Titre obligatoire

Emissions à venir

oct
18
jeu
2018
07:00 Wapi Réveil – SAM
Wapi Réveil – SAM
oct 18 @ 07:00
Wapi Réveil - SAM @ Pacifique FM
Wapi Réveil – Lundi au vendredi de 7h à 9h Du lundi au vendredi réveille-toi en musique avec Frédéric Chaque matin du lundi au vendredi c’est le WAPI Réveil qui te fait lever. Des infos locales,[...]
12:00 RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
oct 18 @ 12:00
RFI LE JOURNAL INTERNATIONAL MIDI
  Depuis ce 3 janvier en partenariat avec RFI voici le journal international.

View Calendar

20 mars journée internationale sans viande

À l’occasion de la Journée Internationale Sans Viande du 20 mars, L214 sera présente dans une trentaine de villes pour vous faire découvrir pourquoi et comment modifier son alimentation pour épargner la vie des 3 millions d’animaux envoyés chaque jour dans les abattoirs français.

vegan l214
Découvrir les alternatives végétales grâce à des dégustations de produits vegan et aux délicieuses recettes concoctées par les militants des quatre coins de la France, comprendre pourquoi refuser de manger de la viande et avoir toutes les clés en main pour faire évoluer vos habitudes alimentaires, c’est ce qui vous attend du 18 au 25 mars ! Des groupes se lanceront dans la création d’une pyramide alimentaire vegan géante, composée des produits disponibles dans les magasins locaux. Ces actions sont organisées en partenariat avec la boutique Un Monde Vegan.

→ Trouvez l’action la plus proche de chez vous

→ Rejoignez un groupe local

Lancez-vous avec Vegan Pratique !

Aujourd’hui, non seulement il est scientifiquement établi que manger des produits animaux n’est pas une nécessité pour vivre en bonne santé, mais il est de plus en plus facile de manger végétal ! Les alternatives à la viande fleurissent dans les magasins : nuggets, boulettes, hachés… pour un jour ou pourquoi pas pour toujours, laissez-vous tenter !

→ Remplacer la viande et le poisson

Avec Vegan Pratique, ça devient tout simple de végétaliser ses recettes préférées ainsi que les classiques de la gastronomie française et de découvrir des recettes originales. Vegan Pratique, c’est plus de 200 recettes, des informations nutritionnelles, des conseils et des astuces pour bien se lancer. Pourquoi hésiter ?

→ Conseils, recettes et nutrition sur Vegan Pratique

NASH : la maladie du foie gras

Le foie gras est un mets raffiné, mais il s’agit aussi du nom… d’une maladie. En anglais, on l’appelle NASH, ce qui signifie en français stéatose hépatique non alcoolique. De quoi s’agit-il ? Quels en sont les causes, les symptômes et les traitements ?

Le foie gras est dû à une accumulation de graisse dans le foie, qui s’accompagne d’une inflammation et d’une dégénérescence des cellules hépatiques, ce qui peut mener à une cirrhose, comme en cas de consommation excessive d’alcool ou d’infection virale (hépatite).

Souvent diagnostiquée lors d’une prise de sang de routine, cette maladie touche avant tout les personnes diabétiques, en excès de poids et/ou avec un taux élevé de lipides sanguins (hyperlipidémie). Dans la plupart des cas, elle évolue sans symptômes, mais certains patients se plaignent d’une perte d’appétit, d’un malaise abdominal, d’une jaunisse, de pieds gonflés…

Concernant les causes, la résistance à l’insuline, avec alors une difficulté d’assimilation du sucre par les cellules, crée des conditions favorables (hyperglycémie) au développement de la maladie. Le surpoids, l’excès de triglycérides, un tour de taille élevé et un faible taux de bon (HDL) cholestérol constituent des facteurs de risque.

Selon certaines estimations, 3% de la population européenne souffrirait de NASH : dans 10 à 20% des cas, la maladie peut évoluer ver la cirrhose, ou vers le cancer du foie.

Le traitement de la stéatose hépatique non alcoolique repose le contrôle des facteurs de risque métabolique : manger moins gras, moins sucré et pratiquer une activité physique pour lutter contre le surpoids. Des médicaments améliorent la sensibilité à l’insuline. La prise en charge de la stéatose hépatique non alcoolique au stade de la cirrhose porte les complications. Dans les cas les plus graves, il faut envisager la transplantation hépatique.

Source: http://www.passionsante.be         Barbara Simon

Alerte AFSCA pour de la pate à tartiner au speculoos contenant des particules métalliques

02/03/2017
Rappel de Lotus Bakeries

Rappel d’une partie de speculoos à tartiner crunchy Lotus.
Problématique : présence possible de particules métalliques.

Lotus Bakeries procède au rappel d’une partie de speculoos à tartiner crunchy Lotus, car la pâte peut contenir des particules métalliques. Afin d’exclure tout risque, Lotus Bakeries conseille d’urgence de ne pas consommer le speculoos à tartiner crunchy Lotus concerné. Il s’agit des pots speculoos à tartiner crunchy Lotus – à reconnaître au couvercle jaune – avec différentes dates d’échéance en février et mars 2018. Les pots speculoos à tartiner crunchy Lotus sont vendus en janvier et février 2017.

 

Les pots speculoos à tartiner crunchy Lotus qui peuvent contenir des particules métalliques, ont les dates d’échéance mentionnées ci-dessous. La date d’échéance est marqué sur le côté du couvercle jaune.

 

Speculoos à tartiner crunchy Lotus, pot de 700g :

  • 5 février 2018
  • 18 février 2018
  • 10 février 2018

 

Speculoos à tartiner crunchy Lotus, pot de 400g :

  • 18 février 2018
  • 24 février 2018
  • 28 février 2018
  • 8 mars 2018
  • 16 mars 2018

 

Le speculoos à tartiner crunchy Lotus avec d’autres dates d’échéance et  le Lotus original speculoos à tartiner avec les couvercles rouges répondent bel et bien aux critères de qualité et peuvent être consommés.

 

Ceux qui ont des pots speculoos à tartiner crunchy Lotus avec les dates d’échéance concernées, seront remboursés. Lotus Bakeries demande aux consommateurs de bien vouloir rapporter le speculoos à tartiner précité au point de vente. Le montant d’achat sera remboursé.

 

Lotus Bakeries a décidé de procéder au rappel d’une partie de speculoos à tartiner crunchy Lotus après avoir été informée par le co-fabricant, responsable du remplissage des pots, que leur détection de métal a connu un manque de précision pendant une certaine période.

 

Pour de plus amples infos, les consommateurs peuvent contacter le Service consommateurs de Lotus Bakeries au numéro 09 376 26 81 ou par e-mail : recallcrunchy@lotusbakeries.com .

 

Lotus Bakeries s’excuse pour le désagrément occasionné.

Alerte AFSCA : Bactéries CPE dans la viande de porc en Belgique

Des bactéries productrices de carbapénémases (CPE) ont été détectées dans le haché de porc en vente au détail en Belgique dans le cadre de la surveillance de l’antibiorésistance chez les bactéries indicatrices.

viande-hachee-de-porc-naturel

L’information a été publiée dans un rapport récent de l’EFSA et de l’ECDC. L’utilisation de l’antibiotique carbapénème n’est pas autorisée chez les animaux de rente en Europe et donc en Belgique. Il pourrait s’agir d’une contamination croisée de la viande avec les bactéries CPE lors de la production, ou lors de la manipulation de la viande par un porteur des bactéries CPE. Dans le rapport publié la détection de CPE sur la viande ou animaux vivants en Europe est décrite comme très faible.

Les contrôles effectués en Belgique dans le cadre de la surveillance obligatoire de la résistance aux antibiotiques chez les animaux de rente (échantillons prélevés en élevage et à l’abattoir) n’ont jusqu’à présent jamais permis de détecter des CPE à partir d’animaux vivants. Les résultats de la surveillance réalisée en Belgique et publiés dans le même rapport EFSA-ECDC, montrent une réduction significative de la prévalence des bactéries indicatrices résistantes envers plusieurs antibiotiques et isolées chez les porcs et les veaux d’engraissement.

AMCRA (Centre de connaissance concernant l’utilisation et les résistances aux antibiotiques chez les animaux), AFSCA (Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire) et AFMPS (Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé) souhaitent souligner que beaucoup d’efforts ont été réalisés en Belgique dans la lutte contre l’antibiorésistance ces dernières années. Les secteurs concernés et les autorités ont souscrit des engagements pour aboutir à une réduction raisonnée de l’usage des antibiotiques en médecine vétérinaire. Les objectifs de réduction des antibiotiques ont été adoptés par toutes les parties prenantes avec des actions concrètes mises en place afin de sauvegarder la santé humaine et animale. L’objectif pour 2017 est une diminution de 50% de l’utilisation d’antibiotiques dans les aliments médicamenteux et pour 2020 une diminution de 50% de tous antibiotiques ainsi qu’une réduction de 75% par rapport à l’année de référence (2011). Depuis 2011 l’utilisation des antibiotiques a diminué de presque 16%. En 2016, une convention a été signée entre les autorités compétentes et les secteurs, afin de renforcer cet engagement commun. De plus, l’utilisation des antibiotiques critiques a été fortement règlementée en médecine vétérinaire.

Pour des informations supplémentaires :

– AMCRA : Fabiana Dal Pozzo (0479/56 04 20; fabiana.dalpozzo@amcra.be)
– AFSCA: Jean-Sébastien Walhin (0476/88 50 77)
– AFMPS: Bart Hoet (02/528 41 57)

Quels aliments sont riches en oméga-3 ?

Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés dits essentiels, c’est-à-dire que l’organisme ne peut pas produire et dont il a absolument besoin pour fonctionner correctement. La source, c’est l’alimentation. Quels sont les aliments avec la plus forte teneur en oméga-3 ?

omega-3-300x198

Le bénéfice le plus connu des oméga-3 porte sur leur contribution à la prévention de la maladie cardiovasculaire. Ils diminuent le taux de triglycérides, préviennent la formation de caillots, baissent la pression artérielle et régulent le taux de bon (HDL) cholestérol. Ils interviennent également dans la constitution des cellules, favorisent l’équilibre du système nerveux et pourraient avoir des effets préventifs contre la maladie d’Alzheimer et certains cancers.

Les sources alimentaires

On trouve des oméga-3 en grande quantité dans les poissons gras, comme le saumon, le maquereau, le hareng ou la sardine, ainsi que dans leurs huiles. Il est conseillé de consommer du poisson deux ou trois fois par semaine, et au moins une fois un poisson gras. Les oméga-3 d’origine végétale sont fournis en particulier par les graines de chia, le lin, les noix, le colza ou le soja, ainsi que par l’huile de tournesol, de pépins de raisin, de colza ou de sésame.

Et les compléments ? Ils ne sont pas nécessaires si les apports alimentaires sont satisfaisants. Si vous souhaitez néanmoins entamer une cure, demandez conseil à votre médecin.

Source: Barbara SimonLes oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés dits essentiels, c’est-à-dire que l’organisme ne peut pas produire et dont il a absolument besoin pour fonctionner correctement. La source, c’est l’alimentation. Quels sont les aliments avec la plus forte teneur en oméga-3 ?

Le bénéfice le plus connu des oméga-3 porte sur leur contribution à la prévention de la maladie cardiovasculaire. Ils diminuent le taux de triglycérides, préviennent la formation de caillots, baissent la pression artérielle et régulent le taux de bon (HDL) cholestérol. Ils interviennent également dans la constitution des cellules, favorisent l’équilibre du système nerveux et pourraient avoir des effets préventifs contre la maladie d’Alzheimer et certains cancers.

Les sources alimentaires

On trouve des oméga-3 en grande quantité dans les poissons gras, comme le saumon, le maquereau, le hareng ou la sardine, ainsi que dans leurs huiles. Il est conseillé de consommer du poisson deux ou trois fois par semaine, et au moins une fois un poisson gras. Les oméga-3 d’origine végétale sont fournis en particulier par les graines de chia, le lin, les noix, le colza ou le soja, ainsi que par l’huile de tournesol, de pépins de raisin, de colza ou de sésame.

Et les compléments ? Ils ne sont pas nécessaires si les apports alimentaires sont satisfaisants. Si vous souhaitez néanmoins entamer une cure, demandez conseil à votre médecin.

Source: Barbara Simon
www.passionsante.be

Comment soulager un mal de gorge ?

Le mal de gorge est un symptôme typique d’une série d’infections hivernales. Quel comportement adopter ? Et quels sont les traitements ou les remèdes permettant de soulager la douleur qui peut être sévère, en particulier lorsqu’on avale ?

Boire en abondance. De l’eau plate bien entendu, mais également des boissons chaudes comme du potage, des tisanes (notamment au thym), des infusions aux fruits, du lait chaud, du chocolat chaud, du café, du thé avec du miel et du citron pour adoucir la gorge. Certaines boissons très froides, ainsi que les sorbets et les glaçons, peuvent atténuer la douleur lors de la déglutition.

• Ne vous laissez pas tenter par les boissons alcoolisées (style grog).

• Diluez une cuillerée à café de sel dans un verre d’eau chaude et pratiquez des gargarismes plusieurs fois par jour.

• Sucez des bonbons durs ou un glaçon afin d’activer la production de salive.

• Si la déglutition est pénible, optez pour des purées, des compotes, du flan, du pudding ou des boissons lactées.

• Ne vous exposez pas à des sources d’irritation de la gorge : ne fumez pas, ne fréquentez pas les endroits surchauffés, les espaces saturés de fumée de tabac et évitez d’élever la voix.

• S’il s’agit d’une laryngite, parlez le moins possible. Laissez votre voix au repos et contentez-vous de chuchoter.

Les médicaments

• Un antidouleur classique. Privilégiez le paracétamol. S’il n’est pas suffisamment efficace, passez à l’ibuprofène.

• Des pastilles au menthol, à l’eucalyptus, au miel ou encore aux plantes des montagnes adoucissent la gorge.

• Vous pouvez également anesthésier la gorge douloureuse avec des sprays, des pastilles ou des gélules à sucer.

• L’administration d’antibiotiques n’est généralement pas recommandée. Une antibiothérapie ne sera prescrite qu’en cas de risques manifestes de complications, en particulier chez les patients sous chimiothérapie, ceux souffrant d’une maladie cardiaque ou pulmonaire, ou dont le système immunitaire est affaibli.

 

Source : www.passionsante.be