Titre obligatoire

Emissions à venir

fév
21
mer
2018
20:00 The Nose
The Nose
fév 21 @ 20:00
The Nose
Une heure de très bonne musique sélectionnée avec Marc Delhalle.
fév
22
jeu
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
fév 22 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
fév 22 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘examen’

5 questions à préparer avant un entretien d’embauche.

Vous voulez absolument ce job ? Voici 5 questions que vous devrez absolument préparer avant votre entretien. Annelies Quaegebeur, coach au niveau des carrières, nous éclaire à ce sujet
travail embauche

« La meilleure manière pour vous préparer à un entretien de sélection est de vous assurer de pouvoir répondre au mieux à ces 5 questions de base. Naturellement, bien d’autres questions vous seront certainement posées, mais vous avez de fortes chances que ces cinq-là le soient à coup sûr », raconte Annelies Quaegebeur, coach au sein de l’organisme Passion for Work. Celle-ci accompagne les plus de 30 et 40 ans et les aide à construire la carrière de leurs rêves. « Pouvoir bien répondre à ces questions vous évitera de rester sans voix au ‘moment fatidique’ et vous aidera à appréhender votre entretien d’embauche plus à l’aise et confiant. »

Voici les 5 questions que vous devez absolument préparer avant de vous rendre à un entretien de sélection :

1. Parlez-moi de votre expérience professionnelle

Parcourez votre CV. Vérifiez que vous puissiez fournir une explication à chacun de vos emplois (en 3 à 5 minutes), surtout si vous avez une longue carrière derrière vous. Commencez par exemple avec l’expérience la plus récente : ‘Si vous regardez mon expérience professionnelle, vous remarquerez que j’étais surtout orienté vers tel aspect ces dernières années.’ C’est ainsi que vous parviendrez à mettre l’accent sur chacune de vos expériences. Mettez en lumière ce qui est utile à la fonction que vous désirez exercer. Préparez une série d’anecdotes et de récits intéressants, et n’hésitez pas à faire preuve d’humour (la personne qui vous interviewe aime sans doute également rire).

2. Pourquoi désirez-vous cet emploi ?

Une bonne méthode pour y répondre est la suivante :

  • Développez ce qui vous amène à vouloir travailler dans cette entreprise et ce qui vous passionne dans la mission, ses valeurs, sa manière de faire du business, ses produits…
  • Mentionnez les raisons pour lesquelles vous désirez tant cette fonction.

3. Pourquoi nous vous engagerions ?

Une manière efficace de répondre à cette question serait : « D’après ce que je comprends de l’entreprise et de la fonction vacante, il semblerait que vous êtes à la recherche de quelqu’un avec telle expérience, tels domaines d’intérêts et qui partage telles valeurs. Or, mes forces se retrouvent principalement dans ces domaines. Voici quelques exemples… »

4. Illustrez par des anecdotes à quel moment vous avez fait preuve de cette expérience

Si vous savez quelles compétences sont recherchées pour la fonction, il est facile d’y réfléchir avant l’interview. Préparez 2 à 3 exemples intéressants de moments où vous avez pu mettre cette compétence en œuvre dans le passé, que ce soit au travail ou dans votre vie privée. Dépeignez la situation, les actions, les tâches et le résultat.

 

Lors de votre préparation, écrivez si nécessaire une série de mots clés par compétence. S’il n’est précisé nulle part les compétences que vous devriez détenir, pensez à celles qu’ils seraient susceptibles de chercher et préparez 2 à 3 anecdotes à ce sujet. Les recruteurs voient le succès dans le passé et le considèrent comme un bon indicateur du futur.

5. Vous avez encore des questions ?

Si vous n’en avez pas encore posé et avez la chance de pouvoir les interroger à la fin de l’entretien de sélection, n’hésitez pas et faites-le. Préparez d’avance 2 à 3 questions globales sur l’entreprise, son fonctionnement, les possibilités de croissance, les raisons de la fonction vacante. N’hésitez pas à poser des questions personnelles au recruteur, par exemple ‘quels sont selon vous les 3 plus grands avantages et les 3 inconvénients majeurs de travailler pour cette entreprise ?’. Ne leur posez surtout pas de questions relatives à leur vie privée !

6 choses à retenir (avant, pendant et après l’entretien de recrutement)

  • Considérez l’entretien comme une prise de connaissance mutuelle. Vous vérifiez s’il s’agit bien de la fonction et de l’entreprise pour laquelle vous voulez travailler. Ils regardent de leur côté si vous êtes bien la personne avec laquelle ils ont envie de collaborer. Après un premier entretien, les deux parties décident si elles ont envie de continuer au tour suivant.
  • Soyez positif et honnête.
  • Montrez votre intérêt pour le recruteur.
  • Soyez détendu et affichez votre plaisir d’être venu.
  • Montrez-leur votre reconnaissance par rapport au temps offert et envoyez-leur ensuite un mail pour les remercier.
  • N’oubliez pas que la chose la plus importante que vous puissiez faire est de vous impliquer à 100%.

Si c’est le cas et que vous ne décrochez pas le job pour autant, vous n’avez rien à vous reprocher. C’est la vie.

 

Avec nos remerciements à Annelies Quaegebeur de Passion for work pour ses conseils.

 

Source : Jobat

<div id= »fb-root »></div><script>(function(d, s, id) {  var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];  if (d.getElementById(id)) return;  js = d.createElement(s); js.id = id;  js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3″;  fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));</script><div class= »fb-post » data-href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/470531066456032″ data-width= »500″><div class= »fb-xfbml-parse-ignore »><blockquote cite= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/470531066456032″><p>Voici des conseils pour vos examens d&#039;embauche.</p>Posted by <a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm »>Pacifique FM – Officiel</a> on&nbsp;<a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/470531066456032″>jeudi 25 juin 2015</a></blockquote></div></div>

Le RMP obtient un report de l’examen des recours contre sa licence !

Mardi matin, le président du Royal Mouscron-Péruwelz a indiqué que le club a obtenu en référé un sursis par rapport à la séance de jeudi durant laquelle les recours contre la licence accordée au RMP devaient être examinés.

président RMP

Pour rappel des faits, le 8 avril dernier, le RMP avait reçu sa licence pour pouvoir assurer sa place en D1 l’année prochaine, le tout en assurant son maintien lors de la dernière journée de la phase classique.

Cependant, deux jours plus tard, le Cercle Bruges, qui doit encore assurer son maintien dans les play-offs 3, a décidé de saisir la CBAS pour contester la licence des Hurlus. Le président du Cercle, Frans Schotte, estime que le RMP ne pourra jamais boucler le championnat l’année prochaine avec un budget de seulement 3 millions d’euros.

Par après, la Pro League (d’abord) et le Lierse (ensuite) se sont décidés, eux aussi, à introduire un recours auprès de la CBAS. C’est pour cette raison qu’une séance devait être organisée ce jeudi 23 avril pour examiner ces plaintes. Mais ça ne sera pas le cas.

En effet, à la suite des plaintes à l’encontre de sa licence, le club hennuyer a introduit un recours devant le tribunal de première instance de Tournai contre le Cercle, le Lierse, l’Union belge de football (URBSFA) et la CBAS. C’est aussi pour cette raison que le club du RMP réclame un million d’euros de dommages et intérêts.

Edward Van Daele, le président du RMP, qualifie l’attaque du Cercle Bruges de « tentative de fausser la compétition et d’éviter la relégation » et ajoutant que « le club cherche à tirer au maximum sur les règlements de l’Union belge pour obtenir sur le tapis vert, ce qu’il a été sportivement incapable de s’assurer sur le terrain. Le Cercle est par ailleurs très endetté. Ce n’est pas le cas du RMP dont tous les frais sont couverts par son budget. Je trouve dès lors que son président Frans Schotte agit hypocritement à notre encontre. Il est par ailleurs ahurissant que la Pro League emboîte le pas. Quant au Lierse, il suit le mouvement de son adversaire dans les play-offs 3. Mais nous comptons sur la justice civile pour rétablir notre honneur ».

La date exacte de la décision du tribunal de Tournai n’est pas encore connue mais selon le journal Le Soir, la plainte devrait être examinée le lundi 27 avril.

Le RMP obtient un sursis par rapport aux recours du Cercle, du Lierse et de la Pro League contre sa licence !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 21 avril 2015

Le nombre de conducteurs sans permis ne cesse d’augmenter !

Le nombre de voitures en circulation ne cesse d’augmenter, tout comme le danger qui va avec. Cependant, de plus en plus de personnes roulent sans permis… les autorités ont donc décidé d’agir et les contrôles sont de plus en plus fréquents.

police

Pour ces inconscients de la route, le constat est sans appel : 12 000 conducteurs ont été condamnés pour défaut de permis. Et ils sont de plus en plus nombreux puisqu’il y en avait 3 991 en 2000 pour 9 626 en 2013.

Néanmoins, la sécurité routière est devenue une préoccupation majeure alors les autorités ont décidé d’agir en conséquence : 1 600 conducteurs par an se voient retirer leur permis tandis qu’on dénombre 812 condamnations en 2013 pour des personnes qui conduisent sous licence mais qui n’en respectent pas les conditions.

Quant aux amendes, le prix oscille entre 1 200 et 12 000 euros ! En comparant avec les prix de l’examen (15 euros pour le pratique et 36 euros pour le théorique), le choix semble vite fait… Pour le moment, les conducteurs sans permis ne risquent pas encore la peine de prison, mais les tribunaux de police plaident pour envoyer derrière les verrous ces dangereux conducteurs ! Prudence donc.

Mais qui sont ces imprudents de la route? Parmi eux, on retrouve des étrangers qui ont un permis non valable en Belgique, mais aussi ceux qui ont raté leur permis mais qui se sentent tout de même aptent à conduire. Et quand on parle des tests, un autre problème surgit : le faible taux de réussite. Car les chiffres ne mentent pas : près de 240 000 personnes ont passé un examen en 2014 et seulement 53,4% l’ont réussi…

Plus de 12 000 conducteurs sans permis condamnés en 2013 !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 15 avril 2015