Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
20
lun
2017
10:00 Santé,Bien être, La Vie au Natur...
Santé,Bien être, La Vie au Natur...
nov 20 @ 10:00 – 12:00
Santé,Bien être, La Vie au Naturel - rediffusion
Rediffusion de notre émission du jeudi avec Jasmine et Patrick James Wallace, on y aborde les thérapies alternatives, l’ecologie, le bien manger, le bio, etc…  
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
nov 20 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Molenbeek’

Salah Abdeslam est arrêté et blessé

Salah Abdeslam a été arrêté au cours d’une opération de police à Molenbeek. Au bout d’une après-midi folle, le Premier ministre Charles Michel, François Hollande à ses côtés, a annoncé l’arrestation de l’ennemi public n°1, dernier survivant des terroristes qui ont semé la mort à Paris, le 13 novembre dernier. Trois suspects au total ont été arrêtés.

Opération policière à Molenbeek : résumé des évènements

Une dizaine de coups de feu ainsi que des jets de grenade avaient été entendus dans la rue des Quatre Vents en milieu d’après-midi. Le quartier a été rapidement bouclé. « En un coup il y a eu un mouvement de panique, il y a eu des cris, qui ont été entendus. Puis il y a eu une course dans cette rue, un homme courait, les unités spéciales étaient juste derrière lui, elles ont tiré à plusieurs reprises dans la direction de cet homme, l’homme est tombé par terre au coin de la rue, à à peine 100 mètres de nous, tout cela sous nos yeux. C’était assez impressionnant et choquant. Ça a été très rapide. L’opération s’est ensuite un peu calmée, puis une ambulance est arrivée directement sur les lieux, quelques minutes après, un camion de pompiers aussi « , a déclaré notre journaliste, au moment de l’échange de tirs.

Trois hommes ont été interpellés. Parmi eux: SALAH ABDESLAM, blessé à la jambe. Il a été évacué en ambulance peu après 18h. Son arrestation survient au lendemain des funérailles de son frère Brahim à Bruxelles, un des kamikazes des attentats de Paris. L’autre individu arrêté serait Soufyane Kayal, lié à Mohamed Belkaid, tué lors de la fusillade à Forest. Mohamed Abrini, un suspect activement recherché, ne figure pas parmi les terroristes interpellés. Les deux blessés sont soignés à l’hôpital Saint-Pierre dans le centre de Bruxelles, un hôpital bien entendu sous haute surveillance.

Selon nos confrères du Soir, l’opération en cours était initialement prévue ce samedi mais aurait été avancée à aujourd’hui suite aux révélations ce vendredi après-midi dans les médias de l’ADN de Salah Abdeslam retrouvé dans l’appartement à Forest. Selon nos confrères de France 2, un homme aurait communiqué la planque de Salah Abdeslam ce matin à la police. Et selon nos confrères de La Dernière Heure, les deux personnes arrêtées seraient les deux personnes qui avaient fui l’appartement perquisitionné mardi à Forest, rue du Dries. Toutes ces informations restent à confirmer.
Des opérations ont suivi l’arrestation de Salah Abdeslam

Vers 18h20, notre journaliste sur place constatait le départ d’une ambulance alors qu’une autre se trouvait toujours sur place. Peut-être était-on en train d’évacuer le deux blessés dont Salah Abdeslam.

Un homme au moins serait encore retranché. Un hélicoptère survolait la zone vendredi en fin d’après-midi, a constaté un journaliste de l’AFP. Vers 18h40 puis 18h50, on signalait de nouvelles détonations. Un peu plus tard, vers 19h, on assistait en plein direct dans le RTL info 19h à deux nouvelles explosions (voir image ci-dessous).

A 20h, il semblait que pas un policier n’avait, jusqu’à présent, été blessé dans les opérations anti-terroristes d’aujourd’hui.

Les équipes de police pliaient bagage vers 20h45. Le périmètre de sécurité érait levé, mis à part autour de la maison perquisitionnée, rue des Quatre-Vents. Plusieurs combis de policiers quittaient les lieux, tout comme l’hélicoptère de la police fédérale. Le périmètre de sécurité était fortement raccourci et n’entourait plus que la maison perquisitionnée, permettant à des riverains de regagner leur quartier.

explo

Selon certains médias, l’appartement de la rue des Quatre Vents où se trouvait Salah Abdeslam était un appartement communal occupé par la mère d’un ami de Salah Abdeslam.

Salah Abdeslam, 26 ans, Français d’origine marocaine, petit délinquant radicalisé habitant la commune populaire de Molenbeek, est soupçonné d’avoir eu au moins un rôle-clé de logisticien dans les attentats jihadistes qui ont fait 130 morts le 13 novembre à Paris. Il s’est évaporé dans la nature depuis son exfiltration de Paris par des proches le lendemain des attentats. La traque de l’homme le plus recherché d’Europe s’était soudain accélérée après la découverte de ses empreintes dans un appartement perquisitionné mardi dans la capitale belge.

Le Premier ministre a quitté le sommet européen en cours pour rejoindre précipitamment son bureau du 16 rue de la Loi. Il a été rejoint par le président français François Hollande en fin d’après-midi, probablement pour une allocution conjointe qui devrait survenir prochainement.



operationuuu

secours


Source :www.rtl.be

Salah Abdeslam est arrêté et blessé par la police

Posté par Pacifique FM – Officiel sur vendredi 18 mars 2016

« Quinze potentielles bombes humaines dans nos rues » par des jeunes revenus de Syrie.

27/01/16 – 11h45  Source: DH

© DR.

Conseiller de la zone de police Midi, Walter Vandenbossche (CD&V) est inquiet, après avoir pris connaissance des chiffres de la police fédérale. Dans la DH, l’homme s’étonne de la présence sur le territoire d’Anderlecht de quinze jeunes revenus de Syrie.

Pour la zone Midi (Anderlecht, Forest, Saint-Gilles), la police fédérale a indiqué que 21 personnes sont parties rejoindre les rangs de l’Etat Islamique. Parmi ces jeunes, 15 sont revenus en Belgique, comme l’a révélé Charles Picqué. »Cela veut très concrètement dire que quinze bombes humaines potentielles se promènent en toute liberté dans les rues de la capitale », s’étonne Walter Vandenbossche. « Ces gens qui sont rentrés en Belgique ont peut-être commis des actes ignobles en Syrie, et sont prêts à faire de même ici. Le fait de les laisser courir dans notre société est très dangereux. Je n’ai pas eu l’assurance formelle que ces quinze jeunes étaient neutralisés et il y a évidemment des raisons d’être inquiet. »

Walter Vandenbossche espère que les mesures annoncées vont être accélérées car il estime que les forces de police ne sont pas prêtes à assurer une protection complète et efficace à la population.

© photo_news.

15 jeunes sont revenus de Syrie et en liberté, 15 bombes humaines potentielles ?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 27 janvier 2016

Pourquoi Molenbeek est un foyer djihadiste? Un journaliste américain a la réponse affolante ! ( vidéo )

Pourquoi Molenbeek est-elle devenue le berceau des djihadistes? Un journaliste américain livre sa réponse dans un reportage tourné dans la commune bruxelloise et le résultat fera bien peur !

molenbeek


Depuis les attentats de Paris, le monde entier à découvert la commune de Molenbeek. Désormais tristement célèbre, tous les médias veulent découvrir si cette commune est véritablement «une fabrique à terroristes».

Au lendemain des attentats de Paris, il y avait d’ailleurs presque plus de journalistes dans les rues de la commune bruxelloise que d’habitants. Dans la presse étrangère, les mots étaient durs: «Bastion islamiste […] plaque tournante du terrorisme […] berceau du djihadisme européen», tels des grands reporters de guerre, ils osaient affronter la réalité du terrain pour se frotter à la population (sic).

Deux mois et demi après les attentats, c’est un journaliste américain qui a fait une immersion dans notre pays pour découvrir la face cachée de la Belgique. Vladimir Duthier, journaliste pour la chaîne CBSN, voulait comprendre pourquoi tant de djihadistes étaient originaires de Molenbeek. Mais si on espérait que l’expérience de ce reporter de terrain pourrait «nous» servir, on ne va pas vous mentir, ce n’est pas lui qui va redorer le blason de la commune.

Pourtant à priori, le journaliste n’a pas pris «que» des clichés gratuits à l’emporte-pièce pour illustrer ses propos. Il a pris la peine de rencontrer la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans ainsi que Géraldine Henneghien, la maman d’un jeune de 18 ans, Anis qui est mort en Syrie. Une rencontre qui s’avère par ailleurs très émouvante.

Dans son reportage, le journaliste explique que si l’EI recrute chez nous c’est parce que notre pays est connu pour être un «Belgistan» où «il y a six gouvernements différents et différents niveaux de police (qui) souvent ne communiquent pas entre eux». Sur le plateau, il s’étonne aussi de voir que l’appartement d’Abaaoud (soupçonné d’être le coordinateur des attentats) se situe à 100 mètres du bureau de la bourgmestre.

De plus, il ajoute que Molenbeek lui a laissé une «impression étrange» alors qu’il connaît très bien France et le Luxembourg.

«Saint-Denis était plus comme le Queens à New York, multiculturel et ouvert. À Molenbeek, l’atmosphère était tout à fait différente. J’avais le sentiment que les gens nous regardaient et étaient plus agressifs. Personne n’y parlait français ou flamand, la plupart parlaient arabe.» Et selon lui, la principale cause est la langue. «En Belgique, vous n’êtes pas obligé de connaître le français, le flamand ou l’allemand. Comme la police de Molenbeek ne parle presque pas arabe, il est très facile d’y passer dans la clandestinité.»

Source: lavenir.net

Molenbeek, encore vous me direz… découvrez l'enqu^te d'un journaliste américain assez affolante.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 27 janvier 2016

Une quinzaine de jeunes s’attaquent à trois militaires dans le métro à Molenbeek: voici le communiqué du parquet

Une rixe a éclaté mardi soir dans la station de métro Gare de l’Ouest à Molenbeek-Saint-Jean entre une quinzaine de jeunes, poussant trois militaires qui patrouillaient à intervenir.

Les jeunes se sont alors violemment retournés contre les militaires. Un jeune a été blessé et interpellé tandis que les autres ont pris la fuite, avait indiqué mardi la zone de police Ouest, confirmant ainsi un témoignage que nous avons reçu via notre bouton orange Alertez-nous à 19h. « Un militaire a séparé une bagarre en prenant part pour l’un des deux protagonistes mineur et en défigurant le deuxième. Cela s’est passé à gare de l’Ouest », nous avait ainsi alerté un internaute. Ce mercredi matin, le parquet de Bruxelles a livré un compte rendu des faits. Un compte rendu qui interpelle et donne froid dans le dos.

Communiqué du parquet: « Un des militaires a été jeté au sol »

Vers 18h, une bagarre a éclaté entre une quinzaine de jeunes dans la station de métro Gare de l’Ouest à Molenbeek-Saint-Jean. Trois militaires qui étaient en patrouille préventive dans l’enceinte de la station se sont vus dans l’obligation d’intervenir afin de séparer les protagonistes.

Les jeunes se sont alors retournés vers les militaires et une altercation a démarré. Un des militaires a été jeté au sol. Un jeune a également tenté en vain de s’emparer de l’arme de service d’un des militaires, en conséquence de quoi l’un d’entre eux s’est vu forcé d’asséner un coup à l’aide de son bâton téléscopique afin d’éviter que son arme de service tombe entre les mains d’un des jeunes. A cette occasion, J. (né en 1998, connu au tribunal de la jeunesse), a été blessé à la tête. Il a été emmené à l’hôpital afin d’y être soigné. Ses jours n’ont à aucun moment été en danger.

Plusieurs jeunes ont pu être identifiés.

Le parquet de Bruxelles a été avisé et a ouvert une enquête. Divers devoirs d’enquête ont été requis, au nombre desquels la saisie et l’analyse des images des différentes caméras de surveillance. J., le mineur impliqué, a été auditionné en tant que suspect et mis à disposition du parquet Jeunesse de Bruxelles. Il sera amené devant le juge de la jeunesse dans le courant de la journée. Le parquet demande une mesure de placement en IPPJ fermée.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire fédérale de Bruxelles, et plus particulièrement à une section spécialisée dans les enquêtes en milieu militaire. A titre d’information, il est intéressant de signaler que depuis la suppression des tribunaux militaires, les militaires sont soumis aux mêmes règles que les autres citoyens.

D’après les premières analyses des images, il semble que les militaires n’ont pu faire autrement qu’intervenir (assistance à personne en danger, suite à la bagarre) et de faire le nécessaire afin d’éviter qu’une arme de service (une arme de guerre automatique chargée) tombe entre les mains d’un groupe de jeunes. Les militaires impliqués seront auditionnés prochainement en tant que témoins et victimes.

Aucun autre commentaire ne sera fait à propos de ces faits.

Molenbeek, un militaire par terre, jeté au sol par une bande de jeunes, jusqu'où ira l'irrespect ?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 20 janvier 2016