Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
13
mar
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
nov 13 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
nov 13 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.

View Calendar

Articles marqués avec ‘economie’

Créa Shop/Créa-Comm >> 9 nouveaux projets soutenus par l’asbl Tournai Centre-Ville

Tournai Hotel de ville

Pour rappel, Créa-Comm est une aide à la création de commerces prenant en charge le loyer à raison d’un plafond de 12.000 € la première année et Créashop une aide à l’aménagement du commerce s’élevant à 6.000 €. Ces soutiens lancés respectivement en 2016 et 2017 sont aujourd’hui un véritable succès, le coup de pouce attendu… Depuis cette année, une nouvelle aide pour les commerces existants a vu le jour : Crea Plus.

Aucune ville ne peut se targuer à présent de proposer de tels soutiens financiers mais aussi de telles aides au développement puisque les commerçants, s’ils le souhaitent, peuvent bénéficier de l’aide et des conseils gratuits des membres du jury issu de divers horizons (comptabilité, design, communication, formation, perfectionnement, …)

Cette semaine, ce ne sont pas moins de 9 nouveaux projets qui ont bénéficié d’une ou de plusieurs de ces aides. Cela porte donc à 23 le nombre de commerces bénéficiant du soutien financier de l’asbl Tournai Centre-Ville.

Les primés de cette semaine sont : La grange du designer, Romane & Nina, Xtra Copy, Yes we can eat, Decallonne Concept Store, Les Tournaisiennes, Livin’Room, Henry’s Coffee, Green Terra. Je vous ai mis, en pièce jointe, un résumé des différents projets.

Quelques chiffres supplémentaires :

Nombre d’ouvertures de commerces en centre-ville en 2018 (sur 6 mois – janvier à juin) : 17 ouvertures Nombre de fermetures de commerces en centre-ville en 2018 (sur 6 mois – janvier à juin ) : 11  fermetures

Nombre d’ouvertures de commerces en centre-ville en 2017 : 41 ouvertures (40 ouvertures en 2016) Nombre de fermetures de commerces en centre-ville en 2017 :  27 fermetures (18 en 2016)

Taux de cellules vides 2018 : 15,32 %

Taux de cellules vides 2017 : 16,23%

Taux de cellules vides 2016 : 17,40 %

 

A noter que depuis 2005, le chiffre du taux de cellules vides était en constante augmentation, la tendance s’inverse donc à présent avec une diminution annuelle d’environ 1%. Le chiffre reste élevé et c’est pour cela que nous poursuivons notre travail et multiplions les nouvelles initiatives tant en soutien financier qu’en animations et événements pour amener davantage de flux passants.

 

  • Les primés Créa-Comm de cette semaine :

 

La Grange du Designer est un atelier de conception de mobilier et de luminaires. Tables de salon, fauteuils, chaises, bibliothèques, lampes à poser, lustres, hamacs, mobilier d’extérieur ou tout objet utile dans une maison seront présents dans le show-room.  Laurent Echevin y présente ses propres créations mais a choisi d’y promouvoir également artistes, artisans et autres créateurs de la région. La Grange du Designer, rue de Cygne 34, 7500 Tournai.

 

Romane & Nina, le projet de Camille Dorchies, c’est actuellement une boutique en ligne. Demain, ce sera une nouvelle vitrine dans les rues de Tournai. Camille veut donner la priorité aux circuits courts, à l’originalité et aux jeunes créateurs. Du prêt-à-porter bien sûr, mais aussi des bijoux, des accessoires, un peu de décoration mais toujours et surtout des coups de cœur.

 

Xtra Copy s’installera rue de l’Yser et proposera un parc de huit imprimantes/photocopieuses multifonctions avec PC connecté, permettant ainsi aux clients d’imprimer directement sans devoir amener une clé USB ou un autre périphérique. Il sera possible d’y réaliser de grosses impressions, de faire des reliures, de plastifier des documents et de photocopier avec différents formats. Xtra Copy, rue de l’Yser 11, 7500 Tournai.

 

YES WE CAN EAT est un traiteur quotidien qui propose, sept jours sur sept du matin au soir, des plats à emporter dans la boutique ou à se faire livrer à domicile ou au bureau via une application ou un site web. Esteban et Soledad veulent s’inscrire dans une démarche plus ouverte qu’un restaurant ou un traiteur traditionnel et offrent ainsi à leur clientèle la possibilité de manger selon leur préférence alimentaire. Ainsi, ils proposent aussi une gamme de produits et plats sans gluten, sans lactose, sans sucre, végétarien, végétalien, bio et avec des produits locaux. YES WE CAN EAT, rue du Bourdon Saint-Jacques 26, 7500 Tournai.

 

  • Les primés Créashop et Créa-Comm de cette semaine :

 

Decallonne Concept Store est le projet d’Alexandre Fontaine qui a racheté le fonds de commerce de la librairie Decallonne afin de sauvegarder ce patrimoine tournaisien et de lui donner un nouvel essor dans une dynamique plus actuelle et au sein du centre historique. Ce magasin concilie librairie spécialisée et bien-être dans un lieu dédié aux thérapies, soins alternatifs et développement personnel. L’auteur de projet souhaite également inspirer l’ancienne clientèle à redécouvrir leur enseigne autrement dans un concept innovant et en leur proposant des ouvrages classiques, contemporains, historiques mais aussi un département bien-être, santé et développement personnel plus abouti. Decallonne Concept Store, rue des Chapeliers 10, 7500 Tournai.

 

Le magasin Les Tournaisiennes s’installera à la rue des Chapeliers et proposera des robes de créateurs faites sur mesure mais aussi du prêt-à-porter, toujours à des prix abordables. Odile Menue, qui est à l’initiative de ce projet, pourra également transformer des vêtements existants et proposera toute une série d’accessoires tels des bijoux ou des sacs. Les Tournaisiennes, rue des Chapeliers 46, 7500 Tournai.

 

Livin’Room est un projet inédit à Tournai, à mi-chemin entre un café et un espace de coworking.  C’est un espace partagé, ouvert à tous, qui propose à ses clients des boissons non-alcoolisées chaudes et froides, des en-cas sucrés et des petits snacks. Les clients – aussi bien des entrepreneurs, des freelances, des étudiants que des touristes – payent le temps passé dans l’espace, à raison d’un prix assez modeste de 5 euros la première heure et ensuite au prorata (24 euros maximum la journée), en ayant accès gratuitement au Wi-Fi très haut débit, à des prises électriques, une imprimante et un scanner. Ils peuvent même s’installer avec leurs ordinateurs sur des canapés tout en consommant, à volonté les boissons et les snacks en libre-service. Livin’Room, rue de l’Yser 21, 7500 Tournai.

 

Henry’s Coffee est un bar à café où des jeux de société seront mis à disposition des clients. Henry Delcroix, barista de formation, y proposera des cafés issus du commerce équitable et favorisera les circuits courts. Ouvert de 7 à 18 H, l’établissement vous proposera également des pâtisseries faites maison. Henry’s Coffee, rue Tête d’Argent 21, 7500 Tournai.

 

  • Un 9ème dossier, bénéficiant déjà de l’aide au loyer Créa-Comm lors de la précédente session du jury, a obtenu le soutien de Créa Shop :

 

Sophie Delannoy, initiatrice du projet Green Terra, ouvrira sa boutique à la rue Tête d’Argent et y proposera ses créations basées sur le végétal : terrariums, kokedama (art japonais), tableaux de végétaux stabilisés et macramés en porte-plantes. Viendront ensuite des plantes d’intérieur et aromatiques, des plantes dépolluantes, des conseils entretien et boutures, des propositions d’aménagement intérieur ainsi que des contenants en céramique et en terracotta réalisés par des artisans de la région. Green Terra, rue Tête d’Argent 10, 7500 Tournai.

 

Cueillir et stocker les fruits de l’été.

Si la nature est généreuse, elle a tendance à tout donner d’un coup et au même moment, au grand dam du jardinier qui se retrouve les mains chargées de toutes sortes de fruits dont il ne sait que faire… jusqu’à aujourd’hui !

fruits pommes

En ce qui concerne le stockage des fruits, si les possibilités sont multiples – séchage, remisage, bocaux, congélation, transformation… – le temps, lui, vous est compté. Il va falloir faire face à cette manne subite qui récompense les longs mois de patience précédents. Si certains fruits ne peuvent se conserver qu’après une préparation culinaire – pêches, prunes, mûres… – d’autres ont l’avantage de pouvoir se conserver sans préparation – les poires et les pommes –, moyennant tout de même quelques précautions lors du ramassage et de l’entreposage.

 

Nous allons voir comment cueillir et stocker simplement des poires et des pommes, et préparer des pêches pour une conservation la plus naturelle possible afin d’éviter de trop en altérer le goût. L’idéal est de cueillir les fruits après quelques jours de beau temps, afin qu’ils ne soient pas trop gorgés d’eau et que leurs sucres ne soient pas dissous.

Pour stocker le plus longtemps possible – et dans la limite de nos moyens, c’est-à-dire loin des procédures industrielles –, le prérequis sera de disposer d’un local. Idéalement situé au nord, sombre, aéré avec une hygrométrie moyenne (idéale comprise entre 65 et 70% d’humidité) et une température fraîche (comprise entre 6 et 7°C). Bien évidemment, peu d’entre nous peuvent offrir un séjour aussi luxueux aux fruits de leur jardin. Pour cette raison, mais aussi en fonction des variétés, la durée de conservation peut varier très sensiblement.

Difficulté : facile
Coût : moins de 5 euros
Outillage nécessaire :
– cire à cacheter pour les poires
– cageots, fruitiers ou caisse à claire-voie
– bocaux et sacs de congélation

Etape 1 : La cueillette

Les pommes :

Les pommes se cueillent le plus tard possible dans la saison, mais aussi dans la journée, idéalement ensoleillée.

Ramassez-les quand elles se détachent facilement en les faisant tourner sur elles-mêmes.

Vous ne conserverez pas les pommes véreuses, ni celles tombées au sol qu’il faudra manger rapidement, par exemple en réalisant une délicieuse compote maison.

Les poires :

Selon les variétés, le moment de la récolte varie sensiblement. Les poires d’été doivent se cueillir 1 à 2 semaines avant leur complète maturité afin de pouvoir les conserver quelques jours, car elles mûriront rapidement de toute façon. Si vous les cueillez en pleine maturité, elles deviendront blettes avant même que vous ayez pu les consommer ou les préparer ! Procédez en deux fois, ou plus si possible, les plus grosses d’abord, puis la semaine suivante celles qui auront fini leur croissance. Les poires d’hiver, dites « de garde », se récoltent pour leur part en octobre. Si vous cueillez une poire d’hiver trop tôt, elle risque de se flétrir, ou rester verte sans développer de réelle valeur gustative.

Pour cueillir une poire sans l’abîmer, soulevez-la en faisant levier : si son pédoncule cède, c’est que son moment est venu. Contrairement à la pomme, une simple rotation de la poire peut vous induire en erreur, car elles se détachent moins bien de cette façon et que vous risquez alors d’abîmer la poire à la base du pédoncule, et donc de provoquer son pourrissement prématuré. De même, fiez-vous à votre odorat : le parfum de la poire arrivée à maturité est parfaitement reconnaissable !

Sachez enfin que, tout comme pour les pommes, il est inutile d’espérer conserver une poire tombée au sol.

Les pêches :

Le meilleur moment pour les cueillir est le matin, après la rosée. Plus sensibles encore que les poires, elles demanderont tous vos égards si vous voulez avoir le temps de les préparer. Un geste malheureux à éviter… celui de les pincer pour tester leur maturité.

Les pêches tombent toutes seules, et cela même avant d’être mûres. Aussi faites particulièrement attention à la météo et aux coups de vent ravageurs, sachant qu’elles finiront de mûrir même après la cueillette.

Etape 2 : La conservation

Les pommes :
Si vous souhaitez en donner autour de vous, ou que vous projetez un voyage (au camping, chez belle-maman…), vous pouvez les cueillir quelques jours avant maturité.

Laissez-les sécher quelques jours à l’abri avant de les entreposer. Comme pour les poires, il est possible de les stocker dans un fruitier qui sera placé dans un endroit sec, frais et obscur. De cette façon, vous les conserverez longtemps.

Essayez, autant que faire se peut, de conserver les pommes avec la peau. En effet, si les pommes du commerce doivent être pelées à cause des différents traitements, les pommes de votre jardin sont saines et la peau regorge de trésors excellents pour la santé (quercétine, vitamine C, fibres, sels minéraux…).

Les poires :

Si vous souhaitez conserver quelques mois vos poires d’hiver, il est une étape optionnelle, dont l’efficacité semble relative, mais suffisamment amusante pour ne pas l’omettre, qui consiste à enrober de cire le pédoncule afin d’éviter le dessèchement. Une précaution : n’utilisez pas vos ustensiles de cuisine habituels, car la cire tache.

Les poires seront conservées dans un local ni trop humide (risque de pourrissement), ni trop sec (risque de flétrissement), à l’abri de la lumière et le plus frais possible. N’espérez pas les conserver plus de 3 mois dans ces conditions. Comme il n’est pas facile de faire tenir une poire debout, placez-les côte à côte, sans les serrer, et surveillez régulièrement leur état en retirant systématiquement toute poire qui donnerait des signes de faiblesse.

Etape 3 : La transformation

Pour les pommes et les poires, les recettes sont nombreuses, mais nous ne souhaitons utiliser que des techniques de conservation qui permettent leur réutilisation dans des recettes variées.

Les pêches :
Point de miracle, pas d’autres solutions que d’en passer par des conserves ou la congélation. Dans tous les cas, il faudra les peler, les couper en deux pour les dénoyauter.

Pour les bocaux : placez les morceaux dans les bocaux, et tassez bien – les fruits peuvent perdre la moitié de leur volume –, et ne rien rajouter, ni eau, ni sucre. Refermez et placez au bain-marie, 30 minutes à 75°C.

Pour la congélation, il faut procéder en deux étapes. La première consiste à « geler » chaque demi-pêche séparément. Pour cela, placez chaque moitié de pêche sur une plaque métallique, dont la taille permet l’insertion au congélateur. A défaut, l’utilisation de papier sulfurisé est possible. La deuxième étape consiste à décoller chaque moitié de la plaque métallique (ou papier sulfurisé) le plus rapidement possible, de façon à remplir des sacs que l’on remettra au congélateur. Ainsi, vous garderez la possibilité d’utiliser chaque moitié séparément, en fonction de vos besoins. A consommer dans l’année qui suit.

Source : deco.fr

 

Les fruits de l'été : comment les stocker et les transformer.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 15 juillet 2015

Selon la moitié des employeurs, la législation actuelle du travail leur coûte des emplois

Selon trois PME sur quatre ainsi que la moitié des grandes entreprises, la législation actuelle du travail leur coûte en termes d’emplois. Les employeurs demandent plus de flexibilité dans le règlement des heures supplémentaires et du travail de nuit. Ils veulent également que le statut unique ouvrier/employé soit mieux harmonisé.
travail
Une année après l’harmonisation de ces statuts, de nombreuses différences subsistent encore entre ces deux groupes. Ce sont surtout les PME qui sont mécontentes. Seule une sur cinq estime que le statut unique actuel est une bonne chose. Trois quarts des grandes entreprises sont également de cet avis.

L’élément faisant l’unanimité est que le nouveau statut unique modernise la politique RH mais freine aussi le recrutement de collaborateurs fixes. Voilà ce qui ressort d’un questionnaire envoyé par Tempo Team à un échantillon de 200 entreprises belges.

Selon 8 sociétés sur 10, la législation du travail devrait être renouvelée. La moitié de celles-ci estiment que la réglementation actuelle pèse sur la mise à l’emploi. Le cheval de bataille est une plus grande flexibilité, et ce notamment sur le plan des heures de travail. Plus de la moitié des répondants préfèrent que cela se passe au niveau même de leur entreprise, mais le moins possible via la législation ou les conventions collectives de travail.
Recrutement hésitant

La promesse du gouvernement et les accords pris pour trouver un règlement à l’égard du travail de nuit dans les centres logistiques et les entreprises d’e-commerce n’arrivent pas trop tôt. Plus de la moitié des employeurs veulent lever l’interdiction et un quart de ceux-ci déclarent qu’ils consentiraient plutôt de nouveaux investissements dans des centres de logistique aux Pays-Bas et en Allemagne. Il ressort de l’étude que ce sont surtout les grandes entreprises qui sont demandeuses et que cela jouerait moins pour les plus petites.

Deux tiers des employeurs veulent rapidement faire disparaître les différences subsistant entre les statuts des ouvriers et des employés. Selon près de la moitié des entreprises consultées, cela engendrerait une complexité inutile et rendrait ardue l’application du statut unique. Le plus urgent serait l’harmonisation des conditions du chômage temporaire, le salaire garanti en cas d’incapacité de travail et le règlement de pension complémentaire. « La généralisation du recours possible au chômage temporaire profitera au recrutement fixe d’employés. A présent, les entreprises hésitent à engager de nouveaux collaborateurs parce qu’elles ne sont pas sûres du volume de travail », déclare Siska Van Cauwenberge, District Manager chez Tempo-Team. Les listes uniques pour les élections sociales sont moins urgentes, tout comme le règlement unique pour le pécule de vacances et l’uniformité des allocations patronales de sécurité sociale.
Plus prudents face au licenciement

Un an après la mise en vigueur du statut unique, les entreprises ne sont pas d’accord entre elles quant au fait de juger si l’évolution va ou non dans le bon sens. Parmi les PME, à peine une sur cinq a une position positive à l’égard de la réforme.

Moins de la moitié d’entre elles (44%) réussissent à appliquer le statut unique dans son intégralité, contre 65% des grandes entreprises. Chez ces dernières, 2 employeurs sur 3 sont satisfaits du nouveau statut même s’ils trouvent que le ticket d’entrée est très cher.

Le nouveau règlement amène principalement plus de professionnalisme dans le management RH. Pour plus de la moitié des répondants, cela vaut tant sur le plan du recrutement que des évaluations, du suivi des collaborateurs et de la procédure de licenciement.

Pour ce dernier aspect, ils ont aujourd’hui le devoir de motiver leur décision. De ce fait, une grande majorité des entreprises (75%) surveillent de plus en plus le fonctionnement de leurs collaborateurs. Deux sur trois sont plus prudentes qu’avant en termes de licenciement.

« Le fait de devoir justifier le licenciement a un impact positif sur l’évaluation et le suivi des collaborateurs. Les employeurs comprennent la nécessité de bien bâtir et mettre à jour le fichier de leurs membres du personnel. Même sur ce plan, la modernisation de la législation du travail a pour conséquence une plus grande professionnalisation de la politique RH », prétend Siska Van Cauwenberge.
Freins sur le recrutement fixe

Un élément frappant est que, en raison de la suppression de la période d’essai, deux jeunes entreprises sur 3 offrent d’abord un contrat à durée déterminée. La moitié font aussi plus appel qu’avant au travail intérimaire. Elément moins positif, la moitié des entreprises et en particulier les plus petites (66%) attendent davantage avant de s’engager dans un processus de recrutement, ou le reportent jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus faire autrement. Une sur trois engage moins facilement des ouvriers et, selon deux employeurs sur trois, les délais de préavis raccourcis pour les employés ne poussent pas à engager ces profils plus rapidement.

« En raison de la suppression de la période d’essai, les entreprises investissent plus de temps dans le processus de recrutement. L’inconvénient est que les bons candidats risquent de se retirer de manière prématurée. Par conséquent, de plus en plus d’entreprises combinent un contrat d’intérim avec une perspective d’engagement fixe. Dans les grandes entreprises, de telles mesures sont déjà d’application mais, de nos jours, nous l’observons aussi de plus en plus sur le marché des PME », ajoute Siska Van Cauwenberge.
Plus d’absentéisme

Par ailleurs, le questionnaire cherche aussi à identifier l’impact de la suppression du jour de carence. Plus de la moitié des entreprises interrogées aimeraient le rétablir, mais pour tous leurs travailleurs. Les PME (65%) en ressentent davantage le besoin que les grandes entreprises (50%). Toutes les sociétés interrogées font état d’une augmentation du congé de maladie. Selon une sur quatre, il y aurait nettement plus de ‘maladies du lundi’. Un quart des employeurs enverraient aujourd’hui plus rapidement un médecin du travail au domicile du travailleur absent.

 

Source:  jobat.be

Emplois, employeurs, PME, la legislation actuelle n'est pas idéale.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 23 juin 2015

La marque la plus puissante en Belgique est…

…….. Google. En effet, il s’agit de la marque la plus influente au sein de notre pays, devant Colruyt et Facebook. Tels sont les résultats de l’étude menée par le bureau d’enquête Ipsos auprès de 2500 consommateurs belges.

Google

Samsung occupe la quatrième place, suivi par Telenet en cinquième position. Ces deux entreprises sont des nouvelles venues au sein du Top 5. Celles-ci prennent les places de Aldi et Visa, qui retombent toutes deux aux treizième et quinzième rangs.

Top-10

Coca-Cola, Microsoft, Apple, Ikea et YouTube complètent le Top 10. Mention spéciale pour les excellents résultats de Proximus. L’entreprise de télécommunications grimpe de la 25ème à la 12ème place. En Wallonie, celle-ci occupe la cinquième position.

(EH) – Source : MARK Magazine

Mais qu'elle est la marque la plus puissante en Belgique ?

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 23 juin 2015

Info CCI WAPI de ce 19 juin – Pierre Vandeputte et Bernard Dorchy.

International Garage fête ses 35 ans d’activité

Situé à Tournai, l’International Garage a célébré ce mardi ses 35 ans d’existence. Pour l’occasion, le patron Bernard Dorchy a invité 400 convives à venir découvrir la nouvelle Jaguar XE. Une marque complémentaire de Land Rover, qu’il expose déjà et dont il est passionné. Parti de rien, Bernard Dorchy vend aujourd’hui des voitures qui font rêver et emploie 23 personnes.

international garage

CCI Wapi : Pierre Vandeputte élu président

pierre vandeputte

Ce jeudi soir, le nouveau conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industrie de Wallonie picarde s’est réuni. Durant cette séance, Pierre Vandeputte, dirigeant de la société éponyme, a été élu – à l’unanimité des votes – en tant que président de la Chambre pour la période 2015-2018. Il succède à Paul Bertrand, qui reste administrateur et membre du comité directeur.C’est l’un des patrons de la dynamique entreprise familiale qui confectionne des produits à base d’huile de lin. Il est jeune, dynamique et semble faire l’unanimité. Les mouscronnois eux en tout cas sont ravis.

Vandeputte ou le fabuleux destin de la graine de lin…

Vandeputte, c’est une histoire d’amour entre une famille et une entreprise.
Et comme toutes les histoires d’amour, elle commence par une petite graine… la nôtre est une graine de lin.

C’est en 1887, dans son moulin de Rekkem, aux confins de la Flandre, de la Wallonie et de la France, que notre aïeul, Gustave Vandeputte, imagine de presser la graine de lin…Au fil du temps, l’idée prend de la graine, chaque génération de Vandeputte amenant son lot d’innovations et d’investissements en phase avec son époque.Aujourd’hui, cette entreprise familiale s’est déployée en un groupe à visage humain, une entreprise citoyenne, actrice de référence dans son Euro Région, rayonnant sur les 5 continents à partir de son implantation, au cœur des marchés de l’Europe de l’Ouest. Maintes fois mis à l’honneur pour son positionnement durable, Vandeputte jouit d’une excellente image de marque.Notre recette : donnons aux bonnes idées les moyens de leur succès !
Cette graine de lin que nous avons voulu mettre à l’honneur dans cette page, a permis à notre famille de développer deux secteurs d’activité que nous vous invitons à découvrir.
2 entités bien distinctes unies par notre volonté de garantir des produits de qualité, des process innovants et ainsi la satisfaction de nos clients. 

 

CCI WAPI un nouveau président élu et un garage qui a 35 ans sur Tournai.

Posted by Pacifique FM – Officiel on dimanche 21 juin 2015

L’Astuce Pour économiser BEAUCOUP d’Argent sur les Lames de Rasoirs

Vous connaissez les lames de rasoirs jetables ? Celles qui coûtent un prix exorbitant (Gillette, Wilkinson et compagnie). En plus, ces lames doivent être remplacées toutes les 2 semaines. Eh bien, voici l’astuce qui va vous faire économiser beaucoup d’argent :

 

lames-rasoir-pas-cheres

Comment Faire 1. Prenez un jeans (vieux ou neuf peu importe). 2. Posez-le sur une table pour qu’il soit plat. 3. Passez le rasoir sur votre jeans : 10 fois dans une direction et 10 fois dans l’autre. Comme le monsieur, ici : Passez le rasoir En passant le rasoir 20 fois de chaque côté, c’est encore plus efficace.

lame rasoir

Pas d’inquiétude, cette astuce n’abîme pas le jeans. Avec cette méthode, vous pouvez utiliser 1 seule lame jusqu’à 6 mois. Ce qui veut dire qu’un lot de 8 lames à 20 € pourrait vous durer 4 ans. Plus besoin d’acheter de nouvelles lames tous les mois. Vous allez pouvoir garder les vôtres beaucoup plus longtemps sans rien dépenser. Sachez que cette astuce fonctionne pour les rasoirs hommes mais aussi pour ceux des femmes (Venus par exemple).

Source : Comment-Economiser.fr

Des économies à faire dans tous les ménages.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 2 juin 2015

Les inégalités entre riches et pauvres au plus haut depuis 30 ans !

Les inégalités ont atteint des niveaux records dans la plupart des pays de l’OCDE et restent plus élevées encore dans beaucoup d’économies émergentes, selon un rapport de l’organisation publié jeudi qui relève en particulier les écarts entre hommes et femmes.

argent

« Nous avons atteint un point critique. Les inégalités dans les pays de l’OCDE n’ont jamais été aussi élevées depuis que nous les mesurons« , a déclaré le Secrétaire général de l’organisation, Angel Gurría, en présentant le rapport, à Paris, au côté de Marianne Thyssen, Commissaire européenne à l’emploi.

Aujourd’hui, dans la zone OCDE qui regroupe 34 pays, les 10% les plus riches de la population ont un revenu 9,6 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres, alors que la proportion était de 7,1 fois dans les années 1980 et 9,1 fois dans les années 2000, selon un nouveau rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publié jeudi.

Les inégalités sont encore plus criantes en termes de patrimoine, souligne le rapport. « En ne s’attaquant pas au problème des inégalités, les gouvernements affaiblissent le tissu social dans leur pays et compromettent leur croissance économique à long terme« , a-t-il ajouté. On estime que la montée des inégalités, entre 1985 et 2005, dans les 19 pays de l’OCDE analysés, a amputé la croissance de 4,7 points de pourcentage en cumulé entre 1990 et 2010.

Pour réduire les inégalités et stimuler la croissance, l’OCDE recommande aux gouvernements de promouvoir l’égalité entre hommes et femmes en matière d’emploi, d’élargir l’accès à des emplois plus stables et d’encourager les investissements dans l’éducation et la formation tout au long de la vie active.

La redistribution par le biais de l’impôt est aussi un moyen efficace de réduire les inégalités, selon le rapport, qui relève que l’efficacité des mécanismes de redistribution s’est amoindrie dans de nombreux pays ces dernières décennies. Les politiques publiques doivent garantir que les plus riches, mais aussi les entreprises multinationales, paient leur part de la charge fiscale, souligne l’Organisation.

Les 10% les plus riches de la population ont un revenu 9,6 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres !

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 21 mai 2015

Forum Mind & Market 23 avril : le cap des 400 participants et des 70 projets vient d’être dépassé!

Forum Mind & Market 23 avril : le cap des 400 participants et 70 projets vient d’être dépassé!

mind & market

Parmi les derniers projets postés :
– Safety Measures: un Serious game mettant en compétition 2 joueurs dans un scénario de maintenance industrielle, nouveau projet développé par Fishing Cactus!
– L’Animalium : un Centre d’Art animalier avec des vrais animaux, porté par Frank Pé, célèbre dessinateur de Spirou (Broussaille, etc…)
– HiveMade: un club d’élevage collectif d’idées: des entrepreneurs, des enthousiastes, des projets… et l’intelligence collective fait le reste.
– Wibee : partage de voiture au sein d’une communauté
– Marthy : application créée dans le but d’accroître les interactions humaines de tous types pour des publics ciblés (campus universitaire / société / club sportif / …)
– Feelgood Monday : mise en place de dispositifs événementiels destinés à favoriser la qualité de vie en entreprise (gamification)
– Swanest : aide les personnes n’ayant pas accès à un conseiller financier indépendant à élaborer leur stratégie d’investissement
etc… etc….

mind & market1

Attention, il vous reste à peine 5 jours pour vous inscrire :
http://www.mindandmarket.be/evenement/100-forum-mind-market-louvain-la-neuve-7eme-edition
Résumé de l’événement mindandmarket.be

Vous êtes porteur d’un projet innovant ? Venez le présenter à vos futurs associés et partenaires, recevez le feedback d’entrepreneurs et de coachs confirmés, confrontez votre innovation avec des clients et sous-traitants potentiels, pitchez…

 

 

Mind & Market 400 projets innovants pour notre économie.

Posted by Pacifique FM – Officiel on dimanche 19 avril 2015

La Grèce réclame 278 milliards d’euros à l’Allemagne !

Dimitri Mardas, le vice-ministre des Finances grec, a en effet indiqué que l’Allemagne a une dette envers la Grèce de plus de 278 milliards d’euros pour s’acquitter totalement de ses réparations au titre des dégâts faits en Grèce lors de la Seconde Guerre Mondiale.

o-anaplirotis-ypourgos-oikonomikon-dimitris-mardas

Une somme folle donc réclamée par la Grèce qui dépasserait la dette grecque à l’égard de l’UE : dette qui s’élève actuellement à 240 milliards d’euros. Ce montant aurait été déterminé grâce aux travaux d’une commission parlementaire et de la cour suprême grecque.

Alors que le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, criait au scandale le mois dernier en affirmant que l’Allemagne « ne s’était jamais totalement acquitté de ses dettes », le ministre de l’Economie allemand s’est empressé de répondre en qualifiant ces demandes de « stupides », estimant que ce n’était qu’une simple technique de la Grèce pour tirer de l’argent d’autres pays pour renflouer ses dettes.

Le gouvernement allemand a indiqué qu’il ne devait plus rien aux autres pays vis-à-vis  des réparations lors de la Seconde Guerre Mondiale. En effet, dans les années 50, l’Allemagne avait déjà versé près de 220 milliards d’euros à la Grèce pour cette raison tout en ajoutant 230 millions de dollars aux victimes des nazis au cours des années 60.

Beaucoup de Grecs estiment que l’Allemagne est la principale responsable du fort taux de chômage dans leur pays à cause des mesures d’austérité drastiques que les allemands ont imposé. Néanmoins, la Grèce semble oublier que l’Allemagne est sans doute le pays qui a financé la plus grosse partie des plans de sauvetage de leur pays.

Alors que les relations sont déjà fort tendues entre les deux pays, cette demande de la Grèce ne va sans doute pas arranger les choses…

La Seconde Guerre Mondiale en travers de la gorge, la Grèce veut recevoir 278 milliards d'euros de dédommagement de l'Allemagne !

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 9 avril 2015