Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
11
mar
2018
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
déc 11 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]
20:00 Mondo Blues – Jean-Claude et Michel
Mondo Blues – Jean-Claude et Michel
déc 11 @ 20:00
Mondo Blues - Jean-Claude et Michel
Mondo Blues – Mardi de 20h à 22h Le mardi de 20h à 22h avec Jean-Claude Mondo et son acolyte Michel.  Le Monde du Blues  
22:00 PACIFIQUE ROOTS
PACIFIQUE ROOTS
déc 11 @ 22:00 – 23:00
PACIFIQUE ROOTS

View Calendar

Articles marqués avec ‘militaire’

Rudy demotte : « Délocaliser la caserne Ruquoy : c’est porter un coup à l’économie de toute une région »

« Délocaliser la caserne Ruquoy : c’est porter un coup à l’économie de toute une région »

 rudy demotte

Depuis près de deux ans, l’avenir de la Caserne Ruquoy à Tournai est incertain. A ce jour, les nombreuses interpellations qu’ont pu faire Rudy Demotte, Bourgmestre, ou Paul-Olivier Delannois, en tant que Député fédéral,  n’ont pas obtenu de réponse précise sur le choix que poserait le gouvernement fédéral. Ce dernier semble d’ailleurs s’orienter davantage vers une fermeture. L’inquiétude est grande parmi le personnel militaire : grande et légitime.

Plus de 400 militaires sont attachés à la caserne tournaisienne, centre de formation logistique reconnu, intégré au centre de compétence Appui. Quelque 200 familles vivent à Tournai ou alentour. A travers les formations résidentielles, près de 3000 à 3500 militaires participent à la vie locale. Tournai accueille une présence militaire depuis 1830, cette présence historique a toujours été gage d’un dynamisme économique.

« Décider de délocaliser les activités de la caserne Ruquoy, adaptée, rénovée, c’est porter un coup certain à l’économie de toute une région mais c’est aussi délibérément fermer la dernière caserne bilingue du pays », considère Rudy Demotte que l’on sait attaché à la connaissance active du français et du néerlandais, autant qu’au symbole que constitue cette caserne.

Pour le Bourgmestre de Tournai, la caserne Ruquoy et son activité doivent être défendues avec force par tous ceux qui sont en position d’agir concrètement pour changer le cours de choses. Il y a aujourd’hui urgence, s’il n’est pas, malheureusement, déjà trop tard.    

 

M. Paul-Olivier Delannois au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur « l’avenir du centre de formation logistique à Tournai »

Paul-Olivier Delannois bourgmestre ff de Tournai pose une question au ministre de la défense concernant l’avenir de la logistique à Tournai.

Paul Olivier delannois parlement

Monsieur le Ministre,

Votre « vision stratégique » pour la Défense a été adoptée juste avant les vacances par le Gouvernement et fixe les ambitions pour l’armée à l’horizon 2030 abordées sous le prisme de la rationalisation et de l’économie budgétaire.

C’est donc tout légitimement que je m’interroge une nouvelle fois sur l’avenir des activités militaires dans ma ville, Tournai. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que la caserne Ruquoy à Tournai accueille un important centre de formation logistique faisant partie du Centre de compétence de la formation « Appui ». Si les mesures découlant de votre vision stratégique visent effectivement à centraliser différents services, notamment ceux liés à la formation, je crains le pire.

Il existe un réel risque de voir se regrouper l’ensemble du centre de compétence de la formation « Appui » à Peutie, en Brabant Flamand, qui accueille déjà trois des cinq formations proposées. Dans ce cas de figure, la Wallonie, la province de Hainaut et plus particulièrement Tournai seraient les grands oubliés et verraient partir les étudiants et l’État-major vers le Nord du Pays.

Lors d’une question parlementaire que je vous avais adressée le 13 juillet dernier, vous me disiez qu’un « plan relatif au futur des quartiers militaires sera présenté au Conseil des ministres dans les plus brefs délais ».

Je me permets donc aujourd’hui via cette question orale de vous demander une nouvelle fois quand votre plan sera présenté ?  Tournai sera-t-elle victime de la « centralisation » des services et plus singulièrement du Centre de compétence de la formation « Appui » ? La caserne Ruquoy dont des investissements ont été réalisés pour la réfection et l’aménagement des bâtiments ne possède-t-elle pas les conditions optimales pour continuer d’accueillir la formation Logistique ?

Je vous remercie d’avance pour vos réponses.

Réponse du Ministre :

Le dossier de la répartition géographique des quartiers constitue une priorité du gouvernement. Il va de soi que ce sujet est particulièrement sensible pour le personnel de la Défense également. Je n’ai pas l’ambition de fermer des infrastructures et cela ne m’apporte guère de satisfaction, mais nul ne peut nier les faits.

La future répartition géographique de la Défense tiendra compte de la vision stratégique et de l’accord de gouvernement, du bien-être du personnel et des négociations politiques. Cela aura un impact sur la localisation des quartiers nécessaires.

La décision politique qui sera prise prochainement à propos de l’évolution de la répartition géographique se basera sur la proposition que nous avons élaborée avec l’État- major, en tenant compte de la durée de la vision stratégique, à savoir 2016-2030.

Nous serons en outre évidemment attentifs à la composition démographique des quartiers et souhaitons éviter à tout prix de grands déplacements de population.

S’il n’y a pas d’impact sur l’opérationnalité, les activités pour lesquelles une externalisation vers les secteurs civil ou public constituerait une solution plus efficiente ne seront plus poursuivies au sein de la Défense, ou pas de façon autonome.

Des possibilités d’externalisation existent dans le secteur pharmaceutique. L’avenir de l’unité médicale de Nivelles sera connu après les négociations politiques, de même que l’avenir des quartiers de Tournai. Dans la proposition de mon cabinet et de l’État-major figure l’évolution du competence management, selon les besoins futurs d’une Défense plus petite mais plus opérationnelle.

Je me prêterai volontiers à un débat sur la vision stratégique, un thème qui déborde le cadre de l’actuelle législature et pour lequel il y a dès lors tout intérêt à recueillir la plus large adhésion possible. Je ne peux cependant pas anticiper les décisions difficiles qui devront encore être prises.

Paul-Olivier Delannois (PS): Monsieur le ministre, la « grande muette » n’a jamais aussi bien porté son nom qu’aujourd’hui. Mme la présidente nous demande de ne pas être émotifs. Comment voulez-vous que je le sois quand vous me répondez que, de toute façon, ce sont des décisions politiques dont vous ne pouvez pas parler? J’ai donc du mal à éprouver quelque émotion à cet égard.

Je vous ai entendu parler de bien-être personnel. J’ignore si vous vous êtes déjà rendu physiquement à la caserne de Tournai. Si tel n’est pas le cas, je vous y invite cordialement.

Steven Vandeput, ministre: J’ai visité toutes les casernes.

Paul-Olivier Delannois (PS): Donc, vous avez pu vous rendre compte que cette caserne se trouve dans un état impeccable. Je vous poserai, bien entendu, bientôt une question à propos des investissements qui y ont été réalisés.

J’ai aussi souvent entendu que ce gouvernement ne ferait pas de communautaire, mais vous allez avoir du mal à me faire avaler cette pilule si, demain, on ferme Tournai pour partir dans le Brabant flamand. Je ne vais pas répéter les propos de mes collègues au sujet du développement économique d’une ville si l’on décide une telle fermeture. Vous me dites que des contacts seront pris avec les autorités. Je suppose qu’il s’agit des autorités communales. Cependant, chat échaudé craint l’eau froide. La dernière fois, à Saint-Jean, on a scindé la caserne. On m’a téléphoné un mercredi pour m’annoncer que, le lendemain, on allait y installer huit cents migrants. Si c’est votre manière – quand je dis « vous », je m’adresse au gouvernement – de discuter, vous vous doutez bien que je crains le pire.

Je prends donc acte que je n’ai pas obtenu de réponse. Cela ne rassurera certainement pas l’ensemble du personnel présent à Tournai.

Quel est le salaire d’un soldat professionnel ?

Nous avons demandé à Peter Premereur (49 ans) de Herent en quoi consistait son métier et combien il gagnait…

Que faites-vous dans la vie ?

Je suis militaire depuis 1985. J’exerce actuellement la fonction d’adjudant d’unité et de secrétaire. Un adjudant d’unité est responsable de la discipline et de l’instruction, à savoir faire respecter les droits et devoirs des soldats. Pour la partie secrétariat, je m’occupe d’abord que tous les honoraires et frais divers soient correctement encodés dans le système, de manière à ce que chacun reçoive l’argent auquel il a droit. Enfin, je gère également l’attribution des jours de vacances et des différentes permissions.

Aimez-vous votre travail ?

Bien sûr, j’exerce mon travail avec plaisir et j’ai pu perfectionner mon bilinguisme avec succès. En effet, il est toujours possible de prendre des cours pour se perfectionner dans certaines matières.

Changeriez-vous de travail pour un salaire plus élevé ?

J’ai l’opportunité de m’orienter vers un poste de membre du personnel ‘CALog’ (militaire auprès de la police) où je serais mieux rémunéré et travaillerais plus près de mon domicile mais je ne le fais pas. La réponse est NON, je suis très heureux de ma situation actuelle.

Combien gagnez-vous exactement ?

Mon salaire mensuel brut est de 3.314,64 euros. Une prime de langues y est ajoutée. Pour en bénéficier, j’ai réussi un test de bilinguisme. Son montant est de 19,94 euros, ce qui me fait un total de 3.334,58 euros. Cela revient à un montant net de 2039,64 euros auquel s’ajoute un budget vestimentaire de 59,64 euros par mois. Je gagne donc 2099,28 euros chaque mois. De plus, je bénéficie d’une assurance hospitalisation gratuite et à 50% pour les membres de ma famille. Je peux également me rendre gratuitement chez le médecin et le dentiste. Enfin, j’ai droit à des réductions dans différents magasins comme Carrefour, Krefel, etc.

Que pensez-vous de votre salaire ?

Nous travaillons selon un système de 38 heures par semaine avec des horaires flexibles. Nous pouvons commencer entre 07h00 et 09h00 en fonction de nos envies (ce n’est bien évidemment pas d’application lors des situations d’urgence comme celles dernièrement vécues).

Epargnez-vous ?

Oui, j’essaye de mettre de l’argent de côté tous les mois.

Pensez-vous à votre pension ?

Je devrais normalement prendre ma pension à 56 ans. Je ne pense pas travailler plus longtemps. Le crédit de ma maison sera remboursé le jour de ma pension et mon assurance vie me sera versée quand j’aurai 65 ans.

Quelles sont vos plus grosses dépenses ?

Les études supérieures de ma fille ainsi que le loyer de son kot. A vrai dire, je ne considère pas vraiment cela comme un coût mais plutôt comme un investissement à long terme. A cela s’ajoutent les dépenses mensuelles relatives à l’électricité, le gaz, et les crédits pour la voiture et la maison.

A quoi détestez-vous dépenser votre argent ?

Aux œuvres de charité, car je ne sais jamais où va réellement mon argent.

Quelles dépenses vous procurent le plus de plaisir ?

Bien manger, entretenir mon jardin et ma maison.

Que feriez-vous si vous gagniez au lotto ?

Je me construirais une nouvelle maison avec une cave et une salle de jeux car je n’en ai pas dans mon habitation actuelle. Je n’ai pas de réelles passions pour l’instant mais j’ai beaucoup joué au billard auparavant (Champion de Belgique Classe C en 1985). Cependant aller au café fait désormais partie du passé. Si le beau temps est de mise, je passerais beaucoup de temps dans mon jardin et y expérimenterais de nouvelles choses en termes de plantations (poivrons pointus, ail, etc). Si je gagne au Lotto, ma femme serait en mesure de prendre une retraite anticipée et ne devrait plus prester les 9 années qu’il lui reste avant d’être pensionnée. Je voyagerais également plusieurs fois par an et, last but not least, j’assurerais l’avenir de ma fille.

Source:jobat.be

 

M. Paul-Olivier Delannois au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur « l’avenir de l’activité militaire à Tournai » (n° 11272)

paul-olivier-delannois

Paul-Olivier Delannois (PS): Madame la présidente, monsieur le ministre, je vous avais interrogé en début d’année pour vous questionner sur l’avenir de l’activité militaire à Tournai. Je m’inquiétais, et m’inquiète d’ailleurs toujours autant, face à votre plan stratégique qui prévoit une rationalisation des quartiers militaires en Belgique. Votre plan ayant été approuvé dans ses grandes lignes il y a peu par votre gouvernement, j’attends désormais des réponses concrètes quant au devenir de l’activité militaire dans le Hainaut et à Tournai tout particulièrement.
Je tiens ainsi à souligner que la caserne de Tournai est tout à fait opérationnelle. J’ai pu moi- même m’en rendre compte en m’y rendant dernièrement et il serait incompréhensible de ne plus y voir d’activités militaires.
Monsieur le ministre, compte tenu du fait qu’il n’y a encore rien de précis concernant votre plan stratégique et la rationalisation des casernes, pourriez-vous néanmoins m’informer de l’avancement du dossier? Comptez-vous consulter les autorités locales concernées par la présence de quartiers militaires à Tournai?

vandepute2
Steven Vandeput, ministre (en français): La mise en œuvre du plan et les mesures concrètes d’exécution doivent encore être déterminées.
(En néerlandais) Le gouvernement se concerte également avec les partis d’opposition afin de parvenir à un consensus à ce sujet.
L’avenir des quartiers de la Défense fait partie intégrante des mesures d’exécution. Tous ces éléments seront soumis dans leur intégralité au gouvernement. Les ayants droit seront informés en temps opportun.
Paul-Olivier Delannois (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie. J’espère que l’accouchement ne sera pas trop long. J’espère aussi que vous n’êtes pas atteint du syndrome de Koen Geens parce que, sur Tournai, lorsque j’ai eu des problèmes au niveau du palais de justice, on m’a toujours plus ou moins répondu la même chose, en me disant que c’était en cours d’analyse, mais tout ce que je sais c’est que des ministres sont venus mettre une première pierre pour un palais de justice que je ne verrai jamais.
Alors pour l’instant, je crie peut-être au loup mais ce que j’entends dans certains couloirs de Tournai me fait peur. De plus en plus on parle – et ce serait bien que vous puissiez rassurer non seulement les militaires mais aussi les autorités locales– du fait que la caserne pourrait être fermée, ce qui serait, bien entendu, une catastrophe.

 

Inventaire des opérations militaires belges à l’étranger pour 2016

Sur proposition du ministre de la Défense Steven Vandeput, le Conseil des ministres a approuvé les engagements opérationnels de la Défense planifiés en 2016.

La contribution des F-16 belges à la coalition internationale contre l’EI en Irak prévue jusqu’à fin juin 2016, sera prolongée jusqu’au 1er juillet 2017. Afin de permettre aux troupes militaires irakiennes d’assurer leur souveraineté sur l’ensemble du territoire, la Défense poursuivra sa participation au programme Building Partner Capacity. Une trentaine de militaires y œuvreront en tant que conseillers ou assistants depuis un endroit sécurisé en Irak.

Dans le cadre du Readiness Action Plan des États membres de l’OTAN, la Belgique déploiera un groupe tactique de 350 militaires durant un mois et 4 F-16 pendant quatre mois.

La contribution actuelle de la Défense belge à l’opération Resolute Support de l’OTAN en Afghanistan s’élève à une septantaine de militaires cantonnés à Mazar-e-Sharif et à Kaboul. La plupart de ces militaires seront basés à Mazar-e-Sharif en vue d’entraîner et assister les troupes de sécurité afghanes. La participation belge diminuera ensuite progressivement et ce, conformément au concept opérationnel de Resolute Support. Une deuxième phase débutera dans le courant 2016, principalement dans la région de Kaboul. Une dizaine de militaires continueront d’y travailler afin de remplir des tâches nationales de sécurité et du renseignement ou exerceront en tant qu’officier d’état-major au quartier général de Resolute Support.

En République démocratique du Congo, la Belgique poursuit sa contribution à l’opération MONUSCO. Deux militaires séjournent dans les quartiers généraux de la MONUSCO à Kinshasa et à Goma. Trois militaires participent à l’opération EUSEC afin de soutenir les services de sécurité congolais.

Dans le cadre de l’EUTM, l’engagement de quelque 90 militaires belges au Mali s’achèvera mi-mai 2016. À cette date, la mission d’entraînement européenne des forces armées maliennes (EUTM Mali) aura probablement atteint ses objectifs visant à établir et former des unités maliennes.

En ce qui concerne la corne de l’Afrique, et jusqu’à mi-juillet 2016, la Défense prévoit un officier de liaison pour le quartier général opérationnel d’Atalanta et d’EUTM Somalie à Northwood (Grande-Bretagne).

La Défense participera aussi à l’opération Maritime Capacity Building qui a pour objectif de développer les capacités maritimes du personnel de la marine de plusieurs pays africains. À l’automne 2016, le navire Godetia effectuera, en outre, une mission d’observation et de formation qui atteindra le Golfe de Guinée. Une centaine de militaires y patrouilleront durant une dizaine de semaines.

Texte : Sarah Delafortrie & Christophe Springael – Photo : Ritchie Sedeyn

Voici les opérations militaires belges à l'étranger pour 2016

Posté par Pacifique FM – Officiel sur lundi 11 janvier 2016

Partouze entre militaires et policières au commissariat en pleine alerte terroriste!

Faits divers

Exclusif: L’affaire impliquerait deux inspectrices de police de la zone Ouest et huit militaires.

L’information s’est propagée comme une traînée de poudre ces derniers jours au sein de la police. Dans plusieurs zones de la capitale, c’est devenu le sujet de conversation du moment. Huit militaires qui partouzent avec deux policières dans un commissariat, forcément, ça choque, ça interpelle, et ça alimente les conversations entre collègues.

Les faits dateraient d’il y a moins d’un mois. Ils se seraient produits au commissariat de Ganshoren et impliqueraient deux policières et huit militaires. Le chef de corps de la zone Ouest ne confirme pas, mais nous y reviendrons plus loin.

Ce qui est certain, c’est que lors du passage au niveau 4 d’alerte terroriste sur Bruxelles, le commissariat de Ganshoren s’est transformé en site d’accueil pour une vingtaine de militaires. Un étage du bâtiment a spécialement été aménagé en dortoir afin qu’une partie des Chasseurs ardennais puissent y rester la nuit. Ils y ont logé pendant deux semaines au total, avant de migrer une semaine vers le commissariat de Jette.

Pour éviter les longs déplacements vers leur caserne, ces militaires restaient ainsi dormir au commissariat de Ganshoren, une fois leur service terminé, à savoir dès 22 h, chaque soir.

À l’arrivée des militaires dans ce commissariat, plusieurs policiers de la division de Ganshoren ont affirmé que leurs collègues féminines étaient déjà « toutes chaudes et toutes folles » à l’idée de recevoir ces hommes en uniforme.

Selon nos informations , un soir, deux policières, une appartenant à la division de Ganshoren, et l’autre travaillant au dispatching de la zone, seraient passées à l’acte avec huit des vingt militaires dormant sur place.

Ce serait l’officier de police judiciaire en personne qui aurait découvert la scène.

Précisons que ce commissariat ferme ses portes à 22 h, heure à laquelle arrivaient justement les militaires dans leur dortoir de fortune.

Seulement voilà, l’affaire ne serait finalement pas remontée jusqu’à la direction de la zone de police Ouest qui couvre les communes de Molenbeek, Jette, Ganshoren, Koekelberg et Berchem-Sainte-Agathe.

Contacté par nos soins hier en fin de journée, le chef de corps, Johan De Becker, nous a d’abord répondu ne pas être informé de cette affaire, qu’il qualifiait déjà de « grave » si elle venait à être avérée.

S’étant renseigné auprès de membres de la direction de la zone, Johan De Becker nous a recontacté ensuite, précisant que cette information n’était pas connue du service de contrôle interne de la zone et qu’aucune enquête à ce sujet n’avait dès lors été lancée.

Ce qui ne signifie pas pour autant que les langues ne vont pas se délier dans les jours à venir.

Ce qui est certain, c’est que ce genre d’histoire, n’importe quelle zone de police s’en passerait volontiers.

Source :dhnet.be

Libertinage entre policières et militaires en pleine alerte terroriste

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 29 décembre 2015

Appui de la Défense à la police intégrée en vue d’assurer des missions de surveillance

Source:
Service de presse de Jan Jambon, Vice-Premier ministre et ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, chargé de la Régie des bâtiments

jan_jambon

Sur proposition du ministre de le la Sécurité et de l’Intérieur Jan Jambon, le Conseil des ministres a approuvé le maintien du déploiement de militaires sur le terrain, dans le cadre du protocole d’accord relatif l’appui de la Défense au service de police intégré en vue d’assurer des missions de surveillance.

Après avoir recueilli l’avis du Comité stratégique du renseignement et de la sécurité, le Conseil des ministres a décidé du maintien du déploiement de maximum 200 militaires pour les sites et institutions placés en niveau 3, ainsi que 20 militaires affectés aux institutions européennes, pour un mois supplémentaire, à partir du 1er septembre 2015.

L’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) effectuera une nouvelle évaluation globale de la menace en vue de préparer les travaux du Comité stratégique du renseignement et de la sécurité.

L'armée va aider la police intégrée ?

Posted by Pacifique FM – Officiel on dimanche 30 août 2015

Le centre de contrôle de trafic aérien militaire belge ouvre ses portes

Le centre de contrôle de trafic aérien militaire, l’Air Traffic Control Centre (ATCC) de la Composante Air ouvrira ses portes au public le vendredi 26 juin 2015 de 11h à 19h sur le site de “Belga radar”.

atcc militaire

Cette journée est la seule manifestation de cette année de la Composante Air en Belgique. Il s’agit d’une occasion unique pour La Défense de se manifester dans la province de Flandre orientale. L’ATCC peut donc compter sur la présence des autres composantes.

Vous trouverez plus d’information sur le site internet www.atcc-opendoor.be.

De plus, la Composante Air et Ursel Avia s’associent pour la première fois pour l’organisation du Fly In les 27 et 28 juin.militaire belge

Portes ouvertes à "Belga Radar" ce 26 juin.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 16 juin 2015

La criminalité en rue baisse de 30% grâce à l’armée !

Depuis le 17 janvier, date de l’arrivée d’une centaine de militaires dans les rues et du passage au niveau 3 de la menace terroriste, les procès verbaux dressés sur Bruxelles-Ville et Anvers ont chuté de 30 %.

Militaires dans les rues

Depuis l’opération anti-terroriste menée à Verviers en janvier dernier et la montée de la menace terroriste au niveau 3, la criminalité semble avoir grandement diminué dans les grandes villes les plus touchées telles que Bruxelles-Capitale et Anvers. Pour le moment, Anvers compte 57 militaires et Bruxelles-Capitale près de 118 militaires qui sont postés à des endroits stratégiques des deux villes.

On remarque depuis lors que les procès verbaux n’ont cessé de chuter dans les zones de police des zones d’Anvers et de Bruxelles-Capitale. La diminution serait d’environ 30% selon des sources sûres.

Par exemple, sur Bruxelles, les procès verbaux sont passés de 790 sur les douze premières semaines de l’année 2014 contre 550 cette année, montrant ainsi une baisse de plus de 30%. Quant à Anvers, les procès sont passés de 459 à 314, soit une diminution de plus de 31,5%.

Pour les cambriolages sur Anvers, le constat est le même. Les dépôts clandestins ont diminué de moitié (43 en 2014 pour 21 cette année) alors que les vols simples ont enregistré une diminution de près de 40%, voyant ces chiffres passer de 67 à 39 faits enregistrés en ce début d’année.

Diminution de la criminalité grâce aux militaires !

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 2 avril 2015