Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
23
jeu
2017
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
nov 23 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]
14:00 WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
nov 23 @ 14:00
WARM UP - Bob,Laurent et Wallace
Le Warm up c’est de la musique pour agrémenter votre après-midi, mais aussi………de la musique et encore de la joie !  
16:00 Santé,Bien-être, la Vie au Naturel
Santé,Bien-être, la Vie au Naturel
nov 23 @ 16:00 – 18:00
Santé,Bien-être, la Vie au Naturel
Avec Jasmine et Patrick James Wallace, on y aborde les thérapies alternatives, l’ecologie, le bien manger, le bio, etc… On y reçoit des spécialistes, des scientifiques. 1 fois par mois, soit le 3 ème vendredi[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Monsanto’

Victoires contre Bayer et Monsanto

C’est entièrement grâce à vous. Il y a quelques semaines, après des mois de bataille, nous réussissions à obtenir deux belles victoires ! D’une part, l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles dans le cadre du projet de loi sur la biodiversité et de l’autre, le non renouvellement pour 15 ans de la licence européenne du glyphosate, l’herbicide préféré de Monsanto.

monsantobayer

Autant dire que les puissants lobbies des pesticides, qui comptaient d’ailleurs de nombreux alliés auprès des décisionnaires français et européens, ont tout mis en oeuvre pour bloquer ces avancées… mais c’était sans compter sur votre détermination !
La France, premier pays à interdire les pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles

D’un côté, après six mois de mobilisation avec plusieurs organisations dont notamment la Fondation Nicolas Hulot, l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles a finalement été définitivement adoptée par l’Assemblée Nationale. Elle se fera par étapes : d’abord dérogative à partir de 2018, elle sera totalement effective à partir de 2020. Bayer, leader du marché, n’a pas réussi à contrer notre irrésistible mouvement pour sauver les abeilles. Encore une démonstration que ensemble, nous pouvons faire pencher la balance !

Le chemin a été long. Il a fallu sensibiliser tous les députés et sénateurs au danger de ces pesticides qui s’infiltrent jusque dans les eaux de surface et souterraines. Les près de 700.000 signataires de la pétition ont permis d’en convaincre plusieurs et ont même poussé Ségolène Royal, qui en a reçue une copie en mains propres, à prendre position en ce sens.

segolene abeilles

Monsanto : les produits à boycotter + Liste des marques à connaître

De très nombreux articles de consommation courante sont élaborés à partir de cultures OGM mises au points par Monsanto, géant américain de la biochimie. Bio à la Une fait la liste de quelques unes des marques à éviter afin de ne pas mettre n’importe quoi dans son assiette.

Monsanto, titan de la biotechnologie, est tristement célèbre pour les scandales sanitaires à répétition dans lesquels il est mis en cause. On le sait moins, mais les marques qui contiennent des produits Monsanto envahissent nos rayons.

Pour mieux savoir ce que l’on met dans son assiette et dans celle de ses enfants, il est bon de connaître les multinationales, propriétaires de nombreuses marques, qui ont recours à des composants Monsanto.

Parmi celles-ci, les sociétés Kraft Philipp Moris, Unilever, General Mills, Coca-Cola, Pepsico ou encore Procter & Gamble.

Boissons

  • Les boissons de la marque Coca-Cola: Coca-Cola, Fanta, Dr Pepper, Minute Maid…
  • Les jus de fruits Capri-Sun et Topricana.
  • Le boissons Ocean Spray, les sodas Pepsi-Cola, Seven Up, Schweppes ou les boissons énergisantes Gatorade.
  • Les thés Lipton et les cafés Maxwell.
  • Le lait Gloria de la firme Nestlé

Produits sucrés

  • Les chocolats Poulain, Lindt, Côte d’Or, Dam, Milka, Suchard et Toblerone.
  • Les biscuits Lu, Oreo, Cadbury et les cookies Pepperidge Farm.
  • Les produits Brossard ou Savane.
  • Les bonbons Carambar, Krema et La Vogienne.
  • Les chewing-gums Hollywood ou Malabar.
  • Les barres de chocolat Bounty.
  • Les glaces Häagen Dazs, Miko et Ben & Jerry’s.
  • Les céréales Kellogg’s, parmi lesquelles Special K, Trésor, Miel Pop’s, Froties ou encore All Bran.
  • Les yaourts Yoplait.

Produits salés

  • Les chips Lay’s, Pringles et Doritos.
  • Les biscuits apéritif Benenuts et Bahlsen.
  • Les spécialités fromagères Philadelphia.
  • Les plats préparés Marie, Findus, Tipiak.
  • Les pains Jacquet.
  • Les soupes et bouillons Liebig, Knorr, Royaco, Alvale.
  • Les préparations mexicaines Old El Paso.
  • Les sauces Heinz, Amora, Benedicta.
  • Les produits Uncle Ben’s.

Hygiène et entretien

  • Les couches pour bébé Pampers.
  • Les protections féminines de la marque Always.
  • Les gels douche, shampoings et déodorants Pantene, Axe, Monsavon, Dove, Rexona ou Timotei.
  • Les dentifrices Signal.
  • Les produits nettoyants Cif, Omo, Dash, Skip, Cajoline et Sun.
  • Ou encore les désodorisants Febreze.

Cette longue liste, loin d’être exhaustive et qui ne concerne que les produits présents sur le marché français, permet de se donner une idée du nombre d’articles de consommation courante dans lesquels on peut retrouver des produits Monsanto, afin de faire le tri dans sa consommation.

Inventons la « démocratie de la terre »

https://www.youtube.com/watch?time_continue=12&v=Tq4EjQDiPIw

Source : http://www.sante-nutrition.org

 

La cour d’appel de Lyon a confirmé la responsabilité de Monsanto dans l’intoxication aux pesticides de Paul François, céréalier de Bernac. C’est une première en France.

emu-aux-larmes-paul-francois-espere-que-sa-victoire-permettra-a-dautres-agriculteurs-de-briser-lomerta-et-de-faire-valoir-leurs-droits

Il a gagné. Huit ans de combat. « De souffrance et de pression. » Mais hier, la cour d’appel de Lyon a remis tout le monde à sa place: oui, Paul François, le petit gars de Bernac, céréalier du Ruffécois, est une victime. Et oui, Monsanto, le géant américain de l’agrochimie, producteur du Lasso et du Roundup notamment, est responsable.

 Responsable de l’intoxication de Paul François, de ses pertes de connaissance, de ses crachats de sang, de ses troubles de la mémoire, de la parole, de l’équilibre. La cour d’appel a dit ce que le TGI de Lyon avait déjà dit.

Fin du combat? Paul François n’y croit pas: « Vu leur comportement depuis huit ans, je pense qu’ils vont aller en cassation. Ils vont faire durer le plaisir car vu ce qu’ils m’ont fait endurer, ça a l’air d’être un plaisir pour eux de faire souffrir et de mettre la pression sur un petit citoyen comme moi. »

Paul François, épuisé par les procédures, les larmes aux yeux, dit: « Je suis content car on a montré, aussi, qu’on pouvait avoir confiance en la justice française. Que de grandes firmes aussi puissantes soient-elles ne pouvaient pas l’influencer, contrairement à ce qu’on me laissait entendre. »

Pour Marie-Monique Robin, auteur du film « Le Monde selon Monsanto », du livre-enquête « Notre poison quotidien », cette décision est « historique »: « C’est la première fois qu’un agriculteur fait condamner Monsanto. »

Le petit citoyen a gagné et c’est l’agrochimie triomphante qui est dans le viseur. Prochaine étape, outre la cassation: une procédure judiciaire pour faire évaluer le préjudice subi par Paul François. Un préjudice physique, moral, économique. « Car même si la société décide de se pourvoir en cassation pour contester sa condamnation, ça n’empêche pas le tribunal de se prononcer sur une indemnisation J’espère un résultat dans l’année« , a indiqué François Lafforgue, l’avocat de Paul François.

« Ce combat me dépasse »

La cour d’appel de Lyon a confirmé tous les attendus du premier jugement et reconnu la responsabilité pleine et entière de Monsanto dans l’intoxication de Paul François (lire ci-dessous). Désormais, les portes des tribunaux s’ouvrent pour toutes les victimes silencieuses des pesticides.

C’est le rêve, le sens de la lutte de l’agriculteur charentais, Petit Chose qui a fait trébucher l’ogre cynique. « Ce combat n’est pas que le mien. Il me dépasse désormais », reconnaît Paul François, prenant comme dernier baromètre le flot incessant d’appels reçus hier. « ça dépasse les frontières », dit-il avec le vertige. « Son parcours est emblématique », renchérit Marie-Monique Robin.

Emblématique au point de devenir un étendard. « Je voudrais vraiment que cette décision permette aux agriculteurs - et j’ai été un agriculteur conventionnel qui utilise la chimie - de sortir de l’omerta. » Il le répète, pour lui, ses collègues: « Les agriclulteurs doivent cesser de ce sentir stigmatisés. Il n’y a pas de honte à avoir utilisé la chimie. Elle était là, elle s’offrait à nous, on l’utilisait. Ils ont été trahis, ils sont les premières victimes. »

Il a montré la voie, montré que c’était possible. « Le cabinet de mon avocat a au moins 30 dossiers en cours », décrit Paul François qui, pour structurer les actions et épauler les victimes, a créé l’association « Phyto’Victim ».

« Il faudrait des class actions »

Marie-Monique Robin, experte du fonctionnement Monsanto, veut croire que cette victoire sur le terrain judiciaire permettra aux agriculteurs français de relever la tête, de ferrailler avec les firmes de la chimie. « Cette décision va faire jurisprudence. Mais le plus dur, c’est de sortir de l’anonymat pour se battre », souligne-elle. Elle se rappelle: « Quand j’ai rencontré Paul François pour la première fois, en 2007, il était seul, démoralisé. »

Elle croise les doigts pour une révolution culturelle dans le monde agricole, un éveil des consciences, une fin de la terreur chez les victimes. « J’espère que ça va donner à d’autres le courage de s’organiser et de lancer des procédures. » Elle plaide pour une évolution législative en France. « Il faudrait un outil comme les class actions (actions groupées, N.D.L.R.) qui permettent à plusieurs agriculteurs victimes de se fédérer et d’attaquer ensemble. Corinne Lepage avait tenté d’oeuvrer dans ce sens. ça permettrait aux victimes d’être plus fortes », explique-t-elle. Aux États-Unis, Monsanto a dû faire face à plusieurs procédures de ce genre.

Pour le céréalier de Bernac, en cours de conversion bio, il est temps de prendre l’air. « Je suis très fatigué, mais ça valait le coup. Je vais partir en vacances en famille d’ici 48 heures. J’ai besoin de repos. »

Source : http://www.charentelibre.fr/2015/09/11/paul-francois-terrasse-monsanto,2016549.php

« Monsanto est plus puissante que le gouvernement », dit le ministre de l’Agriculture canadien

Source : http://ici.radio-canada.ca
Les explications de Thomas Gerbet

Le gouvernement du Québec se dit très préoccupé par notre enquête qui révèle une utilisation record de pesticides dans l’agriculture. Plusieurs de ces produits sont reconnus pour leurs risques pour l’environnement et la santé. Le ministre de l’Agriculture promet d’agir, mais il avoue que ce ne sera pas facile.

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

« Ils sont encore plus puissants que le gouvernement du Québec. », reconnaît le ministre Pierre Paradis en parlant des compagnies de pesticides comme « Monsanto et les autres de ce genre ». La pression économique sur les agriculteurs est très forte, notamment dans le contexte des accords commerciaux internationaux.

Sa déclaration à l’antenne du 98,5 FM témoigne de la difficulté du gouvernement à atteindre son objectif de réduire de 25 % la présence de ces produits chimiques sur les champs. C’est même tout le contraire qui se produit.

« Ça a des effets sur la santé et les premiers concernés sont les agriculteurs. » — Pierre Paradis, ministre de l’Agriculture

Le ministre de l’Agriculture compte miser sur la formation du milieu agricole, la prévention et l’éducation. Il promet aussi de mieux informer le public sur les étiquettes alimentaires. Certains fruits et légumes peuvent contenir des dizaines de traces de pesticides.

Le ministre de l'Environnement David Heurtel, à Québec
Le ministre de l’Environnement David Heurtel, à Québec  Photo :  PC/Jacques Boissinot

Une stratégie sera annoncée « très bientôt »

Le ministre Paradis a téléphoné à son collègue de l’Environnement, mercredi, en lui demandant d’être « sévère » à ce sujet avec le milieu agricole. Interrogé à la sortie du caucus libéral, David Heurtel assure qu’une stratégie de meilleure gestion des pesticides est en préparation.

« On est sur le dossier, on va déposer la stratégie très rapidement. Pour nous, c’est un problème important qu’il faut régler et on va le régler. » — David Heurtel, ministre de l’Environnement du Québec

L’exemple de l’Ontario

Le ministre de l’Agriculture du Québec doit rencontrer son homologue de l’Ontario aujourd’hui. « On va suivre les traces de l’Ontario, on est un petit peu en arrière. On a du rattrapage à faire », dit Pierre Paradis.

L’Ontario a promis de presque éradiquer les néonicotinoïdes de son territoire d’ici 2017. Ces insecticides sont très controversés en raison de leur impact sur les colonies d’abeilles.

Pierre Paradis veut aussi s’assurer que les semences non traitées sont vendues et facilement accessibles aux producteurs. Plusieurs se plaignent de ne pas y avoir accès ou difficilement.

Réaction du Parti québécois et d’Équiterre

Le porte-parole du Parti québécois en matière d’Environnement, Mathieu Traversy, demande à voir la stratégie du ministre Heurtel. Il lui reproche son manque de transparence. « Est-ce toujours légitime d’utiliser ces pesticides sur le territoire québécois et est-ce toujours sécuritaire ? », demande-t-il.

Pour sa part, le directeur général d’Équiterre, Sydney Ribaux est très surpris de la déclaration du ministre de l’Agriculture sur le puissance de Monsanto. « Québec a le pouvoir de réglementer la vente et l’usage des pesticides », rappelle-t-il.

Monsanto est plus puissante que le gouvernement !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 4 novembre 2015