Titre obligatoire

Emissions à venir

déc
12
mer
2018
09:00 WAPI JOB
WAPI JOB
déc 12 @ 09:00
WAPI JOB
WAPI JOB, c’est une émission où on retrouve et vous présente des indépendants, des entreprises de la Wallonie Picarde mais aussi de nos voisins du 59 en France, région liée de part la frontière commune.[...]
10:00 Voyance + Fabienne et Patrick J...
Voyance + Fabienne et Patrick J...
déc 12 @ 10:00
Voyance +  Fabienne et Patrick James Wallace
Voyance + – Mercredi de 10h à 12h00 Le mercredi de 10h à 12h avec Fabienne médium et Patrick James Wallace Voyance et/ou transcommunication gratuite ! Vos être chers qui sont passés de l’autre côté[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
déc 12 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.

View Calendar

Comment soulager un mal de gorge ?

Le mal de gorge est un symptôme typique d’une série d’infections hivernales. Quel comportement adopter ? Et quels sont les traitements ou les remèdes permettant de soulager la douleur qui peut être sévère, en particulier lorsqu’on avale ?

Boire en abondance. De l’eau plate bien entendu, mais également des boissons chaudes comme du potage, des tisanes (notamment au thym), des infusions aux fruits, du lait chaud, du chocolat chaud, du café, du thé avec du miel et du citron pour adoucir la gorge. Certaines boissons très froides, ainsi que les sorbets et les glaçons, peuvent atténuer la douleur lors de la déglutition.

• Ne vous laissez pas tenter par les boissons alcoolisées (style grog).

• Diluez une cuillerée à café de sel dans un verre d’eau chaude et pratiquez des gargarismes plusieurs fois par jour.

• Sucez des bonbons durs ou un glaçon afin d’activer la production de salive.

• Si la déglutition est pénible, optez pour des purées, des compotes, du flan, du pudding ou des boissons lactées.

• Ne vous exposez pas à des sources d’irritation de la gorge : ne fumez pas, ne fréquentez pas les endroits surchauffés, les espaces saturés de fumée de tabac et évitez d’élever la voix.

• S’il s’agit d’une laryngite, parlez le moins possible. Laissez votre voix au repos et contentez-vous de chuchoter.

Les médicaments

• Un antidouleur classique. Privilégiez le paracétamol. S’il n’est pas suffisamment efficace, passez à l’ibuprofène.

• Des pastilles au menthol, à l’eucalyptus, au miel ou encore aux plantes des montagnes adoucissent la gorge.

• Vous pouvez également anesthésier la gorge douloureuse avec des sprays, des pastilles ou des gélules à sucer.

• L’administration d’antibiotiques n’est généralement pas recommandée. Une antibiothérapie ne sera prescrite qu’en cas de risques manifestes de complications, en particulier chez les patients sous chimiothérapie, ceux souffrant d’une maladie cardiaque ou pulmonaire, ou dont le système immunitaire est affaibli.

 

Source : www.passionsante.be

 

Pourquoi ne pas commencer l’année nouvelle en découvrant la marche nordique

bonSecours marche adeps

Besoin de retrouver de la souplesse, de perdre du poids, d’évacuer le stress ou simplement de vous dépenser ? Alors venez rejoindre le club Mielikki, et son instructeur breveté, pour une séance « découverte » de ce nouveau sport convivial : • Soit à 7500 Tournai, le samedi 7 janvier de 10 à 12h – Le long de la Rue du Caporal Bruno Méaux (entre la caserne St Jean et le Boulevard). • Soit à 7603 Bon-Secours, le samedi 14 janvier de 10 à 12h – Parking de la Rue de la Forêt (à ne pas confondre avec la Maison de la Forêt). • à 7500 Tournai, le samedi 15 janvier de 10 à 12h – Le long de la Rue du Caporal Bruno Méaux (entre la caserne St Jean et le Boulevard). PAF : 5€/séance comprenant l’assurance et le prêt des bâtons. Renseignements et inscription (obligatoire) : christian.mielikki@gmail.com ou au 0477/070 039. A noter que cette découverte pourra éventuellement être suivie d’un cycle complet d’initiation de 4 séances de 2 heures. Merci de faire plaisir à vos ami(e)s en partageant ce message !

marche nordique

Alerte AFSCA :Rappel produit de la société Fresh Concept chez Cora et Carrefour

Rappel de MIX DE BOUDINS FRESH APERO.
Problématique : présence de la bactérie listéria monocytogenes

Dans le cadre de l’application de son système d’autocontrôle et faisant suite à un premier rappel de produit, la société Fresh Concept S.A. a détecté la présence de la bactérie listéria monocytogenes dans le produit suivant :
« MIX DE BOUDINS FRESH APERO» lots supplémentaires
Par mesure de précaution afin de garantir la sécurité des consommateurs, la société Fresh Concept demande de ne pas consommer les lots suivants :


Carrefour Market et Express : 38 barquettes de 150g portant les n° de lot :

729581, DLC 06/12/2016
730086, DLC 07/12/2016
730608, DLC 08/12/2016.


CORA : 36 barquettes portant le numéro de lot : 730608, DLC : 08/12/2016.

Les symptômes possibles d’une intoxication causée par la listéria sont les suivants : fièvre et/ou de maux de tête, et cela dans un délai pouvant aller jusqu’à huit semaines après l’ingestion de l’aliment contaminé. La listériose est une maladie qui peut être grave. Les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées ainsi que les personnes âgées doivent être particulièrement attentives à ces symptômes.
Les personnes qui ont consommé ces produits et qui présentent ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation.

Pour toute question, la société Fresh Concept SA peut être contactée au 071 / 29 80 00 ou à l’adresse suivante : Fresh Concept S.A. Rue Hoyas, 49 – 6001 Marcinelle.

Dépistage du diabète gratuit à Pecq ce jeudi 8 décembre

Le jeudi 8 décembre de 9h à 12h sur le marché hebdomadaire de Pecq, il sera proposé aux habitants de Pecq et de la région un dépistage du diabète et également pour ceux qui le souhaitent un dépistage visuel.

Quelle que soit votre mutuelle, ces dépistages sont GRATUITS. Une collation sera également offerte.

BIENVENUE A TOUS !

Diabète 2016 - PECQ

??????????????????????????????? ???????????????????????????????

 

Daniel Senesael : Traitement préventif du VIH – VIDEO Dépôt d’une proposition de résolution

Daniel Senesael dépose une proposition de résolution visant à permettre
le remboursement du traitement prophylactique pré-exposition du VIH
daniel senesael sida
Ce jeudi 1erdécembre,journée mondiale de lutte contre le sida,la proposition de résolution
visant à permettre le remboursement du traitement prophylactique pré-exposition du VIH déposée par Daniel Senesael
et consorts sera prise en considération en séance plénière.
On le sait, chaque jour ce sont près de trois nouveaux cas d’infection au VIH qui sont diagnostiqués en Belgique. Parmi les moyens mis en place pour lutter contre cette épidémie, il existe un Plan national de lutte contre le Sida
qui a vu le jour en 2013, lequel, dans son volet prévention, plaide notamment pour le développement d’«un cadre pour les projets pilotes de PrEP et une recherche opérationnelle pour évaluer la faisabilité de la PrEP».
La PrEP, prophylaxie préexposition est un processus ayant pour but de prévenir l’apparition du VIH/Sida. En 2011, des chercheurs français ont ainsi découvert et testé l’intérêt du Truvada, médicament actuellement utilisé dans le cadre du traitement post-exposition mais qui sous forme de PrEP s’avère également efficace pour prévenir l’apparition du VIH/SIDA.
Alors que l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) préconise « la PrEP comme option de prévention pour les personnes exposées à un risque important d’infection par le VIH, dans le cadre d’une association d’approches préventives»,la Conférence internationale sur le sida qui s’est tenue à Durban en juillet 2016 a également consacré l’efficacité de la PrEP.
La Commission européenne a quant à elle validé la mise sur le marché du Truvada, comme outil de prévention.
Depuis janvier 2016, nos voisins français ont ainsi décidé de rembourser intégralement le Truvada en PrEP. Chez nous, une étude concernant l’utilisation du Truvada en prévention est actuellement menée par l’Institut de médecine tropicale d’Anvers où 200 personnes y seront suivies durant 18 mois. Ce projet qui a débuté en septembre 2015,
dénommé BE-PReP-ared, devrait se terminer fin 2017.
A travers cette proposition de résolution, Daniel Senesael et ses collègues demandent au
gouvernement, d’une part, de permettre l’usage de la PrEP afin de prévenir le VIH/Sida dans
le cadre d’une prise en charge et d’un suivi médical spécifique mais aussi d’un
accompagnement adéquat par des travailleurs communautaires et d’autre part,de permettre le remboursement de la PrEP pour le groupe-cible des hommes ayant des relations avec d’autres hommes et d’étend
re ce remboursement à d’autres groupes en fonction des disponibilités budgétaires et des études scientifiques.
Actuellement, le coût actuel du Truvada est de 17 € par comprimé. Si la mise en œuvre de
cette résolution demande évidemment de pouvoir dégager certaines marges budgétaires, elle relève avant tout d’un choix politique et de santé publique. En effet, il faut mettre ce coût en regard de celui que représente le traitement du VIH qui peut s’élever à plus de 1000 € par mois. A plusieurs titres, et comme souvent, il vaut donc mieux toujours prévenir que
guérir, d’autant qu’à l’heure actuelle on ne guérit toujours pas du VIH/SIDA

 

Empoisonnement aux champignons : les symptômes et comment réagir

Si vous soupçonnez une intoxication aux champignons, une réaction rapide est indispensable : l’empoisonnement peut causer de graves lésions au foie et aux reins, et l’issue peut être fatale. Quels sont les signes d’alerte et que faire ?
123-buik-pijn-darm-9-7
Les symptômes

La nature, la gravité et la durée des symptômes peuvent varier considérablement en fonction du type de champignon et de la quantité ingérée. Chez les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes souffrant d’une maladie chronique (diabète, maladie des reins ou du foie…), les symptômes peuvent être plus graves.

• nausées, vomissements, diarrhée, crampes, douleurs, déshydratation…
• difficultés respiratoires, hyperventilaton
• maux de tête
• douleurs rénales
• douleurs musculaires
• fièvre, transpiration abondante
• salivation abondante ou au contraire bouche sèche
• écoulement nasal, larmoiement
• rythme cardiaque rapide ou lent, pression artérielle trop élevée ou trop basse, étourdissements
• baisse de la production d’urine
• troubles du comportement : agitation, euphorie, colère, anxiété, confusion, hallucinations…
• spasmes musculaires, convulsions, crise épileptique
• somnolence et, dans les cas graves, coma

Certains champignons provoquent des symptômes presque immédiatement après leur ingestion et d’autres après plusieurs heures. Souvent, ces derniers contiennent des amatoxines (amanite phalloïde…) et sont les plus dangereux.

Quand les symptômes apparaissent après plusieurs heures (plus de 6), on doit toujours envisager une intoxication grave et il faut procéder d’urgence à une hospitalisation. Mais quand ils apparaissent plus tôt, ils peuvent aussi être le signe d’une intoxication grave et nécessitent une attention médicale.

Que pouvez-vous faire ?

Appelez immédiatement un médecin ou le Centre Antipoisons (070/245.245 pour la Belgique, numéro gratuit). Pour évaluer la gravité d’une intoxication, on vous posera une série de questions.

• Quels champignons avez-vous récoltés ?
• Où les avez-vous récoltés (dans les bois ou en prairie) ?
• Combien de temps s’est écoulé entre la récolte et le repas ?
• Comment ont-ils été préparés ?
• Y a-t-il des restes (crus, cuits, à la poubelle…) ?
• Quels sont les symptômes ?
• Combien de temps après le repas sont-ils apparus ?
• Tous ceux qui en ont mangé sont-ils malades ?
• Quels autres aliments ont été mangés ? Avez-vous consommé de l’alcool pendant le repas ?

Buvez beaucoup d’eau. Ne buvez ni alcool, ni lait.

Dans les premières heures après l’ingestion, il est conseillé de prendre du charbon actif (qu’on trouve en pharmacie). Il neutralise certaines substances et les rend inoffensives en réduisant leur pénétration dans le sang et en permettant leur évacuation dans les matières fécales. On peut y ajouter de la confiture ou du yaourt pour encourager les enfants à l’ingérer.

Il peut être utile d’essayer de vomir. Parlez-en avec le médecin. Dans ce cas, gardez un peu de la première vomissure pour un examen ultérieur.

Quel traitement ?

Un traitement n’est pas nécessaire quand les champignons ont seulement été mis en bouche et pas avalés, ou quand moins de 0,1 g par kilo de poids corporel a été ingéré.

S’il n’est pas certain que le champignon ingéré était comestible, des mesures de diminution de l’absorption du poison par le corps suffiront, mais uniquement dans les deux ou trois heures après l’ingestion.

• Aussi vite que possible, prenez du charbon actif de manière répétée.
• Prenez un laxatif (sauf si vous avez déjà de la diarrhée).
• En cas d’absorption de grandes quantités (plus de 0,2 à 0,4 g par kilo de poids corporel), provoquez des vomissements, sachant qu’un lavage gastrique ou un lavage intestinal seront souvent nécessaires.

En cas de graves symptômes d’empoisonnement, s’ils ne se produisent pas avant plusieurs heures après l’ingestion ou si vous soupçonnez que le champignon ingéré était très toxique, une admission d’urgence à l’hôpital est indispensable pour surveiller les fonctions hépatique, rénale et cardiaque et, si nécessaire, appliquer un traitement : hydratation, régulation de la pression artérielle, gestion de la douleur… Pour certains champignons vénéneux, un antidote peut être administré. Dans les cas d’atteinte très sévère, une dialyse rénale peut être nécessaire, voire une greffe de foie.

 

Source : www.passionsante.be

 

La cannelle : une alliée contre le diabète

En cas de diabète de type 2 (DT2), des remèdes naturels permettent de stabiliser la glycémie. Parmi eux, la cannelle, qui réduit la glycémie postprandiale (après les repas). Cela peut paraître paradoxal, puisque la cannelle est souvent intégrée dans la préparation des desserts : pomme au four, biscuit, cake, pain d’épices…

cannelle

La plus connue et la plus cultivée dans le monde est la cannelle de Ceylan ou Cinnamomum zeylanicum (ou Cinnamomum verum, du nom de l’arbre dont elle est extraite). Son principe actif, le MHCP ou methylhydroxy chalcone polymère, est présent dans l’écorce. Il s’agit d’un flavonoïde, un puissant antioxydant.

Sous quelle forme ?

Le principe actif de la cannelle résiste à la chaleur. Vous pouvez donc la consommer en infusion : plongez un bâtonnet de cannelle dans de l’eau chaude ou ajoutez quelques gouttes d’extrait naturel de cannelle à votre tisane, à vos boissons, desserts, salades de fruits, jus de fruits… On peut aussi trouver de l’extrait concentré d’écorce de cannelle sous forme de gélules.

En quelle quantité ?

Des recherches scientifiques sont en cours pour évaluer avec précision l’effet hypoglycémiant des principes actifs de l’écorce de cannelle. A ce stade, elle relève du remède traditionnel. En conséquence, aucun dosage n’est officiellement recommandé par les autorités scientifiques.

A titre d’indication, certains commencent par un quart de cuillère à café d’écorce de cannelle par jour alors que d’autres vont jusqu’à une cuillère à café.

Elle intervient évidemment en complément des traitements médicamenteux.

source: www.passionsante.be

Trop de cholestérol : une histoire de famille ?

 

Environ 25.000 Belges, soit 1 personne sur 400, souffriraient d’hypercholestérolémie familiale. C’est une maladie héréditaire qui cause un excès de cholestérol dans le sang, et cela dès un jeune âge. Quelles en sont les causes et comment la détecter ?

cholesterol

Les personnes qui en sont atteintes présentent un risque accru de maladie cardiovasculaire ou d’accident vasculaire cérébral (AVC), or beaucoup ignorent leur particularité. Une prise en charge précoce, dès l’enfance et même en l’absence de symptômes, est nécessaire pour prévenir les conséquences à moyen et à long terme.

La cause de l’hypercholestérolémie est une petite anomalie dans l’ADN, qui empêche le foie de traiter correctement le sang. Il existe deux causes d’hypercholestérolémie familiale.

• Dans le premier cas, un seul gène est affecté : c’est la forme hétérozygote (la plus courante). Un gène anormal suffit à provoquer des interférences dans l’interception des lipoprotéines LDL (« mauvais cholestérol ») par le foie.
• Dans l’autre cas, les deux gènes sont affectés : c’est la forme homozygote. Elle est plus rare, mais plus grave. Dans ce cas, le système d’interception est complètement bloqué. C’est alors que les problèmes cardiaques peuvent survenir dès l’enfance.

L’hypercholestérolémie familiale est héréditaire, transmise par le père ou la mère. Le risque est fonction de votre lien familial. Il est de :

• 50% si votre enfant, frère ou soeur en est atteint
• 25% si c’est votre petit-enfant, grand-parent, oncle ou tante
• 12% si c’est un cousin germain ou un neveu ou une nièce

Comment savoir si on est atteint ?

Un haut taux de cholestérol ne se manifeste pas par des symptômes. Il peut y avoir des changements physiques, mais ils ne sont pas forcément causés par une hypercholestérolémie.

• Une accumulation de graisse sur certains tendons (xanthoma tendineum) : c’est un épaississement marqué du tendon qui conduit parfois à des nodules, généralement sur les tendons d’Achille ou sur le dos de la main.
• Un dépôt de liquide sur la cornée (gérontoxon) avant l’âge de 40-45 ans. Un anneau gris-jaune se forme autour de l’iris et dans la plupart des cas, il est incomplet et se limite à la partie au-dessus de l’iris.
• Un gonflement blanc-jaunâtre autour des yeux (xanthelasma) avant l’âge de 40-45 ans peut être un signe d’hypercholestérolémie mais aussi d’autre chose (hyperthyroïdie, insuffisance de la glande thyroïdienne…).

Chez la plupart des personnes cependant, il n’y a pas de signe physique visible mais les vaisseaux resserrés peuvent être la cause de problèmes comme des douleurs dans les jambes, une crise cardiaque ou un AVC.

Quand faut-il se faire examiner ?

Vous devez envisager une hypercholestérolémie familiale si :

• votre taux de cholestérol a fortement augmenté
• plusieurs membres de votre famille (parents, enfants, frères et/ou soeurs) ont un taux de cholestérol élevé ou sont traités pour leur cholestérol
• dans votre famille proche (parents, grands-parents, frères, soeurs), quelqu’un a (eu) une maladie cardiaque ou cérébrale suite à une sténose artérielle
• vous avez été atteint d’une maladie cardiaque ou vasculaire avant l’âge de 65 ans
• vous avez une accumulation de graisse sur la cornée (avant 45 ans) ou sur certains tendons

Comment fait-on le diagnostic ?

Dans un premier temps, une analyse de sang déterminera le taux de cholestérol.

Chez un adulte, l’hypercholestérolémie familiale est très probable si :

– le taux de cholestérol LDL dépasse 330 mg/dl
– le taux de cholestérol LDL est plus élevé que 250 mg/dl en combinaison avec la présence d’une maladie cardiaque ou vasculaire précoce
– le taux de cholestérol LDL est supérieur à 200 mg/dl en combinaison avec la présence d’une accumulation de graisse dans certains tendons ou de signes oculaires avant l’âge de 45 ans

Chez un enfant, l’hypercholestérolémie familiale est suspectée quand le taux de cholestérol est supérieur à 135 mg/dl, et certainement si l’un des parents est atteint.

Si votre taux de cholestérol est supérieur à 270 mg/dl ou si votre taux de « mauvais » (LDL) cholestérol est supérieur à 180 mg/dl, une recherche ADN est nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Il s’agit d’une recherche de longue haleine : elle dure environ quatre mois. Si elle montre que vous avez une hypercholestérolémie familiale, il y a 50% de chance que votre frère, soeur ou enfant soit aussi atteint. Ils peuvent alors également faire l’objet d’un test.

Comme l’hypercholestérolémie familiale est héréditaire, il est important de surveiller votre famille. Les parents au premier degré ont en effet 50% de risques d’être atteints si vous l’êtes.
Idéalement, il faut faire une recherche entre l’âge de 2 et 10 ans. Plus tôt, c’est inutile parce que tous les enfants ont besoin d’un apport normal en graisses (surtout pour le développement de leur cerveau). À partir de 2 ans, un régime alimentaire plus approprié peut être mis en oeuvre, surtout pour y habituer l’enfant. Un traitement médicamenteux est possible à partir de l’âge de 8 ans environ.

Source : www.passionsante.be