Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
10
lun
2018
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
déc 10 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Italie’

Revue de presse Européenne : Immigration : la France tente d’apaiser l’Italie

En marge du Conseil des ministres consacré à la gestion de la « crise migratoire » que l’Italie peine à gérer seule, les ministres de l’Intérieur italien, français et allemand se sont retrouvés hier à Luxembourg. Si les trois Etats affichent leur entente, un accord est loin d’être trouvé sur la gestion et la répartition des réfugiés.
« L’afflux de réfugiés et d’irréguliers à travers la Méditerranée sème la zizanie en Europe », titre Le Figaro.

italie france

En effet, depuis la semaine dernière, l’Italie retient 200 migrants (demandeurs d’asile, réfugiés et/ou migrants économiques) à sa frontière avec la France, cette dernière ne souhaitant pas les voir arriver sur son territoire. Plusieurs dizaines d’entre eux, n’acceptant pas l’idée qu’on leur interdise de rejoindre l’Allemagne, refusent de quitter les lieux et mènent une grève de la faim en signe de protestation.

L’Allemagne a elle aussi manifesté sa réticence à accueillir de nouveaux migrants économiques sur ses terres et compte sur l’Italie pour les retenir.

En effet, L’Express rappelle que si l’UE a bien agi pour sauver de la noyade les migrants arrivant sur les côtes méditerranéennes, c’est l’Italie seule qui gère ces nouveaux venus.

Une situation délicate et intenable pour cette dernière, déjà débordée par l’arrivée massive de nouveaux migrants chaque jour (57 000 arrivées depuis le début de l’année).

Lundi, le président du Conseil italien Matteo Renzi avait menacé les pays européens d’un « plan B » s’ils ne respectaient pas le principe de solidarité demandé par la Commission européenne en matière d’accueil des réfugiés. Ainsi, l’Italie comptait laisser passer les migrants clandestins dans ses pays voisins.

Le Figaro rapporte que si les pays européens refusaient de soutenir l’Italie dans la gestion de ces personnes, M. Renzi leur accorderait un « permis de séjour temporaire ». Comme dans chaque pays, celui-ci « permettrait à son bénéficiaire de circuler librement dans le reste de l’Europe pendant une durée de temps limitée (de trois mois à un an, selon les cas de figure) ». Une « réponse musclée » selon le journal, qui rappelle que l’Italie avait déjà eu recours à cette option en 2011.

L’Express estime que cette annonce est une réaction au revers électoral que le parti a subi il y a quelques semaines. Matteo Renzi pense avoir été puni par les Italiens pour sa « politique d’humanité et de générosité » envers les migrants. Désormais, il change de cap et durcit le ton.

La France a rétorqué que l’Italie se devait de respecter les règles européennes. Des propos qualifiés de « rodomontades » par M. Renzi. Pour le Le Figaro, une « crise politique de grande ampleur » est à craindre.

Face à cette montée des « tensions » [Le Monde], la Commission européenne a décidé de réunir hier les ministres de l’Intérieur français, allemand et italien à Luxembourg. Tous avaient la volonté de « calmer la crise Vintimille », selon Les Echos.

Après leur échange, les trois responsables politiques ont décidé de faire bonne figure, relate Le Monde. Le ministre de l’Intérieur français Bernard Cazeneuve a déclaré à la presse : « Vous avez trois amis devant vous » et d’insister sur l’importance de la « solidarité à l’égard des réfugiés, solidarité entre nous ».

Pour le quotidien, c’est une manière, « en filigrane », d’accepter le programme de la Commission sur l’immigration « à condition, toutefois, qu’il soit complété par des mesures permettant un examen rapide du statut des personnes arrivées en Italie et en Grèce et le renvoi rapide de ceux qui ne pourraient prétendre à être accueillis ».

La Commission propose en effet que les 28 Etats se répartissent 40 000 migrants afin d’alléger leur prise en charge par l’Italie et la Grèce.

De leur côté, les ministres de l’intérieur des 28 pays de l’Union européenne ont, selon Les Echos, tous répondu positivement à l’idée « d’assumer leur part de l’asile, actuellement fourni à 75 % par 5 pays [européens] », « mais seulement dans le principe »… Le Monde rappelle en effet qu’une dizaine d’Etats membres restent hostile à une répartition obligatoire des migrants sous forme de quotas.

Incapables de s’accorder sur des mesures plus concrètes, les Etats membres ont repoussé leur réponse au mois de juillet. En attendant, ils devraient de nouveau aborder cette question lors du sommet européen des 25 et 26 juin prochains [Les Echos].

La France tente d'apaiser l'Italie sur le contexte de l'immigration entre les deux pays.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 17 juin 2015

Revue de presse Europe : L’Italie ne veut plus être seule face aux réfugiés

200 migrants ont tenté ce week-end de passer la frontière italienne pour rejoindre la France mais ont été refoulés par la police. Si elle coopère actuellement avec ses voisins sur la gestion des réfugiés, l’Italie étouffe sous le poids migratoire et exige plus de solidarité de la part des pays de l’Union européenne.
Depuis le jeudi 11 juin, environ 200 migrants se sont rassemblés à la frontière franco-italienne, près de la ville de Vintimille, pour essayer de pénétrer l’Hexagone. Mais les gendarmes français les ont empêchés pendant plusieurs jours de traverser la frontière.

italie politique

Puis, samedi dernier, Libération rapporte que la police italienne, « [équipée] de casques, visières et boucliers », est intervenue pour repousser et disperser « sans ménagement » ces migrants qui « viennent notamment de Somalie, d’Erythrée, de Côte d’Ivoire ou du Soudan ».

Les autorités italiennes ont affirmé que le but de cette opération était de « les emmener en bus vers des centres d’accueil de la province d’Imperia ».

Si beaucoup ont obtempéré, quelques dizaines n’ont pas voulu quitter la frontière : « les migrants étaient réfugiés sur des rochers, en bord de mer, en contrebas de la route qui conduit en France » et ont manifesté, « pancartes et slogans à l’appui, leur désir de gagner divers pays européens », indique Le Figaro.

Ils revendiquent ainsi le droit à la paix, à la liberté, au travail et « [demandent] pacifiquement qu’on les laisse passer pour qu’ils puissent gagner le pays européen de leurs rêves » [Libération].

Si une aide humanitaire était présente pour approvisionner les réfugiés en eau et en nourriture, certains d’entre eux ont refusé de s’alimenter en signe de protestation contre le blocage de la frontière entre la France et l’Italie.

Le Monde précise que la plupart des pays limitrophes de l’Italie, comme la France, la Suisse et l’Autriche ont « bouclé leurs frontières » face à l’afflux massif de réfugiés sur le territoire européen, les rendant « infranchissables ».

Les Echos annoncent que « la crise des migrants africains […] s’envenime en Europe ».

Pour La Croix, si l’Italie « se montre solidaire dans la gestion policière de ses frontières communes », elle risque aussi de changer d’attitude si les autres pays européens ne se montrent pas plus solidaires en ce qui concerne l’accueil des migrants sur leurs terres.

D’autant plus que les ministres de l’Intérieur des 28 Etats membres se réunissent aujourd’hui à Luxembourg afin d’organiser « le renforcement de la solidarité » ainsi que « la répartition dans les différents pays européens des migrants éligibles au statut de réfugiés ».

Le président du Conseil italien Matteo Renzi attend beaucoup de cette réunion. Il estime en effet que cette crise migratoire « est un problème sérieux et, que ce soit bien clair, les réponses de l’Europe n’ont pas jusqu’à maintenant été suffisamment bonnes ». Avant d’ajouter une menace à peine voilée : « Si l’Europe choisit la solidarité, c’est bien. Si elle ne le fait pas, nous avons un ‘plan B’ tout prêt. Mais qui frapperait surtout l’Europe en premier » [Le Point].

La Croix interprète ces propos et estime qu’ils signifient que « l’Italie pourrait relâcher ses efforts pour maîtriser les flux ». Elle l’a d’ailleurs déjà fait en 2011, au cours du printemps arabe.

Selon Le Monde, l’Italie « demande aussi une modification de la Convention de Dublin, qui prévoit que les demandeurs d’asile postulent dans leur pays d’entrée en Europe ». Une règle que le pays voit comme « injuste » puisqu’elle le contraint de gérer des milliers de demandeurs d’asile arrivés sur son territoire.

En réponse à cette crise, la Commission européenne a proposé un mécanisme obligatoire de répartition de 40 000 réfugiés entre les Etats membres.

Mais « l’UE a du mal à réunir un consensus autour de son programme de répartition des migrants » note Le Figaro, au vu des « réactions ont été très tièdes, voire carrément hostiles », selon Les Echos : « les anciens pays de l’Est et les Baltes ne veulent pas entendre parler de répartition obligatoire », la France et l’Allemagne sont pour, mais exigent des conditions suspensives, tandis que la Grande-Bretagne, le Danemark et l’Irlande n’ont pas d’obligation de participer au dispositif.

L'Italie veut l'aide des autres pays Européens pour l'afflut de migrants.

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 15 juin 2015

Naufrage de migrants : 28 survivants sur les 700 personnes à bord !

Dans la nuit de samedi à dimanche, au large des côtes libyennes, un chalutier de plus de 700 personnes a fait naufrage. Le bilan actuel n’annonce que 28 survivants.

Naufrage

Ce matin, le bilan était de « 24 morts et de 28 survivants » ont indiqué les garde-côtes italiens dans un communiqué. Pour le moment, aucun autre survivant ou nouvelle victime n’ont été retrouvés après le naufrage du chalutier.

De son côté, la porte-parole en Italie du HCR, Carlotta Sami, interrogée sur la télévision Rainews24, a déclaré que « les recherches continuent mais malheureusement, aucun survivant n’a été retrouvé ».

Un premier témoignage des survivants, recueilli par le Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) a fait état de 700 personnes à bord de ce chalutier alors que les garde-côtes italiens ne confirment pas ce chiffre de 700 personnes, mais précisent que ce chalutier de 20 mètres de long « est en capacité de transporter plusieurs centaines de personnes ».

Un second survivant a ensuite raconté aux enquêteurs, depuis l’hôpital de Catane où il a été transporté dimanche, que le chalutier transportait quelque 950 personnes dont une cinquantaine d’enfants et 200 femmes. Cependant, Carlotta Sami explique qu’elle compte « recouper les témoignages pour savoir exactement combien ils étaient à bord » tout en ajoutant que « 950 personnes sur un bateau de 20 mètres de long, cela semble excessif ».

Ce naufrage, qui fait suite à deux autres catastrophes de la sorte ayant fait quelque 450 disparus, selon le récit des survivants, accentue encore la pression sur l’Europe, qui envisage de convoquer un sommet extraordinaire.

C’est pour ces raisons que l’Union européenne (UE) a convoqué en urgence une réunion conjointe des ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères ce lundi. La réunion devrait débuter vers 15h à Luxembourg, après la réunion mensuelle des ministres des Affaires étrangères, a indiqué à l’AFP une porte-parole du Conseil européen, qui représente les 28 Etats membres de l’UE.

Durant cette réunion, les ministres devront discuter de l’assistance que pourrait fournir l’UE à un gouvernement d’unité nationale actuellement en pourparler en Libye, seule garantie à leurs yeux de réconciliation politique, et seul moyen d’endiguer le flot de migrants.

Naufrage d'un chalutier au large des côtes libyennes : "probablement des centaines de victimes" !

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 20 avril 2015

3 morts au tribunal de Milan !

Jeudi matin, un homme a ouvert le feu au tribunal de Milan, provoquant la mort de trois personnes dont un juge et un avocat.

730326-le-tribunal-de-milan-le-9-juillet-2011

L’homme devait être jugé pour banqueroute frauduleuse suite à la faillite d’une de ses agences immobilières en 2008, et c’est, principalement, ce qui expliquerait son geste.

Il a d’abord tué un avocat qui avait refusé de le défendre au troisième étage du tribunal. Il est ensuite descendu au deuxième pour tuer le juge dans son bureau. Un troisième homme est également mort mais il n’a aucune trace de tirs sur son corps, ce qui faisait dire au secours qu’il serait décédé à la suite d’une crise cardiaque provoquée par la panique.

Quand les forces de l’ordre sont arrivés sur les lieux, il pensaient qu’il se trouvait toujours à l’intérieur alors qu’il avait pris la fuite en moto. Mais le réseau de vidéo-surveillance a repéré sa plaque d’immatriculation, et il a été arrêté à 30 km du tribunal, à Vimercato a annoncé le ministre de l’Intérieur italien, Angelino Alfano. Selon certaines sources, au moment où il a été conduit à une caserne des carabiniers, il aurait fait un malaise et il aurait été conduit à l’hôpital.

Alors que ce n’est pas la première fois que cela arrive, certains s’interrogent car l’entrée est pourtant contrôlée avec des détecteurs de métaux. Edmondo Bruti Liberati, le procureur de Milan a confirmé que les détecteurs de métaux fonctionnaient tous au moment où l’auteur présumé du crime est rentré mais il est possible que le tireur ait utilisé l’entrée des avocats, magistrats et membres du personnel du tribunal qui, elle, est exemptée de détecteur…

Fusillade au tribunal de Milan causant la mort de 3 personnes !

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 10 avril 2015

« LA FORCE DE L’HAIR », des étudiants de l’IPES Ath en Italie !

hair

Depuis le 8 mars dernier, 4 étudiants de l’Institut Provincial d’Enseignement Secondaire d’Ath en section « Coiffure » se sont envolés pour l’Italie, à Empoli. Dans le cadre du programme Erasmus + 2014 – 2016, ils sont accueillis au sein de l’Académie ISANTINI Hair&Beauty jusqu’au 28 mars prochain.

Au total, 21 élèves issus d’écoles provinciales hainuyères et deux accompagnateurs par école sont concernés par ce programme de certification. (Institut Provincial d’Enseignement Secondaire d’Ath, Institut Provincial d’Enseignement Secondaire Léon Hurez de La Louvière, Institut Provincial d’Enseignement Charles Deliège Binche-Carnières, Lycée Provincial des Sciences et des Technologies – Ecole du Futur de Soignies, Académie Provinciale des Métiers de Mons)

Expérimenté l’an dernier par l’école du futur de Soignies, le présent projet Erasmus+ a pour but de faire passer aux étudiants une partie de l’UAA (Unité d’Acquis d’Apprentissage) de coiffure de circonstances.

Pour participer à cet échange formatif, chaque élève a reçu une bourse de mobilité d’un montant de +/- 2000€ couvrant l’ensemble des frais liés au déplacement, au séjour, à la formation, au matériel ou encore aux visites culturelles sur place…

Lors de ce séjour en Italie, les professeurs belges évalueront sur place certains points liés à la formation : l’accueil, le diagnostic et les règles professionnelles suivant la grille d’évaluation organique du profil de certification. Le reste des compétences sera lui aussi évalué mais uniquement à titre formatif.
Dès leur retour en classe, les étudiants seront évalués sur les techniques qui n’ont pas été certifiée en Italie, notamment la réalisation du chignon sur modèle.

Ce programme de 3 semaines de formation, préparé en amont avec le partenaire italien, Monsieur Santini, se tient au sein de l’académie privée ISantini de Empoli.

Dès leur arrivée, les étudiants ont rencontré les responsables du Centre Académique pour une visite guidée des infrastructures de l’académie. Ils se sont également familiarisés avec le matériel didactique du salon ainsi que les techniques de travail propres à celui-ci.
Cette formation est une occasion unique pour les étudiants de passer de la théorie à la pratique grâce aux conseils de professionnels qui les encadrent. En effet, des tests de pratique professionnelle sur tête malléable (coupe, observation des gestes techniques de base, manipulation, mise en forme) un module de présentation, manipulation et utilisation de nouveaux produits ou encore des cours théoriques de morphologie sont prodigués par Monsieur SANTINI et son équipe.

La pratique de l’italien est également de mise dans des ateliers de mise en situation d’accueil des clients !
Des stages en immersion sont au programme, les étudiants sont répartis en petit groupe tant au sein de l’Académie que dans des salons de coiffure extérieurs pour développer toutes les aptitudes requises à l’obtention de la certification de l’UAA de coiffure de circonstances.

Pour agrémenter le séjour, des visites culturelles et une découverte des mets et saveurs italiennes laisseront un souvenir impérissable aux étudiants hainuyers !

Pour clôturer cette riche expérience, la veille de leur départ, les étudiants se verront remettre par Monsieur Santini une attestation lors d’une cérémonie de clôture.
Infos : Carine Colin – Chef d’Atelier
IPES ATH – 14, rue des Récollets – 7800 Ath
Tél : 068/26 41 22