Titre obligatoire

Emissions à venir

oct
21
sam
2017
09:00 Pacifique Job FOREM – Juliette e...
Pacifique Job FOREM – Juliette e...
oct 21 @ 09:00
Pacifique Job FOREM - Juliette et Adeline
Une émission réalisée et diffusée en collaboration et avec les chargées de communication du FOREM de Tournai et de Mouscron. Le Forem donne rendez-vous aux personnes à la recherche d’un job dans son émission hebdomadaire[...]
18:00 Funk Anthology
Funk Anthology
oct 21 @ 18:00 – 19:00
Funk Anthology
Funk Anthology – Samedi de 21h à 22h Samedi de 21h à 22h Funk Anthology présenté et animé par DJ Vibe DJ Vibe officie sur la scène funky depuis prêt de 25 ans. Il se[...]

View Calendar

Licenciée parce qu’elle était enceinte, elle gagne son procès

Institut pour l’égalité des femmes et des hommes

centre égalité et chance

Bruxelles, le 23 juin 2015 – Le Tribunal du travail de Mons et Charleroi a en effet condamné le 22 mai 2015 un employeur pour discrimination directe fondée sur le sexe pour avoir licencié une travailleuse en incapacité de travail suite à des complications liées à ses tentatives de maternité. L’Institut et la victime avaient saisi conjointement le tribunal.

La plaignante, qui avait perdu un enfant peu après la naissance, pour subir ensuite une fausse couche et une interruption médicale de grossesse, s’était fait licencier par son employeur peu après son retour. Son employeur, parfaitement au courant de la situation, lui reprochait ses absences répétées.

Comme le souligne Liesbet Stevens, Directrice adjointe de l’Institut, « selon une étude de l’Institut, les travailleuses enceintes ou qui souhaitent l’être sont encore trop souvent confrontées à des réactions négatives et même à des discriminations. Plus de trois femmes sur quatre en seraient victimes. ». C’est pourquoi, il est essentiel de continuer à rappeler que « les traitements défavorables liés à une grossesse ou à un accouchement ne peuvent concerner que les femmes. Dès lors, ils sont considérés comme de la discrimination directe fondée sur le sexe à l’égard de laquelle aucune justification n’est permise ».

C’est également ce qu’a estimé le Tribunal du travail de Mons et Charleroi. Dans son jugement, le juge a fait référence à la loi-genre du 10 mai 2007 et souligné que le licenciement de la plaignante constitue une discrimination fondée sur le sexe. Il condamne également l’employeur à payer des dommages et intérêts d’un montant équivalent à six mois de salaire brut à la plaignante.

Toute demande ou plainte relative à une discrimination fondée sur le sexe peut être adressée à l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes via le numéro vert 0800/12.800, via email (egalite.hommesfemmes@iefh.belgique.be) ou via le site internet (http://igvm-iefh.belgium.be). Nous les traiterons gratuitement et en toute confidentialité.

Une femme enceinte licenciée gagne son procès contre son employeur.

Posted by Pacifique FM – Officiel on lundi 22 juin 2015

Mots-clefs : , , ,