Titre obligatoire

Emissions à venir

Articles marqués avec ‘entreprise’

3 Suisses : La direction de Tournai et les syndicats parviennent à un accord !

Un accord de principe a été décidé entre le front commun syndical et la direction de l’entreprise des 3 Suisses de Saint-Brice.

syndicat

Les syndicats et la direction tournaisienne de l’entreprise Saint Brice se livraient depuis novembre à un violent bras de fer. Les 3 Suisses menaçaient de fermer le site de Orcq licenciant ainsi pas moins de 127 membres du personnel. Comme il se doit, le plan Renault a été mis en place pour permettre aux syndicats et patrons d’entamer une discussion sociale afin de trouver un accord acceptable pour les deux parties.

Ce vendredi en fin d’après-midi, les délégations syndicales et la direction tournaisienne de l’entreprise Saint Brice sont parvenus à un accord de principe limitant les dégâts de ce qui était prévu à la base. Pour la moitié de ces travailleurs, « le plan social est  acceptable », estime le front commun syndical. Pour les autres, diverses pistes de reconversion ont été élaborées.

Une journée de négociations entre le front commun syndical (CNE-FGTB) et la direction de l’entreprise Saint Brice avait déjà eu lieu jeudi dans le cadre de la  procédure Renault. Dans la foulée, une seconde rencontre avait été  programmée vendredi après-midi. Une majorité des travailleurs était présente. L’accord  de principe qui a été élaboré avec la direction de l’entreprise a  été unanimement approuvé par le personnel.

Le protocole d’accord tient en quatre points essentiels. Parmi les  licenciés, 33 personnes pourront être engagées au sein de la  nouvelle structure juridique « 3Suisses Belgium ». Rita Liebens, permanente syndicale du Setca précise que les travailleurs auront le  choix d’adhérer ou non au projet. En cas de refus, il y aura un appel  extérieur. Ceux qui refuseraient seront inclus dans le plan  social. Dix-huit travailleurs pourront également rejoindre le call center  E-Boss à Mouscron.

La direction a également donné son accord pour que la  prépension soit établie à 55 ans. Cela concerne 15 personnes. Ce dossier  doit entre être approuvé par le ministère de l’Emploi. Il ne reste donc plus qu’à finaliser l’accord. La date de la signature qui mettra un terme définitif aux négociations est prévue pour le lundi 4 mai.

127 membres du personnel étaient menacés de licenciement, l'accord de principe permet de limiter les dégâts !

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 20 avril 2015

Les jeunes créateurs d’entreprises mis à l’honneur !

Dans le CCI mag’ du mois d’avril , on a pu découvrir le BRYO, un  programme d’accompagnement  transfrontalier pour jeunes créateurs d’entreprises en France et en Belgique. Un portrait dressé par Camille Desauvage.

ccimag-ouest-avril2015

BRYO signifie « BRight & YOung »  (« jeunes et brillants ») et a été éveloppé en Flandre. Depuis 2007, le programme  est à l’origine de la création d’une cinquantaine  d’entreprises par an. Le programme  Bryo Crossborder  est organisé  conjointement par la CCI Grand Lille, VOKA West  Vlaanderen (Flandre Occidentale) et la CCI Wallonie Picarde. La seconde édition du programme  a démarré fin janvier 2015, à Villeneuve d’Ascq.

Cette année, le projet rassemble 9 start-ups  françaises, 8 flamandes et une wallonne autour  d’une même table. Les participants aborderont  différentes thématiques lors de 6 sessions de  travail qui sont organisées à raison d’une soirée  par mois pendant 6 mois. Les thèmes sont aussi diversifiés que la levée  de fonds, le développement commercial, les  réseaux, les aspects juridiques… et sont bien  entendu abordés sous l’angle transfrontalier.

Les réunions sont organisées dans des endroits emblématiques du territoire et rassemblent  jeunes entrepreneurs, entrepreneurs expérimentés et experts du sujet traité. L’objectif est  de booster les collaborations transfrontalières  au niveau des start-ups en organisant un  networking intensif entre les participants et les  acteurs du domaine. Ce projet transfrontalier  dédié aux start-ups est une initiative unique en  son genre sur le territoire eurométropolitain.

La Wallonie Picarde a besoin de techniciens !

Les métiers techniques ne rencontrent pas un vif succès et pourtant, les portes sont grandes ouvertes pour accueillir des employés en quête d’un emploi.

technique

Électromécanicien, automaticien, tourneur, soudeur… Voici le type d’employés que recherche désespérément la Wallonie picarde. Cette main-d’œuvre est nécessaire pour faire tourner les entreprises de la région qui voient pour l’instant leurs chiffres d’affaires freiner.

Le constat a été tiré suite à la publication des chiffres du chômage en Europe. La Belgique a un nombre de propositions d’emplois important qui ne trouve pourtant pas preneur auprès des chômeurs du pays. C’est pourquoi la Wallonie picarde n’a pas hésité à lancer l’appel aux Belges sans emplois à se diriger vers les métiers techniques.

Si le secteur est en manque d’effectifs, c’est principalement à cause de la formation proposée qui ne correspond pas aux réalités des entreprises. Un niveau d’exigence est demandé quasi-immédiatement, ce qui freine les demandeurs d’emploi et restreint la liste des candidats éventuels.

Une autre raison concerne également le désintéressement pour les jeunes aux métiers techniques. La plupart s’engagent dans un enseignement général avant de se diriger vers des hautes études qui sont plus valorisées que l’enseignement professionnel. Celui-ci pâtit alors d’une image négative allant même jusqu’à être utilisée comme synonyme d’échec.

Or, la région est encore fortement industrialisée et les techniciens sont nécessaires au bon fonctionnement de celle-ci. Les électromécaniciens auraient leur place dans pratiquement tous les pans de l’activité comme le textile ou le secteur agro-alimentaire. L’appel est à présent lancé.

Le taux de chômage en Belgique reste élevé alors que nous somme un des pays d’Europe où le nombre d’emplois vacants est le plus important. La preuve, la Wallonie picarde lance un appel !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 15 avril 2015

La douane de Tournai ferme ses portes !

Il faudra désormais se rendre à Ath et Mouscron. La douane de Tournai a été totalement vidée et est à présent fermée.

douane

La date butoir était à l’origine prévue pour le 1er avril. Il aura finalement encore survécu quelques jours mais cette fois c’est officiel : le poste de douane de Tournai n’est plus. Un coup dur pour les nombreuses entreprises de la région spécialisées dans l’import-export qui vont devoir porter le lourd fardeau de cette fermeture.

En plus d’accuser un bouleversement de leurs enjeux économiques, ces entreprises vont perdre un temps considérable en formalités d’exportation et de vérification. La douane facilitait les démarches pour ces entreprises qui risquent de ne plus s’implanter dans le tournaisis suite à cette décision.

Pour autant, les services ne disparaitront pas. L’entité mobile chargée des contrôles, des constatations et de la surveillance sera transférée à Ath. Le service qui gère le dépôt des déclaration sera quant à lui présent à Mouscron, rue de l’Échauffourée

C’est finalement les effectifs totaux des douanes dans la région qui souffriront le plus de cette fermeture. Le Service Publique Fédérale a en effet annoncé ne pas vouloir remplacer les départs à la retraite.

Coup dur pour les entreprises d'import-export du tournaisis : la douane ferme ses portes !

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 13 avril 2015

Le Championnat belge des métiers a lieu les 16 et 17 mars : 260 jeunes de moins de 25 ans en compétition

260 jeunes sont dans les starting blocks. Après avoir « subi » avec succès, en janvier et février, les épreuves de pré-sélection, les voici en finale ! Ces 16 et 17 mars, ils vont se mesurer dans des épreuves techniques de haut niveau pour faire montre de leur excellence professionnelle. Leur espoir ? Faire partie du Team belge qui s’envolera en août prochain pour le Championnat mondial au Brésil.

skills2

260 finalistes concourent dans 27 métiers dans les secteurs suivants :
• Construction – à Construform (Liège)
• Alimentation – à Epicuris/IFAPME (Liège)
• Services – à EFP (Bruxelles)
• Transports – à Bxl Formation (Bruxelles)
• Industrie – à Technocampus (Charleroi)
• Arts graphiques – au Cepegra (Charleroi)

Tous ont moins de 25 ans. Durant deux jours, ils vont s’affronter dans des épreuves techniques préparées par des professionnels issus de centres de formation, d’écoles ou d’entreprises. Ces épreuves doivent permettre de juger des capacités du jeune en situation de compétition, donc de stress comme sur un « vrai » lieu de travail.

En parallèle à la compétition, des animations « Village Métiers » s’installent sur place pour permettre à chacun de s’informer, de tester, d’essayer et d’adopter ces métiers qui offrent de réelles opportunités d’épanouissement professionnel et personnel.

Attention ! Il faudra attendre le 27 mars pour connaître les noms des champions belges. Ceux-ci seront dévoilés lors de la grande soirée « Palmarès » du 27 mars au Théâtre de Namur.

• 600 jeunes de moins de 25 ans ont participé aux pré-sélections
• 260 finalistes s’affrontent les 16 et 17 mars
• 27 métiers
• 6 sites de compétition

skills