Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
20
lun
2017
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
nov 20 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]
21:00 MAXI TOP
MAXI TOP
nov 20 @ 21:00
 

View Calendar

Articles marqués avec ‘Lyon’

La cour d’appel de Lyon a confirmé la responsabilité de Monsanto dans l’intoxication aux pesticides de Paul François, céréalier de Bernac. C’est une première en France.

emu-aux-larmes-paul-francois-espere-que-sa-victoire-permettra-a-dautres-agriculteurs-de-briser-lomerta-et-de-faire-valoir-leurs-droits

Il a gagné. Huit ans de combat. « De souffrance et de pression. » Mais hier, la cour d’appel de Lyon a remis tout le monde à sa place: oui, Paul François, le petit gars de Bernac, céréalier du Ruffécois, est une victime. Et oui, Monsanto, le géant américain de l’agrochimie, producteur du Lasso et du Roundup notamment, est responsable.

 Responsable de l’intoxication de Paul François, de ses pertes de connaissance, de ses crachats de sang, de ses troubles de la mémoire, de la parole, de l’équilibre. La cour d’appel a dit ce que le TGI de Lyon avait déjà dit.

Fin du combat? Paul François n’y croit pas: « Vu leur comportement depuis huit ans, je pense qu’ils vont aller en cassation. Ils vont faire durer le plaisir car vu ce qu’ils m’ont fait endurer, ça a l’air d’être un plaisir pour eux de faire souffrir et de mettre la pression sur un petit citoyen comme moi. »

Paul François, épuisé par les procédures, les larmes aux yeux, dit: « Je suis content car on a montré, aussi, qu’on pouvait avoir confiance en la justice française. Que de grandes firmes aussi puissantes soient-elles ne pouvaient pas l’influencer, contrairement à ce qu’on me laissait entendre. »

Pour Marie-Monique Robin, auteur du film « Le Monde selon Monsanto », du livre-enquête « Notre poison quotidien », cette décision est « historique »: « C’est la première fois qu’un agriculteur fait condamner Monsanto. »

Le petit citoyen a gagné et c’est l’agrochimie triomphante qui est dans le viseur. Prochaine étape, outre la cassation: une procédure judiciaire pour faire évaluer le préjudice subi par Paul François. Un préjudice physique, moral, économique. « Car même si la société décide de se pourvoir en cassation pour contester sa condamnation, ça n’empêche pas le tribunal de se prononcer sur une indemnisation J’espère un résultat dans l’année« , a indiqué François Lafforgue, l’avocat de Paul François.

« Ce combat me dépasse »

La cour d’appel de Lyon a confirmé tous les attendus du premier jugement et reconnu la responsabilité pleine et entière de Monsanto dans l’intoxication de Paul François (lire ci-dessous). Désormais, les portes des tribunaux s’ouvrent pour toutes les victimes silencieuses des pesticides.

C’est le rêve, le sens de la lutte de l’agriculteur charentais, Petit Chose qui a fait trébucher l’ogre cynique. « Ce combat n’est pas que le mien. Il me dépasse désormais », reconnaît Paul François, prenant comme dernier baromètre le flot incessant d’appels reçus hier. « ça dépasse les frontières », dit-il avec le vertige. « Son parcours est emblématique », renchérit Marie-Monique Robin.

Emblématique au point de devenir un étendard. « Je voudrais vraiment que cette décision permette aux agriculteurs - et j’ai été un agriculteur conventionnel qui utilise la chimie - de sortir de l’omerta. » Il le répète, pour lui, ses collègues: « Les agriclulteurs doivent cesser de ce sentir stigmatisés. Il n’y a pas de honte à avoir utilisé la chimie. Elle était là, elle s’offrait à nous, on l’utilisait. Ils ont été trahis, ils sont les premières victimes. »

Il a montré la voie, montré que c’était possible. « Le cabinet de mon avocat a au moins 30 dossiers en cours », décrit Paul François qui, pour structurer les actions et épauler les victimes, a créé l’association « Phyto’Victim ».

« Il faudrait des class actions »

Marie-Monique Robin, experte du fonctionnement Monsanto, veut croire que cette victoire sur le terrain judiciaire permettra aux agriculteurs français de relever la tête, de ferrailler avec les firmes de la chimie. « Cette décision va faire jurisprudence. Mais le plus dur, c’est de sortir de l’anonymat pour se battre », souligne-elle. Elle se rappelle: « Quand j’ai rencontré Paul François pour la première fois, en 2007, il était seul, démoralisé. »

Elle croise les doigts pour une révolution culturelle dans le monde agricole, un éveil des consciences, une fin de la terreur chez les victimes. « J’espère que ça va donner à d’autres le courage de s’organiser et de lancer des procédures. » Elle plaide pour une évolution législative en France. « Il faudrait un outil comme les class actions (actions groupées, N.D.L.R.) qui permettent à plusieurs agriculteurs victimes de se fédérer et d’attaquer ensemble. Corinne Lepage avait tenté d’oeuvrer dans ce sens. ça permettrait aux victimes d’être plus fortes », explique-t-elle. Aux États-Unis, Monsanto a dû faire face à plusieurs procédures de ce genre.

Pour le céréalier de Bernac, en cours de conversion bio, il est temps de prendre l’air. « Je suis très fatigué, mais ça valait le coup. Je vais partir en vacances en famille d’ici 48 heures. J’ai besoin de repos. »

Source : http://www.charentelibre.fr/2015/09/11/paul-francois-terrasse-monsanto,2016549.php

Incident de niveau 1 à la centrale nucléaire du Bugey, près de Lyon

L’Autorité de sûreté nucléaire a publié un communiqué évoquant un problème de résistance de la tuyauterie dans le circuit de refroidissement du réacteur numéro 2.

centrale bugey ()

DR

Recrute plombier expérimenté pour tuyauterie capricieuse. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a publié un communiqué d’incident concernant la centrale du Bugey, dans l’Ain, sur signalement de son exploitant EDF. Ce dernier a remarqué des anomalies dans le circuit de refroidissement d’un des réacteurs.

Vulnérabilité du circuit de refroidissement

Si trois des quatre fuites repérées à l’été dans le circuit de refroidissement du réacteur 2 de la centrale du Bugey avaient rapidement été colmatées par des colliers d’étanchéité, la dernière se montre plus capricieuse. Et EDF avait demandé des analyses complémentaires sur cette fuite, avant de finalement décider de réparer la quatrième fuite en janvier 2016. Mais les premiers résultats d’expertise « des tuyauteries déposées ont montré que l’épaisseur résiduelle des tuyauteries ne leur permettait pas résister à un séisme du niveau du séisme majoré de sécurité », écrit l’ASN.

Un incident sans conséquences selon EDF

Dans l’hypothèse -certes peu probable- de la survenue d’un tel séisme, le réacteur 2 n’aurait plus été refroidi. Or, le système de refroidissement est un des piliers de la sécurité dans ce type de centrales. « EDF aurait alors dû déployer des procédures plus complexes pour préserver le refroidissement du cœur du réacteur », explique l’ASN

« Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation », précise encore le communiqué. EDF l’a ainsi classé au niveau 1 sur l’échelle INES (Échelle internationale des incidents nucléaires).

Source : lyoncapitale.fr

Incident de niveau 1 dans une centrale nucléaire en France.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur lundi 22 février 2016

[Vidéo] Le paysan qui résistait à son expropriation tabassé chez lui et laissé pour mort…

Dimanche 20 décembre 2015 vers 20 heures 30, l’agriculteur Philippe Layat est agressé à son domicile par trois hommes cagoulés, armés, qui le laissent pour mort après l’avoir frappé. Après trois jours d’hôpital, il témoigne devant la caméra.
layatt aaa

 

Tabassage, bombe lacrymogène sur Philippe (et sur son chien !!!), bâillonné au scotch puissant, tir à l’arme à feu, fouille et saccage de la maison, vol des clés pour sortir par le portail principal…

 


Philippe Layat raconte son aggression par pascontent-tv
Mais qui est donc Philippe Layat ? La réponse en une minute :

Qui est Philippe Layat ? par pascontent-tv

Les méthodes illégales d’expropriation contre… par pascontent-tv


Les méthodes illégales d’expropriation contre… par pascontent-tv

Philippe Layat habite un lambeau de campagne grignoté par une ville qui ne cesse de s’étendre. A Décines, dans l’agglomération lyonnaise, l’éleveur a été exproprié, victime collatérale du chantier du futur Grand Stade de Lyon et de l’OL Land, ce complexe de loisirs et de bureaux rêvé par le patron de l’Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas. L’une des routes qui mènera au site coupe ses terres en deux. D’un côté sa ferme, de l’autre les pâturages de ses moutons.

Depuis l’annonce de son expropriation, en 2012, il n’a cessé de se battre contre le Grand Lyon, la communauté urbaine responsable des travaux de voirie. Il a même fini en garde à vue. Trois fois. La faute à un caractère bien trempé. Avec son avocat Etienne Tête, également conseiller municipal et régional Europe Ecologie-Les Verts, il a épuisé tous les recours. Les travaux, eux, avancent inexorablement. Tout doit être prêt pour l’Euro 2016 de football.

A bientôt 60 ans, l’homme est « dégoûté », « dépité ». A qui profite ce crime ? Quel est le mobile (intimidation, le faire taire, le faire déménager) ? Une chose est sur : la carte bleue, pourtant bien en vue, n’a pas été volée alors que les agresseurs exigeaient de l’argent…

POUR SOUTENIR PHILLIPE LAYAT, C’EST ICI : https://goo.gl/PHVRh1

 

Un agriculteur tabassé à mort, mais par qui ?

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 24 décembre 2015