Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
19
dim
2017
15:00 Fred’s Country
Fred’s Country
nov 19 @ 15:00
Fred's Country
Fred’s Country – Samedi de 7h à 8h Le samedi de 7h à 8h Musique country avec Fred’s La musique Country de Tradition avec Frederic (Fred) Moreau. Le programme Fred’s Country est diffusé sur 47[...]
17:00 British Connection
British Connection
nov 19 @ 17:00 – 19:00
British Connection
BRITISH CONNECTION L’EMISSION ROCK : diffusée chaque semaine sur des radios FM & web en France, Belgique, Suisse, Canada, La Réunion & web.  
19:00 FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
nov 19 @ 19:00
Découvrez pendant 1h00 de concert de grand groupes internationaux.
20:00 Fréquence Rock – Stéphane et Wal...
Fréquence Rock – Stéphane et Wal...
nov 19 @ 20:00
Fréquence Rock - Stéphane et Wallace
Fréquence Rock – Dimanche de 20h à 22h Dimanche de 20h à 22h Fréquence Rock avec Wallace et Stéphane Chaque dimanche, les studios de Pacifique FM se transforment en salle de concert. Des groupes régionaux[...]

View Calendar

Articles marqués avec ‘Algérie’

Le premier ministre français entame une visite en Algérie marquée par un boycott de médias français

Photo AFP

Photo AFP

Le premier ministre français Manuel Valls est arrivé samedi en Algérie pour une visite officielle, marquée par un boycott de médias français protestant contre le refus d’Alger d’accréditer des journalistes du Monde et du « Petit Journal » de Canal+.

« Nous partageons sur bien des sujets une vision commune », a déclaré M. Valls à son arrivée, en faisant référence notamment à la Libye où Paris et Alger soutiennent la formation d’un gouvernement d’union nationale pour mettre fin au chaos.

« Nous sommes ici parce que l’amitié entre l’Algérie et la France dépasse les petits problèmes », a-t-il dit dans une référence implicite à la controverse sur les visas.

Sur Twitter, le Premier ministre français avait exprimé ses « profonds regrets » face aux refus de visas et assuré qu’il aborderait le sujet lors de sa visite.

Fait rarissime: les radios publiques France Culture et France Inter, ainsi que les quotidiens Libération et Le Figaro ne couvriront pas la visite de M. Valls et d’une dizaine de ses ministres pour un comité interministériel qui dure jusqu’à dimanche soir.

La chaîne de télévision France 2 a également décidé de ne pas envoyer de rédacteur pour s’associer à la protestation, mais dépêchera un journaliste reporter d’images pour assurer le « pool », c’est-à-dire faire des images que pourront utiliser d’autres chaînes. « C’est une responsabilité collective par rapport à tous les médias », a expliqué à l’AFP Michel Field, directeur de l’information de France Télévisions.

De même, TF1 n’enverra pas d' »équipe spécifique ».

Les radios Europe 1 et RTL, tout comme l’AFP et Reuters, couvriront la visite. « Nous comprenons et respectons le mouvement de solidarité avec nos confrères privés de visa. Mais l’AFP se doit d’informer dans le monde entier par respect pour ses clients français et étrangers. C’est sa mission », a expliqué la directrice de l’information de l’AFP, Michèle Léridon.

- ‘Principes’ -

Les rédactions protestent contre la décision d’Alger de ne pas accréditer un journaliste du Monde, en raison de la couverture de l?affaire des « Panama Papers » par le quotidien, et une équipe du « Petit Journal », émission satirique de Canal+ qui ironise régulièrement sur l’état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika.

La colère du pouvoir algérien contre Le Monde remonte à mardi. La une du quotidien montrait alors une photo de M. Bouteflika parmi les dirigeants mis en cause dans le scandale financier. Le journal a ensuite précisé que le nom du chef de l?État algérien « n’apparaît pas dans les « Panama Papers ».

Mercredi, le ministère algérien des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de France pour lui faire part de son mécontentement.

Puis les autorités françaises ont été informées de l’intention d’Alger de ne pas accorder de visas à deux médias, sur la vingtaine accrédités pour ce déplacement.

M. Valls, a tenté d’obtenir la levée de la sanction auprès de son homologue algérien mais sans succès.

« Indignée », l’Association de la presse ministérielle a « demandé instamment aux autorités algériennes de réviser leur jugement contraire aux principes d’une presse libre et indépendante ».

- Un ministre influent -

Cette poussée de fièvre diplomatico-médiatique intervient alors que la relation bilatérale, souvent tumultueuse, traverse une phase d’apaisement depuis l’arrivée de François Hollande à l?Élysée.

L’affaire pourrait faire passer au deuxième plan des accords économiques que Paris espère voir finalisés, dont un pour l’implantation d’une usine PSA à Oran, la deuxième ville d’Algérie, afin de desservir le marché automobile local.

M. Valls devrait rencontrer M. Bouteflika au cours de cette visite.

Le ministre de l?Économie Emmanuel Macron doit lui rencontrer l’influent ministre de l’Industrie algérien Abdesselam Bouchouareb, qui fait lui partie des personnalités mises en cause dans les « Panama Papers ».

Selon Le Monde, ce dernier a détenu une société établie au Panama, qui avait pour objet « la gestion d’un portefeuille de valeurs immobilières d’un montant de 700.000 euros, détenu actuellement à titre personnel » par le ministre. Pour sa défense, une société de gestion luxembourgeoise a affirmé que cette structure n’avait jamais été « active ».

Source: www.nordlittoral.fr

 

Du rififi entre les médias français et l'Algérie.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur dimanche 10 avril 2016

J’ai été victime d’un mariage gris : il voulait juste des papiers. Moi, je l’aime encore

C’est un phénomène difficile à chiffrer, mais tous les ans des milliers de personnes seraient victimes de mariage gris. Contrairement au mariage blanc, l’un des deux conjoints dupe l’autre sur ses sentiments pour obtenir la nationalité française. Myriam, 34 ans, en a fait les frais. Trois ans après les faits, elle peine à tourner la page. Témoignage.

mariage gris

Tout a commencé sur une plage d’Alger, en juin 2010. J’étais venue passer les grandes vacances dans mon pays d’origine. Assise sur le sable, profitant du beau temps, je discutais avec mes cousines quand un jeune homme s’est approché de nous.

Il était plutôt beau garçon et nous avons commencé à discuter. Il m’a invitée à sortir, j’ai accepté et nous ne nous sommes plus quittés des vacances. Très vite, je suis tombée amoureuse. Un coup de foudre.

Un mois plus tard, je suis retournée en France, à Marseille, mais nous avons décidé de continuer notre relation à distance.

J’étais la femme de sa vie

Pendant plus d’un an, nous avons échangé sur internet. Il ne se passait pas un jour sans que je lui envoie un mail et qu’il me réponde. J’ai cru tout ce qu’il me disait. Pour lui, j’étais la femme de sa vie, jamais il n’avait éprouvé de tels sentiments pour une autre femme. Il me promettait monts et merveilles et je l’ai cru jusqu’au bout.

Et puis, au bout de quelque mois, il m’a demandée en mariage. C’était tout ce que j’espérais. Ma famille, elle, n’y croyait pas et n’a jamais cessé de me mettre en garde, mais j’étais amoureuse, je n’écoutais personne.

Après la publication des bans, nous nous sommes mariés au consul de France à Oran le 19 décembre 2011. Nous avons fait une immense fête pour célébrer notre union. Parce qu’il n’avait pas de papiers français, nous avons dû attendre quelques mois avant de finalement pouvoir habiter sous le même toit.

Une idée en tête : aller à la préfecture

Il est arrivé en France le 2 mai 2012. Tout de suite, j’ai compris que quelque chose n’allait pas. Son comportement avait changé. Je le couvrais de cadeaux, je n’en ai eu aucun de sa part. Plus aucun mot doux ne sortait de sa bouche. Plus de gestes attentionnés. Plus rien.

Dès son emménagement, il n’avait qu’une idée en tête : aller à la préfecture pour obtenir son titre de séjour.

Je n’arrêtais pas de lui dire que cela pouvait attendre et que nous pouvions profiter, quelques jours seulement, de nos retrouvailles et pourquoi pas partir en voyage de noces. C’est ce que font les nouveaux mariés, non ?

Je ne me suis jamais rendue à la préfecture avec lui. Il y’est allé seul, alors que j’aurais dû l’accompagner, et a obtenu son titre de séjour.

Ni amour, ni vie conjugale

Pendant vingt jours, nous avons vécu ensemble mais progressivement tout ce que j’espérais s’est effondré comme un château de cartes. J’avais le sentiment de tomber dans un puit sans fond. Il n’y avait plus rien, ni amour, ni même une once de vie conjugale.

Un silence sans fin s’était installé entre nous. Le soir, lorsque j’allais me coucher, je le voyais sortir de la chambre, allumer mon ordinateur pour se connecter à internet. Il parlait avec d’autres femmes sur des forums.

J’ai alors compris que tout était faux. Il n’avait jamais eu le moindre sentiment à mon égard. Il m’avait épousée pour ma nationalité, pour avoir des papiers français.

Parti du jour au lendemain, je ne l’ai jamais revu

Le 23 mai 2012, 20 jours seulement après nos retrouvailles, il est parti sans prévenir, du jour au lendemain. J’ai essayé de le contacter sans jamais réussi à le joindre. J’étais effondrée, heureusement que ma famille était là.

J’étais perdue, malheureuse. Après la douleur, c’est la colère qui s’est emparée de moi. Comment avait-il pu me faire ça ? Comment avais-je pu être aussi naïve ? Pourquoi la préfecture lui a-t-elle donné son titre de séjour avec son changement de statut alors que je n’ai jamais été présente ? J’ai prévenu la police qu’il avait abandonné le domicile conjugal.

Au bout de quelques semaines, sans la moindre nouvelle de sa part, j’ai décidé de porter plainte auprès de mon commissariat. Ça n’a rien donné. Mon « mari » avait déjà obtenu son titre de séjour en tant que « conjoint français » et changé son permis de conduire pour disparaître de la circulation.

Je ne l’ai jamais revu.

Je l’aime encore

J’ai finalement réussi à faire annuler mon mariage le 10 septembre 2014. Il y a quelques mois, j’ai eu gain de cause : il a été condamné à ce que son titre de séjour lui soit retiré et à 1.000 euros de dommages et intérêt.

Aujourd’hui, j’ai conscience que je ne suis pas la seule femme à m’être fait avoir. Ce que je regrette, c’est que malgré cette condamnation, mon ex-mari n’a jamais été retrouvé. J’aimerais que justice soit faite.

L’argent, je m’en fous. Depuis cette histoire, je n’ai rencontré aucun homme et je ne le veux pas car quelque part, je sais que je suis encore amoureuse de celui qui m’a tant fait souffrir. Il a détruit ma vie, il m’a brisé le cœur et malgré tout ça, je n’arrive pas à l’oublier.

Propos recueillis par Louise Auvitu  Source :  leplus.noulvelobs.com

 

Mariage gris : un fléau ,mesdames prenez garde !

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 20 juillet 2015

Dix-huit mois de prison pour un Tournaisien détenu en Algérie !

René D. (63 ans), condamné à vingt ans de prison ferme en Algérie dans le cadre d’un trafic de drogue international, a écopé jeudi d’une peine de 18 mois de prison ferme, par défaut,  devant le tribunal correctionnel de Tournai.

tribunal

René D. a été condamné pour avoir remis un chèque sans provision de  30.000 euros et avoir puisé 160.000 euros dans les comptes d’une société  de bien-être dont il était administrateur avec son fils. Cet argent a servi à l’acquisition d’un immeuble dans le centre de Tournai au  profit de son fils, qu’il venait donc d’escroquer car il n’était pas  au courant des manœuvres frauduleuses de son père.

Le 1er octobre 2015, le tribunal analysera une autre affaire d’escroquerie requalifiée en abus de confiance. Selon le procureur du roi, René D. a escroqué la victime, une dame de 75 ans, d’une somme de  399.000 euros en 2008. En échange de cet investissement « sans risque » dans un centre de bien-être, le prévenu lui avait promis une rente  mensuelle de 3.500 euros et la prise en charge de son loyer. Mais il  s’est servi de l’argent pour acquérir des immeubles au nom d’une  société qui a fait l’objet d’une réorganisation judiciaire  entre-temps. Quant à la victime, elle s’est retrouvée sous administration provisoire.

Détenu en Algérie, René D. réclame l’intervention de l’Etat belge pour purger sa peine en Belgique, où il avait déjà écopé de dix mois de prison pour escroquerie en mars 2010. Malade, le Tournaisien dit  être détenu dans des conditions insalubres. Celui qui est détenu dans  une prison algérienne était poursuivi pour deux escroqueries mais la peine ne concerne qu’une seule affaire. De nouveaux débats sont prévus en octobre pour statuer sur l’autre, requalifiée en abus de  confiance.

Le Tournaisien a escroqué une dame de 75 ans d'une somme de 399.000 euros en 2008 !

Posted by Pacifique FM – Officiel on vendredi 8 mai 2015