Emissions à venir

août
18
ven
2017
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
août 18 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
13:00 Les tubes dans la radio – Wallace
Les tubes dans la radio – Wallace
août 18 @ 13:00
Les tubes dans la radio - Wallace
Les tubes dans la radio – Lundi au vendredi de 13h à 14h Le meilleur des tubes,80’s,90’s,2000’s Des souvenirs inoubliables, débarquent du lundi au vendredi à 13h pour un bond dans le passé. Un retour dans l’histoire[...]
14:00 WARM UP – SAM
WARM UP – SAM
août 18 @ 14:00
WARM UP - SAM
Le Warm up c’est de la musique pour agrémenter votre après-midi, mais aussi………de la musique et encore de la musique !  
16:00 GoodRoad Trip Studio – Andy
GoodRoad Trip Studio – Andy
août 18 @ 16:00 – 17:00
GoodRoad Trip Studio - Andy
Andy nous transporte dans le monde entier, il voyage avec ses amis des madbugs dans des véhicules hors normes et vous fait découvrir le monde sous des aspects simples et à la source de nos[...]
18:00 L’info TV en radio avec Notélé
L’info TV en radio avec Notélé
août 18 @ 18:00
L'info TV en radio avec Notélé
Le J.T de No Télé en direct en radio – Lundi au vendrendi à 18h jusque 18h22 Les infos de la télévision de Wallonie picarde aussi à la radio Le journal sur No Télé c’est le rendez-vous[...]

View Calendar

Etude à l’appui, les professionnels défendent la qualité de leur eau

Illustration: De l'eau en bouteille.
Illustration: De l’eau en bouteille. – RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

Source :N.Bg. avec AFP

L’eau en bouteille est (pratiquement) propre. Aucune trace de médicaments ou d’hormones, même à niveau très faible, n’a été trouvée dans une quarantaine d’eaux minérales et de sources, selon une analyse mandatée par les professionnels des eaux embouteillées et publiée jeudi, contredisant l’expertise d’une association de consommateurs datant de 2013. Cette analyse a cependant révélé des traces de pesticides mais à « des niveaux infinitésimaux ».

INTERVIEW. «Difficile pour le consommateur de savoir s’il s’expose»

« La très grande qualité des eaux embouteillées en France se trouve confirmée », estime-t-on à la Fédération nationale des eaux conditionnées et embouteillées (FNECE), qui a présenté les résultats d’une expertise confiée au Laboratoire de physico et toxico-chimie de l’environnement de Bordeaux.

Etude sur un an menée par le CNRS

« Nous n’avons pas retrouvé de substances pharmaceutiques ni d’hormones ni de phtalates », a dit, lors d’une conférence de presse aux côtés des industriels, Hélène Budzinski, chercheuse au CNRS et responsable du laboratoire, spécialisé dans les nano-traces. Celui-ci, sur un an, a analysé 40 eaux (70 % du marché) à leur sortie de la source, à la recherche de 330 molécules (172 médicaments, 117 pesticides, 11 hormones, ainsi que des acides perfluorés, alkylphénols, phtalates).

Selon cette analyse, que ses auteurs espèrent voir publiée dans une revue scientifique, des pesticides ont été trouvés dans 22 % des échantillons, mais en quantité réduite, à des doses comprises entre la limite de la quantification et 44 nanogrammes par litre, soit deux fois moins que la limite imposée par la réglementation des eaux minérales naturelles. Ces pesticides sont pour l’essentiel de l’atrazine, interdit depuis 2003, très persistant dans l’environnement, explique la chercheuse.

L’impact des composants des bouteilles pas étudié

Des traces d’alkylphénols (agent présent notamment dans certains plastiques) ont été retrouvées dans deux échantillons sur 40, mais à faible teneur. Des traces d’acides perfluorés ont été décelées dans quatre échantillons, dont deux à la limite de la quantification (la pluie pourrait être responsable), selon la même source. L’équipe n’a en revanche pas analysé l’impact des composants des bouteilles elles-mêmes.

Les professionnels des eaux en bouteille voulaient répondre notamment à une enquête de 60 Millions de consommateurs et de la fondation France libertés, qui en 2013 avait décelé des traces de pesticides et médicaments, dont un pour traiter le cancer du sein, dans environ une bouteille d’eau sur cinq, sans toutefois remettre en cause leur potabilité.

Les embouteilleurs avaient critiqué cette méthodologie, suggérant qu’elle ait pu produire des « faux positifs » notamment via des contaminations lors des manipulations.

Les professionnels de l'eau réagissent!

Posté par Pacifique FM – Officiel sur jeudi 11 février 2016

Mots-clefs : , , ,