Titre obligatoire

Emissions à venir

juin
20
mer
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
juin 20 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
09:00 WAPI JOB
WAPI JOB
juin 20 @ 09:00
WAPI JOB
WAPI JOB, c’est une émission où on retrouve et vous présente des indépendants, des entreprises de la Wallonie Picarde mais aussi de nos voisins du 59 en France, région liée de part la frontière commune.[...]

View Calendar

« Manifestation entre Mouscronnois, on se bat pour nos droits » contre l’arrivée des réfugiés

Depuis l’annonce de l’arrivée de 600 réfugiés à Mouscron, cela se déchaîne sur les réseaux sociaux. Un groupe baptisé « Manifestation entre Mouscronnois, on se bat pour nos droits » invite les citoyens à manifester leur opposition le samedi 7 novembre. Le bourgmestre Alfred Gadenne ne s’y opposera pas, mais il veut éviter les débordements : pas question de slogans racistes et xénophobes. Une contre-manifestation , en faveur de l’accueil des réfugiés, est aussi annoncée.

C’est le sujet numéro 1 de conversation depuis que le Gouvernement fédéral a acté vendredi la décision d’ouvrir un centre d’accueil pour les réfugiés à Mouscron, au sein de l’ancien hôpital « le Refuge » de la rue du Couvent. Les réseaux sociaux comme facebook se sont emparés du sujet. Assailli de commentaires haineux, le groupe, très populaire, « T’es un Mouscronnois si », a fini par effacer toutes les allusions à l’arrivée des migrants sur sa page.

Le groupe baptisé « Manifestation entre Mouscronnois » en appelle toujours à une manifestation le samedi 7 novembre (« la date peut encore bouger », précisent les personnes à l’origine de l’événement). Vendredi, 180 personnes annonçaient leur participation ; lundi après-midi, elles étaient plus de 300 (avec une centaine de « peut-être »). Les organisateurs, se défendent de « racisme ». Ils veulent juste exprimer « leur mécontentement », écrivent-ils. « La question des réfugiés est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », nous a confié Céline Kiersebilck, organisatrice avec Nelson Magalhaes. « Le Gouvernement prend des décisions sans consulter la population alors que nous allons payer pour les réfugiés. On veut faire entendre notre ras-le-bol ».
Le bourgmestre Alfred Gadenne est au courant de la manifestation, même si à l’heure d’écrire ces lignes, il n’avait pas encore reçu de demande d’autorisation. « Ce n’est pas une surprise. Refuser la manifestation serait pire que mieux », estime-t-il. « Je ne m’y opposerai pas car les gens ont parfaitement le droit de défendre leur quartier, mais je veux que la manifestation soit encadrée. Il est hors de question d’avoir des propos extrémistes qui s’en prennent à des gens qui fuient la guerre et qui n’en peuvent rien de la situation ». L’organisatrice Céline Kiersebilck se veut rassurante :« il est hors de question qu’il y ait de la violence et de la casse. On fera en sorte que cela se passe bien. Et nous ne répondrons pas à la provocation s’il y a une autre manifestation ». Circule en effet la rumeur d’une autre manifestation en faveur de l’accueil des réfugiés.« J’en ai entendu parler », dit le bourgmestre.« Il faudra faire en sorte qu’elles ne s’opposent pas ». Sur facebook, la guerre entre les « Pour » et les « Contre » a déjà commencé, le plus souvent en des termes peu fleuris, les premiers reprochant aux seconds leur orthographe et leur manque de nuances et les seconds reprochant aux premiers leur naïveté et leur bonne conscience.

Il y avait déjà eu une manifestation d’une centaine de personnes contre les réfugiés en décembre 2011 lorsqu’on évoquait déjà la possibilité de transformer l’ancien hôpital en un centre d’accueil. « Il avait fallu calmer quelques jeunes casseurs du Tuquet », se souvient Alfred Gadenne qui ne veut pas revivre les mêmes incidents en fin de manif. Comme cela s’est fait à Tournai, la police communale sera attentive aux réactions des groupes d’extrême droite, dont on peut légitiment craindre une récupération. La Ville de Mouscron a eu deux élus du Front National, rappelle le bourgmestre, et « Nation », un groupuscule d’extrême droite wallon, s’est déjà présenté aux élections. À Tournai, une manifestation avait été annoncée sur les réseaux sociaux contre les réfugiés lorsque la décision d’en accueillir 530 à la caserne Saint-Jean avait été prise par le Gouvernement fédéral. Mais l’organisateur avait finalement renoncé car l’événement avait été récupéré par des extrémistes de droite.

Source : nordeclair.be

Mouscronnois et réfugiés, on n'est pas d'accord !

Posté par Pacifique FM – Officiel sur mardi 20 octobre 2015

Mots-clefs : ,