Titre obligatoire

Emissions à venir

mai
20
dim
2018
14:00 Celtiquez-vous
Celtiquez-vous
mai 20 @ 14:00
Celtiquez-vous – Dimanche de 14h à 15h       On reste en Celtique avec Celtiquez-vous ! Celtiquez-vous à pour but de vous faire découvrir ou redécouvrir la musique Celtique au sens le plus large du[...]
15:00 Fred’s Country
Fred’s Country
mai 20 @ 15:00
Fred's Country
Fred’s Country – Samedi de 7h à 8h Le samedi de 7h à 8h Musique country avec Fred’s La musique Country de Tradition avec Frederic (Fred) Moreau. Le programme Fred’s Country est diffusé sur 47[...]
16:00 Big Cactus Country
Big Cactus Country
mai 20 @ 16:00
Big Cactus Country
Big Cactus Country – Samedi de 8h à 9h La country music c’est le samedi matin sur le 95.1 FM Big Cactus Country Radio Show, c’est le meilleur de la musique américaine BCC c’est une émission spécialement[...]
17:00 British Connection
British Connection
mai 20 @ 17:00 – 19:00
British Connection
BRITISH CONNECTION L’EMISSION ROCK : diffusée chaque semaine sur des radios FM & web en France, Belgique, Suisse, Canada, La Réunion & web.  
19:00 FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
mai 20 @ 19:00
Découvrez pendant 1h00 de concert de grand groupes internationaux.

View Calendar

[Revue de presse Européenne] Le Grexit, une aberration économique ?

Alors que la Grèce est face à un ultimatum pour présenter un plan de réformes qui contentera ses créanciers d’ici dimanche, plusieurs personnalités du monde économique et financier, dont la directrice du FMI Christine Lagarde, soutiennent l’option d’un allègement de la dette hellène, tandis que de nombreux experts s’opposent en France à une sortie de la Grèce de la zone euro.
grexit
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras est « au bord de l’abîme » [Les Echos]. Face à des créanciers excédés, Le Figaro commente : « l’étau dans lequel le premier ministre a fait basculer son pays » se resserre, car dimanche aura lieu le sommet européen qui réunira tous les chefs de gouvernement de l’Union européenne.

Cette date est présentée par le journal comme fatidique, après un ultimatum obligeant M. Tsipras à trancher entre « réformes et Grexit ». Le Figaro admet que cela représente un « choix faustien : le renoncement à ses convictions et à toutes ses promesses, ou alors le ‘suicide’ de la Grèce comme dit Jean-Claude Juncker ».

Ce soir, la Grèce devra donc proposer son programme de réformes et d’économies budgétaires à l’ex-troïka constituée de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI). Puis ce sera à l’Eurogroupe d’approuver ou non samedi ces propositions, qui seront ensuite discutées au sommet européen dimanche.

Le Point estime que « l’heure de vérité est venue pour la Grèce et ses partenaires européens. Soit ils se mettent d’accord d’ici dimanche, soit c’est la sortie assurée de la zone euro pour Athènes ».

Alors que le gouvernement grec semble seul contre tous, il se voit contre toute attente soutenu sur un point par… le FMI.

Une partie de la presse française rapporte les propos que Christine Lagarde, directrice de l’institution financière, a prononcés hier : « Une restructuration de la dette […] est selon nous nécessaire dans le cas de la Grèce afin qu’elle ait une dette viable » [Le Monde].

Selon elle, la Grèce, en plus de réformes et de consolidation budgétaire, « aura besoin d’au moins 50 milliards d’euros d’aide sur les trois prochaines années, dont 36 milliards d’argent frais européen, et d’un allègement de dette ». Une dette qui, comme le rappelle La Tribune, « flirte avec les 180 % [du] PIB [grec] ».

Libération constate ainsi que « malgré le fait que la Grèce ait fait défaut sur sa dette vis-à-vis de l’institution le 30 juin », Mme Lagarde a affirmé : « Nous restons pleinement engagés afin de trouver une solution », tout en précisant que la Grèce ne bénéficiera d’aucun « traitement de faveur ».

« Mais les Européens, premiers contributeurs du plan d’aide, ne veulent pas entendre parler d’un allègement de dette », note L’Express.

Autre soutien vis-à-vis des Grecs : une bonne partie des économistes français, interrogés par Le Figaro. Selon l’article, la plupart d’entre eux « sont contre un ‘Grexit' ».

Beaucoup évoquent le risque géopolitique majeur qu’engendrerait une sortie grecque de la zone euro et s’inquiètent des retombées économiques à la fois à court terme et à long terme d’un tel scénario : faillites, perte du pouvoir d’achat, inflation, impact sur les marchés financiers, etc. Ils précisent en outre qu’une telle situation ébranlerait les fondations de l’UE.

Pour Xavier Ragot, président de l’OFCE, un ‘Grexit’ serait le résultat de « mauvais calculs politiques ». D’autres assènent qu’ « il est naïf de croire que l’expulsion d’un pays d’une union monétaire puisse la renforcer » et que « certaines règles au sein du Pacte budgétaire européen ne sont pas soutenables ».

Quelques voix discordent néanmoins : le président du cabinet ACDEFI Marc Touati déclare qu’ « en élisant Syriza, puis en disant largement non au référendum, le peuple grec a définitivement choisi: la Grèce ne remboursera pas sa dette et doit donc quitter la zone euro » et d’ajouter : « le Grexit […] constituera un mal pour un bien ». Tandis que pour Nicolas Lecaussin, directeur du think tank libéral IREF, « [la Grèce] n’a pas du tout respecté ses engagements […], ses leaders politiques ont fait preuve d’une terrible insolence populiste envers Bruxelles qui, pourtant, arrose inlassablement la Grèce » et conclut : « le Grexit serait tout à fait justifié ».

Le Gr€xit : une aberration ? revue de presse Européenne.

Posted by Pacifique FM – Officiel on jeudi 9 juillet 2015

Mots-clefs : , , ,