Titre obligatoire

Emissions à venir

mai
20
dim
2018
19:00 FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
mai 20 @ 19:00
Découvrez pendant 1h00 de concert de grand groupes internationaux.
20:00 Fréquence Rock – Stéphane et Wal...
Fréquence Rock – Stéphane et Wal...
mai 20 @ 20:00
Fréquence Rock - Stéphane et Wallace
Fréquence Rock – Dimanche de 20h à 22h Dimanche de 20h à 22h Fréquence Rock avec Wallace et Stéphane Chaque dimanche, les studios de Pacifique FM se transforment en salle de concert. Des groupes régionaux[...]
22:00 Hard Times – Ugo
Hard Times – Ugo
mai 20 @ 22:00
Hard Times - Ugo
Hard Times – Dimanche de 22h à minuit Le Dimanche de 22h à minuit Hard Times présenté par Ugo Avec Ugo le métal sous toutes ses facettes + concerts Rejoins les fans Facebook de Hard Times
mai
21
lun
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
mai 21 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘ECOLO’

ECOLO : St Valentrain , le partage, l’avenir de la mobilité

À l’occasion de cette 19ème Saint Valentrain, les écologistes veulent mettre la notion de partage en avant.

ecolo St valentrain2018

Utiliser les transports en commun, c’est l’occasion de partager au quotidien des rires et des sourires, une histoire ou… une place, en profitant de la sérénité de se laisser conduire. Les écologistes croient fermement au principe de partage comme avenir et condition d’une mobilité durable et ambitieuse.

En travaillant sur des offres tarifaires intégrées qui facilitent l’usage de différents modes de déplacement, en utilisant l’énorme potentiel offert par les nouvelles technologies mobiles et par l’open data qui permettent de disposer d’informations en temps réel, et surtout en favorisant tous les modes de déplacement partagés (voiture et vélos partagés notamment) qui vont réduire le nombre de véhicules nécessaires, les écologistes veulent construire la mobilité du XXIème siècle autour de l’axe central que constituent les transports en commun.

Ce défi, aussi exaltant que nécessaire, ne pourra voir le jour que grâce à tous ceux qui utilisent les transports en commun au quotidien. Plus que jamais, ECOLO s’engage clairement à leurs côtés pour réclamer des transports en commun plus fréquents, plus de places assises, des horaires respectés, des informations en temps réel, des tarifs accessibles à tous et des gares et des arrêts bien entretenus.

 

ECOLO se fixe un horizon et trace son chemin.

Les délégués du Conseil de Fédération viennent d’adopter à l’unanimité la note d’orientation stratégique qui guidera notre action durant les quatre prochaines années. Fruit d’un long travail entamé au lendemain de leur élection, celle-ci s’est nourrie des nombreuses et très riches discussions organisées dans chacune des régionales . Ambitieuse, elle fixe un horizon, clarifie notre ligne politique et pose les bases d’un redéploiement durable.

eolienne

Voici quelques action ce que nous communique ECOLO :

 

L’ouverture à la société civile : devenir l’expression politique des initiatives citoyennes

Ca bouge dans la société ! Qui mieux qu’Ecolo, né de la rencontre de mouvements sociaux, peut se faire porteur des nouvelles revendications sociétales ? Notre manière de « faire de la politique » doit être à même d’entendre et défendre les nouvelles aspirations citoyennes et de soutenir le foisonnement de solutions innovantes pour habiter, bouger, cultiver, consommer…
- Des plate-formes « écolo-citoyennes » seront lancées pour les élections communales. Là où le contexte local le permet (société civile dynamique, comités de quartier, initiatives de transition, mais aussi état de la locale), il s’agit de faire alliance avec une diversité de citoyens autour de projets concrets.
- Des élus issus de la société civile seront présents dans nos futurs groupes parlementaires. Il s’agit là d’une exigence de reconnexion avec la société civile mais aussi avec l’idée que la politique n’est pas réservée à des « professionnels ».
- La société civile, le monde académique, les entrepreneurs,… seront associés à l’élaboration des positionnements du parti au travers d’un dialogue permanent et de l’ouverture de nos locales et commissions.

Une ligne politique claire : redonner aux citoyens la capacité de peser sur le réel

Il faut changer de modèle pour mieux vivre, et permettre aux citoyens de reprendre le pouvoir dans toutes les dimensions de leur vie (manger, se déplacer, travailler, décider, vivre en bonne santé, se chauffer…) que les multinationales et les institutions leur confisquent. Changer de modèle, réformer la société se fera à travers l’activation d’une série de leviers essentiels :

- La transition écologique de l’économie, qui repose notamment sur sa relocalisation, le développement de l’économie collaborative, de l’économie circulaire, etc. Ecolo est le parti des entrepreneurs ancrés dans les territoires, qui cherchent à « entreprendre autrement ». En lien avec cet enjeu, il faut revoir de fond en comble notre fiscalité économiquement inefficace et injuste d’un point de vue social et environnemental.

- L’énergie et la mobilité, questions européennes, fédérales, régionales et locales, sur lesquelles sommes le parti plus créatif en termes de propositions. Sortir du nucléaire et des énergies fossiles, c’est assurer un avenir viable aux générations futures. Soutenir le redéploiement de la SNCB, c’est réaffirmer qu’Ecolo est le parti des usagers des transports en commun.

- Qu’y a-t-il dans mon assiette ? Est-ce bon pour moi, pour mes enfants et pour la nature ? Nous avons des solutions pour une alimentation durable qui relie les luttes paysannes, la promotion des circuits courts intensifs en savoir-faire et en emploi et le respect de l’environnement. C’est l’ensemble de la société qui doit pouvoir bénéficier d’une alimentation saine. En lien avec l’alimentation sera affinée la vision écologiste de la santé fondée sur la prévention et la promotion de la santé, l’accessibilité des soins et la préférence à l’intervention dans le milieu de vie des personnes.

- Il faudra aussi plus et mieux parler de culture et d’enseignement. Ces secteurs sont les principaux leviers de l’émancipation, de la création et du changement des mentalités. Victimes de la marchandisation et de politiques court-termistes, ils sont aujourd’hui en quête de sens.

- Nous nous positionnerons davantage sur les questions touchant à l’emploi et à notre système de protection sociale qui doit être repensé pour ne plus être dépendant de la croissance du PIB et pour tenir compte de l’évolution des modes de vie et des aspirations de chacun à la dignité et l’autonomie. C’est dans ce cadre qu’Ecolo ré-ouvrira un large débat sur le thème de l’allocation universelle.

La démocratie, enfin. Nous voulons qu’Ecolo participe à la réflexion et relaye les nombreuses propositions qui émergent en vue de renforcer la démocratie participative en intégrant la démocratie du NET. Les citoyens doivent reprendre le pouvoir sur l’économie, la finance, les lobbys… Nous continuerons également à faire la différence sur les enjeux d’éthique politique et les pratiques qui sapent la confiance dans les institutions.

Avec le concours d’Etopia, nos commissions seront chargées de préciser ces objectifs et de les mettre en débat avec la société civile.

L’ancrage local, échelon essentiel de la démocratie

Au niveau communal, Ecolo participe à de nombreuses majorités. Ces participations, essentielles à nos yeux, permettent de démontrer que l’écologie politique est concrète et que notre action locale peut changer la vie et le monde pas à pas. Pour ce faire nous donnerons priorité au terrain, à l’ouverture et à l’accompagnement des locales.

L’écologie politique rompt avec un modèle de société basé sur la prédation et qui cantonne le citoyen dans un rôle de consommateur. Face aux défis sociaux et environnementaux auxquels notre humanité est confrontée, notre responsabilité est immense.

Nous sommes le changement et nous changeons nous-mêmes pour relever ces défis ensemble, unis dans notre diversité, et en collaboration avec le large mouvement démocratique qui bouillonne au sein de notre société en transition.

 

« La ministre Marghem a menti au Parlement et aux Belges », selon Ecolo et Groen !

Les écologistes du nord et du sud du pays ont accusé mardi la ministre de l’Energie, Marie-Christine Marghem (MR), d’avoir menti mardi dernier à la Chambre en présentant un avis juridique manuscrit sur la prolongation des réacteurs nucléaires de Doel 1 et Doel 2 en assurant que cette note avait été rédigée par ses soins, « en interne », avec les juristes de son cabinet et de son administration alors qu’elle émane d’un bureau d’avocats et que la ministre l’a modifiée.

Marie-Christine Marghem

Ecolo et Groen affirment dans un communiqué avoir pu mettre la main sur la note juridique externe utilisée par Mme Marghem dans les débats parlementaires. Mais les écologistes accusent la ministre d’avoir « omis d’inclure les conclusions retenues par les juristes qu’elle a consultés ».

« L’avis juridique que la ministre a présenté aux parlementaires la semaine dernière est un plagiat incomplet. En affirmant ne pas avoir eu recours à un cabinet d’avocats, en modifiant certains passages et en mettant de côté la conclusion de l’avis juridique qu’elle a reçu, la ministre Marghem a manipulé le dossier et a menti au Parlement et aux Belges« , estiment les chefs de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Kristof Calvo et Jean-Marc Nollet.

Selon eux, le Conseil d’Etat et l’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) avaient déjà pointé les manquements juridiques du projet de Mme Marghem. C’est en réponse à ces critiques et aux questions des parlementaires que la ministre a sorti une note juridique manuscrite de son chapeau.

« Soit disant rédigée de sa propre main, cette note a en fait été rédigée par le bureau d’avocats Janson. La ministre s’est contentée de barrer les passages gênants et de remplacer quelques mots« , a expliqué M. Nollet. Pour Ecolo et Groen, ce « mensonge » porte atteinte à la crédibilité de la ministre et de sa méthode de travail. « Ce ne sont pas des petites erreurs techniques, c’est plus grave. La ministre doit s’expliquer en commission le plus vite possible et expliquer pourquoi son avis juridique repose sur un plagiat partiel« , estiment MM. Calvo et Nollet.

Pour les écologistes, « les failles dans le travail de la ministre lui imposent plus que jamais de considérer l’alternative déposée par Ecolo et Groen à la prolongation des réacteurs de Doel ».

Pour Ecolo et Groen, ce "mensonge" porte atteinte à la crédibilité de la ministre et de sa méthode de travail.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 19 mai 2015