Titre obligatoire

Emissions à venir

oct
16
mar
2018
14:00 WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
oct 16 @ 14:00
WARM UP - Bob,Laurent et Wallace
Le Warm up c’est de la musique pour agrémenter votre après-midi, mais aussi………de la musique et encore de la joie !  
16:00 BeWAPI – Wallace
BeWAPI – Wallace
oct 16 @ 16:00
BeWAPI - Wallace
BeWAPI – Le mardi de 16h à 18h   Patrick James Wallace sera avec vous pour cette émission consacrée à la Wallonie Picarde On y retrouve du tourisme, des rendez-vous culturels  mais aussi des associations[...]
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
oct 16 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘internet’

Les pays qui visitent www.pacifiquefm.be en 2016

logo-pacifique-CMJN

Le monde entier écoute Pacifique FM via le net, le continent principal est naturellement l’Europe,

vient ensuite l’Amérique du Nord.

Analysons en détails les lieux où l’ont nous écoute ( au 22/07/2016 ):

Europe :

Lieu Visites % Visites
1. Belgique 114 749 54,48 %
2. France 57 751 27,42 %
3. Bulgarie 10 516 4,99 %

 

4. Allemagne 8 699 4,13 %
5. Ukraine 3 020 1,43 %
6. Royaume-Uni 2 491 1,18 %
7. Danemark 2 056 0,98 %
8. Suisse 1 838 0,87 %
9. Pays-Bas 1 516 0,72 %
10. Irlande 1 428 0,68 %

Amérique du Nord :

USA :

Lieu Visites % Visites
1. California 11 793 39,14 %
2. Washington 5 057 16,78 %
3. New York 3 426 11,37 %
4. Inconnu (États-Unis) 3 123 10,36 %
5. Virginia 2 587 8,59 %
6. New Jersey 548 1,82 %
7. Delaware 522 1,73 %
8. Texas 443 1,47 %
9. Illinois 379 1,26 %
10. Arizona 291 0,97 %

 

Canada :

1. Canada 2 587 100,00 %

Afrique :

Lieu Visites % Visites
1. Algérie 1 553 34,67 %
2. Maroc 1 056 23,58 %
3. Tunisie 695 15,52 %
4. La Réunion 203 4,53 %
5. Côte d’Ivoire 145 3,24 %
6. Sénégal 129 2,88 %
7. Bénin 79 1,76 %
8. Mali 68 1,52 %
9. Madagascar 65 1,45 %
10. Cameroun 63 1,41 %

Russie :

1. Russie 1 179 100,00 %

Asie :

1. Chine 1 599 71,51 %
2. Inde 451 20,17 %
3. R.A.S. chinoise de Hong Kong 67 3,00 %
4. Taïwan 31 1,39 %
5. Pakistan 27 1,21 %
6. Iran 17 0,76 %
7. Kazakhstan 10 0,45 %
8. Bangladesh 9 0,40 %
9. Sri Lanka 7 0,31 %
10. Népal 5 0,22

Moyen-Orient :

1. Turquie 192 36,36 %
2. Liban 128 24,24 %
3. Israël 72 13,64 %
4. Émirats arabes unis 42 7,95 %
5. Qatar 23 4,36 %
6. Arabie saoudite 14 2,65 %
7. Chypre 13 2,46 %
8. Arménie 9 1,70 %
9. Jordanie 9 1,70 %
10. Oman 5 0,95 %

Le reste du monde, Amérique du Sud, Australie, Asie du sud-Est sont insignifiants.

Notre public se situe donc principalement en Belgique, ensuite en France et puis aux USA ( Les états de Californie & Washington & New York).

A remarquer l’ïle de la Réunion avec 203 personnes en presque 7 mois.

Ceci nous le rappelons est uniquement notre audimat internet, nous avons suivant ces chiffres touché via ce moyen 5 %

de la population belge de la Fédération Wallonie-Bruxelles entre 15 et 65 ans.

Moyens d’écoute utilisés sur internet pour nous écouter :

60 % via des PC de bureau

40 % via des appareils mobiles ( smartphone,tablettes, etc.. )

Principaux appareils mobiles
Appareil Visites % Visites
1. Samsung 22 734 21,21 %
2. SM 16 316 15,23 %
3. iPhone 15 599 14,56 %
4. Motorola 9 427 8,80 %
5. iPad 6 237 5,82 %
6. GT 5 578 5,21 %
7. Nexus 2 592 2,42 %
8. HUAWEI 2 159 2,01 %
9. Huawei 2 000 1,87 %
10. D2303 1 606 1,50 %

Nos aînés de plus en plus branchés !

Courrier, facture, déclaration d’impôts, compte bancaire,… Une bonne partie de nos gestes quotidiens passent désormais par internet.

Acheter un ordinateur est une chose ; savoir s’en servir efficacement en est une autre, surtout lorsqu’on n’appartient pas à la génération Y. Pour encourager les seniors à faire leur premiers pas dans l’informatique, la Ville de Tournai et la Province de Hainaut se sont associées à travers un contrat de supracommunalité.
Les plus de 350 seniors qui ont suivi les cours d'informatique sont réunis à la Halle aux Draps de Tournai pour recevoir leur diplôme
Depuis le début du programme, ils sont plus d’un millier d’étudiants aux cheveux blancs à avoir suivi la formation. La dernière session vient de se clôturer par une remise officielle de diplômes à la Halle aux Draps : elle a réuni 350 inscrits. Un record ! Pour gérer cet afflux, la Ville s’est tournée vers la Province. « La plupart des pouvoirs locaux éprouvent aujourd’hui des difficultés d’ordre financiers ou organisationnel, pointe Lateitia Liénard, l’échevine des aînés. Nous avons donc intérêt à mutualiser nos forces en nouant des partenariats ». Partant de ce raisonnement, Tournai a conclu une convention avec la Province et l’e­Campus. « L’Institut provincial de Formation nous aide dans le cadre de la dispense des formations, l’e­Campus met à disposition les locaux et le matériel au centre Negundo et la Ville chapeaute le tout » .

Ce n’est pas la première fois que la Province et Tournai collaborent. Une formation de remise à niveau au code de la route avait déjà été organisée en collaboration avec l’Académie de Police. Cette fois, il s’agit d’apprendre à surfer sur les autoroutes de l’information ! Aucun prérequis n’est exigé. « On commence par la prise en main de l’ordinateur pour les néophytes, explique Eric Degransart, formateur. Puis on aborde la communication sur internet, la protection contre les virus, la manipulation de la photo et de la video et enfin les réseaux sociaux ».

Et ils en redemandent ! « On croyait qu’après les séances d’initiation, l’engouement allait baisser mais c’est tout le contraire, note Eric Degransart qui assure la liaison entre les communes et la Province. Du coup, la collaboration avec Tournai se prolongera au moins jusqu’en 2018″. Avec des innovations, comme cette initiation au smartphone prévue cette année et, dans un autre domaine, une formation aux premiers secours. « La demande est forte, conclut Laetitia Lienard. Les gens qui viennent ici on env

ie de bouger, de communiquer et d’apprendre sans cesse. Je leur tire mon chapeau ! »

La prochaine séance d’information est prévue le 23 février.

Infos :
Administration communale de Tournai
Département des ainés
069 33 22 14

Tournai, nos aînés sont de plus en plus connectés !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 23 janvier 2016

Conférence-débat sur les dérives de l’Internet et les moyens pratiques d’en protéger les jeunes

Ce jeudi 19 novembre 2015 à 19h15, l’Internat provincial mixte de Nursing à Tournai organise une conférence-débat sur les dérives de l’Internet et les moyens pratiques d’en protéger les jeunes, à destination des ses internes.

internet

Internet, Facebook, Youtube et les autres. Ce sont les terrains d’aventure de notre jeunesse et si, en apparence, ils semblent moins dangereux que ceux de jadis, ils recèlent d’autres pièges d’autant plus insidieux qu’ils se cachent derrière le masque rassurant d’un écran.

Ces pièges, on les connaît : images « douteuses », invitations à des rencontres « pernicieuses » et toutes les manipulations possibles. Comment distinguer le faux du vrai, le « bienveillant » du « pervers », l’invraisemblable du réel et surtout le danger ?

Ces dérives, quasi permanentes, trouvent dans l’insouciance des jeunes un terreau fertile dans lequel peuvent se développer bien des malentendus. Sans oublier le fait que les réseaux sociaux deviennent parfois (souvent) les canaux de la moquerie, du refus de la différence, voire de ce qui relève du harcèlement.

Confrontés à cette réalité, les jeunes, leurs parents ou encore les enseignants ou éducateurs sont souvent désarmés et ne peuvent que reconnaître une certaine incompétence face à ces nouveaux défis éducatifs. Pourtant, il existe des outils pratiques qui permettent de repérer les problèmes et de trouver les solutions, tant sur le plan psychologique que technique, sans oublier le cadre de la loi.

Ces outils seront présentés, de manière très concrète et dynamique, par Olivier Bogaert, Commissaire de la Computer Crime Unit.

Informations pratiques
Marie-Ange Voet
Lieu : Internat mixte de Nursing de Tournai
Boulevard Albert 1er, 1
7500 Tournai
Date : jeudi 19 novembre 2015 à 19h15
Renseignements : +32 (0)69 23 24 26 ou 0475/74.98.80

Les dérives d'internet et s'en prévenir.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mercredi 18 novembre 2015

Les 3 arnaques en ligne les plus dévastatrices via net

L'arnaque aux sentiments est celle qui le plus de dégâts financiers, analyse Olivier Bogaert, inspecteur de la Computer Crime Unit.

L’arnaque aux sentiments est celle qui le plus de dégâts financiers, analyse Olivier Bogaert, inspecteur de la Computer Crime Unit.-Fotolia

Les arnaqueurs du Web sévissent sur les réseaux sociaux, les sites de rencontres ou encore les sites de petites annonces pour vous soutirer des sommes parfois colossales.

De l’exploitation honteuse de la solitude à la publication de petites annonces piégées, les experts de l’arnaque en ligne déploient des trésors d’ingéniosité à l’heure de dépouiller leurs victimes.

Quelles sont les méthodes les plus dévastatrices ? Quels sont les montants probablement perdus à jamais ? Le point avec Olivier Bogaert, inspecteur de la Computer Crime Unit (CCU).

1. L’arnaque aux sentiments

Sur Facebook, sur un site de rencontre, sur Skype ou par courrier électronique, un inconnu(e) sort soudainement du lot.

Le prince charmant / la princesse charmante semble s’intéresser à votre quotidien, votre vie, votre histoire avec une motivation sans nulle autre pareil. Les petites attentions et les violons font mouche.

Le mirage d’une vie meilleure aveugle la victime potentielle (« la clé, c’est notamment de faire rêver, de s’intéresser à l’autre, de souligner les points communs », dixit Olivier Bogaert). Le piège s’apprête à se refermer.

Pourtant confinée à Skype, la messagerie instantanée et le mail, la relation virtuelle accouche d’une demande d’aide financière, à transférer de préférence par un moyen de paiement quasi irréversible et intraçable comme Western Union.

Les prétextes ? « Ils sont variés », témoigne Olivier Bogaert. « Ils concernent généralement un projet commun qui a besoin d’un coup de pouce. C’est par exemple débloquer temporairement des fonds pour acheter une petite maison pour démarrer une nouvelle vie à deux. »

Montants mis en jeu : « de 20.000 à 1 million d’euros », précise l’inspecteur de la CCU. « Les arnaques aux sentiments sont celles qui font le plus de dégâts financiers. »

« Elle a ouvert son cœur et son portefeuille »

« Le cas le plus marquant, c’est celui d’une dame de 58 ans qui avait dédié sa vie aux autres », se souvient l’expert. « Au cœur de sa solitude, elle a rencontré en ligne un inconnu qui a fait naître les espoirs d’une fin de vie heureuse à deux dans le sud de la France. Elle a ouvert son cœur et son portefeuille. Elle a perdu tout ce qu’elle avait : 60.000 euros.

Son prétendant se présentait comme un ingénieur de Total au seuil de la retraite, constamment en déplacement dans le monde sur des sites de forage. Le pactole à venir de l’assurance-groupe devait lui permettre d’acheter une petite maison où le couple profiterait d’une retraite bien méritée. Lorsqu’il est soit disant tombé sur une bonne affaire, il a demandé à sa victime d’avancer l’argent.

Ruinée, cette dame a pleinement pris conscience de la manipulation le jour où elle est tombée dans un magazine sur la photo de Marc Levy. Elle a reconnu l’homme avec qui elle était en contact, qui utilisait des photos du romancier dénichées en ligne pour donner de ses nouvelles.Marc Levy sur Internet, c’est comme Martine : on trouve via Google des images de Marc Levy à la plage, Marc Levy au ski… »

Le chantage à la webcam est une variante « populaire » du chantage aux sentiments.

2. L’arnaque aux petites annonces

Des petites annonces en ligne dopées à la malhonnêteté salissent les rangs des sites comme Immoweb, eBay, 2ememain…

Le fléau est tel que le spécialiste des annonces immobilières relaie un avertissement sur sa page d’accueil.

« Soyez vigilants lorsque vous tombez sur un bien dont le prix semble être trop beau pour être vrai », insiste Immoweb.

Le cas emblématique, « c’est le bien proposé à la location à un prix nettement inférieur à ceux de marché », explique Olivier Bogaert. « Ce bien est loué par un prétendu fonctionnaire européen renvoyé dans son pays pour une mission d’une durée indéterminée. Comme il ne souhaite pas laisser inoccupé cet appartement dont il est le propriétaire, il accepte de le louer à prix réduit, même à des étudiants qui pensent tomber sur l’affaire du siècle.

Comme il est à l’étranger, le propriétaire demande qu’une garantie soit déposée à un intermédiaire, via Western Union ou une mule, afin que ce tiers ne se déplace pas pour rien au moment d’assurer la visite, conclure le bail dans la foulée et remettre les clés. »

Montants mis à jeu : « des sommes de 700 à 800 euros, soit un mois de loyer »

Google Images à la rescousse

Pour éviter ces incidents locatifs, l’astuce de base consiste à télécharger la photo de l’appartement dans Google Images. Si la même image a déjà été utilisée pour des dizaines d’annonces totalement différentes, elle sera trahie par le moteur de recherche.

En marge de l’immobilier, les autres annonces faisandées concernent la voiture d’occasion « vendue à un prix dérisoire » ou encore l’appareil photo de haut niveau échangé contre une bouchée de pain. Avec en ligne de mire, le séjour à l’étranger du propriétaire, qui réclame d’une manière ou d’une autre un envoi d’argent, par Western Union, par carte de crédit prépayée, des cartes prépayées comme paysafecard… « Certains demandent même à l’acheteur potentiel de payer le passage d’un… transporteur chargé de montrer le véhicule d’occasion. »

3. L’arnaque au placement

Au sommet de la pyramide de l’arnaque au placement, les faux sites de Forex tiennent le haut du pavé.

Le Forex, c’est le marché des changes hautement spéculatif sur lequel se négocient les devises convertibles. Seuls les « traders » expérimentés osent s’y aventurer. Les gains y sont potentiellement énormes. Tout comme les pertes.

Une fois recruté par une faux site de Forex, il n’y a plus que des pertes en perspective pour l’investisseur en ligne du dimanche.

Tout est faux ! Les cours qui s’affichent sur votre écran sont manipulés. Les « traders » qui vous coachent mettent tout en œuvre pour retarder le moment de la prise de conscience de la supercherie.

Pour s’improviser « trader » à domicile, le piégé a directement envoyé ses deniers sur les comptes des arnaqueurs,  rassemblés « dans des structures criminelles plus organisées » précise Olivier Bogaert.

Si les premières affaires imaginaires semblent vous récompenser largement, le site et vos interlocuteurs disparaîtront dans la nature si jamais vous osez demander un retrait des sommes investies et des gains.

Montants mis en jeu : de quelques milliers à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

+ Pour en apprendre plus sur les arnaques en cours sur Internet, Olivier Bogaert vient de publier son nouvel ouvrage chez Racine : « Surfons tranquille ! 3.0 »

source: lavenir.net

Arnques, attention à tout maintenant !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 5 novembre 2015

Tentative d’escroquerie par Internet, mise en garde

Depuis quelques jours, de nombreuses personnes contactent la gendarmerie suite à l’apparition d’un message sur leur ordinateur les invitant à payer une amende de 200 Euros par un moyen de paiement électronique et se réclamant de la gendarmerie nationale. Il s’agit d’une tentative d’escroquerie.
ransomware

Les victimes dont les cas ont été rapportés sont en général attaquées par le biais de bannières publicitaires affichées sur des sites de diffusion en flux de vidéos (ou streaming ). Ces bannières publicitaires contiennent un programme (ou script ) qui s’exécute dans le navigateur de la victime et exploite une vulnérabilité de certains logiciels permettant l’affichage d’animations ou de documents. Une fois l’ordinateur contaminé, il affiche un message menaçant de poursuites judiciaires et invitant à payer une amende par voie électronique. Le système devient difficilement utilisable.

Quelle réaction adopter ?

Il ne faut évidemment pas payer la somme d’argent réclamée.

Si vous n’avez pas payé ces sommes il n’est pas nécessaire de déposer plainte, plusieurs enquêtes judiciaires sont déjà ouvertes pour ces faits et une coordination de cette affaire est assurée par la Division de lutte contre la cybercriminalité du Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Rosny-sous-Bois.

Si par mégarde vous avez payé une telle rançon, il faut vous rapprocher de la brigade de gendarmerie  ou du commissariat de police de votre domicile pour envisager des suites judiciaires et peut-être apporter des éléments qui seraient utiles à l’enquête.

Si votre ordinateur est victime de cette infection, la plupart des sociétés antivirus diffusent actuellement des informations permettant de faire face à la situation, par exemple en redémarrant l’ordinateur sur un cédérom de décontamination.

Un guide est aussi diffusé à cette adresse ( http://www.hadopi.fr/sites/default/files/page/pdf/Conseils_desinfection_Gendarmerie.pdf external link).

De façon générale, il est important de toujours tenir à jour son système d’exploitation et l’ensemble des logiciels installés, ainsi que la solution antivirus et il ne faut jamais accepter l’installation d’un logiciel dont on ne connaît pas l’origine, notamment si cette installation est déclenchée par la visite d’un site Internet.

Sources : SIRPA gendarmerie

 

Arnaque sur le net attention à vous.

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 4 mai 2015

« 72 heures » : Le nouveau défi internet qui fait polémique !

Il y a eu la Neknomination qui consistait à avaler cul-sec un verre d’alcool, « À l’eau ou un resto » où les nominés qui ne plongeaient pas la tête dans l’eau devaient payer un restaurant ; le nouveau défi à la mode consiste maintenant à disparaitre sans laisser de traces.

facebook1

« 72 heures », c’est le nom du nouveau défi qui inquiète. Le principe est simple : une personne nomine trois compagnons qui devront disparaitre durant une période s’étalant entre 1 et 3 jours sans prévenir ses proches. Si la personne est retrouvée avant le temps donné, il doit recommencer.

Le principe du défi a de quoi effrayer et éveiller la psychose des parents et proches. La règle numéro un étant de ne prévenir personne, tous les scénarios peuvent être envisagés et la piste d’un enlèvement peut naitre dans l’esprit de ceux qui n’ont aucune idée de l’existence d’un tel défi.

D’après le site Doctissimo, le phénomène serait né dans le Sud de la France avant de se répandre dans tout le pays. Avec internet et la rapidité de transmission de tels challenges via les réseaux sociaux, il n’est pas impossible que ce « jeu » fasse son apparition chez nous.

Toujours selon Doctissimo, la petite Emma, disparue jeudi 23 avril et réapparue dimanche 26 avril sans dire à ses parents ce qu’elle avait fait et où elle s’était réfugiée durant ces trois jours, a bien déclaré à la police que sa disparition faisait suite à une nomination au Jeu des 72h. « La mineure est restée très floue sur ce qu’elle avait fait pendant cette fugue refusant de donner les noms des personnes qui l’auraient aidée, » explique le parquet de Valenciennes qui devra éclaircir si la jeune ado était seule.

Disparaître pendant 72 heures sans laisser de traces : c'est le principe du nouveau défi internet qui inquiète !

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 1 mai 2015

Comment aider les jeunes à lutter contre les dérives d’Internet ?

Le jeudi 7 mai 2015 à 19h, L’Athénée Provincial de Leuze et le Centre Psycho Médico Social provincial de Péruwelz organisent une conférence-débat sur les dérives de l’Internet et les moyens pratiques d’en protéger les jeunes.

pms

Internet, Facebook, Youtube et les autres. Ce sont les terrains d’aventure de notre jeunesse et si, en apparence, ils semblent moins dangereux que ceux de jadis (bois, carrières abandonnées, ruines industrielles), ils recèlent d’autres pièges d’autant plus insidieux qu’ils se cachent derrière le masque rassurant d’un écran.

Ces pièges, on les connaît : images « douteuses », invitations à des rencontres « pernicieuses » et toutes les manipulations possibles. Comment distinguer le faux du vrai, le « bienveillant » du « pervers », l’invraisemblable du réel et surtout le danger ?

Ces dérives, quasi permanentes, trouvent dans l’insouciance des jeunes un terreau fertile dans lequel peuvent se développer bien des malentendus. Sans oublier le fait que les réseaux sociaux deviennent parfois (souvent) les canaux de la moquerie, du refus de la différence, voire de ce qui relève du harcèlement.

Confrontés à cette réalité, les parents sont souvent désarmés et ne peuvent que reconnaître une certaine incompétence face à ces nouveaux défis éducatifs. Pourtant, il existe des outils pratiques qui permettent de repérer les problèmes et de trouver les solutions, tant sur le plan psychologique que technique, sans oublier le cadre de la loi.

Ces outils seront présentés, de manière très concrète et dynamique, par Olivier Bogaert, Inspecteur principal spécialisé dans la criminalité informatique, chroniqueur sur Classic 21 et expert auprès de RTBF, ainsi que par Jean-François Goldian, Inspecteur principal de la Zone de Police Leuze/Beloeil.

Voilà qui promet une traque aux dérives redoutées et un excellent débat en perspective !

Informations pratiques
Entrée gratuite
Lieu : Athénée provincial de Leuze (restaurant scolaire)
Rue Paul Pastur
7900 Leuze
Date : jeudi 7 mai 2015 à 19h
Renseignements : 069/67.21.17 ou 069/67.21.18

Les dérives d'internet ? une réalité à éviter, conférence débat à Péruwelz

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 28 avril 2015

Cet escroc est en liberté, aidez à le retrouver !

Les escrocs ne sont jamais à court d’idée lorsqu’il s’agit de gagner de l’argent. Dernière arnaque en date, celle utilisant le système Paysafe qui permet d’effectuer des paiements sur internet sans utiliser de carte bancaire.

Paysafe

C’est à la demande du Parquet de Bruxelles que la police diffuse la mise en garde. Le mode opératoire est toujours le même : une personne se rend chez un commerçant et lui demande une carte Paysafe d’un certain montant. Cette carte contient un code qui peut-être utilisé pour faire ses achats sur Internet sans l’utilisation d’une carte bancaire.

La personne reçoit la carte et prend une photo du code se trouvant sur celle-ci. Elle utilise ensuite une excuse pour dire qu’elle n’a pas assez d’argent pour la payer. Elle sort du commerce et va immédiatement sur Internet en utilisant le code pour effectuer des achats.

Le 25 octobre 2014 un marchand de journaux situé sur l’avenue Hansen Soulie à Etterbeek a été victime d’une escroquerie Paysafe. Le suspect entre dans le commerce. Il fait semblant d’appeler mais en réalité il filme le commerçant. Il demande de recharger son Paysafe pour 300 euros. Il prétexte l’oubli de sa carte bancaire dans la voiture, sort mais ne revient pas. À l’aide de son smartphone, il active immédiatement la carte grâce au numéro subtilisé.

Si vous disposez d’informations sur ce fait ou vous reconnaissez cette personne, veuillez prendre contact avec les enquêteurs via le numéro de téléphone gratuit 0800 30 300. La discrétion est assurée. Les témoignages peuvent aussi parvenir via avisderecherche@police.belgium.eu. Cet avis est disponible sur www.police.be.

Cet escroc utilise le système Paysafe qui permet d'effectuer des paiements sur internet pour arnaquer des commerçants !

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 23 avril 2015

Le Soir et Sudpresse victimes d’un piratage !

Dans la soirée du dimanche, les sites des groupes Rossel étaient inaccessibles aux internautes. À présent, tout est rentré dans l’ordre.

pirates

Ce dimanche vers 19 h 30, il était impossible d’accéder aux sites internet du Soir ou des journaux du groupe Sudpresse. Un événement qui aurait pu passer inaperçu si l’origine était un problème technique. C’est aux environs de 21 h 30 que Didier Hamann, directeur général du Soir, rend publiques les vraies raisons : il s’agit d’un piratage.

Si le groupe de presse subit régulièrement des attaques de hackers, c’est une des rares fois que celle-ci n’est pas stoppée par les programmes informatiques. Une fois les raisons connues, les sites ont été désactivés pour empêcher une propagation de l’attaque. Seul le système interne a été maintenu pour permettre la sortie des versions papier du Soir, des journaux Sudpresse et du Vlan. Ce lundi matin, les quotidiens étaient bel et bien présents en librairies et les sites internet étaient à nouveau consultables.

Ce piratage n’est pas sans rappeler celui qu’a subit la semaine dernière TV5 Monde. Si la chaîne francophone a été la cible d’un groupe de hackers jihadistes, rien ne laisse penser que c’est également le cas du Soir et de Sudpresse. Le groupe Rossel affirme par ailleurs n’avoir reçu aucune menace ni revendication d’une organisation terroriste. Toujours dans la matinée du lundi, Le Soir a annoncé vouloir porter plainte suite à cette attaque. Une procédure est actuellement en cours.

Après Tv5 Monde, les sites internet du Soir et de Sudpresse ont été victimes de pirates informatiques !

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 13 avril 2015