Titre obligatoire

Emissions à venir

juil
17
mar
2018
16:00 BeWAPI – Wallace
BeWAPI – Wallace
juil 17 @ 16:00
BeWAPI - Wallace
BeWAPI – Le mardi de 16h à 18h   Patrick James Wallace sera avec vous pour cette émission consacrée à la Wallonie Picarde On y retrouve du tourisme, des rendez-vous culturels  mais aussi des associations[...]
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
juil 17 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]
20:00 Mondo Blues – Jean-Claude et Michel
Mondo Blues – Jean-Claude et Michel
juil 17 @ 20:00
Mondo Blues - Jean-Claude et Michel
Mondo Blues – Mardi de 20h à 22h Le mardi de 20h à 22h avec Jean-Claude Mondo et son acolyte Michel.  Le Monde du Blues  

View Calendar

Articles marqués avec ‘Arras’

Une région se mobilise pour aider ce jeune garçon de 18 mois atteint d’une grave maladie incurable !

C’est dans le petit village de Frévent, à quelques kilomètres d’Arras dans le nord de la France, que le petit Ayden est atteint d’une grave maladie incurable. Agé d’un an et demi, il souffre de la maladie de Krabbe. Une maladie neurologique incurable et orpheline. L’enfant perd peu à peu toutes ses capacités motrices, un situation très difficile pour ses parents : « Ayden, c’est une poupée de chiffon. Il ne peut plus rien faire, il ne peut plus lever les bras ou serrer quoi que ce soit dans les mains »raconte son père Roman au micro de RTL. Les médecins ont été clairs, sont espérance de vie se résume à deux ans maximum. 

C’est dans ces moments là que l’espoir joue un énorme rôle. Les parents du petit ont décidé de ne pas baisser les bras. Le couple est d’ailleurs tombé sur une vidéo sur internet qui leur a immédiatement remonté le moral. En effet, un enfant canadien était atteint de la même maladie. La mère du bébé a décidé de lui offrir une aide quotidienne d’ergothérapeutes en arrêtant tout le traitement initial de l’enfant. Avec des vitamines et une alimentation cétogène (riche en lipides et pauvre en glucides), l’enfant a survécu.

Immédiatement, la mère d’Ayden a crée une page Facebook pour réunir des fonds et offrir le même traitement à son enfant. Le village de Frévent, où ils habitent, s’est mobilisé et a été touché par cette histoire. Au total, déjà plus de50 000 euros ont été récoltés. La famille d’Ayden ne perd pas espoir et espère que leur fils pourra un jour retrouver une vie normale.

Source : tfi-news.info

 

Aidez Ayden et ses parents.,un max.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur dimanche 3 janvier 2016

Arras : Le Blue Devils fermeture définitive de ce lieu musical ? décision du tribunal ce 25 Août.

Le tribunal correctionnel s’est donné jusqu’au 25 août pour décider de la sanction qui sera donnée au gérant de fait du Blue Devils, un bar de nuit qui aura enchanté, jusqu’alors les nuits de fans de musique, de 17 à 67 ans.
blue devils
Il est vrai qu’au regard de la loi… Le 8 mars 2013, la DIRECTE faisait un petit tour au café. Au Blue Devil plus exactement, 1, rue de Paris, près de l’ancienne caserne Schramm. Les agents avaient alors constaté trois infractions. Le gérant de fait, Hervé Bailly, comparaissait au tribunal correctionnel, mardi.

Ce qu’on lui reproche. Depuis le 30 mars 2010, Hervé Bailly ne disposait pas de licence d’entrepreneur de spectacle. De plus, il aurait employé des artistes sans faire de déclaration préalable à l’embauche. Enfin on lui reprochait également d’avoir exploité un débit de boisson malgré une interdiction de plein droit eu égard à son casier judiciaire (il fut condamné en 1997 et en 2003 aux assises).

Les réquisitions. Le procureur n’a pu que se borner à constater les faits : oui, il y a bien des spectacles programmés. Hervé Bailly en reconnaît quelque soixante-dix. Et cela sans disposer d’une licence. Oui, il n’a pas rédigé de déclarations préalables à l’embauche pour les artistes qu’il programmait. Oui, son passé judiciaire, même s’il ne l’a pas bien compris, lui interdisait d’exploiter un débit de boisson. « Il n’y a pas eu les demandes nécessaires au départ de l’activité » a souligné le procureur Weremme qui a réclamé quatre mois de sursis, 8000 € d’amende et la fermeture définitive de l’établissement. Une peine qui serait relativement « sévère » selon maître Pierre Rotellini, défenseur du prévenu.

La défense. L’avocat pris soin de reconstituer les faits. En 2008, Hervé Bailly place la gérance au nom d’un ami avec lequel malheureusement il se bouille. De fait, il devient gérant, gère, embauche… Une situation qui a changé depuis son contrôle. La gérance aurait été laissée à sa nièce. Il aurait acquis une licence de catégorie 1 pour accueillir des concerts. Il adhère au GUSO, dispositif simplifié pour l’emploi de salariés du spectacle vivant. Le prévenu pensait avoir fait les démarches pour être en règle. Il rétribuait directement les « tourneurs » et pensait, de fait, ne pas avoir à déclarer les artistes professionnels.
Une véritable «institution» va disparaître?

En septembre 2011, Blaise Bayley, en avril 2012, Paul Di Anno, tous deux des anciens d’Iron Maiden, des soirées « JAM » sur la petite scène où n’importe qui pouvait venir faire un « bœuf (serait-ce également interdit par la loi ?) et quelques groupes locaux (les derniers en date seront Pink Falda et les Buddy’s, programmés le 22 août à 22 h)… Le « Blue Dev ‘ » est devenu en huit ans une véritable institution et une des seules scènes underground rock et blues du secteur. On ne peut pas dire que c’est l’appât du gain qui ait motivé Hervé Bailly qui se versait généreusement un SMIC tous les mois. Mais plutôt la passion du blues et du rock. Une passion partagée du reste par de nombreux musiciens qui ont foulé la petite scène du Blue Devils.

Après le CEMM (centre d’enseignement des musiques modernes) qui a mis la clef sous la porte, le rock local pourrait bien porter le deuil, dans une semaine, de ce lieu qui attirait parfois des spectateurs… et buveurs de toute la région. Une bagarre en huit ans, le Blue Devils n’aura pas franchement marqué la chronique des faits-divers.

Il ne nous appartient pas d’endosser la robe au rabat blanc plissé pour défendre le gérant de fait de cet établissement qui, il faut bien le reconnaître s’est pris les pieds dans le tapis des règlements et des lois. Certains en appelleront à la mansuétude des juges eut égard à l’empreinte culturelle de ce lieu attachant, d’autres souligneront que les règles et les lois doivent être les mêmes pour tous, notamment ceux qui les respectent avec bien du mal. Mais beaucoup ne s’étonneront pas que si peu de cafés, bars de nuit et discothèques s’aventurent dans la programmation de spectacles, tout du moins de concerts de qualité ou donnent des cartes blanches à de jeunes groupes en quête d’un public.

 

source : lavoixdunord.fr

Une institution dans le milieu muscial Le Blue Devils va-t-elle fermé à Arras : le tribunal correctionnel décidera ce 25 Août.

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 21 août 2015

Les amis de la Citadelle de Tournai visiteront la « Carrière Wellington »

citadelle 2015 wellington

La carrière Wellington

A la fin de l’année 1916, le secteur d’Arras est pressenti par les Etats Majors alliés pour être la base de départ d’une offensive de diversion. Cette action, combinée avec une attaque d’envergure dans le secteur français, devait attirer les troupes de réserve allemandes et faciliter la rupture des lignes ennemies entre Soissons et Reims.

A partir de ce moment, les Britanniques organisent l’attaque prévue pour le mois d’avril 1917. Le principal souci du haut commandement est de concentrer des troupes en grand nombre sans attirer l’attention de l’adversaire. Un vaste réseau souterrain va alors être réalisé, il permettra aux troupes anglaises de surgir à quelques dizaines de mètres devant les premières lignes ennemies sans avoir à subir le feu ennemi lors du passage dans le no man’s land. C’est aux tunneliers néo-zélandais que l’on doit en grande partie l’aménagement des vingt-deux kilomètres de cheminements souterrains, d’une carrière à l’autre. Ces lieux étaient agencés pour répondre aux besoins élémentaires des hommes : des cuisines, des douches, un hôpital, des latrines ont été réalisées. Ces souterrains ont pu accueillir plus de 24000 hommes, soit l’équivalent de la population de la ville d’Arras à la veille du 1er conflit mondial.

Visitez le lieu historique de la Carrière Wellington avec les "Amis de la Citadelle".

Posted by Pacifique FM – Officiel on dimanche 29 mars 2015