Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
24
ven
2017
18:30 En Quête de l’Au Delà – Wallace
En Quête de l’Au Delà – Wallace
nov 24 @ 18:30 – 20:00
En Quête de l'Au Delà - Wallace
Laurent, Jasmine et Patrick vous emmènent dans l Au delà, de l’autre côté du voile, où on y rencontre les « esprits » mais aussi ils vous parlent des grands mystère de l’humanité, et de spiritualité.
20:00 Au delà du Mystère – Jasmine et ...
Au delà du Mystère – Jasmine et ...
nov 24 @ 20:00
Au delà du Mystère - Jasmine et Wallace
Au delà du Mystère – Vendredi 20h à minuit Le vendredi de 20h à minuit Wallace et son équipe répondent à vos questions  Les médiums vous répondent en direct sur vos doutes, vos angoisses, vos[...]
nov
25
sam
2017
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
nov 25 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Grève’

Ce qu’il faut savoir sur la manifestation du 7 octobre et……..la grève SNCB du 9 octobre

Ce mercredi 7 octobre prendra place une manifestation nationale à Bruxelles sur le thème « Rien que des miettes pour nous ». Si on ne connaît pas encore son étendue, on doit s’attendre à quelques perturbations. Le point sur la question, mais aussi sur la grève à la SNCB de ce 9 octobre.

Le front commun syndical FGTB, CSC, CGSLB, a choisi comme slogan pour la manifestation nationale de mercredi « Rien que des miettes pour nous ». Les syndicats se sont refusés à donner une estimation précise du nombre de personnes attendues dans les rues de Bruxelles. « Nous espérons être le plus nombreux possible », s’est notamment contenté de dire le porte-parole de la CSC François Reman. Il y a près d’un an, le 6 novembre 2014, la dernière manifestation nationale avait rassemblé plus de 100.000 personnes.

15 manifestations en un an pour rien ?

Depuis un an, et 15 manifestations, les revendications des syndicats sont les mêmes et de l’aveu même des syndicats, rien ou presque, n’a pourtant été obtenu. Par exemple le retrait de la pension à 67 ans a été refusé et n’a aucune chance de l’être. Tout comme la suppression du saut d’index, l’impôt sur la fortune, le retrait de la limitation dans le temps des allocations d’insertion ou encore la fin des économies dans les services publics et la Sécurité sociale. La lassitude risque de gagner du terrain d’autant plus que les syndicats n’ont plus de vrais relais au gouvernement et celui-ci compte bien faire avancer ces projets coûte que coûte tant il y a une cohésion sur le domaine socio-économique.

Comme le précise Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC, dans Le Soir : « On a déjà dû manifester rien que pour se trouver autour de la table, et quand nous avons conclu des accords avec les employeurs, ils n’ont pas été respectés. » Mais nuance tout de même : « il ne faut pas analyser cela sur le très court terme. Dans le passé, on s’est déjà retrouvé durant plusieurs années sans accord interprofessionnel. La pire des choses serait de se poser en victime. » Et Marc Goblet, le secrétaire général de la FGTB, de préciser, toujours dans Le Soir : « On peut toujours dire que ça ne sert à rien, mais si on ne bouge pas, rien ne changera. La résistance continue. »

Une manifestation pour fêter les un an de du gouvernement Michel

Le front commun syndical entend de cette manière « fêter » le premier anniversaire du gouvernement Michel. « Le gouvernement Michel aura un an le 11 octobre prochain. Pour les grandes entreprises et les nantis, cela a été une année très profitable. En revanche, pour les travailleurs, les pensionnés, les malades, les chômeurs, les femmes et les jeunes, bref pour une grande majorité de la population, cela a été une année noire », clame la CSC. « Depuis un an, les mesures du gouvernement ne touchent que les travailleurs, les pensionnés, les personnes qui ont besoin d’une allocation pour vivre et les jeunes qui représentent l’avenir de ce pays », s’insurge la FGTB, ajoutant que le glissement fiscal opéré en juillet par le gouvernement fédéral est « injuste et déséquilibré ». « Les employeurs et les lobbies financiers sont dans un fauteuil », renchérit la CGSLB.

A l’occasion de cette manifestation, le front commun syndical a décidé de proposer une série de mesures alternatives à celles proposées par le gouvernement Michel. Celles-ci portent sur l’emploi, le pouvoir d’achat, les pensions, la fiscalité et la sécurité sociale. Parmi les revendications phares figurent « le respect de l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales ainsi que la liberté de négociation », « le rétablissement de l’âge de la pension légale à 65 ans » et « la prise en compte de la pénibilité au travail pour déterminer la durée de carrière et l’âge de départ » ou encore la demande d’une « contribution plus importante des revenus du capital et des revenus immobiliers au lieu d’une augmentation des taxes sur la consommation ». « Cette manifestation est dirigée contre les mesures d’austérité prises par tous les gouvernements, régionaux y compris », a précisé Didier Seghin, porte-parole du syndicat libéral CGSLB, évoquant notamment une forte mobilisation des fonctionnaires de la Région flamande.

Outre les front commun syndical, le mouvement « Tout Autre Chose », la Fédération des Etudiants Francophones (FEF), les partis d’opposition PS, PTB et Ecolo ont notamment annoncé leur présence dans le cortège.

Départ vers 11h30 de la gare du Nord

Le départ du cortège est prévu à 11h30 de la gare du Nord à Bruxelles. Les manifestants rejoindront la gare du Midi via le boulevard Albert II, le boulevard du Jardin Botanique, les boulevards Pacheco, Berlaimont, de l’Impératrice et de l’Empereur, la rue des Alexiens et le boulevard Lemonnier. Les discours des leaders syndicaux sont attendus entre 13h00 et 15h00, à l’issue de la manifestation. Sur demande de la police, le cortège évitera le piétonnier du centre-ville de Bruxelles pour raison de sécurité, a-t-on appris à bonne source.

Pas de grève générale, mais de grosses perturbations

Ce mercredi ce n’est pas une journée de grève nationale, mais seulement de manifestation. Il y aura bien des grèves, mais elles seront ponctuelles. Si certaines entreprises seront fermées, c’est parce que la plupart du personnel sera à la manifestation et couvert par un préavis de grève.

Des perturbations sont attendues dans de très nombreux secteurs: transports en commun, administrations, enseignement, industrie, entreprises publiques, dont Bpost et Proximus. L’accueil des enfants sera assuré dans les crèches, les écoles et un service minimum sera assuré dans les hôpitaux. « Cela dépend de nos centrales régionales », a précisé Minervina Bayon, porte-parole de la FGTB. L’ampleur des mouvements sera donc à évaluer au cas par cas.

Les réseaux TEC et Stib fortement perturbés mercredi

Le trafic sera fortement perturbé mercredi sur les réseaux de transports en commun TEC (Wallonie) et Stib (Bruxelles) ont annoncé les deux compagnies dans des communiqués distincts. « La Stib s’attend à de fortes perturbations du réseau de bus, trams et métros, le mercredi 7 octobre en raison de la manifestation nationale organisée en front commun syndical à Bruxelles pour protester contre les mesures du gouvernement fédéral. Des collaborateurs de la Société bruxelloise de transport public, dont des conducteurs et des chauffeurs, participeront à la manifestation », a annoncé la société bruxelloise de transports dans un communiqué. « La Stib conseille vivement à ses clients qui en ont la possibilité de prévoir des alternatives pour se déplacer. Elle mettra tout en oeuvre pour informer au mieux les voyageurs en temps réel, sur ses différents supports de communication, et cela dès 06h00 du matin », a-t-elle ajouté. Lors de la précédente manifestation nationale, le 6 novembre 2014, le réseau bruxellois n’avait finalement été perturbé que partiellement. Du côté du TEC, il est conseillé de s’informer via le site internet www.infotec.be. De « grosses perturbations » sont d’ores et déjà annoncées au TEC Charleroi et au TEC Liège-Verviers. Du côté du TEC Brabant wallon, le réseau ne sera perturbé que partiellement, les bus Conforto et Rapido notamment circuleront normalement.

La SNCB prévoit sept trains supplémentaires pour acheminer les manifestants ce 7 octobre

Sept trains supplémentaires circuleront mercredi matin en direction de Bruxelles, à l’occasion de la manifestation nationale prévue dans la capitale, a annoncé lundi la compagnie ferroviaire. L’itinéraire du cortège prévoyant un passage devant la gare de Bruxelles-Central, l’accès à celle-ci sera limité entre 12h00 et 17h00. La SNCB s’attend à ce que la majorité des manifestants rejoignent Bruxelles en train ce mercredi. Des mesures ont dès lors été prises. Un billet spécial pourra être acheté et des trains supplémentaires seront mis en service au départ d’Ostende, Namur, Mons, Charleroi, Anvers, Liège et La Louvière à destination de Bruxelles-Nord, point de départ de la manifestation. Les équipes de Securail et de la police des chemins de fer seront renforcées ce mercredi dans les gares bruxelloises. Le parcours de la manifestation empruntant les boulevards situés juste au-dessus de la jonction ferroviaire nord-midi, l’accès aux gares de Bruxelles-Congrès, Bruxelles-Central et Bruxelles-Chapelle sera limité afin d’y contrôler au mieux les flux de voyageurs. Entre 12h00 et 17h00, l’accès à Bruxelles-Central sera uniquement possible via l’entrée Horta, celle menant à la Grand-Place. Les autres accès seront provisoirement fermés.

La mobilisation devrait être particulièrement forte à Charleroi

Le front commun syndical FGTB-CSC-CGSLB de la région de Charleroi s’attend à une forte mobilisation lors de la manifestation nationale. Les responsables des trois organisations syndicales ont souligné que la grève déclenchée le 15 décembre dernier avait été un aboutissement, après une série de grèves perlées organisées dans les différentes régions. Pour les syndicats, c’est le manque d’avancées positives qui conduit à la grève du 7 octobre.

Or, disent-ils, les conséquences des mesures gouvernementales se font particulièrement ressentir à Charleroi, où on a relevé que 800 exclus du chômage avaient fait appel au CPAS. Dans les différents secteurs qui suivront le mot d’ordre de grève, la mobilisation va croissant, notent les responsables des trois syndicats, qui rappellent que 10% des manifestants venaient de la région en décembre dernier. Seront fortement touchés les transports et la logistique ainsi que les hôpitaux avec le débrayage annoncé de plus de 250 travailleurs.

L’aéroport ne sera pas fermé, mais connaîtra des perturbations. Le secteur du commerce sera lui aussi touché. Les transports en commun (bus, métro) seront à l’arrêt, ce qui ne sera pas le cas des trains, d’autant qu’un train spécial est prévu pour acheminer les manifestants vers Bruxelles, outre les trains habituels. Le rassemblement des manifestants est prévu à 08H00 à la gare de Charleroi-Sud.

SNCB : la grève du 9 octobre

L’action annoncée par le CGSP Cheminots sur le rail le 9 octobre prochain risque de perturber « gravement » le trafic ferroviaire. Elle touchera uniquement le district de Bruxelles et débutera le jeudi 8 octobre à 22h00 pour se terminer le lendemain, à la même heure, selon le syndicat socialiste, qui entend protester contre le plan stratégique pour le rail de la ministre Galant, et particulièrement contre « l’hémorragie de personnel statutaire qu’il faut à tout prix arrêter ».

L’action n’aura cependant pas lieu en front commun qui s’effrite à vue d’oeil. La CSC-Transcom, surtout son aile flamande, semble en effet ménager le gouvernement. Du coup, pas de grève générale des chemins de fer. Cependant, compte tenu de la position centrale de Bruxelles et de l’interconnexion du réseau ferroviaire belge, l’action du 9 octobre risque de provoquer de graves perturbations du trafic ferroviaire entraînant également des conséquences en dehors de la capitale, souligne dans un communiqué la SNCB, qui conseille dès lors à sa clientèle « de ne pas compter uniquement sur le train » et l’invite « à prévoir d’autres alternatives pour rejoindre la capitale ce jour-là ».

Il est également à noter que la CGSP Cheminots a d’ores et déjà prévu d’autres actions, les 19 et 20 octobre, mais aucun préavis n’a jusqu’à présent été déposé.

 

Source :levif.be

 

Manifestation ce mercredi 7 octobre et grève SNCB ce vendredi 9 octobre.Voici ce qu'il faut en savoir.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 6 octobre 2015

FGTB : « Il faut maintenir une pression constante sur le gouvernement »

Marc Goblet, le secrétaire général de la FGTB, veut maintenir la pression sur le gouvernement et les employeurs en cette rentrée 2015. « Les enjeux qui arrivent sont très importants », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse organisée mercredi.
FGTB

 
Le leader francophone du syndicat socialiste n’a une nouvelle fois pas mâché ses mots à l’encontre de l’action du gouvernement fédéral. « Une fois de plus, l’essentiel des efforts est porté par les travailleurs, en ce compris les indépendants, les classes moyennes et les petits entrepreneurs », a-t-il expliqué en référence au budget 2016 et au tax shift. Il fustige notamment la hausse de la TVA sur l’énergie, « une mesure difficile à comprendre », et des accises, notamment sur le tabac, alors que le capital ne contribue pas assez aux efforts demandés par l’exécutif, selon lui. « Or, quand un travailleur offre sa force de travail, il investit son capital », explique M. Goblet. Le secrétaire général est également revenu sur sa proposition de réduire le temps de travail des travailleurs de plus de 50 ans. En baissant les cotisations sur ces travailleurs, les employeurs pourraient engager des jeunes qui bénéficieraient de l’expérience de leurs aînés. « On tient ainsi compte des intérêts des travailleurs et des patrons », estime-t-il, ajoutant que certains employeurs avec lesquels il avait pu s’entretenir à ce sujet s’étaient montrés enthousiastes. Cette proposition a également reçu le soutient de la CSC, a-t-il précisé, indiquant qu’elle figurera sur un prochain tract du front commun syndical. La rentrée s’annonce chargée pour les syndicats alors que le Groupe des Dix s’est réuni la semaine passée pour établir son agenda. Les pensions, le « travail faisable », ainsi que la loi de 1996 sur la formation des salaires et la compétitivité des entreprises figurent au menu de la concertation sociale. « On ne peut pas entrer dans une logique de flexibilité qui ne coûte rien », a prévenu M. Goblet. « L’inconvénient doit également être rémunéré. » Pour « maintenir la pression », le front commun syndical mènera une manifestation nationale, à l’occasion du premier anniversaire du gouvernement Michel. « Il faut maintenir une pression constante », a conclu Marc Goblet, qui a ajouté que les actions de la fin 2014 ont permis d’obtenir raison sur certains points.

Source : Belga

La FGTB veut maintenir une pression sur la gouvernement fédéral.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 26 août 2015

Les pompiers de la zone Hainaut Ouest lancent un préavis de grève à cause des Bourgmestress

Les pompiers de la zone Hainaut Ouest donc du Tournaisis lancent un préavis de grève avec demande d’un comité de négociation en Urgence.

l_pompiers

La motivation de ce préavis de grève s’explique par l’absence récurrente de certains bourgmestres lors des conseils de zone empêchant dès lors, d’atteindre le quorum pour siéger en séance.

Par conséquent, les décisions prises lors des comités de concertations ne sont pour certaines, pas avalisées et ont pour conséquence la mise en danger potentielle des pompiers de la zone.

Enfin, si à l’issue de cette négociation en urgence, ils n’obtiennent aucune garantie, la CGSP-Admi entamera des actions plus dures et contraignantes au sein de làdite zone.

Les pompiers de la zone Hainaut Ouest iront en grève si les Bourgmestres ne se bougent pas.

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 25 juin 2015

Quand la crise de déchets montre à quel point la civilisation est fragile

Pendant plus d’une semaine, un mouvement de grève a paralysé la collecte des déchets à Gand. Au point que Gand s’est transformé en « Naples du Nord ». Il n’en fallait pas plus pour faire ressortir certains des côtés les plus laids de la race humaine.
déchets belga
Bart Eeckhout, journaliste au quotidien De Morgen, s’est interrogé sur les leçons à tirer de cette semaine de grève. « Que se passe-t-il si on déstabilise le vivre ensemble dans une ville relativement prospère avec un fort esprit communautaire en interrompant la collecte de déchets » se demande-t-il dans une opinion.

En dépit de la réalité de leur position sociale, on remarque tout de suite le rôle indispensable des éboueurs. Cependant ce que le journaliste souligne surtout c’est que cette crise des déchets fait ressortir de façon flagrante la fragilité du vernis de civilisation. Il cite l’exemple de rues transformées en décharges où la situation s’est encore empirée par le déversement clandestin de mobiliers complets. « Au lieu d’enfants sur une île déserte, comme dans le classique ‘Sa Majesté des mouches’ de William Golding, c’étaient les habitants de la ville qui perdaient tout sens des valeurs et laissaient la rue dans un état de saleté innommable ».

Heureusement, et Eeckhout estime que c’est là la véritable leçon à tirer de la crise, l’attitude d’habitants d’autres quartiers fut tout autre. Dans certaines rues, les Gantois ont en effet géré la crise en rentrant leurs poubelles et la vie quotidienne a pu reprendre son cours. Il explique cette différence d’attitude par un fort esprit de communauté, la fierté des habitants et le contrôle social spontané.

« Des violences urbaines à Londres à la crise des déchets à Gand, il n’y a qu’un pas. Là où la communauté est fragile, la crise frappe le plus fort. C’est la théorie du carreau cassé : là où un carreau reste brisé, naît le vandalisme, là où un sac-poubelle reste traîner, il y a vite une montagne de déchets » écrit-il. D’où l’importance pour les villes d’investir dans le rétablissement d’une certaine communauté.
Source : De Morgen

Flandre , une grève des ébroueurs dévoile les laideurs de la société.

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 5 juin 2015

Grève du mercredi 27 mai (22h) jusqu’au dernier train le jeudi 28 mai: le trafic des trains risque d’être perturbé

Communiqué de la SNCB

Suite à un préavis de grève du Syndicat Autonome des Conducteurs de Trains (SACT), la SNCB s’attend à des perturbations du trafic national entre ce mercredi 27 mai (perturbations à partir de 22h) et ce jeudi 28 mai (jusqu’au dernier train).

sncb1

Il est impossible de prévoir l’impact précis de cette grève mais ses conséquences pourraient se faire ressentir sur tout le réseau. Nous mettrons tout en œuvre afin d’en limiter l’impact.

Nous comprenons et regrettons que cette grève puisse perturber vos trajets et projets tant professionnels que privés.

Nous mettrons tout en œuvre pour vous informer, en temps réel et de façon détaillée sur la circulation des trains au moyen des canaux suivants :

Pour les informations concernant le trafic international, veuillez consulter le site de SNCB Europe.

Grève à la SNCB du 27 mai au 28 mai, préparez votre voiture ! Une grève de +

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 27 mai 2015

Histoire belge : la SNCB est attaquée en justice à cause de ses grèves

sncb

C’est une première en droit belge. Test-Achats s’apprête à introduire une action en réparation collective (class action) en vue de contraindre la SNCB à indemniser les voyageurs qui n’ont pas pu prendre le train lors des grandes grèves de l’hiver dernier. Une mise en demeure, étape préliminaire indispensable, lui sera envoyée ce mercredi matin, rapportent Le Soir, les journaux de Sudpresse et ceux de Mediahuis.

35 euros de dédommagement par personne, sinon un procès

L’organisation de défense des consommateurs va distribuer des dépliants dans les gares a été mis sur pied afin de permettre aux voyageurs de participer à l’action. Test-Achats veut réclamer un montant forfaitaire de 35 euros par personne, soit l’équivalent de 5 euros pour un aller-retour multiplié par les 7 jours de grève que le rail a connus ces 8 derniers mois, grève de ce jeudi y compris. La SNCB dispose d’environ un mois pour répondre, faute de quoi la justice se penchera sur l’affaire.

Communiqué de Test-Achats :

Participez à notre action collective !

Ce 28 mai 2015 constitue déjà la 7è journée de grève sur le rail belge depuis celle du 24 novembre 2014!

Vous, abonné du rail, vous avez droit à 35€ d’indemnisation de la part de la SNCB rien que pour ces 7 jours de grève. Pourquoi 35€? Le calcul est cinglant: 7 jours x 2,5€ (indemnité minimale) x2 (trajet aller et retour).

Si c’est votre employeur qui paie votre abonnement, cela ne change rien : vous êtes la victime des grèves et c’est donc vous qui avez droit à cette indemnisation. Afin de mettre la SNCB devant ses responsabilités, nous avons décidé de leur envoyer une lettre de mise en demeure, prélude à une éventuelle négociation et, le cas échéant, à une action en justice si la SNCB continue de faire la sourde oreille en refusant d’indemniser les voyageurs lésés. En remplissant ce formulaire ci-dessous, vous aurez la possibilité de participer à cette action collective. Cette participation est entièrement gratuite. Tous ensemble, vous avez des droits.

http://www.test-achats.be/nt/nc/en-direct/faites-valoir-vos-droits

 

 

 

La SNCB se heute à test-achats : attaque en justice

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 27 mai 2015

Nouvelle grève des conducteurs de trains du 27 mai à 22h au 29 mai à 3h !

Le syndicat de conducteurs de train SACT a annoncé mercredi, au surlendemain d’une ultime réunion de conciliation avec les directions de HR-Rail et de la SNCB Transports, un arrêt de travail national sur le rail du mercredi 27 mai à 22 heures jusqu’au vendredi 29 mai à 03 heures.

train

« Comme il fallait s’y attendre, cette réunion de conciliation s’est soldée par un échec. Depuis plus d’un an, il n’est pas possible de nouer un dialogue social constructif et positif avec les directions de HR-Rail et SNCB Transports« , déplore le SACT dans un communiqué.

Le SACT, qui avait déjà été à l’origine d’une grève le 11 décembre 2014, revendique de meilleures conditions salariales, notamment une révision du système de calcul des primes, et dénonce des conditions de travail particulièrement difficiles pour les conducteurs de train.

Plus généralement, le syndicat déplore l’absence de considération et le « mépris » affiché par la direction à l’égard des conducteurs de train.

Le rail belge s'apprête à connaître de nouvelles perturbations !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 20 mai 2015

Les TEC roulent normalement à Tournai, Ath et Mouscron !

Les conducteurs des TEC des dépôts de Tournai et Mouscron ne sont pas en grève ce mardi. Les chauffeurs n’ont même pas été officiellement avertis du mouvement de grève qui a été annoncé vendredi dernier par la CGSP.

TEC

« Au départ des dépôts de Tournai et de Mouscron, les 80 chauffeurs des TEC roulent tout à fait normalement ce mardi matin. Dans cette zone, les TEC représentent 40% des transports, le solde (60%) étant assuré par des exploitants privés. Dans la région d’Ath, la circulation est essentiellement assurée par des bus privés. Cependant, tous nos conducteurs roulent. On a appris par la presse cette action de grève. Même nos délégués syndicaux ne sont pas au courant! « , précisait vers 06h30 un responsable du dépôt de Tournai.

De fortes perturbations à Charleroi mais en Wapi, tout va bien !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 12 mai 2015

Les pompiers de Tournai ne feront pas grêve !

L’information avait été révélée dans le Nord-Éclair : les pompiers de la zone de secours de Wallonie picarde avait l’intention de mener une grève. Après une rencontre avec les délégations syndicales, le bourgmestre ff de Tournai Paul-Olivier Delannois a estimé qu’une grève n’était pas à l’ordre du jour.

« Je n’étais pas au courant et je vous certifie que la réunion de travail de ce matin,  prévue depuis longtemps, s’est très bien déroulée« , affirme le député  fédéral socialiste et bourgmestre ff de Tournai. Cette déclaration fait suite à une annonce par le Syndicat libéral de la fonction publique d’un préavis de grève dans les pages des journaux Sud Presse.

Selon M. Delannois, les principaux problèmes seraient liés à la réforme des secours qui a eu lieu en début d’année. Confiant, le bourgmestre ff affirme que qu’après discussions, bon nombre de litiges ont été résolus ou sont sur le point de l’être. « Les syndicats ont posé leurs questions et ils ont  obtenu des réponses. Bien entendu, il y a le problème des pompiers-plongeurs qui ne touchent pas leur prime, mais c’est un problème que doit  résoudre le ministre de l’Intérieur« , dit-il. Selon L’Avenir, les plongeurs ont suspendu leurs entrainements  depuis lundi.

Pascal Douliez, représentant de la CGSP lors de cette réunion de travail, s’étonne par ailleurs d’avoir lu une telle menace dans les journaux affirmant que « le SFLP n’a fait que féliciter le président et le chef de  la zone de secours et leur dire que la zone de Wallonie picarde était en avance par rapport aux autres zones du pays. » Il ajoute également que, selon lui, certaines personnes auraient profité de l’anonymat offert par la presse pour « jeter de l’huile sur le feu et insulter le chef de la zone de dictateur. » Pascal Douliez conclut en réaffirmant que le dialogue social est bel et bien engagé et que les demandes des pompiers sont écoutées durant les réunions.

Le dialogue social est engagé et semble être sur la bonne voie !

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 7 mai 2015

Vendredi 1er mai : la FGTB prône « la solidarité et la mobilisation plus que jamais » !

« La solidarité et la mobilisation plus que jamais » : voilà, le leitmotiv défendu par la FGTB à l’occasion du 1er mai.

FGTB

« Nous ne ferons pas grève le 12 mai mais nous ne sommes pas démobilisés pour autant. Au contraire! La mobilisation continue, d’autant plus si le gouvernement ne change pas son fusil d’épaule! », a déclaré vendredi peu avant son discours à Namur, Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB et président de la FGTB wallonne.

Dans son discours, Marc Goblet a à nouveau reproché au gouvernement Michel d’être « un gouvernement de riches et de patrons qui n’a pas conscience de la réalité du vécu des travailleurs et des allocataires sociaux ». La feuille de route de la FGTB n’a pas changé. Elle réclame la sauvegarde et le renforcement du pouvoir d’achat, la préservation d’une sécurité sociale fédérale forte, l’investissement dans une relance et des emplois durables, et une vraie justice fiscale en faisant payer moins les bas et moyens revenus et davantage les mieux lotis.

Le combat de la FGTB n’est pas terminé et s’inscrira dans la durée. Si la FGTB a prévu de ne pas faire grève générale le 12 mai, elle a défini un plan d’actions pour les prochains mois: des actions régionales pour l’emploi dont celui des jeunes (12 mai), sa participation au Tax Justice Day (28 mai), une action « Femmes » (4 juin), une concentration sur les pensions en lien avec la mise en place du Comité national des pensions (15 juin), et une action européenne fin juin (Belga).

La FGTB ne compte rien lâcher contre le gouvernement Michel !

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 1 mai 2015