Titre obligatoire

Emissions à venir

oct
23
lun
2017
19:00 Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station Wallace
oct 23 @ 19:00
Pop Rock Station Wallace
Pop Rock Station –  Lundi, mardi et mercredi de 19h à 20h Il t’empêche d’aller à ton lit .. Pop Rock Station c’est le meilleur de la musique avec Wallace Pop Rock Station donne un[...]
21:00 MAXI TOP
MAXI TOP
oct 23 @ 21:00
 

View Calendar

Rudy Cambier détracteur de Nostradamus « le voleur » répond à l’article de l’Avenir sur Philippe Duquesnois

Pour rappel de cet article paru le 26 novembre sur lavenir.net :

Nostradamus est-il venu à l’abbaye de Cambron?

Selon Philippe Duquesnois (Wattrelos), Nostradamus aurait trouvé les Centuries dans la bibliothèque de son grand-père.

Selon Philippe Duquesnois (Wattrelos), Nostradamus aurait trouvé les Centuries dans la bibliothèque de son grand-père.-EdA

Selon certains chercheurs, Nostradamus serait venu en Wallonie picarde et c’est là qu’il aurait volé le texte des Centuries. Un Wattrelosien a une autre thèse. Travaillant au Burkina Faso mais originaire du Nord de la France (Wattrelos), Philippe Duquesnois s’intéresse très fort au mystère de Rennes-le-Château, remis en lumière voici une dizaine d’années par le Da Vinci Code. En échangeant sur internet avec un de ses correspondants, celui-ci lui parla des travaux de Rudy Cambier (Wodecq) sur les Centuries. Philippe Duquesnois trouva ceux-ci très convaincants, voire « envoûtants ». Mais voulut en savoir plus : comment un livre écrit à Cambron vers 1320 se retrouva-t-il en possession du provençal Nostradamus quelque deux siècles plus tard ? Revenu en Europe, avec du temps devant lui, il a cherché à répondre à la question. Voici ce qu’il a trouvé…

Vous ne croyez pas à la théorie de Rudy Cambier et de Jean-Philipe Lahouste selon laquelle, fuyant l’Inquisition dans le sud de la France, Nostradamus est venu se réfugier dans l’abbaye de Cambron (Pairi Daiza) où il aurait volé le texte d’Yves de Lessines…
En dressant le portrait de Nostradamus, MM. Cambier et Lahouste font de lui un être peu recommandable : « très opportuniste », « menteur », « manouvrier aveugle », « soucieux de paraître », « désir exacerbé des écus bien sonnants »… Je trouve ce jugement sévère ! Ce qu’on sait de lui, c’est que c’était plutôt un brave homme, un type sympa. Je pense que parfois on fait un amalgame malheureux entre Nostradamus, que je pense honnête, et les commentateurs des prophéties qui eux, pour le coup, sont de véritables escrocs qui abusent de la naïveté des gens ! On sait presque tout de la vie de Nostradamus et nulle part il est dit qu’il est venu dans le Nord. Il n’est pas possible qu’il soit venu à l’abbaye de Cambron – ou dans la région – sans qu’on ne le sache. À mon avis, il n’y a aucune chance que Nostradamus ait volé les Centuries à Cambron !

Pas venu dans le Nord ? Et sa « Prophétie d’Orval » alors ?
Il s’agit d’un texte découvert à Orval mais qui n’a jamais été écrit par Nostradamus. D’ailleurs, aucun des spécialistes de Nostradamus, même les plus acrobatiques, ne revendiquent cette paternité-là. On sait d’où vient ce texte, il n’y a aucun doute là-dessus. Ce n’est pas non plus une prophétie, si tant est qu’il y ait des prophéties : il s’agit d’un texte écrit au XIXe siècle pour annoncer des choses qui… se sont déroulées avant le XIXe. Cette prophétie participait à une campagne politique menée par les partisans de Charles V. C’est pour donner plus de crédibilité à ce texte que l’on a affirmé bien tardivement qu’il avait été écrit par Nostradamus…

Pourquoi avez-vous suivi la piste du grand-père de Nostradamus ?
Je n’ai pas suivi la piste du grand-père de Nostradamus, c’est la piste qui m’a mené à son grand-père ! J’ai creusé de divers côtés et je n’ai rien trouvé. Puis je suis allé fourailler du côté des abbés de Cambron qui avaient succédé à Yves de Lessines. Je fus un tantinet intrigué par un nommé André de Bruxelles. Entré à Cambron en 1376, mort en 1394, il est sans doute né à Bruxelles. Mais on l’appelait aussi André du Pape. Il est quasiment le seul abbé à avoir un nom différent de celui de l’endroit de sa naissance. En consultant des archives, j’ai appris qu’on l’appelait ainsi parce qu’en 1375 et 1376 il s’était rendu plusieurs fois en Avignon, où siégeait le souverain pontife, pour faire intervenir « le pape Grégoire IX et l’antipape Pierre de Laon » dans sa nomination. Grâce à ces démarches, André du Pape fut enfin confirmé dans sa dignité d’abbé en 1376. De plus, la chronique indique qu’il termina nombre de manuscrits inachevés de ses prédécesseurs… Ce qui indique qu’il connaissait bien la bibliothèque et… les travaux d’Yves de Lessines !

Et là vous vous dites que vous tenez peut-être le bon bout : Avignon se trouve en Provence…
D’abord, et parce que je connais bien cette période-là de l’Histoire, je me dis que certaines choses ne collent pas. Le seul pontife qui peut se targuer d’avoir un nom proche de « Pierre de Laon » et d’avoir été antipape, et qu’André du Pape aurait pu rencontrer en Avignon, s’appelle Pedro de Luna (« Pierre de Lune »), qui deviendra le pape Benoît XIII, mais 20 ans plus tard. Bibliophile averti, Pedro de Luna était un collectionneur de manuscrits anciens. Et on peut imaginer que, pour flatter Pedro de Luna, André du Pape va lui offrir le livre d’Yves de Lessines, qui se trouvait dans la bibliothèque de Cambron. Et qui avait ceci de particulier : il comptait quatre mille vers sublimes et était rédigé en langue vulgaire, contrairement à la majorité des manuscrits de l’époque écrits en latin et presque toujours consacrés à des sujets religieux. C’était donc un objet rare à cette époque et un collectionneur tel que Pedro de Luna ne pouvait y être insensible. D’autant que les manuscrits de Cambron étaient connus dans toute la chrétienté pour la beauté de leurs lettrines !

Voici la réponse de Rudy Cambier :

J’ai longuement rencontré Philippe Duquesnois à deux reprises, et chaque fois je l’ai encouragé à développer son travail et à le publier. Ses trouvailles sont extrêmement intéressantes et notre asbl Ivo de Lessinis a suivi mon avis en demandant à Philippe d’ouvrir notre saison de conférences. C’est dire tout le prix que nous y accordons.
Apparemment nos vues divergent sur le cheminement du manuscrit, mais mon but est de découvrir la vérité, pas de faire triompher ce que j’ai déduit de la conjugaison d’un écrit de Michelet avec l’histoire contée par son fils César.
Le fait capital est qu’un chercheur expérimenté de la qualité de Philippe Duquesnois conclut lui aussi que le texte des Centuries procède d’un original plus ancien, forcément pas de la main de Nostradamus, provenant de Cambron, et ça, ça vaut son pesant d’or.

Un avis convergent quand même dans les recherches des deux experts en la matière !

Pour rappel Rudy Cambier est l’auteur de :

« L’Oeuvre du Vieux Moine », le dernier chemin des Templiers

 

 

 

Rudy Cambier met les choses au point par rapport à l’article de l’Avenir de ce 26 novembre dernier.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 1 décembre 2015

Mots-clefs : , ,