Titre obligatoire

Emissions à venir

fév
20
mar
2018
13:00 LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
fév 20 @ 13:00
LES TUBES DANS LA RADIO - Wallace
Les tubes dans la radio – Lundi au vendredi de 13h à 14h Le meilleur des tubes,80’s,90’s,2000’s Des souvenirs inoubliables, débarquent du lundi au vendredi à 13h pour un bond dans le passé. Un retour dans l’histoire[...]
14:00 WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
WARM UP – Bob,Laurent et Wallace
fév 20 @ 14:00
WARM UP - Bob,Laurent et Wallace
Le Warm up c’est de la musique pour agrémenter votre après-midi, mais aussi………de la musique et encore de la joie !  
16:00 BeWAPI – Wallace
BeWAPI – Wallace
fév 20 @ 16:00
BeWAPI - Wallace
BeWAPI – Le mardi de 16h à 18h   Patrick James Wallace sera avec vous pour cette émission consacrée à la Wallonie Picarde On y retrouve du tourisme, des rendez-vous culturels  mais aussi des associations[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘employeur’

A quoi reconnaît-on un bon employeur ?

Une entreprise vous fait de l’œil, mais êtes-vous fait pour celle-ci ? Avec Securex, l’organisme aidant les employeurs à mettre les points sur les « i », découvrez ci-dessous 5 questions cruciales. Celles-ci vous permettront de savoir si vous êtes dans la bonne direction.
patron
1. Croyez-vous ce que vous dit l’employeur ?

« Ce qu’un employeur promet dans son offre d’emploi et lors de l’entretien d’embauche doit concorder avec la réalité. Si ce n’est pas le cas, vous en deviendrez rapidement insatisfait » déclare Frank Vander Sijpe. Celui-ci est responsable RH chez Securex et analyse les comportement des entreprises vis-à-vis des candidats. Il juge également le niveau de crédibilité des employeurs.
2. Que vous apprend Google ?

Les medias sociaux sont d’une importance cruciale. Un simple tweet auprès de votre (ex-) employeur peut livrer des informations positives ou négatives à votre sujet. Les entreprises réagissant intelligemment en ligne prouvent qu’elle attachent de l’importance à leur image. Il y a également une grande probabilité qu’elles mettent toute une série d’autres mesures en œuvre pour être perçues comme attrayantes à l’égard des chercheurs d’emploi. « L’important est que celles-ci soient conformes à ce qu’elles vous racontent » confirme Frank Vander Sijpe.
3. Quels sont les avantages d’une entreprise ?

La manière dont une entreprise se présente, et les mots ou les images qu’elle utilise en disent long sur l’environnement dans lequel vous risquez de vous retrouver. Les employeurs maîtrisant leur communication espèrent attirer le plus de candidats possibles à postuler chez eux.

Faites cependant attention, certains employeurs ne mettent pas tous leurs atouts sur table d’entrée de jeux. « Un employeur offrant de la sécurité d’emploi ne le montre pas toujours, car il risque d’attirer des profils moins intéressants s’il le mentionne » déclare Vander Sijpe.
4. Une attention particulière est-elle accordée à l’employé ?

De bonnes personnes rendent une entreprise plus forte. Ensuite, celles-ci doivent bien s’y sentir. « Nous prêtons une attention particulière au développement de nos employés. Ils peuvent changer de travail en interne, et l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle est respecté ». Cela sonne bien, mais ne peut en aucun cas rester une simple promesse sur papier.
5. Que pouvez-vous offrir à votre employeur ?

L’amour véritable doit provenir des deux côtés. Si vous voulez qu’une entreprise donne un coup de pouce à votre carrière, pensez à la manière dont vous pourrez faire la différence et satisfaire votre nouvel employeur comme il se doit.

(EH) –Source : MARK Magazine

Avez-vous un bon employeur ?

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 13 juillet 2015

Les employeurs constatent à nouveau une pénurie de talents !

Près d’un employeur sur quatre (24%) en Belgique fait face à une pénurie de talents, selon l’enquête annuelle de Manpower qui constate que la pénurie a augmenté de 11 points de pour cent en un an.

Illu PN/Corbis

Le phénomène avait connu une diminution au cours des trois dernières années mais se chiffrait à 27% en 2012. À l’échelle mondiale, 38% des employeurs font face à un manque de talents. En Belgique, la hausse est perceptible dans les trois Régions, avec le chiffre le plus élevé (26%) en Flandre et à Bruxelles, une hausse de 14 et 9 points respectivement. Les pénuries se font un peu moins ressentir en Wallonie: 18%, également en hausse de 9 points.

« Les pénuries de talents hypothèquent la compétitivité de nos entreprises. Et ce problème ne fera que s’aggraver au fur et à mesure que la reprise sera plus solide et que les évolutions et les réformes du marché du travail seront encore plus effectives. Pensons seulement au vieillissement, au numérique et aux nouvelles technologies qui accélèrent l’obsolescence des compétences ou font émerger la demande de nouveaux profils (les cols gris par exemple)« , explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup Belux.

À propos des postes les plus difficiles à pourvoir, Manpower constate peu de changements au fil des ans. Les ouvriers qualifiés (électriciens, soudeurs, maçons…) arrivent en tête au niveau national pour la quatrième année consécutive. Ils sont suivis par les profils commerciaux, les techniciens, les comptables et les profils financiers et les chauffeurs.

À l’échelle mondiale, les pénuries de talents sont au plus haut depuis sept ans. Comme lors des années précédentes, le Japon (83%) est le pays le plus touché. Il est suivi par le Pérou (68%), Hong Kong (65%) et le Brésil (61%). Le spécialiste RH a enquêté dans 42 pays pour son enquête. En Belgique, 751 responsables de recrutement ont été consultés.

Les électriciens, soudeurs et maçons ont les postes les plus difficiles à pourvoir !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 19 mai 2015

Un restaurateur chinois de Tournai condamné pour traite d’êtres humains

Les faits se sont déroulés de 2004 à 2012. Une employée chinoise a été exploitée par son patron.

palaisdejustice

Afin de payer les soins de santé nécessaires à son mari, une mère de famille chinoise a quitté les siens pour trouver du travail à l’étranger. Grâce à une organisation du nom de « Tête de serpent », elle a été débarquée en Ukraine où elle a ensuite pris la route pour la Belgique. Elle aura marché trois mois pendant son périple.

Alors qu’elle pensait trouver un emploi stable dans un restaurant chinois, son nouveau patron lui confisque son passeport. Durant trois ans, il ne la paiera pas dans le but de rembourser les frais dépensés pour la faire entrer dans le pays. Une fois qu’un salaire lui a finalement été alloué, il ne s’élevait qu’à 2 euros de l’heure. Une paye bien maigre à laquelle s’ajoutent des conditions de logement déplorables et un nouveau statut de « femme à tout faire. »

Le 22 novembre 2012, la femme finit par se révolter et prend la fuite avant d’être retrouvée par la police devant la gare de Tournai. Son bourreau sera finalement arrêté et condamné par le Palais de Justice de Tournai à 3 ans de prison ferme pour traite d’êtres humains. Il écope également d’une amende de 150 000 euros. En dédommagement, la victime recevra 5 000 euros provisionnels.

Traitement inhumain dans un restaurant chinois de Tournai !

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 2 avril 2015