Le syndicat autonome des conducteurs de trains (SACT), auquel environ un tiers des 3.800 conducteurs de train seraient affiliés, a déposé un préavis de grève national pour la période allant du 31 mars au 2 avril, indique mardi un communiqué du syndicat. Le SACT reproche notamment à la direction de la SNCB «l’incohérence du système des primes des conducteurs de train», soit une grogne identique à celle qui était à l’origine des actions de décembre.

L’organisation syndicale demande également «que les carrières de conducteur de train et du personnel de maîtrise instruction traction soient revalorisées dans l’évolution des grades et des barèmes».

Le syndicat ne s’estime pas entendu

Les affiliés du SACT avaient mené une action de grève le 11 décembre dernier. «Depuis lors, rien n’a changé», explique Arthur Mercier, président du syndicat. «Nous avons rencontré la direction lors d’une réunion de conciliation fin janvier et nous devions nous revoir fin février pour négocier mais nous n’avons pas été invités». Le syndicat estime donc «qu’il n’y aucune volonté de la part des directions HR-Rail et Transport de se diriger vers un dialogue positif et constructif en ce qui concerne nos revendications».

Une «sitting station» sera organisée le 18 mars à la gare de Bruxelles-Midi entre 13h et 16h. Et un arrêt de travail national de 48 heures débutera le mardi 31 mars à 3h00 pour se terminer le jeudi 2 avril à 3h00.