Titre obligatoire

Emissions à venir

fév
20
mar
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
fév 20 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
fév 20 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
fév 20 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.
13:00 LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
LES TUBES DANS LA RADIO – Wallace
fév 20 @ 13:00
LES TUBES DANS LA RADIO - Wallace
Les tubes dans la radio – Lundi au vendredi de 13h à 14h Le meilleur des tubes,80’s,90’s,2000’s Des souvenirs inoubliables, débarquent du lundi au vendredi à 13h pour un bond dans le passé. Un retour dans l’histoire[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘éducation’

Éducation sexuelle à l’école : pourquoi est-ce si important ?

La très grande majorité des jeunes aspirent à des relations saines et épanouissantes et ils veulent avoir accès à des informations correctes sur la sexualité. Une formation relationnelle et sexuelle à l’école y contribue.

123-tieners-meisje-lachen-170-08

Les jeunes sont perméables aux médias. Les jeunes puisent souvent leurs informations dans les nouveaux médias. Une éducation relationnelle et sexuelle doit leur permettre de faire le tri et de corriger les messages trompeurs.

Une formation sexuelle pour une meilleure santé. La sexualité chez les jeunes a été longtemps présentée comme porteuse de menaces pour la santé : le sexe peut provoquer des MST et des grossesses non désirées. Aujourd’hui, on peut considérablement réduire ces risques et la prévention fait partie de la formation.

Une formation relationnelle et sexuelle pour un bon développement. La sexualité est liée à des aspects biologiques, cognitifs, émotionnels, d’autonomie et moraux du développement. Si nous voulons que les jeunes profitent de leur sexualité, nous devons les y aider, et poser des balises dès leur jeune âge, pour prévenir les risques, indiquer les limites et apprendre à écouter les besoins et désirs de l’autre. Tant les parents que les éducateurs, l’école ou les centres spécialisés, doivent être partenaires dans le processus du développement sexuel, surtout à l’adolescence.

Des effets positifs confirmés. L’éducation affective et sexuelle joue un rôle important dans le développement des jeunes. La recherche a montré qu’une bonne éducation conduit à un comportement sexuel plus responsable, moins violent, plus sain et à moins de grossesses non désirées. En outre, on constate que les jeunes qui en ont bénéficié retardent leurs premiers rapports sexuels et utilisent plus systématiquement un préservatif et, pour les jeunes filles, un moyen de contraception adéquat.

 

Théo Francken veut introduire des cours pour apprendre aux migrants à bien traiter les femmes

Theo Francken n’a pas zappé les infos venues de Cologne. On sait que sa patience est limitée pour les crimes et délits imputables à ceux qui bénéficient de notre hospitalité. Sachez que deux Afghans ont été remballés après une agression sexuelle sur une mineure de 11 ans, au centre d’accueil de Bredene.

<br /><br /><br />
Théo Francken, ici en visite dans un centre pour réfugiés à Poelkapelle<br /><br /><br />

Belga

Théo Francken, ici en visite dans un centre pour réfugiés à Poelkapelle

Ils ont été amenés en centre fermé : « Il est apparu qu’ils s’étaient d’abord enregistrés en Allemagne. Ils devaient donc être renvoyés outre-Rhin. Du coup, l’un a décidé de repartir volontairement en Afghanistan », dit-on au cabinet du secrétaire d’Etat N-VA.

Theo Francken reste néanmoins prévoyant. « Je suis révolté par les événements de Cologne, même s’il faut être prudent, car rien ne prouve qu’il s’agit de demandeurs d’asile », dit-il. « Indépendamment du profil des auteurs, je ne tolèrerais pas ça chez nous : l’égalité entre hommes et femmes est un droit intangible. Je ne supporterai pas que l’on y touche. »

Sourec : sudinfo.be

Suite à l'agression de femmes à Cologne Théo Francken réagit.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 7 janvier 2016

Dispense des cours philosophiques : la ministre Milquet et sa gestion « totalement chaotique » !

Mercredi, la cheffe de groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dénoncé la gestion « totalement chaotique » de la ministre de l’Education Joëlle Milquet après sa décision d’organiser un sondage auprès des parents de l’officiel à la suite de l’arrêt de la Cour constitutionnelle rendant les cours de religions et morale désormais facultatifs.

Jo

Pour Françoise Bertieaux, en rendant ce sondage obligatoire, et en contraignant les parents à afficher leurs préférences philosophiques, la ministre a franchi la ligne de la légalité et est « à la limite du recensement religieux », a-t-elle jugé, interrogée sur Bel-RTL.

Pour l’opposition MR, la ministre doit se ressaisir « car elle est en train de faire beaucoup de dégâts ». Aux yeux de Mme Bertieaux, la ministre Milquet « et ses prédécesseurs » ont fait preuve de manque d’anticipation dans ce dossier. Voilà deux ans déjà que plusieurs constitutionnalistes avaient prédit la récente décision de la Cour constitutionnelle, a-t-elle souligné.

Les parents de l’officiel sont invités d’ici la fin de cette semaine à répondre à un questionnaire élaboré par la ministre de l’Education. Ceux-ci doivent préciser s’ils comptent inscrire leur enfant l’an prochain à un cours de religions ou de morale, ou solliciter une dispense, comme l’autorise désormais la Cour constitutionnelle. La polémique suscite aussi quelques craintes au sein des professeurs affectés à ces cours, certains redoutant de perdre des heures à l’avenir (Belga).

Le MR pense que la ministre Milquet va trop loin !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 6 mai 2015

Le PS et le cdH en faveur de l’école dès 5 ans !

Ce mardi, la Commission de l’éducation du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles se penchera sur une proposition de résolution de la majorité PS-cdH qui veut abaisser l’âge de l’obligation scolaire à 5 ans.

ecole

Le PS et le cdH s’adressent au gouvernement de la Fédération afin qu’il incite le gouvernement Michel à abaisser l’âge d’obligation scolaire actuellement fixé à 6 ans. Les groupes de la majorité veulent faire en sorte que lorsqu’il s’inscrit en primaire, un enfant ait déjà fréquenté l’école maternelle.

Marie-Martine Schyns (cdH), Caroline Désir (PS), Mathilde Van Dorpe (cdH) et Jean-Pierre Denis (PS) soulignent à ce sujet, études à l’appui que « les absences des élèves en classe maternelle peuvent causer un retard scolaire important au moment de l’entrée en école primaire. Un tel retard est parfois difficile voire impossible à combler par la  suite. »

Le gouvernement de Rudy Demotte n’est toutefois pas dépourvu de moyens d’agir. Le PS et le cdH proposent qu’une condition minimale de fréquentation de l’école maternelle soit imposée lors de l’inscription à l’école primaire. L’élève devrait avoir été inscrit dans un établissement d’enseignement maternel organisé ou subventionné par une des trois Communautés au cours de l’année qui précède celle de ses six ans et avoir participé à un certain nombre de demi-journées pendant cette période.

Si l’élève ne satisfait pas à cette condition, la ministre de l’Éducation pourrait accorder une dérogation. L’enfant  bénéficierait alors d’un accompagnement particulier et individualisé.

L'école obligatoire dès l'âge de 5 ans : pour ou contre ?

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 27 avril 2015

Réforme des pensions : Bacquelaine réfute la déclaration de Milquet !

Ce jeudi, Daniel Bacquelaine, ministre des Pensions, a fermement réfuté les déclarations de la ministre francophone de l’Education, Joëlle Milquet, selon lesquelles les enseignants devront travailler 6 à 7 ans de plus d’ici 2023.

Bacquelaine

Le ministre a tenu à détailler cette réforme : « Les enseignants seront amenés à travailler entre un an et demi (maternelle) et trois ans et demi (secondaire) de plus selon leur niveau d’études et pour une carrière qui débute directement après les études ».

Toujours selon le ministre des Pensions, Joëlle Milquet oublie de tenir compte dans ses calculs que les enseignants bénéficient, pour le calcul de la carrière minimum exigée pour partir en pension anticipée, d’une majoration de leur carrière (liée à leur tantième). Cela signifie par exemple « qu’un enseignant ne doit pas établir, en 2016, 40 années de carrière pour partir en pension anticipée mais seulement 36 années et 8 mois. La réforme préserve cette majoration de la carrière pour les enseignants ».

Pour conclure, Daniel Bacquelaine disait qu’il « attend de Madame Milquet qu’elle se recentre sur ses activités et fasse preuve d’un sens des responsabilités un peu plus élevé. Il faut qu’elle cesse de distiller des contre-vérités qui ne visent qu’à créer un écran de fumée sur la gestion de son département et qui créent inutilement de l’inquiétude auprès des enseignants ».

Daniel Bacquelaine : « Il faut que Mme Milquet cesse de distiller des contre-vérités qui créent inutilement de l’inquiétude auprès des enseignants » !

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 23 avril 2015