Titre obligatoire

Emissions à venir

avr
25
mer
2018
09:00 WAPI JOB
WAPI JOB
avr 25 @ 09:00
WAPI JOB
WAPI JOB, c’est une émission où on retrouve et vous présente des indépendants, des entreprises de la Wallonie Picarde mais aussi de nos voisins du 59 en France, région liée de part la frontière commune.[...]
10:00 Voyance + Fabienne et Patrick J...
Voyance + Fabienne et Patrick J...
avr 25 @ 10:00
Voyance +  Fabienne et Patrick James Wallace
Voyance + – Mercredi de 10h à 12h00 Le mercredi de 10h à 12h avec Fabienne médium et Patrick James Wallace Voyance et/ou transcommunication gratuite ! Vos être chers qui sont passés de l’autre côté[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
avr 25 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.

View Calendar

Articles marqués avec ‘B-Fast’

Un médecin anversois critique la gestion de l’intervention B-Fast au Népal !

C’est mercredi que le médecin urgentiste Luc Beaucourt est intervenu dans le JT de la VTM pour critiquer ouvertement le SPF Santé publique sur sa gestion de la mission B-Fast au Népal.

b-fast

Le médecin de l’hôpital universitaire d’Anvers, ancien membre de B-Fast a par ailleurs avoué qu’un fonctionnaire an sein de la Santé publique manipulait et terrorisait tout ce qui tournait autour de la structure d’intervention. Des accusations corroborées par deux autres médecins. Ignace Demeyer, médecin à Alost ajoute que « le fonctionnaire en question n’est pas compétent et a obtenu ce poste uniquement via le soutien de  politiques qui l’ont nommé. »

L’agence Belga a pris soin de contacter les trois hommes qui plaident pour une évaluation globale des interventions de B-Fast  lors de catastrophes à l’étranger et précisent que « B-Fast est le ‘projet prestige’ de ce fonctionnaire« . Les trois  médecins ne renvoient pas seulement à la récente opération au Népal, mais aussi à d’autres catastrophes pour lesquelles B-Fast est  intervenue, comme à Haïti en 2010.

Toujours au micro de VTM, Luc Rancourt appelle à se pencher sur l’organisation de B-Fast encourage à ce que celle-ci passe dans le giron de l’armée. « Je suis pour que cette structure s’organise entièrement au sein de l’armée. Celle-ci est d’ailleurs la seule en Belgique à disposer d’un  hôpital de campagne décemment équipé, » déclare-t-il.

Ignace Demeyer estime également que le ministère de la Défense devrait prendre la direction de B-Fast. « Ils ont des  médecins urgentistes bien formés et des tentes adaptées. Dans d’autres  pays, comme la France, l’aide post-catastrophe est une tâche confiée à  l’armée. »

Ignace Demeyer, médecin à Alost déclare que "le fonctionnaire qui gérait l'équipe B-Fast n'est pas compétent et a obtenu ce poste uniquement via le soutien de politiques qui l'ont nommé."

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 7 mai 2015

Séisme au Népal : toujours l’incertitude sur le départ de l’équipe B-Fast !

Mardi midi heure locale (8h00 heure belge), les sauveteurs belges de B-Fast attendaient toujours le feu vert pour quitter New Delhi (Inde), où l’avion les transportant se trouve encore actuellement, en direction de la capitale népalaise Katmandou.

B-Fast

En effet, Belga nous rapporte que deux des membres de l’équipe B-Fast se sont déjà rendus sur place dans une tentative d’accélérer l’arrivée de leurs collègues.

L’A320, qui devait atterrir lundi à Katmandou, a finalement dû se poser à New Delhi car le petit aéroport international népalais n’est actuellement pas en mesure de faire face au flux de l’aide humanitaire qui y est acheminée. Dix-sept appareils ont ainsi subi le même sort que celui transportant les sauveteurs belges et dix tonnes de matériel.

D’autres avions se dirigent en outre encore vers Katmandou. Deux membres de l’équipe B-Fast se sont, entre-temps, déjà rendus sur place et sont en contact permanent avec le centre de coordination des Nations Unies et les autorités népalaises afin de tenter d’accélérer l’arrivée de leurs collègues. Les sauveteurs belges sont spécialisés en « Urban search and rescue », soit la recherche de survivants sous les décombres.

Chaque minute compte cependant pour pouvoir retrouver des survivants. Septante-deux heures se sont déjà écoulées depuis le séisme de samedi. Ils peuvent encore toujours se rendre utiles mais ne sont, par exemple, pas en mesure de fournir une aide médicale importante et ne disposent pas d’un hôpital de campagne, ce dont on a grand besoin sur place (Belga).

Drame au Népal : équipe B-Fast n’a toujours pas quitté New Delhi !

Posted by Pacifique FM – Officiel on mardi 28 avril 2015