Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
17
dim
2017
15:00 Fred’s Country
Fred’s Country
déc 17 @ 15:00
Fred's Country
Fred’s Country – Samedi de 7h à 8h Le samedi de 7h à 8h Musique country avec Fred’s La musique Country de Tradition avec Frederic (Fred) Moreau. Le programme Fred’s Country est diffusé sur 47[...]
17:00 British Connection
British Connection
déc 17 @ 17:00 – 19:00
British Connection
BRITISH CONNECTION L’EMISSION ROCK : diffusée chaque semaine sur des radios FM & web en France, Belgique, Suisse, Canada, La Réunion & web.  
19:00 FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
FREQUENCE ROCK CONCERTS INTERNAT...
déc 17 @ 19:00
Découvrez pendant 1h00 de concert de grand groupes internationaux.
20:00 Fréquence Rock – Stéphane et Wal...
Fréquence Rock – Stéphane et Wal...
déc 17 @ 20:00
Fréquence Rock - Stéphane et Wallace
Fréquence Rock – Dimanche de 20h à 22h Dimanche de 20h à 22h Fréquence Rock avec Wallace et Stéphane Chaque dimanche, les studios de Pacifique FM se transforment en salle de concert. Des groupes régionaux[...]

View Calendar

Migrants : l’intrigant journal de bord d’un CRS de Calais

Un texte non signé se propage sur la toile

Calais-un-CRS-blesse-a-la-tete-par-un-jet-de-pierre-lors-d-une-evacuation-de-mig

Un texte non signé et non authentifié mais jugé crédible par les CRS interrogés et se présentant comme le « journal de bord » d’un membre des forces de l’ordre en faction à Calais, tourne actuellement sur la toile. Le groupe « Les Calaisiens en colère » l’a épinglé sur sa page Facebook.

Le lien renvoie à un article du nationaliste Luc Sommeyre intitulé « Paroles de flic » publié le 3 janvier dernier sur son site minurne.org.

Le texte décrit le quotidien des CRS à Calais, le « manque de repos », l ‘« enchaînement incessant des services à différents horaires, de jour comme de nuit », le « dégoût à ne pouvoir faire du travail de police… »

Le CRS résume l’une de ses interventions non datée. Prise de service à 23 h 30 jusqu’à 7 h le lendemain.

En fond sonore, une radio embarquée dans l’un des véhicules-recueil est active, précise le texte qui raconte : « sur le point Golf-Alfa-2, ils sont au contact. (Les migrants) lancent des barres de fer et des pierres. Un de chez nous est touché légèrement. Avons utilisé une dizaine de grenades MP7. » […] « Deux poids lourds accidentés à cause de blocs de béton sur les voies rapides. Les avons dégagés. Demande renfort de 2 véhicules .»

Vers 2 h 45 du matin, « sur les ondes et partout alentour, on entend hurler que de nombreux camions sont arrêtés, assaillis par des vagues de 50 migrants, dont certains accidentés sur la voie rapide. À pied en courant, nous venons prêter main forte à l’effectif originaire de l’information; dessous, une multitude de véhicules immobilisés, presque au contact les uns des autres qui, miraculeusement, ne se sont pas percutés les uns les autres ».

Grenades MP7, lanceur de 40, lanceur Cougar, le dispositif d’intervention est présenté avec beaucoup de précision.

Plus tard, le journal décrit une « zone de guerre » où les CRS zigzaguent « entre les véhicules arrêtés et des débris de toute sorte. Sur les ondes, ordre nous est donné de remonter sur le même axe pour prêter main forte aux collègues qui se trouvent en niveau bas de grenades, à quelque 300 mètres plus haut. À leur hauteur, nous sautons de notre véhicule encore en marche car nous constatons qu’un effectif se trouve contre la rambarde de sécurité. Des projectiles arrivent à les atteindre. Les objets sont jetés depuis une zone boisée sans que l’on puisse distinguer les individus… Seuls des cris venant des fourrés dans des dialectes inconnus. Parfois un nique la police ou fuck the police se mêle aux Allah Akhbar! et à leur slogan favori: vive Daesh ».

Le rapport long de cinq pages évoque « une vraie stratégie de guérilla » orchestrée par les No Border, qui « incitent les migrants à tendre des embuscades » aux CRS pour « prendre des photos et des vidéos pour dénoncer des failles dans notre manière d’intervenir ou des images pour nous mettre en cause. Mais surtout, ils espèrent faire un maximum de blessés dans nos rangs. »

L’inquiétant monsieur Sommeyre

Le « journal de bord » épinglé sur la page des Calaisiens en colère a été publié sur le site minurne.org créé par Luc Sommeyre.

Il a également été partagé par de nombreux sites de « réinformation » de la fachosphère et de soutiens au forces de l’ordre.

Une page Facebook intitulé « UNSA Police POLE CRS » l’a également repris.

« Le journal de bord nous a été transmis par un collègue des CRS en poste à Calais aux abords de la plus officielle des zones de non-droit que notre gouvernement tolère et ne se résout pas à nettoyer », précise Luc Sommeyre sur son site. Ce texte, il aurait « hésité » avant de le mettre en ligne parce que « le Grand Public, certains lecteurs, vont croire être fondés à faire la part des choses. Ils auraient tort. » Jusqu’au-boutiste, lui n’est visiblement pas prêt à faire la part des choses.

Début d’une « guerre civile »

« Ne pensez surtout pas que nous puissions nous laisser abuser par des propos mensongers ou tendancieux : nous avons les moyens de vérifier nos sources. Nous ne publierons que des documents authentiques tout en préservant évidemment le strict anonymat de leurs auteurs », ajoute-t-il.

Peut-on lui faire confiance ? Le journal de bord donne des précisions sur la situation calaisienne mais est écrit non comme un rapport mais comme une histoire presque. Et le vocabulaire utilisé par le supposé CRS s’il s’avère qu’il en est un, comme le terme « gremlins » pour qualifier les migrants interpelle. Les insultes « Vive Daesh » intriguent. Tout comme le fait que ce journal de bord n’apparaisse que sur des blogs ou sites non officiels.

L’ancien candidat FN des Yvelines lors des départementales de 2015, ancien membre du Bloc identitaire, qui se présente comme un ancien flic, est ensuite un habitué des sorties scandaleuses. Comme lorsqu’il parlait il y a quelque temps du péril blanc par exemple : « Aujourd’hui, les Blancs ne sont pas «obligés » d’épouser un(e) Noire ou vice-versa, mais progressivement ils y seront fortement incités (avantages fiscaux, primes à la diversité, etc.) Politique-fiction ? – Pour le moment, oui. Patience… »

D’ailleurs, pour lui, ce qui se passe à Calais est le « début de la guerre civile qui a commencé sur notre sol. Pour le moment, cette guerre civile est contenue dans le périmètre de « La Jungle » à Calais. Comme nous le prévoyons, attendez-vous à ce qu’elle se propage dès que sera donné le signal de l’assaut général. Un assaut minutieusement préparé contre la France. Contre notre civilisation. Contre vous. »

Source : nordlittoral.fr

Un CRS donne des confidences sur ses journées à calais face aux migrants.

Posté par Pacifique FM – Officiel sur samedi 9 janvier 2016

Mots-clefs : , ,