Faulx, une artère qui mène vers la Grand-place de Péruwelz. L’appel aux services de secours avait été lancé peu avant 5h00, le 29 janvier 2012. Ludovic Neyts était décédé sur les lieux quelques minutes plus tard d’une forte hémorragie interne au niveau du poumon gauche, conséquence d’un coup de couteau au niveau du thorax.

Mais le 10 février 2012, le propriétaire de la Citroën C3 avait fait l’objet d’un banal contrôle routier mené par la police de Condé-sur-Escaut, commune voisine de Péruwelz. Le propriétaire, déjà connu des autorités françaises, était le beau-frère de Johan Guilbert. Ce dernier n’avait été arrêté que le 6 juin 2013 après avoir réussi, par deux fois, à se soustraire à la police française qui le recherchait. Il avait été remis aux autorités judiciaires belges dans la foulée. Il avait demandé à l’un de ses copains de se débarrasser de l’arme du crime mais celle-ci avait déjà été remise aux enquêteurs en avril 2012.

L’accusé était également déjà connu des autorités judiciaires françaises puisqu’il a été condamné trois fois pour des vols et des faits de violence par le tribunal pour enfants de Valenciennes en 2005 et 2006. Ensuite, il a été condamné cinq fois par le tribunal correctionnel de Valenciennes pour usage de stupéfiants, dégradation d’un bien appartenant à autrui, et violence. La victime, quant à elle, était aussi connue de la justice. Ludovic Neyts avait été condamné à 25 ans de réclusion criminelle en 2003 pour un vol avec violence ayant entrainé la mort sans intention de la donner par la cour d’assises du Hainaut. Après la constitution du jury, l’audience sera suspendue jusque lundi matin. Le procès devrait durer une semaine.

Source : Belga