Elles sont indiennes, âgées de 15 et 23 ans, et, parce que leur frère est tombé amoureux de la mauvaise personne, pourraient être condamnées à être violées et humiliées en public. Cette histoire, qui semble tout droit sortie d’un roman médiéval, est pourtant bien réelle, comme le rapporte Amnesty International. L’ONG a mis en ligne une pétition pour demander au gouvernement indien d’agir en la faveur de ces deux jeunes filles, qui ont fui leur maison avec leur famille et craignent désormais pour leur vie.

La sanction, décidée par le conseil de leur village, a été prise car leur frère s’était enfui avec la femme qu’il aimait, laquelle appartenait à une caste supérieure et avait été mariée de force à un autre homme. Et impossible de trouver une protection auprès de la police locale : selon une requête adressée à la cour suprême indienne par la sœur aînée, les forces de l’ordre préfèrent s’en prendre aux deux victimes de cette sentence et à leur famille plutôt que de les protéger.

Des conseils de village interdits, mais toujours influents

Devant l’horreur de cette sanction, la cour suprême a demandé à l’Etat d’Uttar Pradesh, où vivent les deux jeunes filles, de statuer. Amnesty International, de son côté, a mis en ligne une pétition pour inciter les autorités locales à venir en aide aux condamnées. Créée il y a deux jours, elle a déjà rassemblé près de 100.000 signatures. Reste à savoir si cela sera suffisant pour que les jeunes filles soient épargnées. Les conseils de village, composés exclusivement d’hommes issus de castes élevées, sont en effet interdits officiellement en Inde. Mais cela ne les empêche pas d’exercer toujours une influence importante dans les villages les plus reculés du pays.

Source : metronews.fr