Titre obligatoire

Emissions à venir

mai
22
mar
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
mai 22 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
mai 22 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
mai 22 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.

View Calendar

Articles marqués avec ‘conseils’

En sécurité sur le chemin de l’école – Conseils aux parents

Voici quelques conseils si vous conduisez votre enfant EN VOITURE

 

  • Montrez l’exemple à vos enfants et mettez votre ceinture de sécurité.
  • Utilisez un système de retenue adapté à votre enfant et fixez-le dans la voiture.
  • Lorsque vous déposez (ou reprenez) votre enfant ne vous arrêtez pas n’importe où : pas sur le trottoir, pas sur un accotement sans laisser un passage suffisant (1m50) pour les autres enfants, pas sur les passages pour piétons ni à moins de 5 mètres en deçà.
  • Dans la mesure du possible, faites descendre (ou monter) votre enfant du côté du trottoir de l’école. Si ce n’est pas possible, faites le descendre (ou monter) sur le trottoir opposé et ne laissez pas votre enfant traverser seul.
  • Restez toujours vigilant en voiture et réduisez votre vitesse aux abords d’une école : les réactions des enfants sont toujours imprévisibles.
  • Ne faites pas des manœuvres compliquées près d’une école, allez tourner un peu plus loin
  • Cherchez un trajet qui offre des trottoirs ou des accotements praticables (d’où l’importance de ne pas y stationner).
  • Apprenez à votre enfant à marcher toujours le plus loin possible du bord du trottoir et de se méfier des entrées de garage.
  • Apprenez-lui à traverser : s’arrêter sur le bord du trottoir, regarder et écouter dans toutes les directions, ne pas courir. Apprenez-lui à utiliser les passages pour piétons.

 

Rentrée 2015 : tout sur notre dispositif « sécurité des écoles » ( vidéo )

L’été est déjà fini. Les vacances aussi. Dès demain, aux environs de 7h30 du matin, les routes mouscronnoises seront à nouveau prises d’assaut par les usagers de la route de tous bords : piétons, cyclistes, automobilistes. De concert avec les gardiens de la paix, les stewards urbains et les surveillants habilités,
rentree ecole
nos agents de quartier seront présents aux traversées piétonnes qui se trouvent aux abords des établissements scolaires de l’entité. Ainsi, avec les partenaires, une quarantaine de traversées piétonnes seront prises en charge, le matin et le soir (sauf le mercredi, présence à midi). Voilà pour le côté préventif. Le volet dissuasif et répressif n’a pas été mis de côté. La sécurisation du Plateau de la Gare sera également assurée par le service intervention, aux heures d’arrivée et de départ des transports en commun. Et dès jeudi, des contrôles routiers spécifiques seront également orientés vers le centre-ville. Respectez les règles de stationnements!

La rentrée, c’est aussi le moment des bonnes résolutions pour les enfants, mais aussi, pourquoi pas, pour les parents qui doivent impérativement apprendre à donner le bon exemple (ceinture, stationnement, courtoisie) à leurs enfants sur la route ! Voyez la séquence ci-jointe.

https://www.youtube.com/watch?t=177&v=kJGT4ik-AjM

Bonne rentrée à toutes et tous…

La rentrée des écoles : voici les conseils qu'il vous faut. ( vidéo )

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 31 août 2015

L’émission Au delà du Mystère ( voyance gratuite ) saison 2015 – 2016 est démarrée avec Delphine Delange.

La nouvelle saison de cette émission à succès est démarrée et a déjà fait un tabac hier soir en audimat avec Delphine Delange.
DSC00003

Le principe de cette émission qui a maintenant bientôt 4 ans à son compteur est de recevoir soit des appels téléphoniques ( sur un numéro non-surtaxé ), des messages via la page facebook de l’émission, ou encore de venir en studio directement à Tournai Expo dans les studios de Pacifique FM pour y avoir sa guidance, d’autres diraient voyance gratuite avec le médium présent ce soir là.

Cette émission permet au médium de montrer sa « canalisation » avec les messages et intuitions qui le traverse , soit directement soit via en support et pour plus de détails les cartes d’un tarot ou d’un oracle.

Certain diront, oui les voyants c’est de l’arnaque, et bien Pacifique FM teste ses médiums avant tout passage sur antenne, ceux qui restent après ce test sont donc des médiums pertinents dans leur « art » de communication, une confiance peut donc bien s’établir entre l’auditeur et l’équipe de l’émission.Cette émission est beaucoup plus que de la voyance, c’est une guidance , une émission de conseils pour votre vie.

Pacifique FM a toute une équipe de médiums ils sont chacun leur tour présents pour vous le vendredi soir dès 20h00, cette équipe de « lumière » de la saison 2015-2016 se compose:

DelphineDelange,Frank Gimer, Angelina, Lindaly,Ardivine, Fabienne, et naturellement l’animateur de l’émission Patrick James Wallace. L’émission vous signale également la pause de notre amie Marie-Christine notre numérologue de l’émission pour raison de santé, nous lui souhaitons un bon repos et un bon rétablissement, nous la retrouverons très certainement d’ici plusieurs mois.

DSC00004

Ce vendredi 28 août et pour lancer la nouvelle saison Delphine Delange était avec nous, elle nous vient de Saint Maur des fossés au Sud-Est de Paris juste sous la Marne et fait ce trajet rien que pour la guidance des auditeurs de Pacifique FM qui sont pour cette émission issus de plus de 6 pays du monde : La Belgique, le Luxembourg, la France, l’île de la Réunion, le Canada et….l’Allemagne. Delphine Delange vous reçoit dans l’émission avec sa douceur, sa prudence et sa précision pour les messages qu’elle doit vous transmettre pour vous guider, vous conseiller.

La surprise lors de chaque émission c’est que d’autres médiums de l’équipe viennent voir et soutenir celui qui est à l’antenne, ce qui donne à l’émission un ton de partage dans la médiumnité qui agit .Hier soir, nous avions en studio onze personnes dont deux médiums de l’équipe, mais aussi quelques autres médiums ou magnétiseurs qui viennent par amitiés et par partage, je citerai  Christophe, Sept, Virginie, Angelina, Chantal et Séverine.

Voici le facebook de Delphine Delange piur la contacter :

https://www.facebook.com/voyancedelphine.delange?fref=ts

DSC00007

Pour rappel l’émission se déroule de 20h00 à 22h00 dans les studios de Pacifique FM 22 rue du Follet ( Tournai expo sur la droite ) à 7540 Kain ( Tournai ) en Belgique, l’entrée est gratuite. Le téléphone : +32.69.730.332 ( numéro non-surtaxé )

https://www.facebook.com/audeladumystere?ref=bookmarks

Nous vous donnons rendez-vous également pour nos autres émission « spirituelles » :

le lundi avec Lindaly et « la Voie du Coeur » de 10h00 à 12h00

https://www.facebook.com/lavoieducoeurlindaly

le mercredi pour de la voyance gratuite dans Voyance + avec Fabienne de 10h00 à 12h00

https://www.facebook.com/Voyanceplus?fref=ts

Le 3 ème jeudi de 19h00 à 20h00 avec David Mogiel pour une heure sur un sujet d’ouverture.

https://www.facebook.com/Mezael?fref=ts

Tous les vendredi de 18h30 à 20h00 avec Jasmine pour de la numérologie gratuite en direct ( à partir du 11/09 )

https://www.facebook.com/pages/Jasmine-num%C3%A9rologie-m%C3%A9diumnit%C3%A9/1457799301199720

 

La saison « voyance gratuite 2015 – 2016  » est lancée !

Posted by Pacifique FM – Officiel on samedi 29 août 2015

5 conseils pour savoir ce que vous voulez vraiment…

C’est une question que nous nous posons tous un jour ou l’autre. Vous commencez à tourner en rond ? Il est temps d’enquêter sur votre carrière. La coach en carrière Annelies Quaegebeur est aussi passé par cette étape. Voici comment elle a procédé.
travail routine

 
« Mon travail me convient-il toujours ? Au printemps 2012, je suis arrivé la conclusion que la réponse à cette question était ‘non’. J’allais travailler à contre cœur et ce que je faisais ne m’amusait plus. Je ne me développais plus et n’étais plus d’accord avec les valeurs de l’entreprise. Le soir, je rentrais à la maison complètement épuisée. »

Mes batteries étaient vides. Vous reconnaissez-vous dans ce scénario ? Si oui, estimez-vous heureux. Pour moi, il était plus que temps d’entamer une analyse approfondie des mes attentes professionnelles. »
1. Quelles compétences voudriez-vous exercer dans votre travail ?

Etape 1 : « J’ai commencé par me demander comment les choses allaient pour moi en dehors et dans le cadre de mon travail. Où donc pouvais-je bien tirer mon énergie ? Quelle sont des occupations qui ne me demandaient pas d’effort, que j’avais un peu perdues de vue avec le temps et qui me rendaient très heureuse ? Selon la personne nous sommes, cela peut porter sur des éléments relativement différents : travailler le bois, aider les autres, concevoir une stratégie… Sur ma liste figurait notamment le networking et le fait d’être maîtresse de maison. »

Etape 2 : « Ensuite, j’ai dressé une liste des choses que je n’aimais pas faire dans mon travail (rester assise face à mon ordinateur, toutes les tâches administratives,…) et des compétences que j’avais envie d’utiliser (travailler avec d’autres, collaborer, manager, brainstormer…).

Etape 3 : « Enfin, j’ai complété cette liste avec ce qui me manquait dans mon quotidien professionnel : le contact humain, l’écoute, la pratique des langues. »
2. Quelles compétences avez-vous envie de développer ?

La plupart aiment continuer à apprendre et à se développer. Imaginez que vous soyez à un poste ne vous permettant plus d’apprendre quoi que ce soit ? Que feriez-vous ? Si vous souhaitez vous former en permanence, il est utile de lister une série de raisons qui vous pousseraient à progresser. C’est ainsi que vous parviendrez à vous développer.

« Ma liste de compétences à développer ressemble à ceci : parler en public, coacher, écrire… Attention : ce n’est pas ce que votre patron souhaite que vous acquériez. Il s’agit de ce que VOUS voulez vraiment ! Des choses auxquelles vous consacreriez même votre temps libre. »
3. Quelles sont les valeurs importantes à vos yeux ?

Elles vous sont si essentielles que vous tenez à les retrouver auprès de votre employeur. « Imaginons que vous receviez deux offres d’emploi reprenant exactement le même contenu de fonction mais auprès de deux organisations différentes. Qu’est-ce qui influencerait votre choix ? Pour moi ce qui compte c‘est : le développement personnel, la flexibilité, le renouveau au travail… Listez les valeurs que VOUS estimez importantes. »
4. Il est temps de faire le point !

« Dans chacune des listes établies, j’ai ébauché le scénario idéal. Je suis partie de mon intuition au sujet de ce que j’aimerais réaliser et comment je me sentirais en m’y projetant ? J’ai ensuite estimé pour chacune des tâches un pourcentage de satisfaction en fonction de ma situation idéale.

Enfin, j’ai complété avec une estimation de la quantité d’heures que je consacrais intuitivement à ces tâches dans mon job actuel. En quelle mesure la compétence (à développer) ou la valeur est-elle intuitivement présente dans mon travail ? Quand j’en ai eu fini avec cela, j’ai mesuré la différence entre la situation actuelle et la situation souhaitée. »

Exemple fictif :
Mes compétences % actuel Delta % désiré
Réseauter 80% -20% 60%
Accueil 10% +80% 90%
Mobilité 50% 0 50%
Utilisation des langues 50% +20% 70%

Plus le pourcentage désiré est élevé, plus il est important pour vous d’investir dans ces compétences au niveau de votre travail. Plus faible est votre delta, mieux c’est. Plus le delta est conséquent, plus il y a d’écart entre la réalité actuelle et ce que vous voudriez faire. Si tant le delta que le pourcentage désiré sont élevés, vous avez intérêt à bien réfléchir car vous devez sans doute être à court d’énergie

« Il s’agit de ce que aimez faire. Des choses que vous voudriez réaliser pendant vos loisirs. » (Annelies Quaegebeur, coach en carrière)

C’est une question que nous nous posons tous un jour ou l’autre. Vous commencez à tourner en rond ? Il est temps d’enquêter sur votre carrière. La coach en carrière Annelies Quaegebeur est aussi passé par cette étape. Voici comment elle a procédé.

« Mon travail me convient-il toujours ? Au printemps 2012, je suis arrivé la conclusion que la réponse à cette question était ‘non’. J’allais travailler à contre cœur et ce que je faisais ne m’amusait plus. Je ne me développais plus et n’étais plus d’accord avec les valeurs de l’entreprise. Le soir, je rentrais à la maison complètement épuisée. »

Mes batteries étaient vides. Vous reconnaissez-vous dans ce scénario ? Si oui, estimez-vous heureux. Pour moi, il était plus que temps d’entamer une analyse approfondie des mes attentes professionnelles. »
1. Quelles compétences voudriez-vous exercer dans votre travail ?

Etape 1 : « J’ai commencé par me demander comment les choses allaient pour moi en dehors et dans le cadre de mon travail. Où donc pouvais-je bien tirer mon énergie ? Quelle sont des occupations qui ne me demandaient pas d’effort, que j’avais un peu perdues de vue avec le temps et qui me rendaient très heureuse ? Selon la personne nous sommes, cela peut porter sur des éléments relativement différents : travailler le bois, aider les autres, concevoir une stratégie… Sur ma liste figurait notamment le networking et le fait d’être maîtresse de maison. »

Etape 2 : « Ensuite, j’ai dressé une liste des choses que je n’aimais pas faire dans mon travail (rester assise face à mon ordinateur, toutes les tâches administratives,…) et des compétences que j’avais envie d’utiliser (travailler avec d’autres, collaborer, manager, brainstormer…).

Etape 3 : « Enfin, j’ai complété cette liste avec ce qui me manquait dans mon quotidien professionnel : le contact humain, l’écoute, la pratique des langues. »
2. Quelles compétences avez-vous envie de développer ?

La plupart aiment continuer à apprendre et à se développer. Imaginez que vous soyez à un poste ne vous permettant plus d’apprendre quoi que ce soit ? Que feriez-vous ? Si vous souhaitez vous former en permanence, il est utile de lister une série de raisons qui vous pousseraient à progresser. C’est ainsi que vous parviendrez à vous développer.

« Ma liste de compétences à développer ressemble à ceci : parler en public, coacher, écrire… Attention : ce n’est pas ce que votre patron souhaite que vous acquériez. Il s’agit de ce que VOUS voulez vraiment ! Des choses auxquelles vous consacreriez même votre temps libre. »
3. Quelles sont les valeurs importantes à vos yeux ?

Elles vous sont si essentielles que vous tenez à les retrouver auprès de votre employeur. « Imaginons que vous receviez deux offres d’emploi reprenant exactement le même contenu de fonction mais auprès de deux organisations différentes. Qu’est-ce qui influencerait votre choix ? Pour moi ce qui compte c‘est : le développement personnel, la flexibilité, le renouveau au travail… Listez les valeurs que VOUS estimez importantes. »
4. Il est temps de faire le point !

« Dans chacune des listes établies, j’ai ébauché le scénario idéal. Je suis partie de mon intuition au sujet de ce que j’aimerais réaliser et comment je me sentirais en m’y projetant ? J’ai ensuite estimé pour chacune des tâches un pourcentage de satisfaction en fonction de ma situation idéale.

Enfin, j’ai complété avec une estimation de la quantité d’heures que je consacrais intuitivement à ces tâches dans mon job actuel. En quelle mesure la compétence (à développer) ou la valeur est-elle intuitivement présente dans mon travail ? Quand j’en ai eu fini avec cela, j’ai mesuré la différence entre la situation actuelle et la situation souhaitée. »

Exemple fictif :
Mes compétences % actuel Delta % désiré
Réseauter 80% -20% 60%
Accueil 10% +80% 90%
Mobilité 50% 0 50%
Utilisation des langues 50% +20% 70%

Plus le pourcentage désiré est élevé, plus il est important pour vous d’investir dans ces compétences au niveau de votre travail. Plus faible est votre delta, mieux c’est. Plus le delta est conséquent, plus il y a d’écart entre la réalité actuelle et ce que vous voudriez faire. Si tant le delta que le pourcentage désiré sont élevés, vous avez intérêt à bien réfléchir car vous devez sans doute être à court d’énergie.
5. Existe-t-il une situation idéale ?

« Soyons réalistes, la situation idéale n’est toujours facile à obtenir. Demandez-vous quelle est la meilleure alternative et quelles seraient les compétences à acquérir si vous étiez prêt à vous investir. Qu’avez-vous à y gagner ? Deux ans après ma réorientation professionnelle, ma conclusion est que je me sens très bien actuellement. Et vous ? »
Vous ne trouvez pas vos réponses ?

Quelques conseils qui vous aideront si vous recherchez à identifier ce que vous désirez vraiment :

Vous pourriez vous demander si vous auriez encore envie de travailler si vous gagniez subitement au lotto. S’il vous fallait continuer à travailler pour vous occuper, quel serait le job de vos rêves ?
Ilustrez votre journée de travail idéal : à quelle heure vous lever, que faire de votre journée, avec quel type de collègues, dans quel environnement ?
Demandez-vous ce que vous feriez si l’argent, la formation et le lieu de travail n’étaient pas un problème.
Que feriez-vous si vous pouviez tout recommencer avec ce que vous savez à présent ? Qu’exerceriez-vous comme métier ?
Racontez-vous votre histoire à succès selon la méthode STAR (Situation, Tâches, Actions entreprises et Résultats) et réfléchissez aux compétences que vous devriez utiliser.
De qui aimeriez-vous hériter du job si vous en aviez l’opportunité ? Quel est cet emploi ?

(eh/sc) Source : MARK Magazine

5 conseils pour savoir ce que vous voulez !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 26 août 2015

10 conseils pour trouver le calme au travail.

Voici une série d’astuces toutes simples à appliquer pour vous donner le sentiment d’avoir plus de temps et d’être plus reposé au boulot.
travail femme
1. Faites une chose à la fois et terminez-la

Procédez dans l’ordre, une chose après l’autre, en effectuant toujours une seule tâche à la fois. Travailler sur un document et téléphoner à un collègue se font par exemple l’un à la suite de l’autre. De cette façon, votre attention sera à son maximum lorsque vous vous concentrez sur une seule et unique activité. Cela vous procurera également un sentiment de calme dans votre travail.

Dès qu’une tâche est terminée, vous savez que vous pouvez en entamer une autre. Oubliez le multitasking, votre cerveau ne peut pas faire correctement deux choses en même temps. Même si vous avez tendance à le croire, ce n’est tout simplement pas vrai.
2. Acceptez la tâche qui vous incombe avec calme et sérénité

Prenez un moment pour vous convaincre que la tâche ou l’occupation que vous effectuez est la seule activité qui compte en ce moment précis. En pratique, vous y parviendrez si vous prenez le temps de vous en convaincre dans le calme, et ce de préférence au début de l’activité. Le résultat sera que chaque activité, peu importe son importance, sera réalisée avec naturel et attention. Acceptez chacune des actions, considérez-les comme la seule tâche qui vous importe à ce moment-là et donnez-vous à fond. N’oubliez tout de même pas de rester un minimum flexible, il est normal que votre attention ne soit pas tout le temps au maximum de ses capacités.
3. Prenez un temps de repos entre deux activités

Prenez une courte pause après 40 minutes d’activité ou à chaque fois que votre attention baisse. Dès que vous terminez une tâche, prévoyez un petit moment de repos. Cela signifie que vous pouvez laisser votre esprit respirer. Faites quelque chose qui ne demande aucun effort intellectuel, comme par exemple prendre l’air ou vous servir un café.
4. Offrez une pleine attention aux collègues dans le besoin

Si un élément vient interrompre votre quotidien (un collègue qui a besoin d’aide ou un appel téléphonique), interrompez votre occupation principale et consacrez-vous entièrement à celui-ci. En passant complètement à autre chose, vous ressentirez cette interruption comme quelque chose d’exceptionnel et non comme un simple élément perturbateur.

Vous aimeriez continuer à travailler ? Sentez-vous libre de le faire. Si un élément vient s’ajouter à votre liste de tâches, considérez-le également comme un dossier urgent à ne pas perdre de vue. Enfin, visualisez précisément ce qu’il vous reste à faire pour être quitte de votre tâche. Pour bénéficier d’un minimum de contrôle, vous pouvez ajouter cette action à votre agenda.
5. Identifiez votre pic de performance

Quelqu’un de matinal sera très vite joyeux et pleinement éveillé pour attaquer son travail, alors que d’autres procèderont tout autrement. Quoi qu’il en soit, nous avons tous un moment dans la journée où nous nous sentons plein d’énergie et donc plus productif.

Prenez les commandes afin d’optimaliser un maximum de tâches. Nous avons pour la plupart tendance à combiner les choses que nous estimons ennuyeuses (par exemple de l’administration, du classement, du suivi des dépenses, etc.) avec celles qui nous procurent plus de joie au travail (comme rencontrer d’autres personnes ou s’occuper de dossiers plus créatifs). Pourquoi devriez-vous gaspiller votre temps précieux, ces heures où vous êtes le plus productif, à des tâches n’ayant pas leur place à ce moment-là ? Vaquez aux occupations les plus intellectuelles aux moments où vous vous sentez naturellement le plus énergique. Vous pourrez toujours vous occuper des affaires ‘non-intellectuelles’ aux moments de productivité moindre, que ce soit le matin ou lors du creux de l’après-midi.
6. Bloquez du temps et établissez un planning

Pour que vos meilleurs moments soient encore plus efficaces, utilisez le meilleur de votre temps et faites un planning. Vous pouvez travailler par blocs afin d’achever vos tâches plus facilement. Peu importe la manière dont vous le faites et en combien de fois, le travail devra de toute façon être terminé.

Pour être sûr d’avancer dans vos projets, le mieux est de fixer des blocs de temps dans un planning. Par exemple, vous vous occupez chaque jour du suivi de vos mails de 9h00 à 10h00. Tous les lundis de 10h à 13h00, vous travaillez sur tel projet. Vous constaterez rapidement que, si vous respectez un planning rigoureux et précis, vous réussirez à terminer votre travail plus rapidement.
7. ‘Important’ et ‘urgent’ ne sont pas synonymes

Si vous ne faites que ce qui est devant vous, vous resterez toujours fort occupé à court terme mais, à la longue, les choses moins urgentes figureront constamment sur la liste d’attente. Du sport, l’entretien de vos relations, et du temps de réflexion semblent moins urgents que votre patron ou votre collègue qui attend après vos mails ou vos livraisons.

Si pour vous, urgent est synonyme d’important, vous aurez de la peine à vous sortir de l’embarras. A la place de dire ‘je n’ai pas de temps pour cela’, il serait mieux de mentionner que ‘ce n’est pas un priorité’. Ainsi ‘je n’ai pas le temps d’aller luncher avec toi cette semaine’ devient en fait ‘ce n’est pas une priorité pour moi’. Il vous faudra tout de même de temps en temps vous autoriser à aller déjeuner avec vos collègues afin d’entretenir vos relations au bureau. Vous pouvez attribuer une priorité à presque tout ce que vous entreprenez.
8. Marchez calmement

Un moment idéal pour accéder au calme est la courte balade le matin vers votre bureau ou en journée vers l’imprimante, les toilettes, la machine à café ou pour vous rendre chez un collègue d’un autre étage.

Procédez calmement et en 3 étapes :

Portez votre attention sur vos pieds.
Sentez le contact entre la plante de vos pieds (dans vos chaussures) et le sol, et nommez tout bas chaque pas ‘gauche’ quand vous marchez de votre pied gauche et ‘droit’ quand vous posez le pied droit par terre.
Chaque fois que vous êtes distrait par des évènements, des personnes autour de vous, ou que vous êtes plongé dans vos pensées, acceptez-le (après tout, cela arrive à tout le monde) et prenez la peine de vous reconcentrer sur vos plantes de pieds.

9. Souriez aux collègues ou au patrons même les plus embêtants

Sourire, cela détend. En état de relaxation, nous sourions de manière authentique (cela vient du cœur) et voyons plus vite l’humour dans une situation. Nous parvenons également à relativiser plus rapidement.

Même les ‘faux sourires’ ont d’importants effets guérisseurs et apaisants. Rire ensemble et ne pas trop se prendre au sérieux sont les moyens par excellence de travailler sans tensions.

Dès qu’une chose vous irrite, regardez si vous pouvez observer le ‘talent’ qui en est responsable et s’il est possible de valoriser cette personne. Cette perspective vous calmera et évitera toute frustration. Souriez à l’adversité, accueillez-la et ne dramatisez surtout pas.
Prenez l’habitude de regarder les collègues ou les clients droit dans les yeux et de leur sourire. Vous sentirez ainsi le lien qui vous relie à eux, c’est sécurisant et guérisseur. En tant qu’êtres humains, nous avons tous un besoin de base de créer des liens mais, hélas, nous passons souvent à côté de certaines opportunités.
Cherchez des collègues avec qui vous pouvez partager des fous rires et des moments de joie, et dont la reconnaissance vous fait du bien. Essayez de ne pas discuter uniquement avec les autres de ce qui ne va pas dans votre existence. Si vous avez besoin de cela, les coachs et autres psychologues sont là pour vous prêter une oreille attentive. Songez que les personnes optimistes attirent aussi des individus plus positifs.
Admettez que vous ne pouvez changer les autres mais que c’est vous qui définissez comment vous vous sentez en riant, bougeant, et respirant davantage !

10. Utilisez vos talents

L’exploitation de vos véritables talents vous donne de l’énergie et vous réussirez ainsi sans trop d’efforts ce que vous entreprenez. Intégrez vos talents dans votre travail, cela vous offrira un tampon contre le stress. Si vous êtes stressé, vous risquez fort de ne pas tirer le meilleur de vos talents et votre énergie ne sera pas au maximum de ses capacités. « Je le remarque bien chez chaque client qui vient me voir pour se plaindre de son état de stress », explique Sharon Vandousselaere, coach auprès de Passion for Work.

« C’est vraisemblablement parce que vous exagérez (si vous êtes communicatif, vous continuez par exemple à parler plutôt qu’à écouter comme il le faudrait), ou que vous affichez le comportement opposé (vous vous renfermez dans votre coquille et ne dites plus rien) que vous perdez votre énergie. Cherchez des moyens qui vous aideront à retrouver votre puissance et à exploiter au mieux vos talents. Un accompagnement de carrière ou le fait d’entreprendre des activités qui vous font plaisir peuvent y remédier. Le chemin vers une plus grande efficacité et une performance supérieure au travail passe souvent par un travail moindre et plus de détente. »

(eh/sc) Avec nos remerciements à Sharon Vandousselaere, coach chez Passion for Work, à Annelies Quaegebeur, coach au niveau des carrières et à Annemie Peeters.

Radars répressifs en Wallonie Picarde & conseils de la police.

radar

Zone Tournaisis :

N509 Rue de Roubaix à Templeuve (50)
Grand Chemin à Béclers (50)
N529 Chée de Frasnes à Quartes (70)
Route de Velaines à Mourcourt (50)

Information de la Police :

Vous êtes belge? Vous partez en voyage hors d’un pays membre de l’Union européenne ?

SPF aff étrangères Ceci vous intéressera sans doute! Le Service public fédéral Affaires étrangères a lancé hier un nouveau site web d’enregistrement des citoyens belges qui quittent l’Europe pour leurs vacances. Grâce à travellersonline.diplomatie.be, les Belges qui le souhaitent peuvent facilement et gratuitement informer les Affaires étrangères de leurs départs en voyage. Sur ce site, ils peuvent introduire leurs coordonnées de voyage et personnelles, ainsi que celles d’une personne de contact en Belgique.
Dans l’éventualité d’une crise à l’étranger,telle une catastrophe naturelle, un attentat ou un accident, ces données permettront aux Affaires étrangères d’entrer plus rapidement en contact avec les compatriotes sur place et leur famille, afin de leur apporter une aide encore plus efficace.Inscrivez-vous sur ce site en quelques minutes à peine, c’est gratuit !

Comment et où déposer plainte?

Direction Vous êtes victime d’un méfait ? Votre voiture a été endommagée ? Vous avez été impliqué dans un accident de la circulation avec blessés ? Votre portefeuille a été volé ou perdu ? N’hésitez pas à porter plainte à la Police. C’est grâce à votre plainte qu’une enquête pourra être menée.Il y a trois façons de porter plainte :

  1. au commissariat ou dans une antenne durant les heures d’ouverture ;
  2. vous pouvez déposer plainte en ligne pour certains faits (vol de vélo, vol de cyclomoteur, graffiti, vandalsime, vol à l’étalage) ;
  3. en cas de besoin, vous pouvez contacter la police pour une intervention sur place dans les situations urgentes (accidents de la circulation avec blessés), en cas de faits nécessitant des constatations (cambriolage, vol à l’étalage avec images par caméras de surveillance, bagarres en cours) ou lorsque les auteurs sont encore présents. Appelez le 056 863 000

En revanche, il n’est pas possible de porter plainte par téléphone, par email ou via les réseaux sociaux.

Radars et conseils de la police pour les vacances.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mercredi 8 juillet 2015

5 questions à préparer avant un entretien d’embauche.

Vous voulez absolument ce job ? Voici 5 questions que vous devrez absolument préparer avant votre entretien. Annelies Quaegebeur, coach au niveau des carrières, nous éclaire à ce sujet
travail embauche

« La meilleure manière pour vous préparer à un entretien de sélection est de vous assurer de pouvoir répondre au mieux à ces 5 questions de base. Naturellement, bien d’autres questions vous seront certainement posées, mais vous avez de fortes chances que ces cinq-là le soient à coup sûr », raconte Annelies Quaegebeur, coach au sein de l’organisme Passion for Work. Celle-ci accompagne les plus de 30 et 40 ans et les aide à construire la carrière de leurs rêves. « Pouvoir bien répondre à ces questions vous évitera de rester sans voix au ‘moment fatidique’ et vous aidera à appréhender votre entretien d’embauche plus à l’aise et confiant. »

Voici les 5 questions que vous devez absolument préparer avant de vous rendre à un entretien de sélection :

1. Parlez-moi de votre expérience professionnelle

Parcourez votre CV. Vérifiez que vous puissiez fournir une explication à chacun de vos emplois (en 3 à 5 minutes), surtout si vous avez une longue carrière derrière vous. Commencez par exemple avec l’expérience la plus récente : ‘Si vous regardez mon expérience professionnelle, vous remarquerez que j’étais surtout orienté vers tel aspect ces dernières années.’ C’est ainsi que vous parviendrez à mettre l’accent sur chacune de vos expériences. Mettez en lumière ce qui est utile à la fonction que vous désirez exercer. Préparez une série d’anecdotes et de récits intéressants, et n’hésitez pas à faire preuve d’humour (la personne qui vous interviewe aime sans doute également rire).

2. Pourquoi désirez-vous cet emploi ?

Une bonne méthode pour y répondre est la suivante :

  • Développez ce qui vous amène à vouloir travailler dans cette entreprise et ce qui vous passionne dans la mission, ses valeurs, sa manière de faire du business, ses produits…
  • Mentionnez les raisons pour lesquelles vous désirez tant cette fonction.

3. Pourquoi nous vous engagerions ?

Une manière efficace de répondre à cette question serait : « D’après ce que je comprends de l’entreprise et de la fonction vacante, il semblerait que vous êtes à la recherche de quelqu’un avec telle expérience, tels domaines d’intérêts et qui partage telles valeurs. Or, mes forces se retrouvent principalement dans ces domaines. Voici quelques exemples… »

4. Illustrez par des anecdotes à quel moment vous avez fait preuve de cette expérience

Si vous savez quelles compétences sont recherchées pour la fonction, il est facile d’y réfléchir avant l’interview. Préparez 2 à 3 exemples intéressants de moments où vous avez pu mettre cette compétence en œuvre dans le passé, que ce soit au travail ou dans votre vie privée. Dépeignez la situation, les actions, les tâches et le résultat.

 

Lors de votre préparation, écrivez si nécessaire une série de mots clés par compétence. S’il n’est précisé nulle part les compétences que vous devriez détenir, pensez à celles qu’ils seraient susceptibles de chercher et préparez 2 à 3 anecdotes à ce sujet. Les recruteurs voient le succès dans le passé et le considèrent comme un bon indicateur du futur.

5. Vous avez encore des questions ?

Si vous n’en avez pas encore posé et avez la chance de pouvoir les interroger à la fin de l’entretien de sélection, n’hésitez pas et faites-le. Préparez d’avance 2 à 3 questions globales sur l’entreprise, son fonctionnement, les possibilités de croissance, les raisons de la fonction vacante. N’hésitez pas à poser des questions personnelles au recruteur, par exemple ‘quels sont selon vous les 3 plus grands avantages et les 3 inconvénients majeurs de travailler pour cette entreprise ?’. Ne leur posez surtout pas de questions relatives à leur vie privée !

6 choses à retenir (avant, pendant et après l’entretien de recrutement)

  • Considérez l’entretien comme une prise de connaissance mutuelle. Vous vérifiez s’il s’agit bien de la fonction et de l’entreprise pour laquelle vous voulez travailler. Ils regardent de leur côté si vous êtes bien la personne avec laquelle ils ont envie de collaborer. Après un premier entretien, les deux parties décident si elles ont envie de continuer au tour suivant.
  • Soyez positif et honnête.
  • Montrez votre intérêt pour le recruteur.
  • Soyez détendu et affichez votre plaisir d’être venu.
  • Montrez-leur votre reconnaissance par rapport au temps offert et envoyez-leur ensuite un mail pour les remercier.
  • N’oubliez pas que la chose la plus importante que vous puissiez faire est de vous impliquer à 100%.

Si c’est le cas et que vous ne décrochez pas le job pour autant, vous n’avez rien à vous reprocher. C’est la vie.

 

Avec nos remerciements à Annelies Quaegebeur de Passion for work pour ses conseils.

 

Source : Jobat

<div id= »fb-root »></div><script>(function(d, s, id) {  var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];  if (d.getElementById(id)) return;  js = d.createElement(s); js.id = id;  js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3″;  fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));</script><div class= »fb-post » data-href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/470531066456032″ data-width= »500″><div class= »fb-xfbml-parse-ignore »><blockquote cite= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/470531066456032″><p>Voici des conseils pour vos examens d&#039;embauche.</p>Posted by <a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm »>Pacifique FM – Officiel</a> on&nbsp;<a href= »https://www.facebook.com/pacifiquefm/posts/470531066456032″>jeudi 25 juin 2015</a></blockquote></div></div>

Rompre la routine au travail en 7 conseils

Même si vous êtes tout le temps sous pression, vous n’en êtes pas moins enfermé dans votre train-train quotidien. En faire de trop, trop longtemps, crée un stress routinier. Cela agit de manière assassine et sournoise. Heureusement, vous n’êtes pas obligé de le subir et de rester impuissant. Bien au contraire.
travail routine
C’est une fausse idée et elle a la vie dure. Sombrer dans la routine et l’ennui ne vient pas uniquement lorsque l’on a trop peu à faire, cela peut aussi se produire lors d’une surcharge chronique.

Ne vous rendez pas malade : ces 7 conseils vont vous stimuler !
1. Apprenez à reconnaître les symptômes du stress

Distrait, on l’est tous une fois ! Ou court à gauche et à droite, on oublie ce qu’on est venu y faire, ou ce que l’on voulait dire, on ne retrouve plus ses clefs. Rien d’extraordinaire en soi. Mais si cela arrive plusieurs fois par jour, c’est qu’il se prépare quelque chose. Si vous mettez un rouleau de papier wc dans le frigo ou un livre dans la machine à laver, c’est que vous avez dépassé vos limites. Ce n’est qu’une fois ces symptômes identifiés que vous pourrez attaquer l’étape suivante.
2. Parlez-en à votre partenaire

La pression chronique peut endommager les relations. Les deux partenaires travaillent, il y a les enfants… Tout est sous pression ; avancer, courir, plonger, tomber, se relever, et continuer sa course. Avant que vous ne lâchiez prise, vous vous perdez de vue. Créez de l’espace pour une bonne discussion, parlez-en ensemble. Qui sommes-nous, où en sommes-nous, que voulons-nous…? Identifiez les symptômes de la pression collective, avouez que vous y êtes afin de vous arrêter pour décider ensemble comment renverser la vapeur.
3. Allez chez votre boss

Naturellement, c’est votre patron qui vous donne tout ce travail mais vous dites toujours oui. Ce n’est pas normal d’être continuellement disponible et d’accepter toutes les tâches supplémentaires sans conditions. D’accord, il y va d’un rapport hiérarchique entre patron et subordonné, mais il y a des limites. Votre supérieur doit vous soutenir. En allant lui en parler avec tact et bon sens, vous rétablissez l’équilibre. Vous agissez pour éviter la dégradation de votre travail.
4. Revoyez votre contrat de travail et fixez vos limites

Dans votre contrat, il est précisé pour quoi on vous a engagé. Que ce document n’ait plus été consulté depuis des années, n’est pas une excuse. Passez un peu la poussière dessus pour lui insuffler une nouvelle vie. Vous pouvez décrire la détérioration de votre travail en mesurant les écarts significatifs et stressants qui se sont créés avec le temps entre les accords de départ et la réalité d’aujourd’hui. Faites-en un ‘projet personnel’ et préparez-vous y bien. Il est vrai que votre patron devra redistribuer le travail mais les deux parties s’en porteront mieux.
5. Rompez la relation avec votre SmartPhone

Ce n’est pas normal d’être toujours disponible pour votre employeur. Ni de vérifier toutes les dix minutes votre mailbox, que ce soit en journée, le soir, les week-ends et pendant les congés. Cassez ce lien de dépendance émotionnelle avec votre Smartphone et utilisez-le modérément. L’éteindre de temps en temps n’a rien de culpabilisant. Ni l’oublier un moment dans une autre pièce de la maison. Un Smartphone qui vous stresse n’est rien d’autre qu’un effet indésirable des évolutions technologiques. Et vous le savez.
6. Cultivez l’art de ne rien faire

Si un loup attrape un zèbre et le mange entièrement, on ne le voit plus courir par plaisir dans la savane, son estomac est rempli. Il est temps pour lui de profiter du soleil, de se laver, de soigner son pelage et de jouer avec les jeunes. Après avoir travaillé et fait un bon repas, que reste-t-il à faire, à part se reposer ? Si on a attrapé sa proie, on a terminé son job… L’homme moderne a encore beaucoup à apprendre des animaux.
7. Petites astuces anti-routine
Soyez le premier à recevoir nos astuces et nos concours:

Les dernières infos emploi et les meilleurs conseils carrière

Concours: participer à nos concours et gagner de superbes prix.

L’homme est un esprit routinier. Sous l’angle de l’évolution, notre race a l’avantage de ne pas subir trop de pics et de chutes. Ceux-ci menacent l’existence. Nous sommes continuellement refoulés vers une moyenne sûre. Mais nous sommes aussi des êtres conscients. C’est à nous d’agir contre notre propre monotonie. Il ne faut pas forcément changer de manière radicale. Prenez une fois un autre chemin pour rentrer du travail. Parlez avec un inconnu. Manger et buvez autre chose. Les possibilités sont multiples et si cela réussit, votre psyché s’en trouvera libérée.

Source : jobat.be

Des conseils utilses contre la routine au travail.

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 16 juin 2015