Titre obligatoire

Emissions à venir

nov
24
ven
2017
18:30 En Quête de l’Au Delà – Wallace
En Quête de l’Au Delà – Wallace
nov 24 @ 18:30 – 20:00
En Quête de l'Au Delà - Wallace
Laurent, Jasmine et Patrick vous emmènent dans l Au delà, de l’autre côté du voile, où on y rencontre les « esprits » mais aussi ils vous parlent des grands mystère de l’humanité, et de spiritualité.
20:00 Au delà du Mystère – Jasmine et ...
Au delà du Mystère – Jasmine et ...
nov 24 @ 20:00
Au delà du Mystère - Jasmine et Wallace
Au delà du Mystère – Vendredi 20h à minuit Le vendredi de 20h à minuit Wallace et son équipe répondent à vos questions  Les médiums vous répondent en direct sur vos doutes, vos angoisses, vos[...]

View Calendar

Question de M. Paul-Olivier Delannois à la ministre de l’Énergie, de l’Environnement et du Développement durable, sur « la culture de l’huile de palme »

Paul Olivier delannois parlement

Paul-Olivier Delannois (PS): Madame la ministre, l’huile de palme connaît depuis quelques décennies un succès grandissant. Malheureusement, la demande toujours croissante pour ce type d’huile entraîne la création de gigantesques cultures ayant pour conséquence une déforestation accrue dans certaines zones du monde. Ces dernières années, l’Indonésie a connu une déforestation intense et brutale au point d’atteindre en 2012 un pic de 840000 hectares de forêts abattues, selon le magazine Natural Climate Change. Les conséquences sur la faune et la flore sont considérables pour la région. La déforestation entraîne dans ce pays des menaces de disparition de certaines espèces animales, notamment le tigre de Sumatra. Celui-ci a d’ailleurs été classifié comme espèce en danger de disparition par l’UICN, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, en 2008. En tant que ministre du Développement durable, quelles sont les mesures que vous pourriez défendre pour limiter l’utilisation de l’huile de palme?
Marie-Christine Marghem, ministre: Monsieur Delannois, la consommation mondiale d’huile et de matières grasses a plus que doublé en une vingtaine d’années. C’est une information lourde à supporter. Pour nos organismes également. Simultanément, la répartition du marché mondial entre les différentes huiles et matières grasses a énormément changé, principalement en faveur des huiles végétales comme l’huile de soja, l’huile de colza et surtout l’huile de palme, qui présentent les meilleurs rendements par hectare cultivé. En particulier, l’huile de palme en Belgique, selon des statistiques de 2010, représentait un peu plus de 3 % des huiles et graisses d’origine biologique consommées en Belgique à des fins industrielles et énergétiques.
En termes d’importations, elle représente aussi environ 3 % derrière l’huile de soja, plus ou moins 4 %, l’huile de lin, plus ou moins 14 % et l’huile de colza, plus ou moins 65 %. L’huile de palme est la deuxième source d’huile tropicale utilisée par l’économie belge et est la cinquième source d’huile et graisse pour l’industrie belge. Il faut noter que la fin du régime du quota des biocarburants a favorisé en Belgique l’augmentation de biocarburants issus d’huile de palme, même si pour cette application spécifique, des critères de durabilité sont d’application.
Le succès de l’huile de palme provient surtout de ses bas coûts de production, eux-mêmes conséquence des rendements culturaux élevés. Les risques environnementaux et sociaux liés à la production d’huile de palme sont très négatifs, surtout dans le cadre d’une gestion non durable des plantations.
Face à ces défis, le secteur a développé ses propres critères dits de « durabilité » au travers d’une table ronde pour l’huile de palme soutenable. Il s’agit d’une initiative du secteur, par le secteur, pour le secteur. En parallèle, sur un mandat de la commission, le CEN est en train de développer une norme-cadre sur la durabilité des produits issus de la bio-masse. Rien n’est encore prévu pour développer une norme européenne spécifique pour l’huile de palme. Il faut signaler que le comité belge d’attribution de l’éco-label s’était positionné contre l’inclusion d’huile soutenable dans certains produits.
Il existe aujourd’hui une dynamique qui doit permettre d’avancer vers une huile de palme plus durable, en intégrant ces différentes approches: la table ronde qui est importante, la normalisation au niveau européen et international, l’agriculture bio et le commerce équitable. Un élément reste ici manquant, c’est la protection de la biodiversité pour laquelle il n’existe pas à ce jour de méthode d’évaluation reconnue, même si certains grands principes comme la protection des forêts primaires ont déjà été reconnus.
Un engagement des autorités en faveur de cette concertation et de cette table ronde ne peut se concevoir que dans cette approche progressive. La table ronde ne peut être considérée comme une fin en soi mais comme un jalon vers une huile de palme durable et certains éléments de ce système devraient être améliorés, comme par exemple clarifier la définition des critères et leur évolution, quantifier les objectifs à atteindre en termes de diminution d’impact sur la biodiversité, de climat ainsi que la pollution liée à l’entièreté du cycle de vie, intégrer la notion de forêt secondaire à haute valeur biodiversité et climat, interdire l’épandage aérien de pesticide pour des raisons de sécurité alimentaire, de santé, de biodiversité, de bien-être, soutenir des cultures mixtes.
Enfin, pour terminer, une suite logique de cette réflexion serait de se pencher sur les autres types d’huiles et graisses utilisées et consommées en Belgique. Par exemple, on sait que les cultures de soja participent tout aussi voire plus activement à la déforestation. On sait aussi que la production d’huile de colza est accompagnée de production de tourteaux protéinés pour l’alimentation animale et que celle du lin est accompagnée de la production de fibres. Le débat a donc intérêt à s’élargir en pointant les questions suivantes. Quelles sont les huiles et graisses avec les meilleures performances en termes de durabilité? Jusqu’à quel point peuvent-elles se substituer aux huiles et graisses les moins performantes? Je vous remercie pour votre attention.
Paul-Olivier Delannois (PS): en ce qui concerne le tigre de Sumatra qui est effectivement en danger, vous avez en tout cas fait un très grand constat. Ce constat est identique au mien. Je pense néanmoins qu’on pourrait être un peu plus impliqué au niveau du gouvernement et lors des réunions au cours desquelles vous pouvez prendre des décisions. On parle de COP21. Là aussi, on pourrait en discuter car très honnêtement, les constats faits pour l’instant sont vraiment alarmants. M. Nollet sait certainement aussi que vous aimez voyager. Je vous invite dès lors à visiter le Parc des Félins près de Paris à Lumigny et son exposition – c’est pourquoi ma question est très didactique – sur l’utilisation de l’huile de palme et des effets qui sont directement très néfastes.

Mots-clefs : , ,