Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
24
ven
2017
18:30 En Quête de l’Au Delà – Wallace
En Quête de l’Au Delà – Wallace
nov 24 @ 18:30 – 20:00
En Quête de l'Au Delà - Wallace
Laurent, Jasmine et Patrick vous emmènent dans l Au delà, de l’autre côté du voile, où on y rencontre les « esprits » mais aussi ils vous parlent des grands mystère de l’humanité, et de spiritualité.
20:00 Au delà du Mystère – Jasmine et ...
Au delà du Mystère – Jasmine et ...
nov 24 @ 20:00
Au delà du Mystère - Jasmine et Wallace
Au delà du Mystère – Vendredi 20h à minuit Le vendredi de 20h à minuit Wallace et son équipe répondent à vos questions  Les médiums vous répondent en direct sur vos doutes, vos angoisses, vos[...]
nov
25
sam
2017
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
nov 25 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘France’

Revue de presse Europe :Hollande et Tsakalotos, les nouveaux héros du feuilleton grec ?

Le résultat du référendum grec n’a pas amélioré les relations entre l’Union européenne et la Grèce. Il les a bien au contraire tendues et a renfermé les créanciers européens dans une exaspération et un rejet total à l’égard du gouvernement hellène. Dans cette situation incertaine et préoccupante, la presse désigne deux personnalités providentielles : le président français François Hollande et le nouveau ministre des Finances grec Euclide Tsakalotos.

 

hollande + grec
Au lendemain du référendum grec, une partie des médias français se montre alarmiste : pour Le Figaro, « l’Europe est prête à dire ‘non’ à la Grèce ». Selon le journal, si le Grexit est craint par tous au sein de l’Eurogroupe, « après le choc du référendum […], l’exaspération et le découragement prennent le dessus ». Il ajoute en outre que l’Europe a d’autres priorités que de sempiternelles négociations avec les membres du gouvernement Syriza, comme « se mobiliser contre le terrorisme, sur le déferlement des migrants ou face au défi russe ».

Les Echos rejoignent ce constat et expliquent qu’ »hormis la France, l’Italie, la Belgique et le Luxembourg, les pays de la zone euro sont tentés par une ligne dure face à la Grèce ». La plupart pencheraient plutôt en faveur d’une « sortie ordonnée de la Grèce de la zone euro ». Font partie de ces « durs » l’Allemagne, les Pays-Bas, la Finlande, la Slovaquie, la Slovénie, l’Estonie, mais aussi les pays ayant bénéficié des aides européennes et donc subi un plan d’austérité : le Portugal, l’Irlande et l’Espagne. Ce sont eux les plus intransigeants qui rappellent sans cesse l’importance des règles de la zone euro.

Néanmoins, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a tenu à clarifier aujourd’hui sa position devant le Parlement européen : « Ma volonté, mon souhait est d’éviter un Grexit », même s’il admet qu’une solution ne pourra être trouvée lors du sommet de l’Eurogroupe de ce soir.

Toute la presse est unanime pour souligner le « rôle crucial » du président français François Hollande qui, grâce au poids de la France dans l’Union européenne et par le biais du couple franco-allemand, peut sortir l’Union et la Grèce de cette crise.

Jusqu’à présent, la France semble en effet être la meilleure alliée de la Grèce – si ce n’est la seule. L’Obs rapporte ainsi que peu après l’annonce de la victoire du ‘non’ au referendum grec, les chefs de gouvernement grec et français se sont entretenus par téléphone. Le premier aurait assuré sa volonté de rester dans la zone euro, ce à quoi aurait répondu le second : « Il faut que tu saches que de nombreux Etats européens ont entériné l’idée que la Grèce va sortir de l’euro […] Je suis prêt à t’aider mais tu dois y mettre du tien. Aide-moi à t’aider ! »

Puis, hier, la chancelière allemande Angela Merkel s’est rendue à l’Elysée pour discuter avec M. Hollande. Ils ont adopté une « position commune » et tenté de « faire front commun » en affirmant que le « dialogue » avec la Grèce restait « ouvert » [Le Figaro].

Dans l’éditorial de L’Humanité, Patrick Apel-Muller exhorte le président français à « se mouiller » et « peser de tout son poids pour qu’une solution l’emporte », car « la France ne peut plus se réduire au rôle d’aide de camp de la chancelière ».

Si tous les Européens affirment que « la balle est dans le camp grec » [Les Echos], un nouveau venu au sein du gouvernement hellène pourrait peut-être effectivement changer les choses.

Car après la brutale démission hier du flamboyant ministre des Finances Yanis Varoufakis, devenu une « légende politique » [Euronews] et une « icône de la lutte anti-austérité » [L’Humanité], la presse française s’est prise de passion pour son remplaçant, Euclide Tsakalotos.

Le Figaro voit en cet économiste de 55 ans formé à Oxford « l’antithèse de son bouillonnant prédécesseur ». Avec sa « personnalité discrète », il semble pouvoir apporter du consensus entre l’UE et son pays.

Le Monde, de son côté, le décrit comme un « faux discret » et cite un de ses collègues de l’université d’Athènes : « il sait convaincre sans arrogance, mais c’est un homme de convictions ».

Euclide Tsakalotos n’est pas inconnu des créanciers européens, puisqu’il fait partie des négociations depuis le début, explique le journal. Et déjà en avril, pour calmer l’Eurogroupe, de plus en plus irrité face à M. Varoufakis, il a été promu coordinateur de l’équipe de négociation grecque. Avec son « look d’éternel étudiant » [Les Echos] et son apparente modestie, il effraie moins les négociateurs européens.

Or, Euronews estime que ce changement n’est qu’un leurre et titre que « la Grèce change de style [mais] pas de politique ». L’Obs poursuit que sa nomination au ministère des Finances est « un ‘pas en avant’ sur la forme » seulement, tandis que Libération ne manque pas de préciser que l’homme est « issu de la tradition marxiste », est « proche » de Yanis Varoufakis et défend le « même dogmatisme » selon Les Echos.

Taxé d’euroscepticisme par certains, Slate le voit au contraire comme un visionnaire qui a su avant tout le monde identifier les faiblesses de la zone euro.

Et il aura du pain sur la planche, car dès ce soir, il devra affronter un « Eurogroupe majoritairement hostile » [Les Echos].

France – Grèce des héros Européens ?

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 7 juillet 2015

Devant le juge pour avoir tenté de partir en vacances avec leur enfant avant la fin des cours !

Un couple qui envisageait de partir en vacances avant la fin des cours a été interpellé hier après-midi à Colmar. Les parents ont reconnu les faits pendant la garde à vue, les enfants ont été pris en charge par les services sociaux.

Police_nationale,_gare_de_Strasbourg_janvier_2014
Un homme de 28 ans a été interpellé samedi 27 juin au domicile familial en compagnie de son épouse, âgée de 26 ans, par une équipe d’intervention de la Gendarmerie de Colmar. C’est la Directrice de l’école maternelle qui avait alerté les gendarmes.

Devant les enquêteurs, les parents de Lucas, 6 ans, ont reconnu les faits et expliqué qu’ils envisageaient de partir en vacances à la Grande Motte avec leur garçon avant le samedi 4 juillet 2015, date légale fixée par le ministère de l’Education Nationale pour la fin des cours dispensés dans les établissements scolaires français.

« Je suis choquée que des parents puissent envisager partir en vacances avec leurs enfants alors que l’école n’est pas encore finie » explique la Directrice de l’Ecole, en colère. « A 6 ans, l’enseignement est obligatoire. Et l’enseignement c’est à l’école qu’on le dispense, pas sur les plages ! »

Dimanche matin, le parquet de Colmar confirmait simplement le placement en garde à vue du couple, sans donner plus de détails. Le père et la mère devraient être présentés mardi matin devant un juge d’instruction. L’enfant ont été pris en charge par les services sociaux.

Source : Tomimag

Partir en vacances avant le fin des cours ? un délit sanctionné par la justice !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 30 juin 2015

France : ce qui va changer au 1 juillet , oreillettes interdites en voiture, tronçon à 80 km/h; etc…

Allocations familiales modulées, oreillettes interdites au volant, tiers payant élargi : voici les principaux changements attendus pour le 1er juillet.

oreillette fil

La modulation des allocations familiales

Une petite révolution pour les familles. Depuis la fin de la guerre, elles recevaient des allocations familiales, en fonction du nombre d’enfants, à partir de deux. Désormais, les revenus seront pris en compte, une mesure « de justice sociale » pour le gouvernement, une atteinte à la politique familiale pour ses adversaires.

Les familles gagnant plus de 6.000 euros nets par mois verront leurs allocations divisées par deux. Au-dessus de 8.000 euros de revenus, elles seront divisées par quatre. Environ 485.000 foyers devraient être touchés.

La réforme de l’Aide à la complémentaire santé

Dix ans après sa naissance, l’Aide à la complémentaire santé (ACS), coup de pouce financier pour les personnes modestes, se réforme. Pour pouvoir en bénéficier, les assurés doivent dorénavant choisir entre dix contrats type garantissant un panier de soins minimal, dont la liste a été publiée en avril. Fin 2014, 1,2 million de personnes bénéficiaient de l’ACS.

Premier pan du tiers payant généralisé

Une étape pour le tiers payant. La généralisation de la dispense de frais pour tous les assurés est prévue en 2017. Mais dès le 1er juillet, le tiers payant s’appliquera aux bénéficiaires de l’Aide à la complémentaire santé (ACS). Les médecins protestent et ont appelé à la « désobéissance civile ».

Zéro verre d’alcool pour les conducteurs novices

Le taux d’alcoolémie des conducteurs disposant d’un permis probatoire est abaissé de 0,5g/l à 0,2 g/l de sang. Le gouvernement n’a pas fixé le taux à 0g/l afin d’éviter les « faux positifs » dus à l’usage de médicaments comprenant de l’alcool ou à l’alcoolémie naturelle causée par la métabolisation des protéines. Dans le viseur, les conducteurs ayant leur permis depuis moins de trois ans (deux ans en cas de conduite accompagnée) et ceux qui doivent le repasser après la perte de leurs 12 points ou l’annulation de leur permis. Tout contrevenant est passible d’une amende de 135 euros et d’un retrait de 6 points.

Les oreillettes bannies

Interdiction de conduire désormais un véhicule ou un deux-roues (y compris vélo) avec un dispositif émetteur de son porté sur une ou les deux oreilles (kit mains libres, oreillette bluetooth, casque audio…). Seules sont autorisées les communications par haut-parleur pour les voitures ou via des casques spécialement équipés pour les deux roues motorisés. Coût de l’infraction : une amende de 135 euros et 3 points de moins sur le permis de conduire.

Des tronçons à 80km/h

L’expérimentation de la baisse de la vitesse maximale autorisée de 90 km/h à 80 km/h débute sur 81 kilomètres répartis sur trois routes jugées accidentogènes : la RN7 dans la Drôme (18 km entre Valence et Crozes-Hermitage), la RN57 en Haute-Saône (14 km entre Vesoul et Rioz) et la RN151 dans l’Yonne et la Nièvre (32 km et 17 km, entre Auxerre et Varzy).

Nouveau seuil pour les travailleurs exposés à l’amiante

Conformément à un décret de mai 2012, la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) au matériau cancérigène, qui était de 100 fibres par litre, est abaissée à 10 fibres par litre.

Selon l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), l’amiante, interdit depuis 1997 mais encore présent dans de nombreux bâtiments, est responsable chaque année de près de 5.000 maladies reconnues comme étant liées au travail (comme des cancers du poumon ou de la plèvre, les mésothéliomes). Les maladies peuvent survenir jusqu’à 40 ans après l’exposition, et le nombre de cancers induit « ne cesse d’augmenter », selon l’INRS.

Restaurants : les aliments allergènes signalés

Les restaurateurs ont pour obligation d’afficher sur leurs menus ou de mettre à disposition de leurs clientsla présence de 14 substances provoquant des allergies ou des intolérances dans les denrées alimentaires.

Pour la consommation au sein d’un établissement de restauration ou cantine, les professionnels devront tenir à jour un document écrit sur la présence d’allergènes dans les plats proposés. Il devra être facilement accessible pour le consommateur à sa demande.

Allocations chômage revalorisées de 0,3 %

1,6 million de demandeurs d’emploi indemnisés par l’assurance chômage verront leurs indemnités revalorisées de 0,3 % au 1er juillet.Cette hausse s’appliquera à l’allocation minimale et à la partie fixe des allocations d’aide au retour à l’emploi (ARE).

Source : La voix du Nord

Attention au 1 juillet en France : oreillette en voiture, tronçons à 80 km/h, etc…

Posted by Pacifique FM – Officiel on dimanche 28 juin 2015

Attentat islamiste en France à Saint-Quentin-Fallavier : un des terroriste était fiché en 2006 à la DGSE

SUVIT INFO

attentat france

Yassine Salhi faisait « l’objet d’une fiche S éditée en 2006 non renouvelée en 2008  » auprès des services secrets » mais « n’était pas fiché comme ayant voyagé en Syrie ou en Iraq ». Il « résiderait à Saint-Priest et n’a pas de casier judiciaire » selon le ministre de l’Intérieur et est « en relation avec la mouvance salafiste ».
On se poserait immédiatement la question : pourquoi n’a-t-il pas été plus contrôlé ou surveillé, car il n’est pas le premier « terroriste » fiché, puis disparu pendant quelques années pour commetre un attentat par la suite.

« La victime est en cours d’identification », « l’enquête est en cours ». « Les drapeaux vont être analysés, les inscriptions n’ont pas encore été traduites » dixit Cazeneuve.

Raymond Feyssaguet, conseiller départemental, réagit à l’attentat

un Conseil de défense se réunit ce vendredi à 15 heures à l’Elysée, annonce le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. « Malheureusement, un nouvel attentat terroriste vient de se produire, je suis donc obligé d’écourter ma visite », a expliqué le ministre aux salariés de l’usine Turbomeca (motorisation d’hélicoptères), peu avant midi. « À 15 heures, le président de la République réunit un Conseil de défense, je le rejoins », a-t-il ajouté, se refusant à toute déclaration aux journalistes présents pour suivre sa visite.

Attentat suite des informations. ( vidéos )

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 26 juin 2015

Attentat islamiste en France à Saint-Quentin-Fallavier : « l’interpellé a été identifié » annonce Hollande

attentat france

Photo DL/Vincent Wales

Deux personnes ont forcés l’entrée d’une usine classée « Seveso » en Rhônes-Alpes donc avec des produits dangereux.

L’alerte est maximale sur toute la France, les usines « Seveso » sont mises sous surveillance accrue.

st quentin fallavier carte

l’homme interpellé, demeurant sur l’agglomération lyonnaise, est bien connu des services antiterroristes.

« J’éprouve un sentiment d’horreur face à la barbarie qui vient de se produire en Isère ce matin au cœur de notre région, a réagi Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes. Je veux avant tout exprimer ma solidarité aux victimes, leur famille et leurs proches.La loi sur le Renseignement a toute sa justification : il faut cesser toute forme d’angélisme en la matière devant les menaces. Il faut aussi éviter que la peur ne s’installe. Comme en janvier, toutes les composantes de la Nation doivent s’unir pour faire face au danger. C’est la Nation qui doit combattre la terreur. »

Les écoles de la commune de La Verpillière ne sont pas fermées. Les enfants restent sous la surveillance des enseignants et du personnel municipal. Certains parents ont néanmoins préfére venir chercher leurs enfants.

Le ministère de l’Intérieur a activé la cellule de crise dans le fumoir de la Place Beauvau comme après l’attentat de Charlie-Hebdo.

 

Attentat islamiste dans une usine "Seveso" en France.

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 26 juin 2015

Les Etats-Unis assurent ne pas écouter les communications de François Hollande

NSA LOGO
Opération déminage. La Maison Blanche a assuré hier soir qu’elle ne ciblait pas les communications du président français François Hollande et qu’elle ne le ferait pas, après la publication d’informations selon lesquelles les Etats-Unis ont espionné les trois derniers présidents français.

« Nous ne ciblons pas et nous ne ciblerons pas les communications du président Hollande », a indiqué Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), sans autres précisions sur les opérations qui ont pu être menées dans le passé. « Nous travaillons étroitement avec la France sur tous les sujets de dimension internationale et les Français sont des partenaires indispensables. »

Un peu plus tôt, l’exécutif américain s’était refusé à commenter – ou à démentir – les informations selon lesquelles les Etats-Unis avaient espionné, au moins entre 2006 et 2012, les trois derniers présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

« De manière générale, nous ne menons pas d’opérations de surveillance à l’étranger sauf s’il existe un objectif de sécurité nationale spécifique et validé », avait-il souligné. « Cela s’applique aux citoyens ordinaires comme aux dirigeants mondiaux. »

Source : l’Obs

La Maison Blanche dément les ecoutes sur François Hollande, mais rien n'est dit des présidents Sarkozy et Chirac.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 23 juin 2015

France : L’interdiction de fumer dans la rue, c’est pour bientôt

Après les bars et les restos, la rue est dans le collimateur du gouvernement. Il serait bientôt interdit d’en griller une sur le trottoir. Une brigade spéciale serait chargée du contrôle des fumeurs de rue.
cigarette
Il fallait s’y attendre. Après les lieux publics et les entreprises, après les bars et les restos, les anti-clopes sont sur le point de remporter une nouvelle victoire. Cette fois, c’est carrément la rue qui est visée. Un décret en ce sens devrait faire son apparition avant l’été. Finies les terrasses enfumées. La clope, c’est à la maison, point barre.Rien d’officiel encore. Pour le moment, le gouvernement cherche surtout à noyer le poisson devant la bronca attendue. Il faut dire qu’un tiers des Français fument toujours, malgré les campagnes de prévention, interdictions, ou augmentation de prix. Un coût, en terme de santé publique. Plutôt que de taper dans le portefeuille par une nouvelle augmentation du paquet – difficile en temps de crise – la puissance publique opterait donc pour cette solution radicale.Pour contrôler les fumeurs de rue, les services du ministère de l’Intérieur planche sur la création d’une brigade spéciale anti-cigarette. Montés sur rollers pour être plus mobiles et surgir par surprise sur le contrevenant, ces policiers d’un nouveau genre, armées de pistolets à eau de couleur rose ou vert fluo – «pour montrer que la police reste proche des jeunes», glisse-t-on au ministère – pourront éteindre la cigarette du fautif en l’arrosant. Dorénavant, on pourra aussi dire que «fumer mouille».

Source Libération.fr

Fumer en rue bientôt interdit ?

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 22 juin 2015

Revue de presse Européenne : Immigration : la France tente d’apaiser l’Italie

En marge du Conseil des ministres consacré à la gestion de la « crise migratoire » que l’Italie peine à gérer seule, les ministres de l’Intérieur italien, français et allemand se sont retrouvés hier à Luxembourg. Si les trois Etats affichent leur entente, un accord est loin d’être trouvé sur la gestion et la répartition des réfugiés.
« L’afflux de réfugiés et d’irréguliers à travers la Méditerranée sème la zizanie en Europe », titre Le Figaro.

italie france

En effet, depuis la semaine dernière, l’Italie retient 200 migrants (demandeurs d’asile, réfugiés et/ou migrants économiques) à sa frontière avec la France, cette dernière ne souhaitant pas les voir arriver sur son territoire. Plusieurs dizaines d’entre eux, n’acceptant pas l’idée qu’on leur interdise de rejoindre l’Allemagne, refusent de quitter les lieux et mènent une grève de la faim en signe de protestation.

L’Allemagne a elle aussi manifesté sa réticence à accueillir de nouveaux migrants économiques sur ses terres et compte sur l’Italie pour les retenir.

En effet, L’Express rappelle que si l’UE a bien agi pour sauver de la noyade les migrants arrivant sur les côtes méditerranéennes, c’est l’Italie seule qui gère ces nouveaux venus.

Une situation délicate et intenable pour cette dernière, déjà débordée par l’arrivée massive de nouveaux migrants chaque jour (57 000 arrivées depuis le début de l’année).

Lundi, le président du Conseil italien Matteo Renzi avait menacé les pays européens d’un « plan B » s’ils ne respectaient pas le principe de solidarité demandé par la Commission européenne en matière d’accueil des réfugiés. Ainsi, l’Italie comptait laisser passer les migrants clandestins dans ses pays voisins.

Le Figaro rapporte que si les pays européens refusaient de soutenir l’Italie dans la gestion de ces personnes, M. Renzi leur accorderait un « permis de séjour temporaire ». Comme dans chaque pays, celui-ci « permettrait à son bénéficiaire de circuler librement dans le reste de l’Europe pendant une durée de temps limitée (de trois mois à un an, selon les cas de figure) ». Une « réponse musclée » selon le journal, qui rappelle que l’Italie avait déjà eu recours à cette option en 2011.

L’Express estime que cette annonce est une réaction au revers électoral que le parti a subi il y a quelques semaines. Matteo Renzi pense avoir été puni par les Italiens pour sa « politique d’humanité et de générosité » envers les migrants. Désormais, il change de cap et durcit le ton.

La France a rétorqué que l’Italie se devait de respecter les règles européennes. Des propos qualifiés de « rodomontades » par M. Renzi. Pour le Le Figaro, une « crise politique de grande ampleur » est à craindre.

Face à cette montée des « tensions » [Le Monde], la Commission européenne a décidé de réunir hier les ministres de l’Intérieur français, allemand et italien à Luxembourg. Tous avaient la volonté de « calmer la crise Vintimille », selon Les Echos.

Après leur échange, les trois responsables politiques ont décidé de faire bonne figure, relate Le Monde. Le ministre de l’Intérieur français Bernard Cazeneuve a déclaré à la presse : « Vous avez trois amis devant vous » et d’insister sur l’importance de la « solidarité à l’égard des réfugiés, solidarité entre nous ».

Pour le quotidien, c’est une manière, « en filigrane », d’accepter le programme de la Commission sur l’immigration « à condition, toutefois, qu’il soit complété par des mesures permettant un examen rapide du statut des personnes arrivées en Italie et en Grèce et le renvoi rapide de ceux qui ne pourraient prétendre à être accueillis ».

La Commission propose en effet que les 28 Etats se répartissent 40 000 migrants afin d’alléger leur prise en charge par l’Italie et la Grèce.

De leur côté, les ministres de l’intérieur des 28 pays de l’Union européenne ont, selon Les Echos, tous répondu positivement à l’idée « d’assumer leur part de l’asile, actuellement fourni à 75 % par 5 pays [européens] », « mais seulement dans le principe »… Le Monde rappelle en effet qu’une dizaine d’Etats membres restent hostile à une répartition obligatoire des migrants sous forme de quotas.

Incapables de s’accorder sur des mesures plus concrètes, les Etats membres ont repoussé leur réponse au mois de juillet. En attendant, ils devraient de nouveau aborder cette question lors du sommet européen des 25 et 26 juin prochains [Les Echos].

La France tente d'apaiser l'Italie sur le contexte de l'immigration entre les deux pays.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 17 juin 2015

Revue de presse Européenne : Marine Le Pen réussit à s’imposer à Strasbourg

marine le pen
Peu y croyaient, mais le Front national a réussi à créer un groupe politique au Parlement européen : « Europe des Nations et des Libertés ». La presse ironise sur cette « Arlésienne » qui a fini par devenir réalité et permettra au parti d’augmenter sa manne financière.
Après de longues difficultés, le Front national est parvenu à son objectif strasbourgeois : former un groupe politique. Le Monde rapporte que la présidence du Parlement européen a reçu hier la demande de constitution de groupe et que la leader du parti Marine Le Pen devrait en faire l’annonce officielle aujourd’hui.

Les conditions pour former un groupe politique exigent de rassembler au moins 25 eurodéputés d’au moins 7 nationalités différentes. Mme Le Pen s’était assurée du soutien de 37 députés européens, mais ceux-ci ne venaient que de cinq pays différents, rappelle Libération.

Le FN compte déjà parmi ses alliés les Néerlandais du PVV et son dirigeant Geert Wilders, les Italiens de la Ligue du Nord, le parti d’extrême-droite autrichien FPÖ et le belge Vlaams Belang.

Bien que les membres du parti frontiste refusent pour le moment de divulguer les nationalités des nouveaux membres, le site Mediapart affirme de son côté que le groupe compterait 36 eurodéputés, dont deux élus d’extrême-droite KNP polonais ainsi qu’une ancienne membre du parti europhobe britannique UKIP.

Le Monde rejoint ces pronostics en ajoutant que le parti lituanien Ordre et justice « pourrait avoir aussi été approché ».

Néanmoins, le fondateur du parti et père de l’actuelle leader n’en fera a priori pas partie. Et, citée par L’Obs, Marine Le Pen assure qu’aucun eurodéputé hongrois du parti Jobbik (jugé infréquentable, tout comme le parti néonazi grec Aube dorée) ne rejoindra sa formation politique.

Le groupe s’appellera « Europe des Nations et des Libertés » [Le Figaro].

Le Point note à juste titre que, si la naissance de ce groupe offre à ses membres « une plus grande visibilité, d’éventuelles présidences de commissions ou de sous-commissions », elle assure surtout « entre 20 et 30 millions d’euros de subventions au cours des cinq années suivantes, hors salaires et avantages des députés ».

Pour L’Obs, cette annonce « est une victoire autant politique que financière », un vrai « jackpot ». Les eurodéputés de « Europe des Nations et des Libertés » auront une réelle influence au Parlement: ils pourront déposer des amendements en séance plénière et auront plus de temps de parole.

Mme Le Pen s’auto-congratule auprès du Figaro : « Ce résultat est évidemment une très bonne nouvelle pour le Front national et une très mauvaise pour nos adversaires ».

Le quotidien insinue cependant que la récente exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national pourrait avoir aidé à la formation de ce groupe : « la constitution d’un groupe avait été perturbée par une polémique lancée à l’époque par Jean-Marie Le Pen », accusé de propos antisémites, ce qui posait problème lors des négociations avec les eurodéputés d’extrême-droite.

Le but de Mme Le Pen est de « construire un groupe solide et durable ». Mais rien n’est moins sûr pour L’Obs, qui prévient que « ce groupe d’europhobes doit tenir sur la durée. Et entre extrémistes, l’union est difficile ».

Un groupe d'extrème droite est créé au parlement Européen à Strasbourg

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 16 juin 2015

■ BUZZ Mercredi 3 Juin à 08:46 Incident à Roland Garros : Un panneau métallique tombe sur les tribunes et blesse un spectateur (vidéo)

Un incident s’est produit mardi après-midi à Roland Garros.
En plein quart de finale entre Tsonga et Nishikori, une partie du toit est tombée dans les tribunes sur des spectateurs à cause des rafales de vent.

Plusieurs personnes ont été évacuées du court, et le match a été interrompu.
Selon plusieurs médias, un spectateur a été sérieusement blessé au bras et a été pris en charge par les secours.

L’incident s’est terminé vers 17h40, le match a pu reprendre sur le Court Central entre Tsonga et Nishikori.

Un incident blesse un spectateur à Roland Garros.

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 8 juin 2015