Titre obligatoire

Emissions à venir

avr
26
jeu
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
avr 26 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
avr 26 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Atomique’

Greenpeace France :Nicolas Hulot, nous n’avons pas à payer le prix des erreurs d’EDF et AREVA

Depuis plusieurs semaines, EDF et Areva mettent une pression sans précédent sur l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) pour imposer la validation des pièces défectueuses de l’EPR de Flamanville. Et pour cause : les enjeux sont énormes.

centrale atomique epr

Cet avis de l’ASN intervient à la suite de deux journées de débats intenses entre experts sur les anomalies de la cuve de l’EPR de la Flamanville et son couvercle. Ces experts sont unanimes : les deux pièces ne sont pas conformes. Pour nous, la conclusion est sans appel : la cuve doit être rejetée, tout comme son couvercle.

Aujourd’hui, l’ASN a rendu un avis provisoire. Elle souligne que l’anomalie constatée réduit les marges en matière de sûreté. Mais elle accepte que ces pièces soient utilisées en l’état à la condition de contrôles supplémentaires et de la fabrication d’un nouveau couvercle à installer d’ici fin 2024. Toujours sous conditions, elle ouvre donc la voie à une mise en service de l’EPR de Flamanville au détriment de la sûreté nucléaire. Un refus de l’ASN signifierait tout simplement la fin de l’industrie nucléaire française. Une pression à laquelle le gendarme du nucléaire français n’a pas pu résister dans une affaire devenue très politique.

En savoir plus
C’est pourquoi nous en appelons à la responsabilité de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, en charge de la sûreté nucléaire : face au danger que représenterait la mise en service d’une cuve et d’un couvercle défaillants, il doit mettre un terme au chantier de Flamanville. Nous, citoyens français, n’avons pas à payer le prix des erreurs stratégiques et techniques d’EDF et AREVA.

Dans les prochains jours, l’ASN soumettra son projet de décision à la consultation du public. Notre mobilisation sera essentielle pour encourager Nicolas Hulot, en charge de la sûreté nucléaire, à se saisir du dossier. Et rappeler par la même occasion à EDF et AREVA que nous ne les laisserons pas jouer impunément avec la sûreté nucléaire.

EDF n’est pas au bout de ses peines. Et nous n’avons pas dit notre dernier mot. L’ASN ne peut pas prendre sur ses épaules le poids d’une industrie aux abois. Nicolas Hulot doit intervenir pour que la sûreté nucléaire ne soit pas sacrifiée au profit de la survie de l’industrie nucléaire française.

Mehdi,
pour l’équipe énergie de Greenpeace

La prolongation de Doel 1 et 2 : une aberration !

Les associations environnementales Bond Beter Leefmilieu, Greenpeace, Inter-Environnement Wallonie et WWF regrettent la décision du gouvernement fédéral de prolonger de 10 ans les vieilles centrales de Doel 1 et Doel 2 et ce, le jour où s’ouvre à Paris le Sommet sur le Climat. En agissant de la sorte le gouvernement décide de faire une croix sur nos investissements futurs dans les énergies renouvelables et les économies d’énergie. Notre pays mérite sans aucun doute le « Prix Fossile » que vient de lui décerner, en marge de la COP21, le Climate Action Network.


Ce samedi, au lieu de prendre le « Train pour le Climat » vers Paris et un futur énergétique 100% renouvelable, la Ministre Marghem est restée en Belgique pour que puisse se conclure rapidement un deal avec le secteur nucléaire : le redémarrage pour 10 ans de nos plus vieux réacteurs. Redémarrage inutile du fait de celui, tout récent, de nos réacteurs fissurés de Doel 3 et Tihange 2.

Pour réduire durablement nos émissions de CO2, nous devons développer les énergies renouvelables et tabler sur les économies d’énergie. Les centrales nucléaires produisent de l’électricité de manière constante et constituent donc un système énergétique centralisé et rigide. Cette production de puissance constante est par ailleurs difficilement conciliable avec les sources de puissance variables telles que le vent et le soleil. Aussi, il est fort probable que cette gestion aberrante conduise à l’arrêt forcé de nombreuses éoliennes du fait d’une production excédentaire (notamment par grand vent…).

Le gouvernement reproduit ainsi les erreurs du passé au lieu de se tourner vers l’avenir. « Les organisations environnementales vont utiliser tous les moyens à leur disposition pour contrer cette décision. La prolongation de Doel 1 et 2 ne tient absolument pas la route d’un point de vue juridique » estime Jan Vande Putte de Greenpeace à l’instar du Conseil d’Etat qui estime que l’évaluation de l’impact environnemental et la consultation du public sont nécessaires.

Ces dernières années, les centrales nucléaires n’ont en outre pas constitué un modèle de fiabilité. Continuer à baser notre approvisionnement énergétique sur cette énergie est donc un choix insensé et irresponsable. Ce week-end, trente entreprises (énergétiques), des universitaires et des organisations de la société civile ont adressé dans une lettre ouverte un message sans ambiguïté: « Cette décision permettra à notre pays d’exceller dans une seule chose, le rafistolage de vieilles centrales nucléaires. »

source : greenpeace

Doel 1 et 2 ca redémarre malgré les risques ! nous sommes vraiment pris pour des moins que rien….

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 1 décembre 2015